Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Marc Lazar, Guillaume Plantin, Xa...

Marc Lazar, Guillaume Plantin, Xavier Ragot (dir.), Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid

Fanny Thomas
Le monde d'aujourd'hui
Marc Lazar, Guillaume Plantin, Xavier Ragot (dir.), Le monde d'aujourd'hui. Les sciences sociales au temps de la Covid, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2020, 386 p., ISBN : 9782724626704.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Durkheim Emile, L’individualisme et les intellectuels, Paris, Mille et une nuits, 2002, p. 42.

1Cet ouvrage collectif a pour principal objectif de proposer un éclairage concernant « le fait social total » (p. 14) ou l’« évènement-monde » (p. 11) que constitue la pandémie de Covid-19. Les textes regroupés ici proviennent d’une part importante des disciplines au sein desquelles exercent les membres de la communauté scientifique de Sciences Po : la sociologie, le droit, les sciences politiques, l’histoire et l’économie. À la lecture de ce livre, une phrase d’Émile Durkheim fait écho : « Nous sommes faits pour aider nos contemporains à se reconnaître dans leurs idées et dans leurs sentiments plutôt que pour les gouverner ; et dans l’état de confusion mentale où nous vivons, quel rôle plus utile à jouer ? »1. Les auteurs de cet ouvrage sont clairement dans leur rôle ; un rôle assumé, celui de donner du sens, celui de clarifier, d’objectiver et celui de nommer. La diversité des méthodes, des approches et des prises de positions, plus ou moins neutres selon les cadres théoriques, permet au lecteur d’adopter une vision d’ensemble concernant la pandémie, mais aussi de clarifier dans quelle mesure elle constitue un objet d’étude légitime en sciences humaines et sociales.

2Dans l’introduction de l’ouvrage, les trois coordonnateurs, précisent qu’au premier abord, l’objet de recherche semblait « impensable », notamment du fait de sa rapidité de propagation à l’échelle mondiale. Ils invitent le lecteur à progressivement sortir de l’état de stupeur en ne perdant pas de vue que, quoiqu’il en soit de l’évolution de cette épidémie, ce sont encore des hommes et des femmes qui font l’évènement social à chaque instant : par leurs actes et par leurs prises de positions ou leurs décisions. C’est en cinq grandes parties, toutes organisées autour de quatre chapitres, que les 55 contributeurs de l’ouvrage en font la démonstration. La première partie fournit quelques données de cadrages sur la pandémie de Covid-19. Paul-André Rosental (chapitre 1) propose une analyse statistique secondaire éclairante pour comprendre son impact en termes de mortalité à l’échelle mondiale et propose des éléments de méthodes comparatives qui invitent à recontextualiser toute interprétation de chiffres et de stratégies de santé publique dans son contexte national. Dans cadre de la régulation des biens de santé par le libre marché et la concurrence à l’échelle mondiale, Sarah Glaser (chapitre 4) montre comment l’infrastructure biomédicale européenne et le droit européen pourraient favoriser l’émergence d’une « résilience collective », notamment devant le constat de certaines pénuries matérielles pour les hôpitaux. Florence Bernault (chapitre 3) propose de déconstruire les stéréotypes véhiculés sur la manière dont l’Afrique pourrait ne pas faire face à l’épidémie. Et Daniel Benamouzig (chapitre 2) offre un témoignage sur le fonctionnement du comité scientifique en France.

3La seconde partie revient sur les inégalités en France mises en évidence par le confinement : les inégalités de conditions de logement, les inégalités face à l’emploi, les inégalités de genre ou encore les inégalités devant la vie et la mort – dont celle « d’inégale exposition au risque de contracter la maladie » (Mirna Safi et al, p. 108). Les données analysées reposent sur le panel Elipss2 transformé en baromètre enregistrant en temps réel l’expérience sociale de confinement.

4Ces inégalités existaient avant la Covid-19 et sont globalement renforcées, comme le montre Anne Boring et al (chapitre 6), pour ce qui concerne les inégalités de genre, ou Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo (chapitre 7) concernant l’accroissement des inégalités d’accès à l’emploi. Bruno palier (chapitre 8) revient sur le processus de dévalorisation des emplois relevant du service aux autres, et nous invite collectivement à repenser la valeur économique du travail La plupart des données qui sont présentées dans ce livre ne sont pas à proprement parler surprenantes : par exemple, beaucoup de personnes ont compris très tôt que le confinement est en défaveur des femmes, en défaveur des populations les plus pauvres, des personnes aux conditions de travail les plus précaires, les moins rémunérées, les moins valorisées, alors même qu’elles sont toutes indispensables à la vie collective. Mais les contributions des auteurs dans cette partie restent des plus importantes. D’autres travaux à venir permettront certainement d’établir dans quelle mesure la pandémie est venue creuser durablement ou non le fossé entre les individus des différentes catégories sociales ; ils pourront s’appuyer sur les données présentées dans ces chapitres pour formuler des hypothèses solides, à partir de données recueillies quasiment « en temps réel ».

5La troisième partie de l’ouvrage montre à quel point la pandémie bouscule les relations entre l’État et les populations, impliquant le droit en tant que « technique de gouvernement » (Helena Alviar et al, p. 188). Bruno Cautrès et Luc Rouban (chapitre 11) proposent une comparaison entre la situation sociale française et celles de l’Allemagne et du Royaume-Uni. Ils montrent que les critiques importantes des Français à l’égard du gouvernement concernant leur gestion de la crise sont beaucoup plus perceptibles et marquées que dans les autres pays. Cela révèle un « malaise démocratique » (p. 220) préexistant à la pandémie de Covid-19, également interrogé par Manon Berriche et al (chapitre 12), à partir de l’analyse d’un corpus de réactions sur Twitter relatives à la crise. Olivier Rozenberg et Cyril Benoît (chapitre 10) ouvrent de leur côté une réflexion importante sur l’institution parlementaire virtuelle : dans quelle mesure les fonctions du débat parlementaire sont-elles maintenues selon ces modalités d’exercice ?

6Les chapitres de la quatrième partie proposent une analyse des récits politiques mobilisés pour narrer la pandémie aux populations, en France, en Europe et en Chine (Jean-Louis Roca, chapitre 14), permettant d’aller au-delà du simple constat de l’usage d’un vocabulaire martial. Le lecteur peut se faire son idée autour de l’analyse du vocable de l’incertitude et de ses effets (Karoline Postel-Vinay, chapitre 15) ; de la figure sociale du « héros » et de celle de « l’Autre », appelant à notre responsabilité individuelle (Laurie Boussaguet et Florence Faucher, chapitre 13). Marie-Laure Salles-Djelic propose pour sa part une réflexion très intéressante sur l’immunité collective et ses origines intellectuelles socio-historiques, et met en garde contre les dangers de son investissement politique.

7La cinquième partie crée un pont entre la crise sanitaire et la crise écologique. L’Europe a un défi de taille à relever dans les prochaines années pour faire face à la récession économique, mais également pour faire face au réchauffement climatique. Meriem Hamdi-Cherif et al (chapitre 18) mettent en garde contre un relâchement possible des efforts européens pour diminuer les gaz à effet de serre. Jérôme Creel et Francesco Saraceno (chapitre 17) font des propositions concrètes de programme européen post-Covid-19, tenant compte de l’importance d’investir dans la santé publique mais aussi « les infrastructures de transport, l’énergie et la décarbonisation » (p. 324). Les deux derniers chapitres de l’ouvrage dégagent ce que la pandémie nous a appris sur nos comportements et ce qu’elle a révélé de nos priorités dans la vie. Laurence Bertrand Dorléac (chapitre 19) en parle à partir de la trajectoire socio-politique de Greta Thunberg et des difficultés rencontrées par les politiques européennes pour apporter une véritable réponse à la crise climatique, alors même que la vie humaine est, comme pour la Covid-19, l’enjeu principal. Frédéric Gros (chapitre 20) propose quant à lui une initiation à la « virophilosophie » (p. 365) : nos propres comportements de consommation ne sont-ils pas des formes virales et, à l’instar des virus, ne devrions-nous pas désormais mieux considérer la manière dont l’humain exploite l’environnement à son profit, au risque de le détruire ?

8Cet ensemble de textes intéressera à coup sûr les spécialistes en sciences humaines et sociales, autant que les non-spécialistes. Le livre propose de nombreuses perspectives et a le mérite de fixer à un instant « t » notre rapport social à l’épidémie en France et à l’échelle mondiale.

Haut de page

Notes

1 Durkheim Emile, L’individualisme et les intellectuels, Paris, Mille et une nuits, 2002, p. 42.

2 Elipss : étude longitudinale par internet pour les sciences sociales. https://quanti.dime-shs.sciences-po.fr/fr/index.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Thomas, « Marc Lazar, Guillaume Plantin, Xavier Ragot (dir.), Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45876

Haut de page

Rédacteur

Fanny Thomas

Docteure en sociologie, gérante du cabinet d’études spécialisé en sociologie de la santé ARISE’UP en Haute-Vienne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search