Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Institut national d’études démogr...

Institut national d’études démographiques, Désirs des Français en matière d’habitation urbaine. Une enquête par sondage de 1945

Etienne de L’Estoile
Désirs des Français en matière d'habitation urbaine
Institut national d'études démographiques, Désirs des Français en matière d'habitation urbaine. Une enquête par sondage de 1945, Paris, INED, coll. « Études & enquêtes historiques », 2019, 124 p., 1re éd. 1945, nouvelle édition présentée par Catherine Bonvalet, préf. Alfred Sauvy, ISBN : 978-2-7332-6031-9.
Haut de page

Texte intégral

1Comment articuler les objectifs des décideurs urbanistiques avec les aspirations des ménages ? Un préalable consiste à connaître ces dernières, en élaborant des méthodes adéquates pour les appréhender. Tel était l’objet de l’enquête réalisée en 1945 par l’Institut national d’études démographiques, préoccupé par l’impact des conditions de logement sur la natalité et la mortalité des Français. Sa réédition est l’occasion pour Catherine Bonvalet, spécialiste du logement à l’Ined, de la replacer dans le temps long des évolutions historiques en matière d’habitat urbain. Dans le préambule à l’ouvrage, paru en 1947 et constitué d’une description des modalités de l’enquête puis de trois parties détaillant ses résultats, elle confronte ceux-ci à l’usage qui en a été fait depuis dans les milieux politiques et scientifiques.

  • 1 L’Institut national d’études démographiques est symptomatique du rôle de la « pensée démographique  (...)

2L’analyse de cet ouvrage composite doit se faire nécessairement à plusieurs niveaux, en se référant aux diverses temporalités qui le traversent. On ne manquera pas de souligner l’utilité de redécouvrir un document essentiel de la statistique française, aussi bien pour ce qu’il dit des aspirations des Français au sortir de la Seconde Guerre mondiale, que pour son rôle dans la construction de l’appareil d’État de gouvernance par le chiffre, dont l’Ined1 est un exemple emblématique. Mais au-delà de l’intérêt historique de ce matériau unique, cette réédition nous invite à retracer les développements postérieurs des représentations et des politiques urbaines. La lecture croisée de ces différents documents rassemblés permet de repérer trois résultats.

  • 2 Alfred Sauvy a recruté Jean Stœtzel et Alain Girard, jeunes chercheurs issus du service des Sondage (...)
  • 3 Dans La classe ouvrière et les niveaux de vie, le sociologue Maurice Halbwachs compare les pratique (...)

3Il s’agit tout d’abord de se représenter l’originalité de l’enquête et son caractère innovant. Sous l’impulsion d’Alfred Sauvy2, premier directeur de l’Ined, elle a permis de dresser pour la première fois un tableau détaillé du logement que souhaitent les Français en cette période de reconstruction et de pénurie. Interrogé sur des sujets aussi variés que les préférences pour l’aménagement extérieur ou les types de fenêtres (chapitre 1), l’échantillon représentatif de près de 2 500 personnes est à l’image de la France des villes en termes de genre, de taille de l’aire urbaine et de catégorie de revenus. Cette diversité permet de souligner des aspirations communes, comme la préférence pour la maison individuelle (exprimée par neuf Français sur dix dans les petites villes, et plus de la moitié à Paris) ou le désir de propriété, mais aussi de repérer des disparités selon les catégories. Ainsi, « l’enquête s’anime » (p. 36) lorsqu’on constate que les moins jeunes, les ouvriers et les moins aisés sont « beaucoup moins éveillés à l’agrément de l’habitation ». Une autre originalité de l’enquête tient à la volonté de rendre les choix proposés visibles et concrets à l’aide d’illustrations, notamment en ce qui concerne l’aménagement intérieur (chapitre 2). Enfin, le sondage, en demandant aux enquêtés d’ordonner leurs préférences pour chaque aménité et de leur attribuer le surcroît de loyer qu’ils seraient disposés à dépenser, permet de ne pas choisir « dans l’abstrait » (p. 109) et de confronter les préférences aux contraintes budgétaires (chapitre 3). Dans un contexte de loyers bas car bloqués depuis 1914, l’enquête ne manque pas de souligner la faible part du revenu que les Français sont prêts à affecter à leur loyer (10 %), avec des différences entre catégories sociales déjà mises en avant par Halbwachs3.

4Un autre enseignement, souligné par Catherine Bonvalet, est le constat que cette enquête, exécutée pour « informer l’action des techniciens » (p. 119), ne s’est pas traduite dans une mise en œuvre effective de politiques urbaines en adéquation avec ses résultats. Pour expliquer cet apparent paradoxe, elle dresse l’historique d’un certain décalage entre les préférences des habitants et celles des experts. Dès le XIXe siècle, l’idéologie pavillonnaire, porteuse du double projet d’émancipation des individus et de leur réinsertion dans la société à travers la propriété, se heurte aux critiques d’un laissez-faire urbanistique désordonné, enchaînant les prolétaires par la dette et leur donnant une fausse illusion de protection sociale. Dès 1948, dans la préface d’un article de Le Corbusier, Alfred Sauvy décrédibilise les aspirations exprimées dans l’enquête comme « de vigoureuses survivances et […] assises sentimentales », amenées à disparaître. Celles-ci, au premier chef le désir de posséder une maison individuelle, ne font pas bon ménage avec ce contexte intellectuel, auquel il faut ajouter l’impératif de construction rapide et standardisée. Dans la lignée des travaux de Le Corbusier et de la charte d’Athènes, visant une réforme sociale et morale par l’habitat pour créer un homme nouveau, les grands ensembles s’inscrivent dans l’action planifiée de l’État aménageur du territoire. Malgré une indéniable démocratisation du confort domestique, l’échec de cette forme d’habitat collectif à créer des nouvelles solidarités est patent. Le retour en grâce d’un certain propriétarisme, s’appuyant sur le développement d’innovations juridiques et financières, a permis la constitution d’un marché de l’habitat individuel, qui sert aussi de « valeur refuge » contre l’inflation.

  • 4 Magri Susana, « Le pavillon stigmatisé. Grands ensembles et maisons individuelles dans la sociologi (...)
  • 5 Voir notamment : Bonnet Xavier (dir.), « Préférences des ménages en matière de logement : résultats (...)
  • 6 Bourdieu Pierre, Les structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil, coll. « Liber », 2000.

5Enfin, l’enquête étant non seulement un outil d’information pour orienter les politiques urbaines, mais aussi une production importante dans la recherche en sciences sociales, elle nous pousse à interroger le rôle de celles-ci dans la construction des discours de (dé)légitimation des désirs. Dans l’introduction, le lexique utilisé est celui de l’éveil et de la disqualification des traditions (p. 36), expliquant par l’archaïsme et l’ignorance le refus du « confort de l’habitation ». S’appuyant notamment sur les travaux de Susana Magri4, Catherine Bonvalet revient sur la dévalorisation de ces aspirations par la sociologie urbaine, pour montrer combien elle relaie l’idéologie anti-pavillonnaire, décrivant le glissement progressif d’une critique morale adressée à l’éthique conservatrice et petite-bourgeoise du propriétaire vers la stigmatisation des conséquences de l’étalement périurbain. Les enquêtes successives mettent en évidence la persistance des aspirations exprimées dans celle de 1945, comme pour montrer qu’elles ne sont pas uniquement une réponse à l’expérience traumatique de la guerre et de la pénurie alimentaire, évoquée avec pudeur comme « les expériences de ces années passées » (p. 34). En effet, de nombreux sondages5 indiquent que les Français continuent à valoriser la maison individuelle, qui correspond à un besoin d’autonomie et d’intimité, notamment grâce au jardin. Avec une tension renouvelée entre le besoin d’écouter les désirs de la population et la nécessité de les orienter dans le sens qui convient, la tentation du paternalisme n’est jamais loin. Souvent encore, les pavillonnaires apparaissent comme des « victimes » (p. 21) de la publicité des promoteurs qui « flatte les dispositions préexistantes pour mieux les exploiter, asservissant le consommateur à ses attentes et à ses exigences sous apparence de les servir »6.

  • 7 Voir par exemple : Lambert Anne et al., « Le travail et ses aménagements : ce que la pandémie de co (...)
  • 8 À la différence des méthodes de préférences déclarées comme les sondages, la théorie des préférence (...)
  • 9 Notamment Glaeser Edward L., Duke Kominers Scott, Luca Michael, Naik Nikhil, « Big Data and Big Cit (...)

6Cet ouvrage permet d’aborder très concrètement la dialectique complexe qu’entretiennent les désirs et les pratiques d’habitat, les questionnements quant à la primauté de l’offre ou de la demande et les préférences des profanes soumis au soupçon des experts, décisionnaires ou scolastiques. De nombreux événements récents sont autant de révélateurs de l’actualité de ces problématiques, des revendications des « Gilets jaunes » à la crise sanitaire, sans qu’on puisse encore mesurer leur impact hystérétique. Un exemple évident est la généralisation du télétravail, dont les effets différenciés en matière de productivité, de bien-être au travail et d’évolution des relations familiales selon le genre, le type d’emploi et le lieu d’exercice sont déjà documentés7. Il aurait été bienvenu de recontextualiser cette enquête dans l’ensemble des outils statistiques producteurs d’information sur les aspirations en matière d’habitat, aux côtés d’instruments complémentaires, comme les préférences révélées à travers le marché8 ou de nouvelles sources de données massives9. En effet, la réédition de cette enquête, judicieusement complétée par le préambule dense et pédagogique de Catherine Bonvalet, appelle à une mobilisation interdisciplinaire en soutien aux experts, aux décideurs et aux citoyens face aux défis urbains du XXIe siècle. Par-delà la perspective démographique, les enjeux sont tout autant environnementaux, économiques que sociaux ; ils supposent de dessiner les politiques publiques susceptibles d’y répondre tout en satisfaisant les désirs des habitants.

Haut de page

Notes

1 L’Institut national d’études démographiques est symptomatique du rôle de la « pensée démographique » pour « connaître et prévoir les comportements des gouvernés », à travers une science appliquée proche de l’administration (Lenoir Remi, « L’invention de la démographie et la formation de l’État », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 108, 1995, p. 36-61,).

2 Alfred Sauvy a recruté Jean Stœtzel et Alain Girard, jeunes chercheurs issus du service des Sondages et statistiques de la Fondation Carrel, ancêtre de l’Ined. Le premier, fondateur en 1938 de l’Ifop, institut s’inspirant des techniques modernes de sondage aux États-Unis, dirigea la section de psychosociologie, avant de laisser sa place au second.

3 Dans La classe ouvrière et les niveaux de vie, le sociologue Maurice Halbwachs compare les pratiques de consommation des ouvriers et des employés et démontre que les différences de proportion du revenu affectées au loyer ne se rapportent pas qu’au niveau de vie, mais s’expliquent aussi par différents genres de vie et valeurs (Halbwachs Maurice, La classe ouvrière et les niveaux de vie. Travaux de L’Année sociologique, Paris, Alcan, 1913).

4 Magri Susana, « Le pavillon stigmatisé. Grands ensembles et maisons individuelles dans la sociologie des années 1959 à 1970 », L’Année sociologique, n° 58, 2008, p. 171-202.

5 Voir notamment : Bonnet Xavier (dir.), « Préférences des ménages en matière de logement : résultats d’une enquête par expérience de choix », Études et documents, n° 80, mars 2013, disponible en ligne : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/docs/Temis/0078/Temis-0078286/20685.pdf.

6 Bourdieu Pierre, Les structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil, coll. « Liber », 2000.

7 Voir par exemple : Lambert Anne et al., « Le travail et ses aménagements : ce que la pandémie de covid‑19 a changé pour les Français », Population & sociétés, n° 579, juillet 2020, disponible en ligne : https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/30315/579.population.societes.juillet.2020.covid.travail.france.fr.pdf.

8 À la différence des méthodes de préférences déclarées comme les sondages, la théorie des préférences révélées se fonde sur une tentative d’observation directe du comportement des acteurs, plutôt que sur leurs déclarations. Ainsi, le modèle hédonique, utilisée par l’Insee pour produire des indices de prix du logement, permet de découvrir les dispositions à payer pour différents attributs d’un logement.

9 Notamment Glaeser Edward L., Duke Kominers Scott, Luca Michael, Naik Nikhil, « Big Data and Big Cities. The Promises and Limitations of Improved Measures of Urban Life », Economic Inquiry, vol. 56, n° 1, janvier 2018, p. 114-137, disponible en ligne : https://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/24009688/16-065.pdf?sequence=1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne de L’Estoile, « Institut national d’études démographiques, Désirs des Français en matière d’habitation urbaine. Une enquête par sondage de 1945 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 décembre 2020, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45887

Haut de page

Rédacteur

Etienne de L’Estoile

Doctorant Cifre en économie et science des données à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search