Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Franck Cochoy, Si l’économie m’ét...

Franck Cochoy, Si l’économie m’était contée. Huit histoires de marchés

Mathieu Sadourny
Si l'économie m'était contée
Franck Cochoy, Si l'économie m'était contée. Huit histoires de marchés, Aix-en-provence, REF.2C, 2020, 235 p., ISBN : 978-2-918582-31-1.
Haut de page

Texte intégral

1Comment parler d’économie ? S’il existe différentes manières de le faire, qui ne sont pas mutuellement exclusives (mobilisation d’exemples chiffrés ou tirés de la vie quotidienne, de graphiques, de tableaux, de modèles mathématiques…), le recours aux contes n’est pas forcément la première option qui vient à l’esprit. C’est pourtant le pari de Franck Cochoy, dans son dernier ouvrage Si l'économie m'était contée, qui part du postulat que « le lien entre conte et économie n’est pas anecdotique, mais heuristique » (p. 6). Il s’agit ainsi de proposer une « sociologie de l’économie au prisme des contes de fées » (p. 10). Cette idée est explicitée très clairement dès l’introduction : « c’est une sociologie des contes, dans la mesure où je serai attentif au sens qu’ils véhiculent, au type de relations sociotechniques qu’ils mettent en jeu, et aux implications de ce sens et de ces relations. C’est une sociologie de l’économie, dans la mesure où il s’agira moins d’éclairer les contes de fées au moyen de la sociologie économique que d’inverser la démarche, de mettre les contes au service de la compréhension des marchés contemporains » (ibid.).

2Passée l’introduction, le propos est ordonné en huit chapitres, organisés selon le même schéma : chacun s’appuie « sur un nouveau conte d’un côté et sur un terrain économique de l’autre afin de mettre au jour le lien aussi intime qu’indirect qui les unit » (p. 114). Les terrains proposés sont issus de travaux précédents de l’auteur, ainsi qu’il l’évoque à la fin de son introduction (p. 14-15) – travaux qui s’étalent sur la période 2004-2019. Pour autant, ainsi que l’évoque Franck Cochoy, il ne s’agit pas d’un simple copier-coller mais de « versions mises à jour, augmentées, remaniées, abondamment illustrées et désormais articulées en un tout que j’espère progressif et cohérent » (p. 14).

  • 1 Le conte de La Barbe bleue a été mobilisé dans Cochoy Franck, De la curiosité. L’art de la séductio (...)

3Les associations proposées entre contes et terrains économiques auront de quoi surprendre (à dessein ?) le lecteur et le bousculer dans ses habitudes. La captation des publics est ainsi étudiée en partant des situations du loup du Petit Chaperon rouge et de la Barbe bleue1 ; Boucles d’or nous sert de guide dans les dédales des grandes surfaces contemporaines ; et la maison de la sorcière d’Hansel et Gretel constitue une bonne mise en bouche pour comprendre l’essor des épiceries de détail des États-Unis au XXe siècle.

4Le propos se voulant fluide, il ne contient aucune note de bas de page. C’est un choix de l’auteur, qui invite le lecteur à se référer aux versions originales de ses travaux pour en savoir plus. Les illustrations sont nombreuses, permettant de représenter non seulement certaines scènes des contes, mais aussi des montages réalisés par l’auteur, afin de mieux donner à voir tel ou tel rapprochement entre une scène d’un conte et l’univers économique, ou encore les effets du packaging sur un paquet de céréales par exemple. Ce sont ainsi 113 illustrations qui sont proposées au total, et en couleurs.

  • 2 Pour un aperçu en langue française des autres approches existantes, on pourra se reporter à Steiner (...)
  • 3 Pour le cas français, se référer à Gallopel-Morvan Karine, Moodie Crawford, Eker Figen, Béguinot Em (...)

5En se risquant à suivre la démarche proposée par l’auteur au sujet des contes, on en vient à proposer soi-même une sociologie de l’économie appliquée à Si l’économie m’était contée. De manière synthétique, l’ouvrage peut en effet être abordé d’au moins deux manières. Une première renvoie à une présentation des principaux concepts (captation, calqul, dispositif…) et travaux de Franck Cochoy, l’ouvrage proposant une synthèse qui dévoile une manière de faire de la sociologie économique2 attentive à tout ce qui équipe les agents économiques et permet de les faire tenir ensemble et dans le temps (chariot, ski, revues, données…). Complémentaire du premier, le second axe est plus implicite, plus vigoureux aussi : il consiste en une critique d’autres travaux ou manières d’analyser et de penser. Ainsi, les relations entre économie et culture envisagées par les « cultural studies » (p. 113-114), ou encore des écueils rencontrés par la psychanalyse des contes de fées, notamment à propos de La Barbe bleue, font l’objet d’une critique mordante à l’occasion d’un encadré (p. 56). L’analyse des paquets de cigarettes « neutres » est aussi représentative de ce second axe de lecture : outre une efficacité qui ne serait pas avérée dans tous les pays3, ils devraient selon l’auteur plutôt être nommés « paquets de cigarettes négatifs » (voir notamment p. 191-197) et relever non d’une approche en termes de « marchés contestés » mais de « marchés concernés » (p. 192-194).

6Comme cela est précisé d’emblée, cet ouvrage ne produit pas une analyse des contes au prisme de l’économie. Ces derniers servent avant tout de point de départ. Selon les chapitres, l’analyse offerte est plus ou moins conséquente et porte sur un ou plusieurs moments du conte, si bien que l’utilisation des contes pour éclairer tel ou tel fait économique ressemble parfois à un lit de Procuste ou, pour le dire autrement, à une variation très libre autour du conte initial. Ainsi Howard Head est-il transformé en « petit cochon skieur » (p. 201) pour expliquer comment une innovation (le ski métallique) voit le jour, ceci via la métaphore du conte des Trois Petits Cochons, quand bien même cela revient à supposer qu’Howard Head ait eu à affronter plusieurs loups, que sa maison soit formée de briques, de bois et de paille, que plusieurs villages de petits cochons existent...

  • 4 Sur la question de l’écriture et de la représentation qu’un auteur se fait de son public, on pourra (...)

7On pourra aussi s’attarder sur le chapitre 4, où le conte du Vaillant Petit Tailleur est mobilisé. S’il permet à l’auteur de corriger une erreur de traduction des versions anglaise et française du conte (p. 102), on ne peut qu’être interpellé par le début du chapitre, où Franck Cochoy énonce que « nous connaissons tous ce dernier conte » (p. 97). Il n’est pas certain que n’importe quel lecteur de l’ouvrage soit aussi familier du Vaillant Petit Tailleur que des autres contes, sauf à partir du présupposé que le public de l’ouvrage est automatiquement familier de cette littérature4, ce qui crée mécaniquement une segmentation entre les lectorats, segmentation contradictoire avec les propos avancés en introduction.

8Enfin, on pourra regretter qu’une conclusion ne soit pas présente pour boucler l’ensemble. En effet, l’ouvrage se termine sur un paragraphe (p. 219) qui est une reprise à l’identique du propos tenu quelques pages auparavant (p. 210-211).

9Si l’économie m’était contée constitue ainsi un ouvrage alerte, qui mobilise le lecteur tout du long grâce au type d’écriture privilégié par Franck Cochoy, ainsi qu’à la présence de nombreuses illustrations qui offrent des moments de respiration et de contemplation entre les moments d’analyse, de critique et de synthèse présents au fil de l’ouvrage. Après sa lecture, vous ne (re)lirez plus les contes de fées de la même façon.

Haut de page

Notes

1 Le conte de La Barbe bleue a été mobilisé dans Cochoy Franck, De la curiosité. L’art de la séduction marchande, Paris, Armand Colin, 2011 (compte rendu de Audrey Millet pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.7466).

2 Pour un aperçu en langue française des autres approches existantes, on pourra se reporter à Steiner Philippe et Vatin François (dir.), Traité de sociologie économique, Paris, PUF, 2013.

3 Pour le cas français, se référer à Gallopel-Morvan Karine, Moodie Crawford, Eker Figen, Béguinot Emmanuelle et Martinet Yves, « Efficacité des paquets de cigarettes neutres sur des fumeuses en France : une étude dans un contexte réel de consommation », Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, n° 17-18, 2015, p. 308-315.

4 Sur la question de l’écriture et de la représentation qu’un auteur se fait de son public, on pourra se référer au cas du feuilleton télévisé Plus belle la vie : voir Mille Muriel, « Écrire pour tout le monde », Biens symboliques, n° 6, 2020 (disponible en ligne : https://revue.biens-symboliques.net/406).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Franck Cochoy, Si l’économie m’était contée. Huit histoires de marchés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45923 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45923

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires économiques et commerciales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search