Navigation – Plan du site

AccueilLireLes livres2020Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne...

Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne, La confiance dans les relations familiales. Régulations des sorties juvéniles, genre et usages sociaux de psychotropes

Laure Sève
La confiance dans les relations familiales
Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne, La confiance dans les relations familiales. Régulation des sorties juvéniles, genre et usages sociaux de psychotropes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2020, 210 p., ISBN : 9782753579439.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Simmel Georg, Sociologie : étude sur les formes de la socialisation, Paris, Presses Universitaires (...)

1Poursuivant leurs travaux respectifs et communs sur les consommations de psychotropes, Ludovic Gaussot et Nicolas Palierne reviennent dans cet ouvrage sur la question des régulations familiales des consommations adolescentes, en utilisant comme angle d’approche la place et les modalités de la confiance dans les relations entre parents et jeunes. L’hypothèse qui guide l’ensemble de l’ouvrage pose la confiance comme « une sorte de passage obligé dans le cadre de l’autonomisation et de la responsabilisation des jeunes au sein du processus de socialisation familiale » (p. 17), mais également comme une pratique éducative permettant aux parents d’évaluer la bonne intériorisation des règles et normes qu’ils édictent. Reprenant les définitions qu’en donnent Georg Simmel et les interactionnistes, les auteurs définissent la confiance comme « un état intermédiaire entre le savoir et le non-savoir sur autrui » et comme une « hypothèse sur une conduite future »1, une espérance au sens mathématique et éthique du terme. Ainsi, dans un contexte d’indépendance croissante des jeunes et de maîtrise impossible de leurs sorties et de leurs consommations, la relation de confiance se transforme en contrôle indirect, via le discours qui informe sur les pratiques, et en délégation du contrôle, via l’« autonomisation responsable » (p. 49) liée à l’intériorisation des normes familiales.

2Les données sur lesquelles se base la démonstration se composent d’entretiens semi-directifs réalisés avec une quarantaine de lycéen·ne·s et d’apprenti·e·s, issu·e·s de quatre établissements différents, ainsi qu’une une vingtaine d’entretiens avec des parents d’élèves de la région de Poitiers. Le corpus est d’emblée présenté comme non représentatif au sens statistique du terme, puisqu’il a été pensé dans le but de favoriser une diversification au regard de « variables stratégiques » pour l’objet d’étude (p. 18).

3L’ouvrage se structure en trois parties. Dans un premier temps, les auteurs reviennent sur la manière dont les styles éducatifs parentaux introduisent progressivement, au fur et à mesure de l’autonomisation des adolescents, la confiance sous différentes formes, en opposition à l’imposition d’interdits jugés contre-productifs. Elle peut être un idéal socioculturel à atteindre, un calcul visant à limiter les risques tout en engageant le jeune à ériger ses propres normes en assumant les conséquences, ou encore un contrat attribuant aux parties prenantes des droits et des devoirs. Sans être nécessairement un choix des acteurs, les auteurs soulignent que miser sur la confiance relève souvent pour les parents d’un « choix pragmatique » dans le but de maintenir une forme de contrôle sur les pratiques adolescentes.

4Considérant l’échange et la communication comme centraux dans la construction de la relation de confiance, Ludovic Gaussot et Nicolas Palierne se penchent dans une seconde partie sur la gestion – genrée – de l’information, en lien avec la gestion des consommations. Deux idéaux-types s’opposent. D’une part, la « quête de la transparence totale » (p. 75), du côté des parents, mais aussi du côté des adolescents et surtout des adolescentes, et, d’autre part, la volonté de s’aménager un espace, voire une « ligne biographique à soi » (p. 91) pouvant aller jusqu’à la double-vie si deux lignes biographiques deviennent distinctes et étanches – la ligne familiale et la ligne des relations aux pairs ou des consommations – du fait d’une forte maîtrise de l’information et de la séparation des espaces-temps.

5Dans la dernière partie enfin, les auteurs essaient de montrer en quoi les pratiques adolescentes sont tributaires des normes et des pratiques parentales, à la fois en termes de consommation de psychotropes et dans ce que ces dernières doivent aux rapports – confiants ou défiants – que les jeunes entretiennent avec leurs parents. Ils distinguent ainsi plusieurs « cultures familiales » qui permettent de mettre en lumière les liens entre les comportements des parents et ceux des enfants. La perception de ce qui est « à risque » est alors fortement liée à une socialisation familiale genrée, c’est-à-dire marquée par une forte dissymétrie dans les représentations des menaces pesant sur les filles et les garçons – ces derniers étant perçus comme courant moins de risques, et des risques moins graves.

6L’approche adoptée par l’ouvrage est intéressante en ce qu’elle tente de renouveler les analyses de la « confiance », majoritairement abordée par la psychologie, ainsi que celles des « consommations ». Souhaitant en effet s’écarter du paradigme épidémiologique qui domine la question des usages de produits psychotropes, les auteurs ont pour ambition d’aborder sociologiquement la gestion des consommations, laissant de côté la définition dictée par les normes médicales des pratiques « à risque » pour se pencher sur la manière dont les enquêté·e·s définissent eux-mêmes le risque – en évitant donc tout discours normatif sur ce que devraient être les « bonnes pratiques ».

  • 2 Voir notamment Lahire Bernard (dir.), Enfances de classe. De l’inégalité parmi les enfants, Paris, (...)

7Cependant la dernière partie, de laquelle le lecteur attend beaucoup à l’issue de la lecture des deux premières sections, déçoit en ce qu’elle n’apporte pas d’éclairage sur les logiques de différenciation sociale de l’éventail des pratiques analysées. En effet, et bien que cette lacune soit soulignée dans les dernières lignes de la conclusion (p. 188), on ne peut que déplorer l’absence de prise en compte de la position dans l’espace social des familles et des jeunes, pourtant surdéterminante dans les logiques de socialisation2, et la faiblesse de l’analyse sur la diversité proprement sociale des rapports à la régulation des sorties et des consommations. Si la question est parfois effleurée (p. 41), les auteurs n’insistent pas sur le fait que le terme de « confiance » et l’idéal de communication et d’échange dans les relations familiales sont éminemment associés au pôle culturel des classes moyennes et supérieures et que cela ne prévaut pas dans tout l’espace social comme ils le laissent penser (p. 16 et p. 27). Cela est sans doute lié à un corpus d’entretiens qui ne comporte que peu de familles ou de jeunes de classes populaires ou, à l’inverse, des fractions les plus élevées de l’espace social. On regrette d’autre part le manque de réflexivité qui caractérise parfois l’utilisation des extraits d’entretiens, rendant parfois les montées en généralités peu convaincantes – un entretien réalisé avec une CPE est ainsi utilisé de nombreuses fois pour parler de l’importance de la communication et de l’échange, celui avec un gendarme pour parler de la gestion de l’information et des méthodes intrusives de recueil d’information et enfin celui avec un vigneron pour décrire la « culture du vin familiale ».

  • 3 Darmon Muriel, La socialisation, Paris, Armand Colin, 2010.

8De plus, les auteurs revendiquent une analyse proche de la sociologie de la socialisation (par exemple, p. 119-120) et accordent, à juste titre, une place importante à la dimension fortement genrée des pratiques – à la fois éducatives, de discours sur soi et de consommations – mais ils s’en tiennent au constat de ces différences sans interroger leurs genèses – l’acquisition de dispositions au travers de processus de socialisation à proprement parler3.

9Sans dénier les apports de cet ouvrage, en particulier l’étude des moyens mis en œuvre par les parents pour maîtriser la socialisation par les pairs de leurs enfants, mais aussi parfois leur volonté de « fermer les yeux » sur des pratiques en désaccord avec les leurs, on regrette que les différenciations sociales ne soient pas davantage travaillées. Par exemple, sur une question comme celle des modalités de la régulation familiale, qui semble pourtant être centrale dans la question de la « confiance », en cela que les familles dans lesquelles on fait « confiance » aux jeunes sont aussi celles où ceux-ci ont le mieux intériorisé les habitus parentaux et intégré des normes d’autocontrôle.

Haut de page

Notes

1 Simmel Georg, Sociologie : étude sur les formes de la socialisation, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

2 Voir notamment Lahire Bernard (dir.), Enfances de classe. De l’inégalité parmi les enfants, Paris, Éditions du Seuil, 2019.

3 Darmon Muriel, La socialisation, Paris, Armand Colin, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Sève, « Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne, La confiance dans les relations familiales. Régulations des sorties juvéniles, genre et usages sociaux de psychotropes », Lectures [En ligne], Les livres, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45986

Haut de page

Rédacteur

Laure Sève

Doctorante en sociologie au LaSSP (SciencesPo Toulouse), EA 4175.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search