Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Tiphaine Samoyault, Traduction et...

Tiphaine Samoyault, Traduction et violence

Valère Zysman-Singer
Traduction et violence
Tiphaine Samoyault, Traduction et violence, Paris, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2020, 203 p., ISBN : 978-2-02-145178-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment l’ouvrage de Pascale Casanova, La langue mondiale. Traduction et domination (Paris, (...)

1L’ouvrage de Tiphaine Samoyault part d’un constat : la traduction est d’ordinaire perçue comme une opération éminemment positive, gage d’ouverture et d’accès à l’autre. Encouragée par les plus hautes instances politiques (Commission européenne, Unesco), elle célébrerait la diversité, faciliterait la communication entre les sujets des différentes parties du monde et permettrait une compréhension réciproque dans le respect de chacun. Face à tant d’optimisme, Traduction et violence s’attache à déconstruire le présupposé irénique de la traduction en rappelant les mécanismes de domination qui lui sont inhérents : là où sa pratique est supposée relier, rassembler et construire, il se pourrait surtout qu’elle délie, divise et détruise. À travers l’examen détaillé de nombreux cas historiques, il s’agit pour la chercheuse de mettre en lumière les formes de violence que le geste du traducteur engendre ou accompagne, c’est-à-dire de « redonner à la traduction son potentiel de négativité active » (p. 11). Cette négativité, les pensées du traduire ont su la reconnaître sous bien des aspects : dans les processus historiques d’abord, où la langue a souvent joué un rôle majeur dans les logiques de domination1 ; dans les relations qu’elle croit instaurer, et qui confinent souvent au quiproquo ; mais aussi dans l’acte même de traduire, dont le potentiel d’exclusion sémantique n’est plus à prouver. Au-delà de la magistrale synthèse critique que fournit cet ouvrage, et qui saura satisfaire tout lecteur désireux de se familiariser avec les outils conceptuels des translation studies, Tiphaine Samoyault déploie une pensée exigeante et érudite, la chercheuse puisant avec aisance dans l’histoire littéraire mondiale pour en dégager des exemples emblématiques de la virulence du traduire.

  • 2 Edward Saïd, Culture et impérialisme, Paris, Fayard, 2000.

2Si toute violence est polymorphe, ses formes les plus frappantes sont souvent celles qui s’observent à grande échelle. Tiphaine Samoyault commence ainsi sa quête des antagonismes de la traduction en parcourant l’histoire des impérialismes politiques. Rappelant, à la suite de Saïd2, que les rivalités entre colonisateurs et colonisés se manifestent aussi sur le terrain linguistique, l’auteure décline plusieurs cas sud-américains et maghrébins dans lesquels l’imposition de la langue de l’envahisseur européen alla dans le sens d’une destruction de la culture source. Jouant pleinement son rôle dans les situations de violence historique, la traduction court toujours le risque de soumettre l’étranger au poids de la langue hégémonique et, de ce fait, « participe à des procédures de domination, de répression et de censure » (p. 65). La géopolitique du traduire se révèle impitoyable : des erreurs dans la transcription d’une langue à l’autre peuvent engendrer de véritables crises diplomatiques, comme ce fut le cas lors de la guerre franco-prussienne ou des négociations américano-japonaises à la veille de la capitulation. La chercheuse multiplie à l’envi les anecdotes évoquant les conséquences politiques parfois vertigineuses d’une déformation, d’une dégradation ou d’une absorption de la langue de départ.

  • 3 Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999.
  • 4 Chantal Mouffe, L’illusion du consensus, trad. Pauline Colonna d’Istria, Paris, Albin Michel, 2016.

3À côté de ces formes extérieures de violence, la traduction présente aussi des antagonismes internes pour lesquels « l’espace de la lutte est la traduction elle-même » (p. 42). Cette invitation à observer la négativité inhérente au traduire s’inscrit contre les approches fétichistes de la langue d’origine. La pensée de Meschonnic3 est notamment critiquée : en séparant les « bonnes » des « mauvaises » traductions, le théoricien sacralise le texte de référence et frappe de nullité bien des traductions, jugées à la lumière d’un orignal supposément parfait. Tiphaine Samoyault bat en brèche une telle « mystique de l’intraduisible » qui pose une différence de valeur entre texte source et texte cible en rappelant le caractère nécessairement imparfait et excluant de toute traduction. Cette violence linguistique immanente au traduire, que la chercheuse qualifie comme « agonisme », en écho à la philosophe Chantal Mouffe4, ne s’exerce pas sur un plan uniquement formel mais également sur les plans sémantique et herméneutique. Dans la mesure où l’égalité des langues ne signifie pas l’identité des systèmes d’expression, et que « l’équivalence est justement ce qui est impossible » (p. 57), toute traduction est vouée à tordre le texte original. La traduction exerce donc une double violence : l’une alimente les processus d’appropriation culturelle, l’autre s’immisce fatalement dans tout geste de traduction, les deux risquant toujours d’araser les différences.

  • 5 Primo Levi, Si c’est un homme, trad. Martine Schruoffeneger, Paris, Pocket, 1987, p. 52.

4Les multiples formes de séparation qu’entraîne la traduction pourraient suffire à l’invalider une bonne fois pour toutes. Or, il semblerait que cette négativité constitue (aussi) sa force vive. L’exemple de l’usage souterrain de la traduction en contexte totalitaire, puis celui de Primo Levi tentant de traduire Dante depuis les camps d’Auschwitz fournissent deux cas de figure où la traduction cesse d’être le véhicule de conflits pour devenir le moyen d’une résistance. Pour l’auteur de Si c’est un homme, « faire venir le livre qui manque dans la langue qui manque » (p. 92) constitue le moyen temporaire d’échapper à la violence historique. La pratique de la traduction permet de substituer le chant dantesque à l’enfer des camps, « sorte de Babel permanente où tout le monde hurle des ordres et des menaces dans des langues parfaitement inconnues »5. Cet exemple situé dans le chapitre central constitue un pivot : et si la traduction, caractérisée par l’écart et la distance, pouvait en quelque sorte trouver un remède dans son propre mal ? En cela, le titre de l’ouvrage est un brin trompeur : l’objectif de Tiphaine Samoyault n’est pas simplement de pointer la violence latente dans tout geste de traduction, mais aussi et surtout de poser les fondements d’une politique du traduire, « pour que ce qui sépare soit aussi ce qui répare » (p. 107). Si chaque traduction est imparfaite et contiendra toujours un « reste injuste », c’est aussi parce qu’elle préserve l’incompréhension partiellement inscrite dans toute relation à l’autre.

5Il y aurait donc dans toute tentative de traduction une part d’incertitude. La transcription créole de Proust par Guy Régis Jr fournit l’exemple d’une rencontre imprévisible : sa version de l’incipit de Du côté de chez Swann ouvre le texte à l’oralité créole et l’amène ainsi « dans une sorte de territoire interdit et neuf » (p. 140). Le passage d’une langue à l’autre se place ici sous le régime de la surprise. Un détour par Deleuze et Derrida permet à l’auteure d’appuyer cette pensée de la traduction comme une expérience limite susceptible d’élaborer sans cesse de nouvelles possibilités, « au prix d’un certain nombre de désappropriations » (p. 147). Cette éthique a bien à voir avec une politique, cherchant tant bien que mal à établir des mondes communs. Le chapitre « Traduction et communauté » réexamine plusieurs tentatives critiques, d’Antoine Berman à Lily Robert-Foley, pour penser des formes de traduction qui n’écraseraient plus l’autre sous le poids du même. Mais ces pistes achoppent, l’auteur concluant que la traduction, à la différence du texte littéraire, aura toujours difficulté à faire peuple.

6En fin de parcours, Traduction et violence invite à ouvrir la pensée du traduire à d’autres champs des sciences humaines. Les études de genre ont par exemple leur mot à dire : identifiée à une « procréation », la traduction pourrait être pensée comme l’opération d’une génitrice, invitant à réenvisager le rapport entre le texte d’origine et son prolongement dans une autre langue à travers la métaphore de l’enfantement. Enfin le dernier chapitre, « Un tournant sensible », convie le lecteur à imaginer des traductions capables de restituer les formes sonores et visuelles du texte initial. L’effet d’un texte sur le lecteur ne se réduisant pas au sens du discours qu’il contient, il s’agit de penser une traduction capable « d’adjoindre les sens à la levée du sens » (p. 181). S’éloigner du message stricto sensu au profit d’un mimétisme phonique ou graphique constitue une première piste ; c’est celle à laquelle se sont essayés certains membres de l’Oulipo, au premier rang desquels Jacques Roubaud. Au-delà de ces tentatives isolées, la chercheuse appelle à élargir l’horizon d’analyse en s’intéressant notamment à l’étude des communications animales : l’attention portée à toutes les formes du sensible pourrait ainsi nous amener à redéfinir la traduction comme une invitation à écouter sans nécessairement comprendre.

  • 6 Martin Rueff, « Haute-fidélité », dans Comme si quelque chose, Chambéry, Comp’Act, 2006, p. 17.

7Cet appel à tendre l’oreille vient conclure le livre de Tiphaine Samoyault, qui s’était ouvert sur la critique d’une fausse positivité de la traduction, véhiculée par un discours officiel ethnocentrique, pour proposer in fine une pensée de la traduction capable de retourner le désaccord en une éthique de la vigilance et de l’écoute. Puisque traduire est un acte fondamentalement transitif, tourné vers l’autre, sans doute constitue t-il un rempart contre l’indifférence, contre le mutisme ou, pour le dire avec un poète-traducteur que Tiphaine Samoyault affectionne, « contre les cendres »6.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment l’ouvrage de Pascale Casanova, La langue mondiale. Traduction et domination (Paris, Seuil, 2015), qui associe le déploiement planétaire des langues française et anglaise à des logiques de domination symbolique.

2 Edward Saïd, Culture et impérialisme, Paris, Fayard, 2000.

3 Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999.

4 Chantal Mouffe, L’illusion du consensus, trad. Pauline Colonna d’Istria, Paris, Albin Michel, 2016.

5 Primo Levi, Si c’est un homme, trad. Martine Schruoffeneger, Paris, Pocket, 1987, p. 52.

6 Martin Rueff, « Haute-fidélité », dans Comme si quelque chose, Chambéry, Comp’Act, 2006, p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valère Zysman-Singer, « Tiphaine Samoyault, Traduction et violence », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45992 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45992

Haut de page

Rédacteur

Valère Zysman-Singer

Étudiant en littérature comparée à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search