Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Patrick Pion et Nathan Schlanger ...

Patrick Pion et Nathan Schlanger (dir.), Apprendre. Archéologie de la transmission des savoirs

Serge Martin
Apprendre
Patrick Pion, Nathan Schlanger (dir.), Apprendre. Archéologie de la transmission des savoirs, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2020, 300 p., ISBN : 9782348055522.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacob Christian, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014, disponible e (...)

1Les textes rassemblés dans cet ouvrage sont issus du colloque international « Transmettre les savoirs, archéologie des apprentissages », organisé par l’Institut national de recherche archéologiques préventives en novembre 2017. Dix-neuf communications sont regroupées en trois parties : « Entre l’inné et l’intentionnel » ; « L’oral, l’écrit, l’image : diversité et complémentarité des supports » ; « Apprendre et innover : stabilité et mutations des savoir-faire et des savoirs ». Elles sont précédées d’une introduction des directeurs et d’une ouverture signée Christian Jacob, auteur de Qu’est-ce qu’un lieu de savoirs ?1, qui élargit à l’ensemble du vivant, au-delà donc des seuls humains, le champ problématique de l’ouvrage dénommé « triangle anthropologique » : « transmission, savoirs, apprentissages ». Ce champ est d’abord ordonné par le jeu entre le verbe et le substantif forcément au pluriel (« savoir/savoirs »), d’autant que la socialisation des savoirs ne peut être qu’historique et culturelle. S’engagent aussitôt les modalités diverses de la transmission et de la circulation de savoirs, du modèle socratique à la bibliothèque.

  • 2 Scotto d’Apollonia Lionel, « L’éducation aux “controverses climatiques” : une fabrique du doute ? » (...)

2Il est toutefois étonnant que Christian Jacob, qui embrasse avec talent ce « processus fondamental », n’évoque jamais la notion de didactique, pas plus que celle de pédagogie. Or, si cet ouvrage vise à « approcher la transmission des savoirs », ainsi que le revendiquent les deux directeurs en mentionnant « les distinctions typologiques multiples et variées autour des concepts de savoirs, apprentissage et transmission » (p. 12), il s’en tient à « l’anthropologie sociale et culturelle » et essentiellement à la notion de « culture matérielle », dont il constitue comme un approfondissement pertinent mais peut-être insuffisant. Car il aurait été nécessaire d’ouvrir le colloque aux didacticiens et, au-delà, aux épistémologues des sciences, du moins à tous ceux qui travaillent sur « les controverses socio-scientifiques comme un espace social multidimensionnel »2. Ceci dit, en retour, l’ouvrage devrait être lu par les didacticiens qui, trop souvent, n’aperçoivent pas combien la profondeur anthropologique tout comme l’élargissement géographique et culturel qu’il engage, serait nécessaire à leur discipline. La contribution de Jean-Louis Dessalle est passionnante de ce point de vue. À partir d’observations rapportées à l’ouvrage d’Harold Benjamin, La Pédagogie paléolithique ou préhistoire de la contestation (1970), il souligne la place décisive de l’étonnement voire de l’inattendu dans la transmission et surtout dans l’acquisition des savoirs comme dans la conversation ordinaire, et reconnaît « qu’en tant qu’enseignant », il « a été quelque peu perturbé lorsqu’[il a] pris conscience du rôle central de l’anormalité et de l’inattendu dans la réceptivité des étudiants » (p. 56). Dans la même perspective, Gaëlle Pontarotti défait ainsi le sens commun de la distinction entre l’inné et l’acquis, qui n’a plus guère de pertinence autrement qu’à en concevoir les enchevêtrements voire à penser d’autres catégories conceptuelles plus opératoires telle que celle d’apprentissage héréditaire/non héréditaire. La contribution de Blandine Brill fait alors de « l’approche écologique-dynamique » une réponse aux apories de l’approche cognitiviste concernant l’apprentissage des gestes techniques. Aussi la critique de la notion de « savoir-faire » est-elle fort pertinente pour lui préférer celle de « savoirs en action » qui font alors place aux « variations de l’environnement en vue de la réalisation d’une action orientée vers un but » (p. 63). C’est alors que la « grande diversité des gestes techniques et de leur accomplissement au niveau des mouvements de l’acteur » devient essentielle pour penser « le cheminement vers l’expertise » (p. 69-70). Il semble alors utile d’employer la notion d’Homo docens, comme nous y convie Anders Högberg dans une contribution qui parcourt « l’enseignement intentionnel », des chimpanzés casseurs de noix aux producteurs de bifaces durant l’Acheuléen supérieur (-800 000 à -100 000 ans), pour conclure sur ce qui formule l’hypothèse décisive de tout l’ouvrage : « le développement cognitif crucial au cours de l’évolution humaine n’a peut-être pas été la fabrication ni l’usage d’outils, mais la capacité à effectuer un transfert intentionnel de savoirs d’une génération à l’autre » (p. 84).

3Aussi, la deuxième partie de l’ouvrage se consacre-t-elle essentiellement aux cultures matérielles de ces transferts, qu’ils concernent « [les] savoir-faire artistiques du Paléolithique », « la taille du silex au paléolithique supérieur », « un contexte de mutations socio-environnementales » chez les Baka au Cameroun, « la pictographie nahuatl avant et après la conquête espagnole », « l’écriture cunéiforme au Proche-Orient antique », « l’écriture en Gaule méditerranéenne protohistorique », « l’écriture en France depuis la Renaissance », « l’équipement scolaire de la IIIe république » ou « l’imposition du système d’enseignement français en Algérie ». Autant de contributions qui nourrissent heureusement l’enquête, parfois même laissent un peu le lecteur sur sa faim, même si les bibliographies offrent des prolongements bienvenus. Ces contributions permettent de saisir concrètement la tension qui est au cœur des transferts d’expériences entre pertes et gains, créativité et modélisations, stabilité et mutations, apprentissage et innovation.

  • 3 Dewey John, L’Art comme expérience, trad. coordonnée par Jean-Pierre Cometti, Paris, Gallimard, col (...)

4La troisième partie permet de repenser à nouveaux frais ces tensions à partir de la contribution de Valentine Roux, qui problématise l’articulation entre « facultés d’apprentissage » et « facultés exploratoires », qui obligerait à distinguer les variantes, au sein d’une même tradition, des inventions qui développent de « nouveaux objets » et/ou « de nouvelles habilités ». L’archéologie permet de saisir cette distinction, jusqu’à observer des « éléments de créativité » sur un site de la fin du premier âge du bronze, à côté de Budapest. Le beau témoignage d’Anne Lehoërff passe d’un atelier de bronzier contemporain à l’épée de Jugnes d’il y a quelque 3 500 ans pour souligner l’importance de notions-clefs comme celles de geste, de durée, de répétition, d’écart, dès qu’il y a apprentissage-enseignement. On regrettera toutefois que la notion d’expérience ne soit pas problématisée dans la lignée d’un John Dewey3. On peut alors s’étonner d’apprendre, grâce à Françoise Labaune-Jean, que « l’étude du verre ancien débute réellement à partir des années 1990 » alors que « le verre a vu ses principes fondamentaux mis en place dès les premiers siècles de son utilisation, soit un peu avant le milieu du IIe millénaire » (p. 248). L’ethnoarchéologie et l’archéologie expérimentale ont justement permis depuis 1990 de montrer comment la gestuelle des verriers s’est transmise dans le cadre paradoxal d’itinérances et d’un corporatisme très conservateur. Danielle Arribet-Deroin corrobore ce point dans sa contribution concernant « les travailleurs des forges à fer de la fin du Moyen Âge et de l’Époque moderne », puisque la routine, que constituent au sein de groupes familiaux les « savoirs tacites » et « incorporés », correspond à un véritable « conservatoire » que des « traités techniques tardifs » ont essayé de stabiliser. Enfin, Séverine Hurard, dans une contribution qui fait le bilan d’une opération d’archéologie préventive en 2011-2012, « dans le cadre de l’aménagement de la plaine d’Achères », montre combien Louis XIV et surtout son ministre Vauban ont investi, « dans la préparation à la guerre de siège », à un niveau inattendu « à la veille de la guerre de Hollande (1672-1678) ». Ce terrain de manœuvres pour le génie et les troupes jusqu’à une « répétition générale donnée en spectacle à la cour » est aussi celui de « l’apprentissage de la pénibilité de la vie de camp » pour près de 30 000 hommes qui préfigure la naissance de l’armée de métier.

  • 4 Meschonnic Henri, Nous le passage, Lagrasse, Verdier, 1990, p. 33.

5Cet ouvrage montre, en fin de compte, l’approche récente du thème des apprentissages par l’archéologie, qui permet en retour de défamiliariser notre regard concernant le « modèle scolaire occidental ». Si des chercheurs de l’anthropologie sociale et culturelle ont bien été sollicités, il est regrettable que des didacticiens ne l’aient été, y compris pour que ces derniers participent de ce mouvement de défamiliarisation car, comme dit le poète : « nous sommes toujours / au commencement d’apprendre »4.

Haut de page

Notes

1 Jacob Christian, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014, disponible en ligne : https://books.openedition.org/oep/423.

2 Scotto d’Apollonia Lionel, « L’éducation aux “controverses climatiques” : une fabrique du doute ? », in Manuel Bächtold, Viviane Durand-Guerrier et Valérie Munier (dir.), Épistémologie et didactique. Synthèses et études de cas en mathématiques et en sciences expérimentales, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2018, p. 249-259.

3 Dewey John, L’Art comme expérience, trad. coordonnée par Jean-Pierre Cometti, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2010 [1934]. On peut consulter les actes d’un colloque dans : Triages, n° 29, juin 2017, p. 104-155, [Actes du colloque « Vivre une expérience. L’œuvre de John Dewey pour penser/enseigner les langues et les littératures », Sorbonne nouvelle (Maison de la recherche), 8 et 9 décembre 2016].

4 Meschonnic Henri, Nous le passage, Lagrasse, Verdier, 1990, p. 33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Martin, « Patrick Pion et Nathan Schlanger (dir.), Apprendre. Archéologie de la transmission des savoirs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 décembre 2020, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46022 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46022

Haut de page

Rédacteur

Serge Martin

Professeur émérite (9e section CNU), DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne nouvelle Paris 3.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search