Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Bernard Duterme (dir), L’urgence ...

Bernard Duterme (dir), L’urgence écologique vue du Sud

Sarah M. Munoz
L'urgence écologique vue du Sud
Bernard Duterme (dir.), « L'urgence écologique vue du Sud », Alternatives Sud, Vol. 27, n°3, Septembre 2020, 180 p., Louvain-la-Neuve, Centre Tricontinental, Editions Syllepse, ISBN : 9782849508589.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le concept de « Sud Global » réfère aux populations « marginalisées économiquement et politiquement (...)
  • 2 L’extractivisme est un terme qui désigne « les activités de surexploitation des ressources naturell (...)

1Comment pourrait être le monde après la pandémie ? Équitable, décentralisé et décolonisé ; autant d’idéaux avancés ici et qui nous amènent à penser un nouveau paradigme post-coronavirus avec en son cœur le besoin de justice écologique et sociale. Cet ouvrage se découpe en quatre axes destinés à mettre en lumière différents terrains propices au développement de cet imaginaire politique. La première partie nous plonge à l’échelle locale auprès des acteurs du Sud Global1 qui militent contre l’extractivisme2 ; avant d’élever la réflexion à l’échelle internationale, dans une seconde partie axée sur les sphères de gouvernance onusiennes. La troisième partie de l’ouvrage, davantage normative, propose des réflexions ontologiques sur la décolonisation des récits environnementaux. Enfin, la dernière section de l’ouvrage conjugue ces différentes pistes de réflexion pour recadrer ces luttes dans le contexte de la pandémie actuelle, proposant l’élaboration d’un Green New Deal radical post-coronavirus.

2Ce livre commence par un éditorial de son coordonnateur, Bernard Duterme, directeur du Centre tricontinental (CETRI). Il met en relief les difficultés à élaborer une approche cohérente et ambitieuse pour la lutte contre les changements climatiques, soulignant les divisions profondes des mouvements pour l’environnement : « centrale ou marginale, la crise écologique » ? « Gris ou vert, le capitalisme » ? (p. 8). C’est à travers ces questionnements dichotomiques que l’auteur avance la nécessité de repenser les issues de l’urgence climatique et les rationalités qui la sous-tendent. Au cœur de cet ouvrage, alors, se trouve une remise en question profonde des systèmes de domination et d’exploitation qui ont contribué à l’enracinement des inégalités sociales et écologiques. Par cet éditorial, l’auteur pose les bases pour les réflexions à suivre.

3 La première partie de l’ouvrage se penche sur les acteurs et conflits socio-environnementaux du Sud Global, et propose trois chapitres pour en cerner les dynamiques. Le premier, de la chercheuse Gabriela Merlinsky, s’intéresse aux communautés affectées par le pillage extractiviste en Amérique latine. L’auteure nous transporte au sein de ces nouvelles luttes locales pour en analyser les actions collectives et les répertoires d’action contre les injustices sociales et environnementales. Ancré dans l’étude des mouvements sociaux, ce chapitre met en exergue cinq dimensions des luttes contre le pillage extractiviste : « l’inscription territoriale des luttes environnementales, la résistance à la clôture des communs, la production des connaissances collectives, la délibération comme espace d’expérimentation et la demande de reconnaissance » (p. 42). La deuxième contribution, de Hamza Hamouchene, s’inscrit dans la continuité de la première et propose l’étude des mouvements contre l’extractivisme au Maghreb. Il interroge les fondements de ces luttes et leur caractère anti-systémique, anticapitaliste et décolonial qui permettent l’expansion des mouvements au-delà des seules considérations environnementales. Par l’étude de trois cas en Algérie, en Tunisie, et dans l’arrière-pays marocain et tunisien, le chercheur et militant fait état d’un « nouveau prolétariat » porteur des luttes contre la dépossession (p. 63), appelant à repenser et rallier les différents mouvements antiracistes, anticolonialistes, anticapitalistes et environnementaux. Le dernier chapitre de cette première partie est signé Brototi Roy et Joan Martínez Alier. Il se penche sur la répression des mouvements environnementaux et des militants pacifistes en Inde. Ancrant leur analyse dans le concept de « conflits de distribution écologique » (p. 68), les auteurs s’interrogent sur le caractère multidimensionnel de la violence ; qu’elle soit directe (comme les heurts entre policiers et villageois de Maikanch en 2000), structurelle et culturelle (comme la création de complexes industriels sur des terres paysannes à Kalinganagar), latente (le « meurtre à petit feu » par la pollution à Delhi), ou écologique (tel que la destruction écologique engendrée par le développement de la zone industrielle de Chennai). Cette première partie nous offre ainsi un tour d’horizon des répertoires d’action, des acteurs, et de luttes qui, à travers une analyse décoloniale et anticapitaliste, rendent compte des importantes dynamiques intersectionnelles des nouveaux mouvements de lutte contre les injustices dans le Sud Global.

  • 3 L’Accord de Paris est un traité international sur les changements climatiques adopté lors de la COP (...)
  • 4 Les décisions de Katowice sont un ensemble de décisions sur les changements climatiques adoptées pa (...)

4 La seconde partie de l’ouvrage est composée de deux chapitres portant sur les négociations climatiques et le clivage Nord-Sud à l’échelle internationale. Le premier texte est une version réduite d’un article de l’institut de recherche philippin IBON International. Il vise à déconstruire l’architecture du financement climatique international pour en exposer les faiblesses vues du Sud, démontrant à la fois sa complexité et son inefficacité pour une réelle mise en pratique des principes d’équité et de justice. La posture critique adoptée ici vise à montrer la manière dont le système de financement international perpétue les inégalités et les structures de domination du Nord sur le Sud Global. La notion d’équité est également au cœur du cinquième chapitre, co-écrit par Hesham Al-Zahrani, Chai Qimin, Fu Sha, Yaw Osafo, Adriano Santhiago de Oliveira, Anushree Tripathi, Harald Winkler et Vicente Paolo Yu, collaborateurs du think thank intergouvernemental South Center. Les auteurs proposent une analyse textuelle de l’Accord de Paris3 et des décisions de Katowice4 pour rendre en compte de la rhétorique employée à l’échelle internationale sur les changements climatiques. Ils s’intéressent particulièrement à l’intégration des principes d’équité et des responsabilités communes mais différenciées en gouvernance environnementale mondiale. S’ils ne s’aventurent pas dans une critique virulente des textes, ils insistent sur la volonté affichée des acteurs onusiens à intégrer l’équité comme « moteur » de la lutte contre les changements climatiques.

  • 5 Arturo Escobar, 2016. « Thinking-feeling with the Earth: Territorial struggles and the Ontological (...)

5 La troisième partie de l’ouvrage ouvre la réflexion sur des perspectives critiques et nous invite à « décoloniser l’écologie ». Dans le premier chapitre, le chercheur Vijay Kolinjivadi propose de repenser le Green New Deal au-delà des structures occidentales dominantes et coloniales qui continuent d’opprimer les peuples et leurs environnements. Adoptant une position intersectionnelle sur ces enjeux, l’auteur avance trois principes pour rompre avec les modèles d’exploitation : devenir « vert » dans les relations humains/non-humain ; promouvoir la décroissance, la décolonisation et la relocalisation ; et repenser le contrat social au-delà du modèle développementaliste néocolonial. Le chapitre suivant, écrit par l’économiste camerounais Thierry Amougou, s’inscrit dans la continuité du précédent et apporte une dimension normative et conceptuelle essentielle à l’ouvrage. L’auteur nous amène à repenser le concept de « climat global » porté par les mouvements occidentaux – qu’il appelle la « génération climat » (p. 137) – et remet en question le récit occidentalocentré qui domine aujourd’hui la lutte contre les changements climatiques. Opposant ces narratifs à ceux de Pachamama, la Terre Mère, au cœur des ontologies du Sud Global5, l’auteur dénonce le caractère technoscientifique des mouvements environnementalistes occidentaux. Plus important encore, il dénonce les privilèges inhérents à ces luttes occidentales post-matérialistes, soulignant que « ventre affamé n’a point de climat ! » (p. 139).

  • 6 Ce concept autochtone se base sur l’équilibre entre les hommes et la Terre Mère. Pour son analyse d (...)
  • 7 Voir le projet initial proposé par l’ancien candidat à la présidentielle américaine, Bernie Sanders (...)

6 La dernière partie de l’ouvrage propose d’ancrer l’ensemble de ces réflexions dans le contexte de la pandémie actuelle. Le chapitre huit, écrit par la sociologue Maristella Svampa, part de ce « Léviathan sanitaire » (p. 147) pour en envisager l’après ; un monde moulé par le paradigme féministe du care et de la justice sociale. Elle propose une refonte de notre imaginaire social au-delà des impératifs de croissance capitaliste et extractiviste, dénoncés dans la première partie de cet ouvrage. À la place, l’auteure nous amène à réfléchir à une « libération cognitive » (p. 157) fondée sur les principes autochtones du buen vivir6 qui répondrait aux enjeux mis en exergue par la crise du coronavirus et qui permettrait une transition sociale et écologique juste. Enfin les chercheurs Ashish Kothari et Vijay Kolinjivadi rassemblent l’ensemble des perspectives développées jusqu’ici pour proposer un Green New Deal post-pandémie qui adresserait les inégalités et la dégradation écologique subie par le Sud Global. Ils insistent sur la nécessité de dépasser le Green New Deal initialement proposé par Bernie Sanders7, et d’adopter des approches radicales pour la résistance à l’extractivisme, l’affirmation des pratiques traditionnelles, et les mouvements contre l’exploitation, qu’elles soient écoféministes, écosocialistes, ou encore altermondialistes. Si la crise du COVID-19 a montré que le système actuel est « illusoire et non durable » (p. 174), c’est par une véritable transformation des ontologies et des pratiques sociales, écologiques, et systémiques au Nord que nous pourrons répondre à « l’urgence écologique ».

  • 8 Les impératifs du développement économique imposés sur le Sud global sont ancrés dans les théories (...)

7 La force de cet ouvrage collectif est d’apporter de nouveaux regards sur les crises sociales et environnementales dans un contexte de pandémie en insistant sur les perspectives du Sud Global. Il nous force à questionner les fondements de la lutte occidentale contre les changements climatiques, dont les efforts n’auront pas suffi à répondre aux besoins de justice sociale. Malgré un ancrage dans des perspectives décoloniales et anticapitalistes, certains chapitres flirtent cependant avec des narratifs développementalistes, utilisant le concept de « développement » pour désigner ces pays qui n’auraient pas encore atteint le niveau de « modernité » des pays industrialisés8. Bien que l’ouvrage s’affiche comme un plaidoyer pour ces populations exploitées et marginalisées du Sud, l’utilisation inconsistante des termes pour désigner ces pays et leurs enjeux laisse transparaitre un manque de cohérence entre leur approche décoloniale et leur analyse, diluant parfois la force de leur message. L’ouvrage apporte néanmoins une perspective critique essentielle pour repenser les luttes écologiques au-delà de leurs ancrages occidentaux et y inclure les diverses perspectives des acteurs du Sud Global.

Haut de page

Notes

1 Le concept de « Sud Global » réfère aux populations « marginalisées économiquement et politiquement, lesquelles sont principalement situées dans les pays de l’hémisphère Sud, mais pas uniquement ». Ces termes permettent d’éviter l’utilisation de concepts de « développement » qui attribuent une valeur économique à ces régions. En ça, le Sud Global est davantage un « état » et un « processus » plutôt qu’une région géographique. (Sondarjee, Maïka. 2020. Perdre le Sud : Décoloniser la solidarité internationale, Montréal : Écosociété, p. 52)

2 L’extractivisme est un terme qui désigne « les activités de surexploitation des ressources naturelles destinées en particulier à l’exportation vers les marchés mondiaux » (p. 47). L’extractivisme est un mode d’accumulation et d’appropriation, et s’inscrit généralement dans un rapport de domination et d’exploitation conduisant à la dégradation de l’environnement (p. 45-46).

3 L’Accord de Paris est un traité international sur les changements climatiques adopté lors de la COP21 (voir le site du CCNUCC : https://unfccc.int/fr/processus-et-reunions/l-accord-de-paris/l-accord-de-paris).

4 Les décisions de Katowice sont un ensemble de décisions sur les changements climatiques adoptées par consensus lors de la COP24 à Katowice. Le texte porte, entre autres, sur la mise en pratique des Accords de Paris, du financement et de l’adaptation aux changements climatiques. Voir ces décisions sur le site du CCNUCC : https://unfccc.int/fr/node/184338.

5 Arturo Escobar, 2016. « Thinking-feeling with the Earth: Territorial struggles and the Ontological dimension of the Epistemologies of the South », Revista de Antropología Iberoamericana, 11(1): 11-32

6 Ce concept autochtone se base sur l’équilibre entre les hommes et la Terre Mère. Pour son analyse dans un contexte d’extractivisme, voir l’ouvrage de Dimitri De Boissieu, 2019. Bolivie : L’illusion écologiste. Montréal : Écosociété.

7 Voir le projet initial proposé par l’ancien candidat à la présidentielle américaine, Bernie Sanders, sur son site de campagne : https://berniesanders.com/issues/green-new-deal/

8 Les impératifs du développement économique imposés sur le Sud global sont ancrés dans les théories générales de la modernisation qui ont divisé les sociétés « avancées » et « primitives ». Voir Samuel Huntington, 1971. « The change to change : Modernisation, development, politics », Comparative Politics, 3(3) : 283-322). Pour une critique du concept de développement dans une perspective décoloniale, voir l’ouvrage de Maïka Sondarjee, 2020. Perdre le Sud : Décoloniser la solidarité internationale, Montréal : Écosociété.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah M. Munoz, « Bernard Duterme (dir), L’urgence écologique vue du Sud », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 décembre 2020, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46097 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46097

Haut de page

Rédacteur

Sarah M. Munoz

Sarah M. Munoz est candidate au doctorat en science politique à l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur l’adaptation aux changements climatiques et les pratiques de mobilité et d’immobilité. Elle est membre du Centre de recherche sur les politiques et le développement social (CPDS) et le Collectif de recherche Action politique et démocratie (CAPED).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search