Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Claudio Bolzman, Alexandra Felder...

Claudio Bolzman, Alexandra Felder, Antonio Fernández, En Transition. Trajectoires de formation de jeunes migrant·es en situation juridique précaire

Arthur Vuattoux
En transition
Claudio Bolzman, Alexandra Felder, Antonio Fernández, En transition. Trajectoires de formation de jeunes migrant·e·s en situation juridique précaire, Genève, IES/HETS, coll. « Le social dans la cité », 2020, 160 p., avec la collaboration de Laurent Wicht et Julie Peradotto, ISBN : 978288224218&.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment l’ouvrage de synthèse publié par Jacqueline Bhabha, Jyothi Kanics et Daniel Senovill (...)
  • 2 Les auteur·es parlent de « jeunes migrant·es en situation juridique précaire ».
  • 3 Voir à ce sujet l’ouvrage précédent de Claudio Bolzman, co-dirigé avec Myrian Carbajal et Giuditta (...)

1Les migrations des jeunes font l’objet de nombreuses recherches depuis quelques années1, notamment depuis l’accélération des migrations vers l’Union européenne des années 2015. Cependant, la question des migrations de mineurs nécessite toujours d’être contextualisée, tant les conditions d’accueil diffèrent d’un pays à l’autre, soit en termes juridiques, soit en termes d’horizon d’espérance proposé aux jeunes sur le marché de l’emploi ou dans les institutions scolaires et universitaires. Le double mérite de cet ouvrage est de porter sur une situation nationale spécifique, la Suisse, et d’envisager les migrations des jeunes sous l’aspect des institutions qui concourent à leur prise en charge et sous l’aspect des parcours de vie. Plus précisément encore, cet ouvrage documente la transition du monde scolaire au monde professionnel, dans un contexte où l’entrée dans la vie adulte est incertaine pour tous les jeunes, et plus encore pour ceux dont le statut légal précaire2 détermine l’expérience scolaire et professionnelle. En effet, les jeunes dont il est question ici sont des requérants d’asile ou des sans-papiers, présents en Suisse avec leurs parents. Les premiers viennent de différentes régions du monde alors que les seconds viennent généralement d’Amérique du Sud3.Les auteur·es font le choix, dans cette recherche, de questionner le poids de la précarité du statut de résidence en Suisse sur les trajectoires des jeunes, mais aussi sur le positionnement des professionnels qui les prennent en charge à divers titres, en étant conscients de la spécificité de leur situation.

2L’ouvrage est organisé en trois parties. La première se penche sur le dispositif d’accompagnement des jeunes migrant·es, à diverses échelles, des centres sociaux de proximité aux établissements scolaires, en essayant de mettre au jour les représentations que les professionnel·les se forgent de ces jeunes. La deuxième partie repose sur la description d’expériences de jeunes, à travers les stratégies et ressources qu’ils et elles mettent en œuvre dans leur insertion scolaire et professionnelle. En guise de synthèse, la troisième partie tente d’établir une typologie des trajectoires d’insertion de ces jeunes. Cette typologie fait état de la surdétermination de ces trajectoires par le statut légal, qui vient souvent freiner ou empêcher la mise en œuvre de stratégies scolaires ou professionnelles. Ces analyses reposent sur des entretiens réalisés avec 20 professionnels de structures de prise en charge et 21 jeunes de 16 à 25 ans, dont douze garçons et neuf filles.

  • 4 Voir le dossier : Séverine Chauvel et Lila Belkacem (dir.), « Cultures et culturalismes dans la pri (...)
  • 5 Le permis N concerne les demandeurs d’asile (lorsque la demande est en cours) et le permis F les ré (...)

3La présentation des dispositifs de prise en charge (lieux d’accueil, d’insertion, écoles, associations et services pour migrant·es) est utilement documentée, même si elle aurait sans doute gagné à présenter plus largement le système suisse de prise en charge des requérant·es d’asile et la situation des jeunes sans-papiers face aux institutions. Les lecteurs non familiers de la Suisse et de son fonctionnement (notamment autour des niveaux cantonal et communal de l’action publique) pourraient se perdre dans une première partie nécessitant une connaissance au moins minimale des institutions suisses. Toutefois, comme dans d’autres contextes nationaux, on trouve dans les dispositifs de prise en charge des mécanismes communs, à l’instar des formes de culturalisme dans l’action publique vis-à-vis des jeunes4, ou de la tendance à la réduction des espérances scolaires et professionnels des jeunes par les professionnels. De ce point de vue, les auteur·es soulignent une différence entre jeunes requérant·es d’asile et jeunes sans papier : « pour un jeune sans-papiers, il est difficile d’entrevoir des perspectives d’avenir. Il sait qu’après la scolarité obligatoire, il y aura une impasse, il n’y aura pas d’issue. Tandis que pour les jeunes au bénéfice d’un permis N ou F5, même si les perspectives sont limitées, elles ne sont pas nulles » (p. 47).

4Les deuxième et troisième parties de l’ouvrage donnent la parole aux jeunes, afin de comprendre la relation entre différents statuts légaux et rapports à l’école, à la formation professionnelle ou à l’emploi. Les auteur·es commencent par décrire les univers familiaux, amicaux, sociaux de ces jeunes, tout en donnant quelques exemples de trajectoires. On voit pour ces jeunes l’importance des sociabilités juvéniles (les ami·es sont cité·es comme premières personnes de références contactées en cas de problème, avant la famille, les enseignant·es et les travailleurs sociaux), mais aussi les expériences contrastées de l’école, parfois perçue comme soutenante, parfois comme jouant un rôle négatif dans l’orientation scolaire et/ou professionnelle. Se dessinent alors trois trajectoires types : des trajectoires continues qualifiantes (les jeunes ne connaissent pas d’interruption dans leur parcours, et ont le sentiment d’avoir choisi leur formation), des trajectoires discontinues qualifiantes (les jeunes connaissent des interruptions dans leur formation, mais ont pu y revenir du fait, par exemple, d’adultes bienveillants), et des trajectoires discontinues bloquées (lesquelles révèlent, souvent, des vulnérabilités telles que des difficultés familiales ou des parents au niveau scolaire faible). Dans la description de ces trajectoires, bien documentées, les auteur·es privilégient une présentation assez systématique des dimensions de cette période de vie dans laquelle l’école et la formation constituent des enjeux décisifs, notamment pour les jeunes sans-papiers (qui sont aussi ceux qui ont la plus faible probabilité de voir une issue favorable à leur trajectoire de formation).

5La lecture des nombreux verbatim, riches en informations mais souvent employés de manière illustrative, pourrait laisser un peu sur sa faim le lecteur souhaitant comprendre les conditions de vie de ces jeunes : à force de citations, on peut tenter de reconstituer des morceaux de trajectoires, mais davantage de contextualisation des entretiens ainsi que des portraits plus approfondis des jeunes auraient été d’une grande aide pour mieux se représenter les parcours complexes que cet ouvrage s’attache à comprendre. Enfin, ce remarquable travail aurait également gagné à contextualiser la recherche du point de vue des politiques publiques suisses (politiques migratoires, politiques éducatives destinées aux jeunes migrant·es, etc.) mais aussi du point de vue du rapport de la société suisse à ses étrangers (xénophobie, décrite par certains jeunes, ou au contraire volonté de solidarité de la part de certains acteurs). L’ouvrage n’en demeure pas moins une description précise et stimulante de la situation de jeunes migrant·es précaires, aux trajectoires généralement peu explorées du point de vue des institutions scolaires et de la professionnalisation.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment l’ouvrage de synthèse publié par Jacqueline Bhabha, Jyothi Kanics et Daniel Senovilla Hernández (dir.), Research handbook on child migration, Edward Elgar Publishing, 2016.

2 Les auteur·es parlent de « jeunes migrant·es en situation juridique précaire ».

3 Voir à ce sujet l’ouvrage précédent de Claudio Bolzman, co-dirigé avec Myrian Carbajal et Giuditta Mainardi (dir.). La Suisse au rythme latino. Dynamiques migratoires des Latino-Américains : logiques d’action, vie quotidienne, pistes d’interventions dans les domaines du social et de la santé, Genève, Éditions IES, 2007.

4 Voir le dossier : Séverine Chauvel et Lila Belkacem (dir.), « Cultures et culturalismes dans la prise en charge des jeunes », Agora Débats/Jeunesses, vol. 1, n° 84, 2020.

5 Le permis N concerne les demandeurs d’asile (lorsque la demande est en cours) et le permis F les réfugiés non admis à l’asile, mais pouvant demeurer temporairement en Suisse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Vuattoux, « Claudio Bolzman, Alexandra Felder, Antonio Fernández, En Transition. Trajectoires de formation de jeunes migrant·es en situation juridique précaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 décembre 2020, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46108 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46108

Haut de page

Rédacteur

Arthur Vuattoux

Maître de conférences en sociologie à l’Université Sorbonne Paris Nord (UFR Santé, médecine, biologie humaine, Bobigny), membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – EHESS, USPN, CNRS, Inserm).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search