Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Didier Combeau, Être américain au...

Didier Combeau, Être américain aujourd’hui

Lionel Njeukam
Être américain aujourd'hui
Didier Combeau, Être américain aujourd'hui. Les enjeux d'une élection présidentielle, Paris, Gallimard, coll. « Le débat », 2020, 288 p., ISBN : 978-2-07-288056-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colombani Jean-Marie, « Nous sommes tous Américain », Le Monde, 9 septembre 2011, disponible en lig (...)
  • 2 Leicester John, « Les élections américaines intéressent les citoyens du monde entier », Le Soleil, (...)
  • 3 François Cantier est avocat, fondateur et président d’honneur d’Avocats sans frontières France (ASF (...)

1Lire cet ouvrage peut être comparé à savourer un excellent repas de fête accompagné d’un grand cru. La richesse et l’abondance des informations liées à la vie sociopolitique américaine représenteraient le repas de fête, tandis que l’agencement des chapitres, qui s’enchaînent comme les méandres d’un fleuve, seraient le bon vin. Au-delà de la métaphore, ces près de 300 pages de texte relatent infiniment bien le contexte électoral qui a précédé les toutes récentes élections générales américaines (fédérales et locales, y compris la présidentielle), toujours autant – sinon plus que jamais – suivies par l’audimat mondial. Ne sommes-nous pas tous devenus américains1 ou, du moins, chaque coin du monde n’éprouve-t-il pas une certaine fascination pour la vie (politique) américaine2 ? François Cantier rappelle, par ailleurs, que « l’élection de Donald Trump en 2016 nous a largement surpris mais moins encore que sa gouvernance et bien moins encore que son score aux dernières élections »3. Le « phénomène Donald Trump » suscite une quête de réponses à ce qui parait relever de l’indicible, vu de l’étranger, surtout après deux mandats du président Barack Obama.

2Si l’auteur, Didier Combeau, n’en est pas à son premier fait d’armes4, avec ce nouveau livre, publié avant les élections de novembre 2020, il nous plonge, savamment, dans l’histoire de la fédération américaine afin de « rendre aux grands débats qui agitent les États-Unis leur épaisseur sociale, institutionnelle et politique » (p. 12). Divisé en sept chapitres qui se focalisent sur autant d’aspects essentiels de la vie politique de ce pays, le texte permet au lecteur ou à la lectrice de monter en généralité afin de mieux comprendre les contours d’enjeux électoraux, parfois séculaires, tels que l’immigration, les tensions raciales et sexuelles, la Constitution, avec les libertés qu’elle garantit, ou encore le rôle fluctuant de l’État fédéral (central) vis-à-vis des États (décentrés). On s’éloigne d’une lecture de la politique américaine rythmée par les tweets du Président Trump ou par les soubresauts de la politique étrangère de la première puissance militaire mondiale, qui font les choux gras des rédactions de presse à travers le monde. S’ils sont nombreux, en France et ailleurs, les spécialistes qui dépeignent les facéties en provenance de la Maison Blanche depuis l’élection surprise de 2016, Didier Combeau se distingue certainement par son souci des faits, avec une attention toute particulière accordée à des détails qui tiennent les lecteurs et lectrices en haleine. Saviez-vous que, pendant les deux premiers tiers du XXe siècle, les ouvriers agricoles mexicains traversaient la frontière américaine dans les deux sens, au rythme des récoltes (p. 39) ? Savez-vous combien d’Américains sont dans les mains de la justice ou incarcérés (p. 80) ? Connaissez-vous le contexte dans lequel le FBI a été créé (p. 99) ? Saviez-vous que, pendant que se créait la Sécurité sociale en France et le NHS au Royaume Uni, le Truman Healthcare Plan était en gestation (p. 115) ? Aviez-vous déjà entendu parler du mouvement « préservationniste » de John Muir (p. 173-178) ? Imaginez-vous à quel point voter aux États-Unis peut être fastidieux (p. 240-250) ? Voilà quelques-uns des éléments oubliés ou éludés dont l’auteur de l’ouvrage se sert afin de remettre les pendules à l’heure. En fait, s’il y a une chose à retenir, c’est que Didier Combeau réussit à recentrer le débat et la réflexion suivant le point de vue des Américains eux-mêmes ; on découvre ainsi des enjeux intrinsèques à cette nation dont l’exceptionnalisme n’arrête pas de surprendre.

  • 5 Lacorne Denis, La Crise de l’identité américaine, Paris, Gallimard, coll. « Tel » (n° 324), 2003 : (...)
  • 6 Marienstras Élise, Les mythes fondateurs de la nation américaine. Essai sur le discours idéologique (...)

3Tout au long de l’ouvrage, la question centrale sur laquelle revient intelligemment l’auteur demeure la définition de ce qu’est un Américain, à quelques années du 250e anniversaire de la déclaration d’indépendance de 1776. Cette question, déjà abordée sous d’autres angles par quelques confrères francophones5, pourrait paraitre anodine, pourtant elle s’avère clivante à plusieurs niveaux : opposition entre afro-américains ou nouveaux immigrants hispaniques, d’une part, et immigrants de longue date venus d’Europe, d’autre part ; entre conservateurs favorables au maintien des valeurs familiales et religieuses et progressistes en faveur des droits des minorités raciales et sexuelles et de la libre pensée ; entre habitants des zones urbaines connectées au monde et aux résidants des zones rurales ou du Sud, accrochés à une certaine idée de l’Amérique des pères fondateurs. Les États-Unis, en constante mutation, doivent perpétuellement reformater le logiciel de ce qu’Élise Marienstras6 appelle les « mythes fondateurs » de ce premier État-nation des temps modernes.

4Didier Combeau commence par nous rappeler le choc qu’a représenté l’élection de Donald Trump pour une partie de la population américaine et mondiale, parce qu’elle mettait en exergue une « Amérique que l’on ne voyait pas mais qui était bien là » (p. 9). L’inconséquence du langage peu avenant de ce président, sa xénophobie affichée et sa démagogie viscérale ont dérouté aussi bien les experts que les profanes devant un champion de la communication qui escamote les prédictions et analyses. L’auteur nous interpelle sur le fait qu’en dépit de la surprise de la victoire de Trump en 2016, l’arrivée d’un tel personnage et l’avènement des idées qu’il véhicule sont bien loin d’être exceptionnels. En effet, il est essentiel de comprendre que « les décisions hâtives de Trump s’appuient bel et bien sur des réalités profondes de la société américaine » (p. 11-12). Au sujet de l’identité/la citoyenneté, on apprend que dès l’époque de John Adam (deuxième président américain, au tournant du XIXe siècle), un Sedition Act visait les nouveaux immigrants français et irlandais ; pourtant, ce pays a fait preuve, au fil du temps, d’une formidable capacité d’assimilation. Concernant le contrôle du corps, le lien établi entre le 18e amendements à la Constitution (qui instaura la prohibition) et le 19e (qui institua le suffrage féminin) nous ouvrent les yeux sur les origines des bonds spectaculaires et les reculades successives dans ce pays où certains droits acquis de longue date (à l’instar du droit à l’avortement, du suffrage universel) semblent fragilisés par les alternances au pouvoir. Pour ce qui est des tensions sexuelles, raciales ou liées aux armes à feu, ce livre nous amène à dépasser la publicisation des mouvements #MeToo, #BlackLivesMatter et #NeverAgain pour prêter une attention particulière à la « guerre des sexes » sous-jacente (p. 149), au péché originel que fut l’esclavage (puis la ségrégation) et à la vénération des armes à feu, incompréhensible pour les autres démocraties. Par ailleurs, l’un des thèmes probablement les plus négligés dans les essais sur les États-Unis est celui de la protection de l’environnement. Et pourtant, l’opposition entre les visions anthropocentrée et biocentrée s’avère consubstantielle de l’économie américaine, au point qu’elle a explicitement été posée sur la table au cours du deuxième débat télévisé entre Joe Biden et Donald Trump (non mentionné dans le texte puisque postérieur à la parution du livre). Les essayistes mettent plus souvent l’accent sur le jeu d’équilibre entre les trois branches du gouvernement. Sur ce point, Didier Combeau insiste, lui, d’une part, sur la centralisation progressive du pouvoir fédéral et, d’autre part, sur le déclin du pouvoir législatif fédéral (le Congrès) en faveur des autres contre-pouvoirs : la présidence et la Cour suprême.

5Contrastes et contradictions jalonnent donc l’histoire sociopolitique de ce pays-continent, ce qui reflète le mouvement alternatif du curseur entre progressistes et conservateurs aux extrêmes, et celui des indécis ou modérés qui représentent, aujourd’hui, la majorité discrète – mais non moins intéressée – de l’électorat américain.

6Les élections justement sont au cœur de la vie politique américaine. Elles sont particulièrement fréquentes, au point que les gouvernants, à l’exception des juges fédéraux nommés à vie, sont constamment en campagne électorale. Le dernier chapitre du livre est donc consacré aux élections américaines , dont les spécificités demeurent assez uniques en leur genre et valent la peine d’être revisitées.

7Somme toutes, le seul reproche à formuler contre l’ouvrage pourrait porter sur l’ampleur de la tâche entreprise. L’étendue des ramifications des sujets abordés au sujet de ce pays de plus de 300 millions d’âmes pourrait parfois égarer les lecteurs et lectrices face à leur complexité. Il est bien clair que ce livre ne s’adresse pas aux personnes qui préfèrent les raccourcis simplistes mais il pourrait aussi laisser sur leur faim les spécialistes de grands enjeux « seulement » survolés.

Haut de page

Notes

1 Colombani Jean-Marie, « Nous sommes tous Américain », Le Monde, 9 septembre 2011, disponible en ligne : https://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/09/nous-sommes-tous-americains_1569503_3232.html

2 Leicester John, « Les élections américaines intéressent les citoyens du monde entier », Le Soleil, 3 novembre 2020, disponible en ligne : https://www.lesoleil.com/actualite/presidentielle-americaine-2020/les-elections-americaines-interessent-les-citoyens-du-monde-entier-bbf2ce3acf7943021a424985d824eea1

Rioux Christian, « Tous Américains ? », Le Devoir, 5 juin 2020, disponible en ligne : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/580269/tous-americains

Bernard Claude-Jean, « L’impérialisme culturel américain. Un mythe ? », Esprit, no. 101 (5) (Mai 1985), pp. 63-76, disponible en ligne : https://www.jstor.org/stable/24270834?seq=1#metadata_info_tab_contents

3 François Cantier est avocat, fondateur et président d’honneur d’Avocats sans frontières France (ASFF). Il est également fondateur et président de l’École des droits de l’homme et anime un blog : https://blogapart.net/etats-unis-damerique-trump-monde/.

4 Combeau Didier, Polices américaines, Paris, Gallimard, coll. « La Suite des temps », 2018.

5 Lacorne Denis, La Crise de l’identité américaine, Paris, Gallimard, coll. « Tel » (n° 324), 2003 : Conan Michel, « La nature, la religion et l’identité américaine », in Dominique Bourg (dir.), Les Sentiments de la nature, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 1993, p. 175-195, disponible en ligne : https://www.cairn.info/les-sentiments-de-la-nature--9782707122254-page-175.htm.

6 Marienstras Élise, Les mythes fondateurs de la nation américaine. Essai sur le discours idéologique aux États-Unis à l'époque de l'indépendance, 1763-1800, Paris, La Découverte, 1976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Njeukam, « Didier Combeau, Être américain aujourd’hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 décembre 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46147

Haut de page

Rédacteur

Lionel Njeukam

Chercheur rattaché à la Fondation Paul Ango Ela (Cameroun) et analyste politique auprès du gouvernement fédéral canadien, Lionel Njeukam a obtenu un doctorat en science politique (2012) à l’Université de Picardie Jules Verne (France), enseigné les relations internationales à l'École de commerce de Rouen puis travaillé sur la question des prisons en Afrique dans le cadre du projet ECOPPAF (Économie de la peine et de la prison en Afrique), financé par l’ANR (2015-2019) et le CODESRIA.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search