Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Justin Pimberton et Thomas Pikett...

Justin Pimberton et Thomas Piketty, Le capital au XIXe siècle

Jérémy Grosman et Thibault De Meyer
Le capital au XXIe siècle
Justin Pemberton, Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, Diaphana, 2020.
Haut de page

Texte intégral

1Le documentaire dépeint un tableau historique de l’évolution des inégalités depuis la fin du dix-huitième siècle jusqu’à nos jours. Il se concentre principalement sur le Royaume-Uni et les États-Unis – les cas français et allemand sont évoqués plus sommairement. Les réalisateurs, Justin Pimberton et Thomas Piketty, ont découpé la première partie du film en chapitres correspondant aux différentes périodes historiques, chacune traitée en une quinzaine de minutes : la montée des inégalités pendant la révolution industrielle (1800-1900) ; la baisse des inégalités liées aux destruction du capital, aux crises économiques et aux réformes politiques autour des deux grandes guerres (1900-1950) et pendant les trente glorieuses (1950-1980) ; la remontée des inégalités accompagnant le ralentissement de la croissance et les politiques de dérégulation (1980-2010). La deuxième partie du film aborde, à la suite de cette partie historique, une série de problèmes politiques et économiques contemporains : l’évasion fiscale, la financiarisation de l’économie, la croissance économique chinoise, les problèmes de mobilité sociale, l’importance renouvelée de l’héritage, l’écart entre le taux de croissance économique et le taux de croissance du capital, etc.

2Le documentaire mélange habilement de courts extraits d’entrevues avec des économistes (Joseph Stiglitz, Simon Johnson), des historiens (Francis Fukuyama, Kate Williams) et des journalistes (Rana Foroohar, Paul Mason), à de brèves séquences d’images : des éléments d’archive (d’une entrevue de Margaret Thatcher à l’audition parlementaire d’un représentant de Google), des extraits de films (des Raisins de la Colère de John Ford à Elysium de Neill Blomkamp) et quelques vues prises pour l’occasion (gros-plan sur des machines à imprimer au travail ou plan large depuis le ciel sur des banlieues américaines), parfois accompagnées de morceaux de musique populaires (de Royals de Lorde à Money is the motive de The Weeknd et Rich Nixxon). Les experts, filmés depuis des bureaux sobres et spacieux, envisagent également quelques-unes des solutions possibles : une taxation dépendante de la localisation du consommateur, une limitation plus importante des montants prélevés sur les héritages ou une taxation générale sur les capitaux.

  • 1 Piketty Thomas, Le capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, 2019 [2013], p. 18 et p. 68 respectivement

3Le titre du documentaire, Le capital au XXIe siècle, fait évidemment écho au livre éponyme de Piketty. Dans un débat avec l’auteur, en bonus sur le DVD, Lucas Chancel, codirecteur du World Inequality Lab, souligne l’importance de cet ouvrage : alors que, durant le siècle dernier, les sciences économiques se sont relativement peu occupées des questions liées aux inégalités, le livre de Piketty a contribué à remettre les inégalités et leurs croissances au cœur de la réflexion économique contemporaine. Dans son ouvrage, Piketty précisait qu’il entendait produire une œuvre pertinente également pour les débats publics : « faire en sorte que le débat démocratique soit mieux informé et se focalise sur les bonnes questions » en tentant de tirer « de l’expérience des siècles passés quelques modestes clés pour l’avenir »1. Les 2,5 millions d’exemplaires vendus signalent, pour partie au moins, le succès de son projet : rendre l’économie aux citoyens. Il n’en reste pas moins que tout le monde n’a pas le temps ou le courage, l’envie ou les moyens de s’attaquer à un ouvrage de près de mille pages. Le film documentaire – dont la bande d’annonce, de façon quelque peu excessive, promet qu’il donne « toutes les clés pour comprendre et agir » – entend donc poursuive sur un autre mode, susceptible d’attirer un autre public, un projet déjà inscrit dans le livre.

  • 2 Ibid., p. 18.

4Le film se permet quelques écarts intéressants par rapport au livre dont il est issu : des considérations historiques sur l’émergence du luxe, des réflexions politiques sur le financement de la presse et des partis ainsi que sur la montée des mouvements identitaires, des observations sur l’automatisation du travail ou encore sur les comportements psycho-sociaux induits par les inégalités. C’est ainsi que le documentaire résume et complète les descriptions que fait Piketty de l’évolution des inégalités face au capital et les propositions qu’il avance pour y remédier. On pourrait regretter cependant que le versant proprement explicatif de ses recherches, les mécanismes économiques qui lui permettent de rendre compte des processus de concentration du capital et de suggérer d’autres mécanismes visant la redistribution de ce même capital, n’est pratiquement pas abordé dans le film. Enfin, notons le choix de ne pas interroger des citoyens intéressés, laissant l’impression que seuls les universitaires et les chroniqueurs ont droit à la parole sur ces questions sociales. Comme si, après tout et malgré ce qu’en dit Piketty, « [les] intellectuels, et parmi eux les chercheurs en sciences sociales » n’étaient pas tant « des citoyens parmi d’autres »2. Néanmoins, malgré ces quelques réserves, saluons la sortie du film Le capital au XXIe siècle qui présente de manière claire et synthétique un des importants problèmes sociaux de notre temps, la recrudescence des inégalités économiques.

Haut de page

Notes

1 Piketty Thomas, Le capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, 2019 [2013], p. 18 et p. 68 respectivement.

2 Ibid., p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Grosman et Thibault De Meyer, « Justin Pimberton et Thomas Piketty, Le capital au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46148 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46148

Haut de page

Rédacteurs

Jérémy Grosman

Doctorant au département de philosophie à l’Université de Namur.

Thibault De Meyer

Doctorant au département de philosophie à l’Université de Liège.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search