Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Gisèle Sapiro (dir.), Dictionnair...

Gisèle Sapiro (dir.), Dictionnaire international Bourdieu

Guillaume Arnould
Dictionnaire international Bourdieu
Gisèle Sapiro (dir.), Dictionnaire international Bourdieu, Paris, CNRS, 2020, 1000 p., ISBN : 9782271082039.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les ouvrages récents, on pense à Marc Joly, Pour Bourdieu, Paris, CNRS, 2018,compte rendu de (...)

1Comment entrer dans l’œuvre de l’auteur de sciences sociales le plus cité du monde ? Pierre Bourdieu (1930-2002) est en effet à l’origine d’une production à la fois monumentale et polémique, reconnue et saluée au niveau international. Les ouvrages consacrés à sa pensée restent nombreux1 et pourtant ce dictionnaire vient apporter une pierre remarquable à l’édifice analytique d’une théorie de la domination et de la reproduction sociale qui fait référence. Le pari de cet ouvrage est d’incarner la notion « d’intellectuel collectif » défendue par Bourdieu en confiant à des auteurs spécialistes du sociologue, la plupart proches collaborateurs (mais pas uniquement), la présentation du scientifique et de ses apports, à travers de courtes notices. Les contributions proviennent de 20 pays et mobilisent quatre générations de chercheurs. Le Dictionnaire international Bourdieu possède aussi une forte dimension pluridisciplinaire grâce à des entrées rédigées par des politistes, des philosophes, des historiens ou des anthropologues.

2Le résultat est donc un ouvrage de près de mille pages qui comporte 598notices rédigées par 126 contributeurs. Les entrées sont courtes, claires et accompagnées d’orientations bibliographiques. Le dictionnaire débute par une courte introduction de Gisèle Sapiro sur le parcours et les grands apports de Pierre Bourdieu et un recensement des publications de et sur le sociologue. Au-delà des concepts théoriques fondamentaux qui composent l’essentiel de l’ouvrage, les notices portent notamment sur les auteurs qui ont influencé ou inspiré Bourdieu, qui ont constitué ses objets d’étude ou ont été des collègues ou des adversaires intellectuels. La plupart de ces penseurs sont des philosophes (des classiques aux contemporains), des sociologues ou des écrivains. 85 notices abordent les recherches menées par Bourdieu dans les domaines de l’éducation, de la culture, des institutions ou des groupes sociaux… Le dictionnaire met également en exergue les livres publiés par Bourdieu (de son vivant ou depuis sa mort) : leur genèse, leur structure, leur contenu résumé et les discussions qu’ils ont entraînées. On comprend ainsi la matrice intellectuelle de sa pensée et ses principaux apports : la place des inerties du passé (l’habitus) dans les processus sociaux, l’importance des perceptions sur les idéologies (pouvoir symbolique) ou sa conception des rapports de forces sociaux en termes de capital (détention de valeurs de légitimation par les agents).

3Une partie des notices dresse la cartographie du mode de raisonnement de Bourdieu. 33 entrées décrivent les établissements que le sociologue a fréquentés ou étudiés, ses entreprises éditoriales (le rôle des revues scientifiques, les collections qu’il a dirigées, ses relations avec les éditeurs ou la presse), ses centres de recherche ou les organisations militantes qu’il a animées. On y découvre un entrepreneur intellectuel, capable de défricher des territoires inconnus ou méconnus, soucieux de la transmission des connaissances et du débat public. Cette géographie est complétée par les notices consacrées aux pays, régions et villes qui ont soit constitué des objets d’étude (Algérie, Kabylie, Béarn), soit donné lieu à une appropriation originale de sa pensée. Cette dimension territoriale exprime bien la réflexion de Bourdieu en termes de « champs » pour décrire des espaces autonomes aux règles de fonctionnement spécifiques où se confrontent des capitaux et des relations de pouvoir : champ intellectuel, champ religieux, champ politique ou champ littéraire, entre autres.

430 notices analysent les courants intellectuels et paradigmes qui ont constitué des références pour Bourdieu, qu’elles soient négatives ou positives. Ainsi, par exemple, le structuralisme auquel on a parfois tenté de réduire l’approche du sociologue est remis en perspective avec ses analyses qui cherchaient, au contraire, à le dépasser pour comprendre les mécanismes des changements sociaux. Ces entrées sont particulièrement intéressantes car elles visent à aborder le positionnement épistémologique de l’auteur face à des questions exigeantes sur la rationalité ou le relativisme qui l’ont conduit à établir une sociologie critique et réflexive. Cette dimension « critique » s’inspire de la philosophie de Kant et analyse la manière dont la raison construit les données scientifiques alors qu’elle est trop souvent réduite et assimilée à une simple critique sociale ou une dénonciation des processus de domination. Elle permet également de comprendre l’évolution de Pierre Bourdieu vers un engagement plus politique à partir des années 1990, mais qui ne peut résumer l’ensemble de son œuvre.

  • 2 Comme l’illustre la volonté de Pierre Bourdieu avec Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron (...)

5Les contributions sur les courants de pensée sont à relier aux entrées sur les méthodes et les approches mobilisées par le sociologue, qui montrent la richesse d’une démarche rigoureuse alliant éléments qualitatifs (entretiens, observations, questionnaires, correspondances) et quantitatifs (techniques statistiques). Ces notices rappellent à juste titre l’effort continu de Pierre Bourdieu pour construire des savoirs robustes et fiables et poursuivre le sillon ouvert par les fondateurs de la sociologie à la fin du XIXe siècle2. Ce discours sur la méthode sociologique permet d’éviter de nombreuses erreurs ou des biais d’analyse courants. Ainsi, une entrée précise le risque du « juridisme » qui consiste à prendre le droit comme facteur explicatif des pratiques alors que les agents mobilisent de nombreux éléments dans leurs normes de conduite… que le métier de sociologue consiste justement à repérer.

6Le Dictionnaire international Bourdieu traite aussi des différentes disciplines (ou sous-disciplines) qui ont été rencontrées, confrontées ou abordées dans les travaux du sociologue, comme l’histoire de l’art ou la science politique par exemple, mais aussi des domaines plus spécifiques comme les science studies ou les cultural studies, que ses analyses ont largement contribué à renouveler ou à questionner. À l’aide de l’appareil intellectuel bourdieusien, notre compréhension des débats actuels sur le genre ou les inégalités sont approfondis sans être exhaustifs. La réflexion de Bourdieu sur l’impérialisme (un de ses objets et thèmes de recherche) montre ainsi qu’au-delà de la question coloniale, abordée lors de son analyse des pratiques en Algérie, il découle de rapports de force symboliques et peut décrire aussi bien la place excessive de l’explication économique des comportements que des mécanismes de domination politique d’essence culturelle.

7Au final, cet ouvrage établit un panorama complet et sincère d’une trajectoire intellectuelle singulière. Il met en valeur des évènements clés ou des personnalités inattendues qui permettent de mieux contextualiser la pensée de Pierre Bourdieu : la guerre d’Algérie, Mai 68, les grèves de 1995, l’homme politique Michel Rocard, l’humoriste Coluche ou le cinéaste Godard constituent autant d’éléments fondamentaux pour percevoir le va-et-vient constant entre une analyse sociologique et les sociétés étudiées pour expliquer et comprendre le monde qui nous entoure.

Haut de page

Notes

1 Parmi les ouvrages récents, on pense à Marc Joly, Pour Bourdieu, Paris, CNRS, 2018,compte rendu de Kevin Toffel pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/31395, ou à Michael Burawoy, Conversations avec Bourdieu, Paris, Amsterdam Éditions, 2019, compte rendu de Kevin Toffel pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/36638.

2 Comme l’illustre la volonté de Pierre Bourdieu avec Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, au sein du Centre de sociologie européenne, de structurer les principes méthodologiques et épistémologiques de la sociologie dans Le métier de sociologue, Paris, Mouton, 1968. Voir notamment l’hommage à Jean-Claude Chamboredon par Gaspard Sénéchal, pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/41261.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Gisèle Sapiro (dir.), Dictionnaire international Bourdieu », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46172

Haut de page

Discipline

Histoire

Anthropologie

Littérature

Philosophie

Science politique

Sociologie

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Professeur d’économie et gestion, académie de Normandie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search