Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Éric Morier-Genoud, Convertir l’e...

Éric Morier-Genoud, Convertir l’empereur ? Journal du missionnaire et médecin George-Louis Liengme dans le sud-est Africain, 1893-1895

Guillaume Linte
Convertir l'empereur
Éric Morier-Genoud, Convertir l'empereur. Journal du missionnaire et médecin George-Louis Liengme dans le sud-est Africain 1893-1895, Lausanne, Antipodes, coll. « Histoire », 2020, 352 p., ISBN : 9782889011810.
Haut de page

Texte intégral

1Éric Morier-Genoud est historien et professeur à la Queen’s University de Belfast. Ses recherches portent sur l’histoire africaine à l’époque contemporaine, et plus particulièrement dans l’espace lusophone. Ses travaux actuels s’intéressent notamment à l’histoire de l’insurrection jihadiste au Mozambique. Son dernier ouvrage, objet de ce compte rendu, est une édition critique du journal tenu par le médecin-missionnaire suisse George-Louis Liengme lors de son séjour dans le sud du Mozambique entre 1893 et 1895.

2À cette époque, la région est un espace à la géopolitique complexe, que décrit l’historien en introduction. Celle-ci met en jeu différentes forces africaines et européennes, dans un contexte post-conférence de Berlin (1884-1885). Les Portugais se trouvent notamment dans une position délicate, devant affermir leur emprise sur une région convoitée par les Britanniques. La seule solution pour y parvenir est d’occuper de manière effective les territoires qui leur appartiennent théoriquement. Comme le rappelle l’auteur, les années 1890 « sont celles de l’occupation coloniale territoriale » du continent africain (p. 8). Ce livre offre un point de vue singulier sur les évènements qui menèrent à la chute d’un des derniers grands empires précoloniaux d’Afrique australe, l’empire de Gaza. Il s’agit de celui du médecin-missionnaire suisse George-Louis Liengme, envoyé dans la région par la Mission suisse romande pour y évangéliser les « peuples non chrétiens » (p. 13). Accompagné de sa femme, il débarque à Lourenço-Marques (Maputo aujourd’hui) le 5 juillet 1891. Entre juin 1892 et mars 1894, le missionnaire effectue plusieurs séjours auprès de Goungounyane, le dernier empereur de Gaza. S’attirant rapidement les faveurs et l’amitié de ce dernier, il finit par s’installer à Mandlakazi (la capitale de l’empire) en juin 1894. Malgré le danger, Liengme décide de rester sur place durant le conflit. Il finit cependant par fuir Mandlakazi le 8 novembre 1894, le lendemain de la bataille de Coolela, qui scelle définitivement l’issue du conflit. Malgré la résistance de l’empereur Goungounyane, qui réunit jusqu’à 50 000 soldats entre 1894 et 1895 (pour une population évaluée à un million d’individus), les troupes lusitaniennes et leurs auxiliaires africains l’emportent rapidement, grâce notamment à leur supériorité technique. L’auteur met toutefois en avant le fait que le journal de Liengme offre un autre récit de ces évènements qui, s’il n’est pas celui des vaincus, s’écarte de celui des vainqueurs. Le médecin décrit effectivement d’autres circonstances à cette débâcle que celles généralement retenues par l’histoire. Le journal de Liengme, écrit Éric Morier-Genoud, « parle aussi de sécheresse, d’une invasion de sauterelles ainsi que d’une absence de volonté de combattre de la part de Goungounyane » (p. 9).

3Le journal auquel nous donne accès cet ouvrage est celui d’un homme pleinement investi dans ses deux missions officielles : soigner et évangéliser. Les compétences médicales de Liengme lui ont permis d’accéder à une grande liberté d’action auprès de l’empereur. Si ce dernier soutient l’activité évangélique du Suisse, et l’incite même à venir s’établir définitivement à ses côtés, c’est avant tout pour ses compétences de soignant. Le dispensaire que le médecin entretient avec sa femme et ses assistants africains connaît un grand succès. Il accueille rapidement des dizaines des malades, qui sont autant d’âmes à sauver pour le missionnaire, faisant de son art et du lieu où il l’exerce de puissants instruments de conversion. Le 20 juillet 1894, Liengme se réjouit du succès que rencontre son entreprise : « Le roi, les principaux et son peuple apprécient mes services et c’est grâce à ma qualité de médecin qu’il nous est permis de gagner cette position exceptionnelle » (p. 129). Le journal représente également une source d’une grande richesse concernant les sociétés africaines de la fin du XIXe siècle, au sein d’un empire de Gaza rassemblant une grande diversité de cultures et de langues. En tant que témoin privilégié, Liengme décrit la vie à la cour de Goungounyane, mais aussi celle des villages qu’il visite dans la région de Mandlakazi. Le regard du missionnaire est toutefois biaisé par son sentiment de supériorité et empreint des préjugés racistes de son époque.

  • 1 Patrick Minder, La Suisse coloniale. Les représentations de l’Afrique et des Africains en Suisse au (...)

4Éric Morier-Genoud considère que Georges-Louis Liengme fut « important pour le développement d’une culture impériale suisse » (p. 328). Ce livre participe ainsi de la mise en lumière du rôle actif de la Suisse dans le « moment impérial » des XIXe et XXe siècles, thématique qui a été développée au cours des deux dernières décennies au sein de l’historiographie suisse1. Outre cela, ce texte doit aussi être considéré comme un égo-document d’une grande richesse. Son auteur nous permet d’entrevoir la réalité de la vie d’un missionnaire de son temps, exprimant souvent ses frustrations et ses doutes, mais se réfugiant aussi dans la foi face aux contrariétés et à ses angoisses. Ce journal donne également à lire des passages extrêmement touchants sur son quotidien familial, celui d’un homme s’émerveillant par exemple avec tendresse en observant sa fille « Berthelette » grandir.

5À travers cette édition critique du journal de Georges-Louis Liengme, Éric Morier-Genoud met à disposition des historiens et historiennes une source particulièrement précieuse sur l’histoire des missions suisses en Afrique orientale, et plus largement à propos de l’impérialisme européen de la fin du XIXe siècle. S’appuyant sur plusieurs travaux de transcription antérieurs, il a procédé à un travail de « finalisation » ­– pour reprendre ses mots – particulièrement soigné. L’appareil critique est peu fourni (124 notes pour 300 pages de journal), mais informe le lecteur sur des termes liés à des questions culturelles ou médicales, ainsi que sur le contexte relatif aux évènements rapportés. Cependant, il faut signaler que des pages intermédiaires, parfois composées de cartes, sont glissées entre les différents chapitres et éclairent avec précision le texte. Si les écrits de Liengme doivent être lus avec l’œil informé et critique nécessaire pour aborder l’époque coloniale et son florilège de considérations racistes, il s’agit néanmoins d’un témoignage historique riche et captivant, mis en valeur avec justesse par Éric Morier-Genoud. Nous ne saurions donc que trop en recommander la lecture.

Haut de page

Notes

1 Patrick Minder, La Suisse coloniale. Les représentations de l’Afrique et des Africains en Suisse au temps des colonies (1880-1939), Berne, Peter Lang, 2011 ; Patrick Harries, Butterflies & Barbarians Swiss Missionaries and Systems of Knowledge in South-East Africa, Athens, Ohio University Press ; Oxford, James Currey, 2007 ; Patricia Purtschert et Harald Fischer-Tiné (dir.), Colonial Switzerland. Rethinking Colonialism from the Margins, Londres, Palgrave Macmillan, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Linte, « Éric Morier-Genoud, Convertir l’empereur ? Journal du missionnaire et médecin George-Louis Liengme dans le sud-est Africain, 1893-1895 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 janvier 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46182

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search