Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021André Rouillé, La photo numérique...

André Rouillé, La photo numérique. Une force néolibérale

Jordan Gamaire
La photo numérique
André Rouillé, La photo numérique. Une force néolibérale, Paris, L'Échappée, coll. « Pour en finir avec », 2020, 224 p., ISBN : 9782373090758.
Haut de page

Texte intégral

1L’utilisation de la photographie numérique par des milliards de personnes à travers le monde est un véritable fait social. Ces nouveaux usages, qui rompent fondamentalement avec ceux de la photographie argentique, s’inscrivent dans le développement planétaire du néolibéralisme que permet la mise en réseau des êtres humains au travers de nouveaux outils, les smartphones et réseaux sociaux. C’est autour du lien entre le développement de la photo numérique et celui du néolibéralisme qu’André Rouillé a construit cet ouvrage. 

2Dans un premier chapitre, l’auteur analyse les changements rapides et radicaux qui ont accompagné l’arrivée conjointe de la photo numérique et des smartphones. Les images produites ont changé de nature : aux images imprimées, conservées dans des archives et destinées à informer, se substituent des images numériques, inscrites sur des écrans, compilées dans des bases de données et destinées à communiquer. Les dispositifs se sont également transformés. Les appareils photo argentiques et leurs pellicules ont laissé place aux smartphones, qui sont davantage un prolongement du corps qu’un dispositif extérieur, et qui ont rendu facultatif l’œil du photographe jadis souverain. Ce sont enfin les acteurs qui ont changé. Aux professionnels, artistes et amateurs est venue s’ajouter « la multitude de tous ceux qui, dans le monde entier, utilisent leurs smartphones pour photographier » (p. 53), composée de ceux que l’auteur appelle les « infra-amateurs ». Ces utilisateurs portent peu d’attention à leurs photos et les utilisent davantage comme « des éléments discursifs et dialogiques » (p. 60) que comme des représentations, comme c’était le cas des photos-argentiques.

3André Rouillé consacre ensuite un chapitre aux utilisations et « modes d’existence » (p. 61) de la photo numérique. Les enjeux de l’argentique et du numérique ne sont pas les mêmes. Alors que l’argentique avait une « mission documentaire conforme aux principes esthétiques de la représentation : la transparence, la fidélité aux choses, la vérité » (p. 70), le numérique rompt avec ces objectifs en conférant aux « images-palimpsestes » (p. 69) qu’il permet de créer un caractère fluide et modulable qui les éloigne des choses de la réalité. Cette fluidité permet la diffusion d’images à toute vitesse, notamment par des outils comme l’application Snapchat. En s’appuyant sur des épisodes médiatiques des années 2000, l’auteur porte également une réflexion sur le faux. Si la prise et la transmission simple et rapide de clichés peut permettre la diffusion d’images au plus proche de la réalité, la photo numérique, « en se prêtant à merveille à d’infinis trucages, retouches et maquillages » (p. 75), participe aussi au développement de fausses vérités. Des outils comme le logiciel Photoshop, permettent de modifier à loisir les photos-numériques, les éloignant ainsi de la réalité et de la vérité.

4Dans le troisième chapitre, l’auteur se concentre sur la dimension esthétique de la photo numérique et sur la façon dont elle rompt avec les règles esthétiques instituées par la photographie argentique. Il y évoque le « séisme esthétique majeur » (p. 99) que représente la prolifération d’images aux « esthétiques aberrantes » (p. 98), prises avec des smartphones, pour partager « l’ordinaire et le dérisoire » sur les réseaux sociaux (p. 99). Il parle de l’« esthétique des flux [...] sans frontières ni repères fixes, sans lois ni directions stables [...] sans stabilité ni pérennité » (p. 113) et décrit les étapes qui caractérisent le passage de l’univers des objets à l’univers des flux, à savoir les « prémices numériquement argentiques » (p. 114) autour du travail de Garry Winogrand, les « survivances argentiques numériques » (p .117) avec le passage technique au numérique tout en conservant des règles esthétiques anciennes, et la « contagion numérique » (p. 121) utilisant des outils informatiques pour mettre en valeur différemment des clichés argentiques. 

5Ces trois chapitres exposent les éléments essentiels au développement du quatrième chapitre, qui traite directement du lien entre la photo numérique et le néolibéralisme. Selon Rouillé, « la révolution néolibérale s’est accélérée avec la diffusion des ordinateurs personnels, puis de façon décisive avec celles des smartphones » (p. 132). La photo numérique et ses dispositifs ont participé à l’émergence d’un capitalisme néolibéral des processus venant se substituer à un capitalisme des choses. En effet, grâce aux échanges constants de données personnelles et de photo numériques permis par les smartphones et les réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram, auxquels l’auteur consacre quelques pages, la « vie des gens » (p. 143) est devenue monétisable, dans une économie paradoxalement caractérisée par la gratuité des éléments échangés. La photo numérique favorise la diffusion de valeurs néolibérales, participant ainsi à l’émergence d’un individu néolibéral : « transparent » (p. 157) car rendant publique sa vie privée, « perméable » (p. 159) car traversé de flux continus via ses tablettes et smartphones, « addictif » (p. 160) car rendu dépendant à la consommation par la sollicitation publicitaire permanente, et encore « économique » (p. 162), inscrit malgré lui dans un marché concurrentiel, poussé à partager et à diffuser le plus largement possible du contenu gratuit mais porteur d’une certaine valeur économique sur des réseaux sociaux où le vocabulaire de la liberté est omniprésent. De nouveaux pouvoirs, qui sortent de la typologie foucaldienne, s’exercent sur ces individus. Ils ne relèvent ni des forces coercitives, ni des disciplines et des surveillances, ni du biopouvoir. Pour l’auteur, ils sont « d’une telle puissance qu’ils combinent et dépassent toutes les formes de pouvoir décrites par Michel Foucault » (p. 173), du fait de leur dimension planétaire et de leur caractère séducteur. André Rouillé parle d’une « panoptique numérique néolibérale » (p. 176), caractérisée par un accès aux activités quotidiennes de chacun. Cette gouvernementalité se fait par la technique, grâce aux utilisateurs qui transforment, via leurs smartphones et leurs photos numériques, la réalité visible en éléments lisibles par des algorithmes, et par le marché, grâce à la rentabilité offerte par une circulation fluide, gratuite et sans intermédiaire des données. 

6Ce livre apparaît davantage comme un essai politique et philosophique, s’appuyant sur Platon, Leibniz, Deleuze ou Foucault, que comme un ouvrage de sciences sociales empiriques. L’auteur y apporte une réflexion intéressante sur une pratique sociale aussi récente que massive, et établit un lien pertinent entre son développement et les traits qu’il partage avec le néolibéralisme. Contrairement à ce que l’on pourrait penser en lisant le titre, il ne s’agit pas d’une enquête sur la petite communauté des photographes professionnels ou amateurs ayant délaissé la photo argentique pour la photo numérique, séduits par les facilités techniques offertes par les appareils sans pellicules. Il s’agit bien d’un travail d’analyse d’un phénomène macrosociologique, de ces millions d’infra-amateurs qui utilisent quotidiennement leurs « prothèses » numériques pour photographier et partager leur quotidien le plus intime, et pour faire circuler malgré eux quantité de données monétisables. Loin de se concentrer uniquement sur la photo numérique, cet ouvrage nous éclaire plus largement sur le fonctionnement du système néolibéral, sur ses outils et sur le pouvoir colossal qu’il exerce sur nous, avec notre concours. Il est surtout une critique de ce système dans lequel nous évoluons, et de sa rationalité à laquelle nous nous adaptons avec plus ou moins (et plutôt moins) de résistance. Il nous invite ainsi à la réflexion sur nos pratiques quotidiennes, sur la manière dont nous usons des réseaux sociaux et de l’apparente liberté qu’ils nous offrent, et sur notre rôle dans le renforcement du pouvoir que le néolibéralisme peut avoir sur nos vies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jordan Gamaire, « André Rouillé, La photo numérique. Une force néolibérale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 janvier 2021, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46183 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46183

Haut de page

Rédacteur

Jordan Gamaire

Étudiant en master de sociologie à l’Université de Limoges, et en master de science politique à l’Université Gustave Eiffel.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search