Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Florian Gulli, Jean Quétier, Déco...

Florian Gulli, Jean Quétier, Découvrir Engels

Cédric Perrin
Découvrir Engels
Florian Gulli, Jean Quétier, Découvrir Engels, Paris, Les Editions sociales, coll. « Les propédeutiques », 2020, 144 p., ISBN : 978-2-35367-071-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il mourut avant de pouvoir éditer le tome IV.
  • 2 L’ouvrage s’inscrit dans un projet plus large, comprenant deux autres ouvrages parus dans la même c (...)

1Le nom de Friedrich Engels paraît indissociable de celui de Karl Marx. L’iconographie communiste, et particulièrement soviétique, a sans doute fortement contribué à cette association. De Marx, Engels lui-même disait qu’il est « un homme plus éminent que moi ». Il s’est employé à en populariser les écrits dans des textes « denses mais jamais jargonnants », il lui apporta aussi un soutien matériel essentiel et c’est lui, toujours, qui après le décès de Marx publia les tomes II et III du Capital en reprenant ses brouillons1. Engels a pourtant produit une œuvre personnelle méconnue, que les philosophes Florian Gulli et Jean Quétier proposent, dans cet ouvrage, de sortir de l’ombre portée par Marx2.

2Une courte biographie précède une présentation en douze petits chapitres. Un extrait d’un texte d’Engels ouvre chacun d’eux, suivi d’un encadré qui présente l’ouvrage dont il est tiré puis d’une analyse du thème qu’il illustre.

3Engels a consacré une large part de son travail intellectuel à la critique du capitalisme. À partir d’observations directes dans l’usine de coton que son père possédait à Manchester, dans laquelle il a travaillé, et de nombreuses lectures, Engels a tiré le constat d’un capitalisme meurtrier : la révolution industrielle et le mode de production capitaliste maltraitent les corps ouvriers et les maintiennent dans un état sanitaire d’affaiblissement qui réduit l’espérance de vie. À l’instar de Marx, sa critique s’appuie sur le matérialisme historique (dont le chapitre 11 rappelle la « dette philosophique » de Engels à l’égard de Feuerbach malgré des désaccords importants). Dans La guerre des paysans, rédigé en 1850, il propose une relecture sociale des guerres de religion allemandes du XVIème siècle pour montrer la lutte des classes « sous le masque de la religion ». La religion n’est pas qu’une affaire de croyances, elle est aussi un pouvoir matériel et politique. Il convient donc de ne pas s’arrêter aux motifs idéologiques mais de prendre en compte les groupes sociaux pour comprendre les luttes. Engels a en effet souligné combien les violences politiques (guerres et répressions) ne peuvent être comprises sans les facteurs économiques qui en sont à l’origine, de même qu’elles ne peuvent rien contre l’évolution économique qui a conduit, par exemple, au renversement du pouvoir aristocratique par la bourgeoisie lors de la Révolution française. L’État est également vu comme un produit de l’histoire lié aux classes sociales, un instrument au service de la classe sociale la plus puissante. Le communisme, société sans classe, doit mener aussi à une société sans État.

4Engels a par ailleurs lu et beaucoup apprécié Darwin dont il retenu notamment le principe de sélection naturelle formulé dans L’Origine des espèces paru en 1859. En revanche il s’est montré critique envers son extension aux sociétés humaines par certains de ses contemporains influents, tels que Herbert Spencer. Contre la justification de la violence capitaliste et la naturalisation des inégalités auxquelles procède le « darwinisme social », il affirme que les rapports de production sont des faits sociaux qui peuvent changer au cours de l’histoire. Critique de la naturalisation des faits sociaux, de l’idéalisme ou encore de l’utopie libérale, affirmation du matérialisme historique, de l’historicité des faits sociaux et recours à l’observation directe, tels sont les apports d’Engels trop souvent passés sous silence au profil du seul Karl Marx.

  • 3 Au début du XIXème siècle, des ouvriers, notamment les luddites dans l’Angleterre des années 1810, (...)

5Engels rejetait toutefois les interprétations « réductionnistes » du marxisme. L’économie ne constitue pas pour lui le seul facteur explicatif de l’histoire, elle ne l’est qu’en « dernière instance ». L’histoire engage de multiples facteurs, tels que la religion, la culture ou l’action politique, qui forment comme une superstructure qui se déploie depuis la base des rapports économiques de production. La « conception matérialiste » ne néglige pas les autres déterminants d’une histoire plus complexe dans laquelle les causes s’enchevêtrent. Engels a également pris ses distances avec le mouvement des bris de machine3 qu’il assimila à un stade immature du mouvement ouvrier. Selon lui, la mécanisation n’est en elle-même ni un progrès, ni une régression. C’est seulement le capitalisme qui en fait un instrument d’oppression. L’enjeu est plus de l’orienter différemment que d’y renoncer. Contre Proudhon enfin, qualifié de « petit-bourgeois », et son idéal nostalgique et « réactionnaire » d’une société de petits producteurs indépendants, Engels appelait à dépasser le capitalisme pour permettre à la production industrielle mécanisée de réduire le temps de travail et de satisfaire les besoins de tous.

6Alors que Marx est disparu trop tôt pour en être le témoin, l’essor des partis ouvriers à la fin du XIXème siècle a retenu l’attention d’Engels. Loin des théories du marxisme orthodoxe qui se sont imposées au cours du XXème siècle, Engels ne considérait pas les élections comme une illusion qui détournerait de la révolution. Le suffrage universel permet en effet d’après lui de mesurer ses forces, d’entrer davantage en contact avec les classes populaires ou encore d’offrir une tribune dans les assemblées où des socialistes sont élus. C’est donc un moyen de contester la domination de la bourgeoisie. Pour caser le consensus bourgeois, le parti (social-démocrate) doit avancer des « projets positifs », c’est-à-dire réalisables, que le gouvernement ne pourrait appliquer sans les gâcher et donc que seuls les socialistes peuvent vraiment mettre en œuvre.

7Au-delà de la critique du capitalisme et du développement du matérialisme historique, le livre montre aussi un Engels curieux des questions militaires (au point d’être surnommé « le général » par ses proches), des sciences de la nature ou encore de l’essor de l’ethnologie. Dans L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, publié en 1884, il analyse, par exemple, le mariage conjugal à la fois comme un progrès historique qui permettrait une union fondée sur l’amour et en même temps comme un instrument réactionnaire de l’oppression des femmes par les hommes.

8Le format de la collection ne permet pas de développer une réflexion sur la portée des analyses d’Engels (l’ouvrage est dépourvu de conclusion), ni de les confronter à une historiographie qui les nuance, voire les contredit, sur certains points (par exemple la place de la petite production). L’ouvrage est une bonne introduction à la pensée d’Engels, rédigée avec clarté et qui se lit aisément. Les auteurs parviennent à montrer une œuvre à la fois plus personnelle, plus nuancée et moins dogmatique que celle présentée aussi bien par ceux qui s’en sont réclamés au XXème siècle, que par ceux qui l’ont critiquée au nom d’un marxisme intégral ou, à l’inverse, de sa condamnation sans appel et, souvent, sans même n’avoir lu ni Marx, ni Engels.

Haut de page

Notes

1 Il mourut avant de pouvoir éditer le tome IV.

2 L’ouvrage s’inscrit dans un projet plus large, comprenant deux autres ouvrages parus dans la même collection, l’un consacré à Karl Marx et l’autre à Antonio Gramsci.

3 Au début du XIXème siècle, des ouvriers, notamment les luddites dans l’Angleterre des années 1810, ont choisi de s’opposer à la mécanisation et à la déqualification de leur travail en brisant les machines installées par les manufacturiers dans leurs usines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Perrin, « Florian Gulli, Jean Quétier, Découvrir Engels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 janvier 2020, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46196 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46196

Haut de page

Rédacteur

Cédric Perrin

Chercheur rattaché à l’IDHE.S Evry.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search