Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Matthieu Bareyre, L’Époque

Matthieu Bareyre, L’Époque

Cécilia Gutel
L’époque
Mathieu Bareyre, L’époque, Paris, Les Mutins de Pangée, Artisans du film, 2020, EAN : 3770001117614.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À ce sujet, lire : Alexia Morvan, Pour une éducation populaire politique, thèse de doctorat en scie (...)

1Une démarche d’« éducation populaire politique »1 : voilà comment pourrait être qualifié le travail de Matthieu Bareyre. Au-delà de l’objet cinématographique final, qui est un puissant outil de conscientisation, la démarche réflexive adoptée pour le réaliser est particulièrement intéressante. Dès le départ, l’intention du cinéaste est de déambuler dans les rues de Paris et de sa proche banlieue, une caméra discrète en main pour filmer des jeunes. Néanmoins, Matthieu Bareyre conscientise le nécessaire engagement de sa part dans la rencontre avec les personnes filmées. D’abord pour créer la confiance des jeunes face à la caméra, ensuite pour réussir à dépasser des simples représentations et des discours, mais surtout afin de pouvoir dresser des portraits complexes de la jeunesse, à la fois contradictoires et complémentaires.

  • 2 Sauf indication contraire, toutes les citations fournies dans ce compte rendu proviennent du livret (...)
  • 3 Michaël Fœssel, La nuit. Vivre sans témoin, Paris, Éditions Autrement, coll. « Les grands mots », 2 (...)

2En effet, l’époque des années 2015, 2016 et 2017 révèle d’abord un intense rapport de méfiance avec les médias et, en particulier, les journalistes de télévision. Les jeunes filmés par Matthieu Bareyre ne sont pas exempts de cette attitude et le réalisateur raconte s’être heurté à de nombreuses confusions entre télé-journalisme et cinéma documentaire : « On a beau expliquer qu’on fait du cinéma, qu’on travaille depuis un an et qu’on recherche le point de vue des jeunes, qu’on veut leur donner la parole, il n’y a rien à faire, à la fin, on nous demande sur quelle chaîne notre reportage va passer. En fait, le cinéma n’existe pas dans l’esprit des gens »2. La nuit est choisie comme théâtre de rencontres singulières, le temps d’un certain lâcher-prise, d’une certaine liberté, pendant lequel chacun peut jouer avec ses différents masques. Comme l’écrit Michaël Fœssel, « celui qui entre dans la nuit pour ne pas y dormir échappe pour un temps au jugement des autres ou à celui de sa propre conscience »3. Pour autant, la nuit décuple sans doute cette défiance des jeunes à l’égard de la caméra qui devient un témoin gênant avec lequel il faut composer : « Pour eux, une caméra dans la nuit qui veut filmer la jeunesse, c’est forcément pour parler d’une jeunesse en perdition, produire une condamnation morale de ce qu’ils sont ». La violence symbolique de la dépréciation et de la honte d’eux-mêmes ou de leurs pairs ne facilite pas le contact.

3Afin de pouvoir rencontrer des jeunes inconnus, le cinéaste entame un processus de déprise : de ses intentions, de ses idées toutes faites mais surtout de ses structures et programmes qui le rassurent. Il évoque un travail de « décontraction » pour entrer en contact, pour « voir ce qui se passe » et pouvoir « se montrer réactif ». Successivement, Matthieu Bareyre les filme des jeunes et leur demande : « Quand est-ce que vous vous sentez libres ? », « De quoi rêvez-vous ? ». Ou encore « C’est quoi l’époque ? », question qui sera est adressée à Rose, comme propos liminaire du film, figure centrale du documentaire, comme propos liminaire du film. Ce sont non pas les discours qui intéressent le cinéaste mais les paroles : « Le discours c’est ce qu’on peut répéter à n’importe qui [(…]). Pour moi, une parole, c’est une victoire sur le silence, la honte, ou une humiliation qui fait que quelque chose s’est à un moment donné rompu en nous ». Il cherche à recueillir ces paroles, à faire sortir les jeunes des représentations, à leur faire quitter les codes. Les moments captés ne relèvent pas de la chance mais d’un processus de construction réciproque, de dialogue en confiance avec des jeunes qui se livrent : « pour ceux qui décident de donner quelque chose d’eux-mêmes, il y a l’enjeu d’être à la hauteur du fait d’être filmé ».

4Il advient ce paradoxe saisissant : des paroles intimes de jeunes à propos de leurs désirs, de leurs angoisses sont alors verbalisées face caméra dans l’espace public. Ces paroles sont prononcées au milieu d’un espace largement privatisé, un espace qui, avec la résonnance de ces paroles, est comme « réapproprié » le temps de la conversation. On y observe des portraits de jeunes que tout oppose sociologiquement : des « futurs maîtres du monde » (étudiants de Science Po qui, alcoolisés, s’auto-définissent comme tels) aux jeunes de banlieue sortis de l’école à 16 ans parce qu’il leur faut gagner de l’argent pour nourrir la famille, selon leurs mots. La nuit et ses couleurs sont les vecteurs qui permettent de tisser une continuité entre ces univers a priori antinomiques. La jeunesse, comme toute catégorie largement réifiée et stigmatisée par des discours médiatiques et politiques, se révèle en réalité traversée par des émotions chaotiques, des discours parfois incohérents et des représentations du monde et d’elle-même complexes et contradictoires. « Ce que l’on sépare d’habitude communique, circule, “jamais uniquement ivre, uniquement militant, uniquement sérieux” ». Ainsi, les jeunes partagent des préoccupations et des angoisses communes : la peur d’être seul, un difficile rapport au travail salarié et à l’insertion professionnelle, leur place dans le monde des parents / des adultes / des politiques, un aveu d’impuissance face aux déterminismes mais aussi des espoirs, des désirs, une vitalité et un esprit critique communs. La force du montage des 250 heures de rushes filmés rend ces portraits raccords malgré leurs différences.

  • 4 À ce sujet, se reporter à l’article : Miren Garaicoechea, « Pourquoi la Fédération des centres soci (...)

5Matthieu Bareyre s’attache aux paroles et aux sentiments du présent, dans un cinéma qui a su s’affranchir de regards idéologiques sur la jeunesse pour relayer des paroles de jeunes encore aujourd’hui largement inaudibles dans notre société. En témoigne encore la récente rencontre ratée entre le « réseau jeunes » de la fédération nationale des centres sociaux et la ministre, invitée à prendre connaissance de la restitution de leurs travaux effectués dans une démarche d’éducation populaire que nous pourrions qualifier de « politique », qui faisait la part belle à l’expression, à l’analyse et à la délibération collective4. S’il le fallait encore, le bonus DVD « On ne sait jamais ce que l’on filme » prouve l’intérêt de ce cinéma de l’indéfini qui capte les violences policières à la manière de Chris Marker. Les enjeux de pouvoir dans l’espace public et de sa réappropriation avec les outils d’éducation populaire comme les « porteurs de paroles » par exemple apparaissent évidents : là aussi, l’intention principale réside dans la rencontre, le dialogue réciproque et la réflexivité qu’elle suppose entre « personne interrogée » et « enquêteur ». Les paroles, une fois collectées, sont ensuite décortiquées et sélectionnées avec l’aval des locuteurs pour être finalement affichées dans l’espace public et permettre, par leur juxtaposition, la réintroduction d’une expression citoyenne aussi diverse que complexe, voire contradictoire.

6Fin 2020, dans le contexte d’état d’urgence sanitaire lié à l’épidémie de covid-19, les images filmées il y a seulement 3 à 5 ans semblent déjà anachroniques par l’impossibilité de la rencontre. Et pourtant, il est à parier que les jeunesses, quelles que soient leurs conditions de vie, aujourd’hui confinées et soumises au couvre-feu, auraient des « choses à livrer » sur « l’époque », si tant est qu’on leur propose de prendre la parole.

Haut de page

Notes

1 À ce sujet, lire : Alexia Morvan, Pour une éducation populaire politique, thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Université Paris 8, disponible en ligne : http://la-trouvaille.org/pour-une-education-populaire-politique-these-dalexia-morvan/.

2 Sauf indication contraire, toutes les citations fournies dans ce compte rendu proviennent du livret qui accompagne le DVD du film, édité par Les Mutins de Pangée. Elles reprennent des extraits de l’entretien que Matthieu Bareyre a accordé à la revue Débordements : http://debordements.fr/Matthieu-Bareyre-768.

3 Michaël Fœssel, La nuit. Vivre sans témoin, Paris, Éditions Autrement, coll. « Les grands mots », 2018, p. 15.

4 À ce sujet, se reporter à l’article : Miren Garaicoechea, « Pourquoi la Fédération des centres sociaux est dans le viseur du gouvernement ? », Libération, 14 novembre 2020, en ligne : https://www.liberation.fr/france/2020/11/14/pourquoi-la-federation-des-centres-sociaux-est-dans-le-viseur-du-gouvernement_1805491, et à la tribune co-signée par la fédération des centres sociaux et ses soutiens : https://www.centres-sociaux.fr/tribune-combat-democratique/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécilia Gutel, « Matthieu Bareyre, L’Époque », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 janvier 2021, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46212 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46212

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search