Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Edenz Maurice, Raberh Achi (dir.)...

Edenz Maurice, Raberh Achi (dir.), « Vichy face aux sociétés coloniales », Genèses, n°120, 2020

Aubin Peaudeau
Le Régime de Vichy face aux sociétés coloniales
Edenz Maurice, Raberh Achi (dir.), « Le Régime de Vichy face aux sociétés coloniales », Genèses, n° 120, septembre 2020, 162 p., Paris, Belin, ISBN : 978-2-410-01717-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les travaux menés par le Canadien Eric T. Jennings, professeur à l’université de Toronto, en sont l (...)

1Partant du postulat selon lequel l’historiographie de l’Empire colonial et celle de Vichy sont trop souvent hermétiques l’une à l’autre, le dernier numéro de la revue Genèses constitue une recherche originale à bien des égards. Depuis une vingtaine d’années, l’importance stratégique des colonies pour Vichy et l’exportation outremer des principes de la Révolution nationale ont fait l’objet de travaux scientifiques très documentés1. Adhérant à ce mouvement, les directeurs de la publication, Edenz Maurice et Raberh Achi, déplorent toutefois le faible nombre d’études s’attardant sur le « vichysme colonial » et la scission discutable opérée entre les analyses de Vichy en métropole et en outremer. Le dossier part donc d’un état des lieux de la recherche pour ainsi mieux « déplacer le regard en envisageant le régime de Vichy à partir des colonies » (p. 3). Le dossier entend donc faire transparaître par de nouvelles études de cas les différentes variantes du vichysme qui ont existé dans les colonies africaines et en Guyane.

2L’introduction conjointement rédigée par Edenz Maurice et Raberh Achi dresse un premier postulat repris dans les trois articles. S’il existe bien un modèle métropolitain de la Révolution nationale, sa transposition aux colonies n’a jamais pu s’opérer à l’identique. L’exportation des normes vichystes est histoire de négociations, d’accommodements et de recompositions locales sur fond d’organisations sociales et politiques préexistantes. Plus étonnant encore, l’empreinte plus ou moins profonde de la IIIe République sur ces territoires est décelable dans le degré d’adhésion des colonies au vichysme. Par une double perspective comparative entre les champs institutionnels du droit et de la politique envers la jeunesse, les auteurs tendent à démontrer que Vichy n’a « pas toujours pu déployer ses formes les plus autoritaires sur le terrain colonial » (p. 4).

  • 2 Archives nationales à Paris et Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence.
  • 3 Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, cote 2 APOM.
  • 4 Archives du rectorat de l’académie de Guyane, fonds en cours d’inventaire.

3Le dossier s’organise autour de trois contributions. Celle d’Alexander Lang (traduite de l’anglais par Claire Simon) s’intéresse aux Chantiers de la jeunesse en Algérie. Grâce à une étude des archives officielles2, mais également des lettres interceptées de jeunes français et algériens entraînés, l’article démontre la portée théorique, pratique et institutionnelle des Chantiers par le croisement des points de vue politiques et personnels. La seconde prospection, menée par Edenz Maurice, traite de l’École guyanaise sous Vichy. L’auteur dépasse pour ce faire l’obstacle majeur que constitue la destruction des archives de l’administration, ordonnée pendant le soulèvement des Cayennais à la mi-mars 1943 par le gouverneur vichyste René Veber. L’exposé se concentre à la fois sur les rapports réalisés par l’inspecteur des Colonies Émile Devouton lors de sa tournée antillaise, entre décembre 1940 et septembre 19413, mais également sur les dossiers de carrière des enseignants guyanais4. Enfin, l’article de Florence Renucci s’attaque à l’application de la législation antisémite dans les colonies vichystes et, par effet de miroir, à la position ambiguë des autorités de la France libre à son sujet. Le panel des sources mobilisées témoigne d’une nécessité scientifique : la législation antisémite dans l’Empire ne peut être abordée qu’à l’aune de documents de natures très variées. Partant, l’historienne exploite à la fois des Journaux officiels vichystes, ceux de la France libre, les fonds des gouvernements généraux et des préfectures, la correspondance entre Londres et Brazzaville et encore des témoignages dont il est toutefois « difficile de mesurer l’objectivité » (p. 52).

4L’intérêt de l’article d’Alexander Lang réside dans l’explication de la portée politique et symbolique donnée aux Chantiers par Vichy et les autorités algériennes. La transposition à l’Algérie des Chantiers métropolitains se fait tardivement, par décret du gouverneur Yves Châtel le 13 avril 1942. Le projet algérien confère cependant aux « Chantiers de la jeunesse française, groupement musulman », des objectifs distincts de ceux de la métropole. Les Chantiers devaient à terme amener entre 60 000 et 80 000 Algériens à s’identifier à des sujets impériaux français dévoués, former de nouveaux intermédiaires algériens loyaux entre les Français et la masse indigène et stimuler l’économie agraire afin de freiner l’exode rural. L’extension des Chantiers à l’Algérie par Vichy est en réalité un effet d’aubaine. Les autorités pensaient paradoxalement pouvoir satisfaire les revendications grandissantes de droits et d’égalité des indigènes éduqués tout en ajoutant un nouveau moyen de contrôle social aux pouvoirs publics. Comme le démontre Alexander Lang, malgré l’intérêt certain suscité par les Chantiers, l’osmose théorique souhaitée entre Français et Algériens s’est heurtée à l’impossible égalité statutaire ainsi qu’aux nombreux préjugés raciaux inhérents à l’ordre impérial alors en vigueur.

  • 5 Alexandre Rodolphe, « Contribution à l’étude du régime de Vichy en Guyane (1940-1943) », Revue guya (...)

5La contribution d’Edenz Maurice montre quant à elle le poids du contexte colonial et de la IIIe République dans l’application du programme vichyste à l’enseignement en Guyane. Si la réforme éducative débutée par Pétain dès l’été 1940 constitue en métropole une rupture avec l’école républicaine, elle perd en Guyane son caractère novateur, du fait des contingences coloniales. À titre d’exemple, l’exaltation de la petite patrie au sein des programmes scolaires n’a rien de nouveau, puisqu’un décret de 1906 en posait déjà les contours. La composition sociale de l’enseignement secondaire, représenté par l’unique collège de Cayenne, n’est pas non plus bouleversée par le durcissement de l’accès au baccalauréat, déjà réservé aux élèves issus de la notabilité. Du côté de l’épuration de l’instruction publique, la manœuvre contre les enseignants francs-maçons, syndiqués et défenseurs de la laïcité est dirigée avec bien moins de véhémence qu’en Afrique du Nord. De façon contradictoire, de nombreux enseignants guyanais comblent les charges administratives du conseil général et des municipalités laissées vacantes par l’épuration. À travers l’exemple de l’école en Guyane, Edenz Maurice appelle à se détacher de l’affirmation stérile selon laquelle Vichy transposa sans résistance ses réformes à des populations coloniales attentistes5.

  • 6 Pour approfondir, voir : Joly Laurent, Xavier Vallat (1891-1972) : du nationalisme chrétien à l’ant (...)

6Alors que les deux premiers articles se concentrent sur des objets d’étude bien circonscrits, celui de Florence Renucci élargit considérablement la focale pour dépeindre la législation antisémite dans l’Empire, par l’examen de situations coloniales diverses. L’extension outremer de la législation antisémite atteste que celle-ci n’était pas « uniquement un produit d’exportation élaboré en métropole, pour la métropole » (p. 64). Par l’abrogation du décret Crémieux de 1870 et « l’hydre juridique » que représente la loi du 18 février 1942 assujettissant les « indigènes israélites » au statut des juifs de 1941, l’historienne démontre la responsabilité des protagonistes d’Afrique du Nord. Dans une logique inverse, des acteurs locaux obtiennent des assouplissements pour transposer les normes vichystes au contexte colonial. L’amiral Esteva s’oppose ainsi en Tunisie au quota de 2% d’avocats juifs à maintenir en exercice, expressément imposé par Xavier Vallat6. Relevé de 2% à 5%, ce numerus clausus reflète plus amplement la nature du barreau tunisien où les israélites représentaient 218 des 330 avocats de Tunis et de Sousse. Au terme du propos, la réinstauration tardive – presque un an après le débarquement allié en Afrique du Nord – du décret Crémieux en octobre 1943 par le Comité français de Libération nationale est abordée au détour d’arguments juridiques et politiques. L’autrice souligne par ce biais que la législation antisémite ne fut pas pour la France libre un point de concurrence juridique avec Vichy, malgré l’extrême complexité du débat.

  • 7 Cantier Jacques, Jennings Éric (dir.), L’empire colonial sous Vichy, Paris, Odile Jacob, 2004.

7Suivant des aires géographiques et des objets institutionnels diversifiés, les contributions se répondent en dégageant des problématiques communes. L’analyse de l’École guyanaise et des Chantiers algériens établit l’existence d’un projet vichyste pour l’Empire. Dans ce dernier, les populations doivent développer un attachement positif à Vichy et à la Révolution nationale. Les éléments développés par Florence Renucci démontrent que l’idée communément admise d’un gouvernement central métropolitain s’imposant aux colonies manque de nuances. L’augmentation relative au quota d’avocats juifs en Algérie et en Tunisie en constitue le parfait exemple. Alexander Lang et Edenz Maurice quant à eux montrent parfaitement le poids du facteur « local », véritable élément phare de ce numéro de Genèses. Un regret peut être formulé concernant le faible nombre d’articles présents dans la publication. Cette dernière aurait certainement pu bénéficier d’autres contributions, sur l’Indochine ou Madagascar par exemple. L’accommodement, le durcissement ou l’allègement des normes fut la règle dans les colonies. Ces notions centrales dans le dossier doivent à présent être plus largement exploitées par les historiens. Observer les particularités locales de l’outremer pendant la Seconde Guerre mondiale semble aujourd’hui primordial au vu de l’importance stratégique accordée à l’Empire par l’État français7. En définitive, la grande qualité des études démontre une seconde nécessité dont les historiens devront continuer à se saisir : poursuivre l’étude de Vichy par les marges, depuis les colonies, comme y appelle Florence Renucci (p. 65).

Haut de page

Notes

1 Les travaux menés par le Canadien Eric T. Jennings, professeur à l’université de Toronto, en sont le parfait exemple. Voir notamment : Jennings Éric T., Vichy sous les tropiques. La Révolution nationale à Madagascar, en Guadeloupe, en Indochine 1940-1944, Paris, Grasset, 2004. Plus récemment : Edwards Kathryn, Jennings Éric T., « An Indochinese Vichy Syndrome? Remembering and Forgetting World War II Indochina », French Politics, Culture and Society, vol. 37, n° 2, p. 27-55.

2 Archives nationales à Paris et Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence.

3 Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, cote 2 APOM.

4 Archives du rectorat de l’académie de Guyane, fonds en cours d’inventaire.

5 Alexandre Rodolphe, « Contribution à l’étude du régime de Vichy en Guyane (1940-1943) », Revue guyanaise d’histoire et de géographie, n° 10, p. 26-48 ; Alexandre Rodolphe, La Guyane sous Vichy, Paris, Caribéennes, 1988.

6 Pour approfondir, voir : Joly Laurent, Xavier Vallat (1891-1972) : du nationalisme chrétien à l’antisémitisme d’État, Paris, Grasset, 2001 ; Joly Laurent, Vichy dans la « Solution finale » : histoire du Commissariat général aux questions juives (1941-1944), Paris, Grasset, 2006.

7 Cantier Jacques, Jennings Éric (dir.), L’empire colonial sous Vichy, Paris, Odile Jacob, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aubin Peaudeau, « Edenz Maurice, Raberh Achi (dir.), « Vichy face aux sociétés coloniales », Genèses, n°120, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 janvier 2021, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46232 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46232

Haut de page

Rédacteur

Aubin Peaudeau

Étudiant en master 2 d’histoire, parcours histoire et sciences sociales à l’EHESS. Son travail de mémoire porte sur l’épuration administrative à la suite de la libération du protectorat tunisien dès mai 1943.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search