Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Catherine Rollet et Virginie De L...

Catherine Rollet et Virginie De Luca Barrusse, Dans l’ombre de la réforme sociale, Paul Strauss (1852-1942)

Paul Mayens
Dans l'ombre de la réforme sociale, Paul Strauss (1852-1942)
Catherine Rollet, Virginie De Luca Barrusse, Dans l'ombre de la réforme sociale, Paul Strauss (1852-1942), Paris, INED, coll. « Etudes & enquêtes historiques », 2020, 287 p., ISBN : 978-2-7332-6040-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Birnbaum Pierre, Les Fous de la République : histoire politique des Juifs d'État, de Gambetta à Vic (...)
  • 2 Catherine Rollet a ainsi laissé un manuscrit de près d’un million huit cent mille signes répartis e (...)

1« La BNF (Bibliothèque nationale de France), une mine, pourtant, sur Paul Strauss, citait jusqu’à hier une année de naissance erronée » (p. 20). En rappelant cette anecdote de recherche dans son introduction, Catherine Rollet souligne le caractère profondément méconnu de Paul Strauss, ce proche de Léon Gambetta qui fut également conseiller municipal de Paris (1883-1897), sénateur (1897-1935) et même ministre de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociales (1922-1924). Ce pasteurien, philanthrope, solidariste, laïc, franc-maçon et « Juif d’État »1, apparaît en effet comme une victime collatérale du discrédit dont ont souffert, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la IIIe République et son personnel politique. Ce relatif oubli de Paul Strauss justifie donc le choix du titre, qui en fait un artisan de l’ombre des réformes sociales françaises du premier XXe siècle. C’est tout à la fois pour combler ce manque historiographique et réhabiliter une figure oubliée du réformisme social que l’autrice, professeure de démographie et spécialiste de l’histoire des politiques sociales, se lance à partir de 2008 dans la réalisation de la biographie de Paul Strauss. Décédée en 2016, Catherine Rollet n’a cependant pas pu achever la mise en forme de son manuscrit. Dans son avant-propos, Virginie De Luca Barrusse, ancienne élève de Catherine Rollet également devenue professeure de démographie, raconte, non sans émotion, comment Christian Rollet et les responsables du comité des collections de l’Ined, Alain Blum et Éva Lelièvre, l’ont contactée en décembre 2018 afin d’achever cette biographie laissée en suspens. Le présent ouvrage est donc un livre singulier, produit d’un travail de sélection opéré par Virginie De Luca Barrusse dans les notes prises par Catherine Rollet au cours de ses années de recherche2.

  • 3 Murray Kendall Paul, Louis XI, Paris, Fayard, 1974.
  • 4 Il s’agit de fonds d’archives emportés par les nazis lors de leur retraite puis récupérées par les (...)

2Cette biographie d’une figure notable et néanmoins discrète de la « République sociale » soulève de nombreuses questions, tant sur la nature de son projet scientifique que sur les contraintes de l’écriture historique. En effet, quel intérêt deux spécialistes de la démographie historique, habituées à manipuler les grands nombres et les évolutions séculaires, trouvent-elles à se pencher sur une trajectoire particulière ? Le genre biographique n’apparaît-il pas dépassé, voué à l’anecdotique et éloigné de toute prétention scientifique ? Dans la lignée du Louis XI de Paul Murray Kendall, qui a redonné au genre ses lettres de noblesse dans les années 19703, Catherine Rollet et Virginie De Luca Barrusse proposent une lecture sociale de l’itinéraire de Paul Strauss et de son action. Catherine Rollet exprime d’ailleurs en introduction sa volonté d’éclaircir le parcours d’un individu situé socialement et politiquement, acteur de son époque et, en retour, façonné par elle. À travers Strauss, c’est tout un pan de l’histoire sociale de la IIIe République que les autrices souhaitent mettre en lumière. Le livre pose également la question d’une écriture historique à quatre mains. Virginie De Luca Barrusse a ainsi dû opérer une réduction drastique d’un texte fondé sur des archives qu’elle n’avait elle-même pas pu consulter. La ligne directrice finalement retenue et qui structure l’ensemble de l’ouvrage est celle de la démographie et de l’action de Strauss dans ce domaine. Ce choix, outre la cohérence globale qu’il confère à l’ouvrage, correspond aux thématiques de recherche des autrices et leur permet d’éclairer finement la fin de la transition démographique française à la charnière des XIXe et XXe siècles. Ainsi, chaque épisode de la vie de Strauss est l’occasion de situer cet individu par rapport aux grandes tendances démographiques de son époque. Son mariage avec Renée Schwob permet de questionner les pratiques matrimoniales dans les milieux juifs de l’est de la France tandis que son engagement au Sénat en faveur de la protection de l’enfance vient éclairer les débats sur la dépopulation à la Belle Époque. Enfin, ce livre témoigne du fait qu’une biographie sans accès aux archives privées de la personne étudiée demeure possible. Pour contourner ce vide, Catherine Rollet a patiemment rassemblé une documentation extrêmement riche, composée de bribes d’archives publiques, d’articles de presses, de publications scientifiques, d’archives produites par la ligue contre la mortalité infantile ou tirées des fameux « fonds russes », lesquels contiennent les archives de trois Strauss, cousins et proches collaborateurs de Paul4.

  • 5 Topalov Christian (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice en France, 18 (...)

3L’ouvrage s’articule autour de neufs chapitres qui suivent une progression chronologique, de la naissance de Paul Strauss à Ronchamp en Haute-Saône en 1852 à sa mort le 22 février 1942 à Hendaye. Ils sont précédés d’un avant-propos rédigé par Virginie De Luca Barrusse et d’une introduction de Catherine Rollet. Dans les chapitres, en revanche, rien ne permet de distinguer ce qui relève du manuscrit original ou de l’ajout ultérieur. Les autrices reviennent d’abord sur le milieu familial de Paul Strauss, ses études et sa montée à Paris. Le second chapitre est consacré à sa découverte du milieu parisien et à sa mobilisation au sein des réseaux gambettistes. Catherine Rollet et Virginie De Luca Barrusse montrent ainsi comment Strauss, à l’image de nombreux républicains sans réseau ni capital familial, se fait d’abord un nom comme journaliste engagé auprès de Gambetta dans les années 1870. Les autrices analysent par la suite le rôle que son expérience de conseiller municipal parisien a joué sur la construction de son rapport à la question sociale. Elles esquissent alors le portrait d’un homme politique qui construit progressivement sa réputation d’expert en se rapprochant des milieux scientifiques et médicaux, notamment proches de l’Institut Pasteur. Le récit des campagnes électorales successives, très détaillé, permet par ailleurs aux autrices d’insister sur la récurrence, tout au long de la carrière de Strauss, des attaques antisémites extrêmement violentes dont il est l’objet. Le mariage de Paul Strauss avec Renée Schwob occupe une large partie du quatrième chapitre, qui interroge les lieux et les réseaux dans lesquels le couple s’inscrit, notamment la franc-maçonnerie jusqu’à l’entrée de Paul au Sénat. Vient ensuite le temps des grands combats menés par Strauss entre 1897 et 1924 : les réformes défendues au Sénat (1897-1922), la guerre (1914-1922) et l’expérience ministérielle dans le gouvernement Poincaré (1922-1924), qui font l’objet de trois chapitres successifs. Entre 1898 et 1924, Strauss présente ainsi en son nom propre pas moins de vingt-cinq projets de lois qui portent sur ses thématiques de prédilection : la protection de l’enfance, l’hygiène ou la lutte contre la dépopulation. Les autrices prennent d’ailleurs soin de rappeler à cette occasion son engagement dans la lutte contre l’avortement, même si elles soulignent que cette question demeure seconde dans la pensée de Strauss, au regard de la promotion des mesures d’aide aux jeunes mères. Son action ministérielle d’après-guerre, limitée dans le temps et par le caractère récent du ministère, est néanmoins marquée par une action volontariste dans la lutte contre le cancer, qui devient un fléau social reconnu. Le huitième chapitre est quant à lui l’occasion de se pencher sur la place occupée par Paul Strauss au sein de la « nébuleuse réformatrice5 » dans l’entre-deux-guerres, sur ses liens avec le monde médical ainsi que sur son rôle dans la publication de la Revue philanthropique, journal qu’il a créé en 1897 et auquel il participe jusqu’à sa disparition en 1934. L’ultime chapitre aborde la fin de sa carrière sénatoriale, les honneurs qui lui sont rendus ainsi que les dernières épreuves que Paul Strauss doit affronter, de la mort de sa femme Renée en 1933 à la mise en place d’un double statut des juifs par le régime de Vichy entre 1940 et 1941. L’ouvrage est agrémenté de nombreuses photographies, dessins de presse, ou retranscriptions de sources qui donnent un aperçu de la documentation rassemblée par Catherine Rollet et permettent de se représenter avec une grande précision les lieux fréquentés par Strauss, à l’image du sanatorium de la ville de Paris sur la côte basque.

4Ce livre apparaît donc comme un bel hommage rendu à Catherine Rollet par Virginie De Luca Barrusse autant qu’une enquête savante qui restitue avec précision l’itinéraire d’un réformateur social sous la IIIe République. La sympathie des autrices envers Paul Strauss, manifeste tout au long de l’ouvrage, ne les conduit pas pour autant à éluder ses échecs, ses zones d’ombre ou les limites de son action. Se dégage finalement de la lecture de cet ouvrage le portrait d’un républicain résolu, pionnier dans la protection de l’enfance et attaché toute sa vie à une méthode, celle des réformes progressives, comme le résume ce passage extrait d’un article qu’il rédige en 1881 pour le journal Voltaire : « Il faut sérier les questions, prendre toutes celles qui comportent une réalisation immédiate ou prochaine et laisser de côté tout ce qui pourrait être une cause d’obstacle ou de retard » (p. 48).

Haut de page

Notes

1 Birnbaum Pierre, Les Fous de la République : histoire politique des Juifs d'État, de Gambetta à Vichy, Paris, Fayard, 1992.

2 Catherine Rollet a ainsi laissé un manuscrit de près d’un million huit cent mille signes répartis en dix chapitres.

3 Murray Kendall Paul, Louis XI, Paris, Fayard, 1974.

4 Il s’agit de fonds d’archives emportés par les nazis lors de leur retraite puis récupérées par les soviétiques après la prise de Berlin.

5 Topalov Christian (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Mayens, « Catherine Rollet et Virginie De Luca Barrusse, Dans l’ombre de la réforme sociale, Paul Strauss (1852-1942) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 janvier 2021, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46242 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46242

Haut de page

Rédacteur

Paul Mayens

Ancien élève de l’École normale supérieure de Paris et agrégé d’histoire, Paul Mayens est actuellement doctorant en histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS UMR 8058)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search