Navigation – Plan du site

Mirelle Giannini, Charles Gadéa, Eliot Freidson

Samuel Lézé
Eliot Freidson
Mirella Giannini, Charles Gadea (dir.), « Eliot Freidson », Knowledge, Work & Society / Savoir, Travail & Société, édité par Mirelle Giannini et Charles Gadéa, n° 2, 2006, EAN : 9782296025004.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eliot Freidson, La profession médicale, Paris, Payot, 1984 (“Médecine et sociétés”)
  • 2 Voir par exemple: Daniel Carricaburu & Marie Ménoret, Sociologie de la santé. Institutions, profess (...)

1Ce numéro de la revue internationale Savoir, travail et société mérite à plus d'un titre de rencontrer un large écho. Se démarquant de la simple notice nécrologique de circonstance, il offre un large hommage intellectuel à Eliot Freidson, disparu le 15 décembre 2005. Ainsi, les sept contributions réunies ici et la traduction de deux conférences inédites invitent à relire, sans complaisance, le célèbre sociologue américain à partir des débats qu'il a ouvert en sociologie des professions et bien au-delà du seul ouvrage phare traduit en français, - la profession médicale (1984) -, aujourd'hui épuisé1. Il est en effet surprenant et regrettable que d'Eliot Freidson, on ne connaisse finalement qu'un des nombreux jalons d'une pensée riche en développement ultérieur, rectification et généralisation, qui ne sauraient se réduire à son seul apport à la sociologie de la santé2. De ce fait, ce numéro spécial livre une très utile présentation, si ce n'est une introduction, à une oeuvre sociologique considérable dont les principaux ouvrages ne sont pas encore disponibles en français.

2En ouverture, le texte de Mirella Giannini et Charles Gadea retrace clairement la formation du regard sociologique d'Eliot Freidson à travers sa trajectoire sociale et intellectuelle. Se détache en particulier, le passage d'une théorie critique et substantive de la profession médicale, fortement marquée par la sociologie de la déviance, à une théorie positive et formelle du professionnalisme qui marque le grand tournant de son travail sociologique. De façon très suggestive et complémentaire, les deux conférences d'Eliot Freidson recueillies et traduites ici par Jean-Yves Trépos précisent certains traits importants de sa pensée et les exigences qu'il n'a cessé de vouloir mettre en oeuvre dans ses travaux:

  • 3 Eliot Freidson, Professional powers, Chicago, University of Chicago Press, 1986, notamment.
  • 4 Eliot Freidson, Professionalism. The third logic, Cambridge, Polity Press & Oxford, Blackwell Publi (...)

3La première conférence retrace la genèse d'un chantier sociologique de maturité: donner un statut analytique au concept d'occupation.Aussi propose t-il un idéaltype issue d'une théorie systématique et comparative afin d'étudier les conditions de l'établissement et de la conservation du contrôle d'une occupation sur son propre travail.La dimension critique ne disparaît pas pour autant de sa sociologie des professions, mais se déplace du pouvoir professionnel3 aux grandes transformations contemporaines en matière de néo-libéralisme qui légitime deux logiques de pouvoir inédites, managériale et consumériste, mettant en péril l'autonomie des professions (2001)4.

  • 5 Sur la valeur heuristique des débats sociologiques en matière de méthodes ou d'ontologie, je me per (...)

4La seconde conférence rend compte de son attitude, sceptique et pragmatique, à l'égard de la discipline sociologique: pour Eliot Freidson, il s'agit de tenir pour provisoire et partielle toute théorie sociale en se gardant bien de succomber à l'ontologie sociale qu'elle peut recéler (il évoque surtout le débat structure sociale vs processus social) ou au formalisme et impérialisme que porte les “écoles de pensée”. Seule la valeur heuristique5 compte à ses yeux et s'il est aussi interactionniste symbolique c'est pour apporter ou porter la contradiction qui permet de toujours rappeler la complexité de la réalité sociale et susciter l'émulation intellectuelle.

  • 6 Les articles de Becker, Dingwal, Brint, Tousijn et Vicarelli sont en anglais.
  • 7 Eliot Freidson, “Client control and medical practice”, American Journal of Sociology, 65, pp. 374-8

5Enfin, il faut souligner la qualité des discussions, aussi serrées qu'acérées, développées dans chacune des contributions et fidèles, en cela, à l'esprit si peu dogmatique d'Eliot Freidson. À l'exception de l'article6 d'Howard Becker qui fonde son propos sur l'un de ces premiers textes7 montrant l'existence de systèmes de références élaborés par les profanes pour orienter leur carrière de malades et l'usage de ce concept dans d'autres contextes (la consommation de drogue et l'utilisation d'un ordinateur personnel), les autres articles évaluent les limites et la portée des thèses d'Eliot Freidson. Robert Dingwal met à distance ses postulats issus de la sociologie de la déviance et Stevent Brint discute sa défense de l'autonomie professionnelle. Jean-Yves Trépos s'interroge sur la spécificité et la multiplicité de situations d'expertise que Freidson tenait pour une caractéristique du professionnalisme. Willem Tousijn et Giovanna Vicarelli insistent pour leur part sur les limites du pouvoir managérial et consumériste, nuance la thèse du déclin annoncé de l'autonomie de la profession médicale en montrant sa capacité d'adaptation et de négociation.

6Au total, l'intérêt comme la force de ce numéro ne réside pas seulement dans l'actualité d'une pensée sociologique forte et stimulante, mais également dans l'introduction à des débats décisifs pour comprendre les enjeux politiques des grandes transformations contemporaines en matière de pouvoirs. Espérons qu'il ouvre enfin la voie à une politique de traduction plus active...

Haut de page

Notes

1 Eliot Freidson, La profession médicale, Paris, Payot, 1984 (“Médecine et sociétés”)

2 Voir par exemple: Daniel Carricaburu & Marie Ménoret, Sociologie de la santé. Institutions, professions et maladies, Paris, Armand Colin, 2004, pp. 52-57

3 Eliot Freidson, Professional powers, Chicago, University of Chicago Press, 1986, notamment.

4 Eliot Freidson, Professionalism. The third logic, Cambridge, Polity Press & Oxford, Blackwell Publishers, 2001

5 Sur la valeur heuristique des débats sociologiques en matière de méthodes ou d'ontologie, je me permets de renvoyer à l'ingénieux petit livre d'Andrew Abbott, Methods of discovery. Heuristics for the social sciences, New-York, W.W. Norton & Company, 2004 (“Contemporary Society”)

6 Les articles de Becker, Dingwal, Brint, Tousijn et Vicarelli sont en anglais.

7 Eliot Freidson, “Client control and medical practice”, American Journal of Sociology, 65, pp. 374-82

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Lézé, « Mirelle Giannini, Charles Gadéa, Eliot Freidson », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 09 octobre 2007, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/465

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page