Skip to navigation – Site map

HomeContentsLes comptes rendus2021Isabelle Thireau, Des lieux en co...

Isabelle Thireau, Des lieux en commun. Une ethnographie des rassemblements publics en Chine

Marie Bellot
Des lieux en commun
Isabelle Thireau, Des lieux en commun. Une ethnographie des rassemblements publics en Chine, Paris, EHESS, series: « En temps et lieux », 2020, 386 p., ISBN : 978-2-7132-2813-1.
Top of page

Full text

1À Tianjin, tous les soirs à 19 heures, sur la place de la Victoire, quelques dizaines de personnes viennent pour pratiquer ensemble des activités physiques (taiji, qigong, mouvements dits de rajeunissement). Dans cette même ville, une équipe de volontaires voit le jour dans le courant des années 2000. Elle vise à la protection du patrimoine architectural de Tianjin. À partir de ces deux rassemblements, aussi précis que leurs configurations sont particulières, Isabelle Thireau dessine les lignes de phénomènes sociaux que l’on retrouve dans bien des situations en Chine. Elle tient ensemble incertitude et action, individu et collectif, pour montrer comment des formes d’associations se produisent actuellement, au travers de cheminements complexes, de négociations perpétuelles et de configurations établies sur des normes souvent implicites. Il s’agit pour l’autrice de répondre in fine à la question suivante : « quelles formes de coexistence, dispositions ou capacités d’action peuvent être mises en œuvre dans une société au sein de laquelle indécisions et incertitudes dominent ? » (p. 9) ou, pour le dire autrement, comment se fabrique l’action dans un monde incertain ?

2L’ouvrage est structuré en deux parties. La première porte sur le premier rassemblement, dont l’analyse est déclinée en trois chapitres. Elle est le fruit d’une enquête ethnographique conduite quasi quotidiennement entre janvier 2011 et septembre 2013, puis de manière plus ponctuelle jusqu’au printemps 2017, date d’un arrêt brutal de l’activité du fait de la construction du métro sur la place. La régularité de l’activité, qui se tient quasiment tous les jours de l’année, à la même heure et au même endroit, a pour pendant l’hétérogénéité du groupe de participants aux frontières lâches, qui rassemble des individus d’âge, de sexe, d’origine géographique et sociale disparates. Pourtant, chacun semble savoir ce qu’il convient de faire ou de ne pas faire, suivant des normes implicites, de sorte que ce qui prime s’avère être moins les contours d’un groupe figé que l’expérience commune, le « faire ensemble » (ainsi que s’intitule le premier chapitre). Dans un contexte où la méfiance vis-à-vis de la parole en public est encore bien souvent de mise, l’analyse de ce qui n’est pas dit – les silences et les formes non langagières de communication – est toute aussi importante que celle de ce qui est dit. Le choix des sujets de discussion atteste de normes guidant ce qui peut être abordé d’un côté, et ce que chacun gardera par devers soi d’un autre. Les thématiques concernant la vie quotidienne, dans sa dimension commune (les prix des biens alimentaires, l’eau, l’électricité, le gaz par exemple, dépenses dont tout un chacun doit s’acquitter), sont souvent au cœur des débats. Dans le même temps est laissé de côté ce qui pourrait diviser, comme le prix des loyers ou l’accès à la propriété, quand bien même les conditions d’habitat constituent une des premières sources d’inégalité aujourd’hui en Chine. Finalement, ce qui se trouve au cœur du fait de « se parler malgré tout » (chapitre 2), c’est la possibilité de contrôler par ces échanges des incertitudes sur la vie quotidienne et l’avenir, en croisant des savoirs et des sources de légitimité différentes. L’évocation du passé est également à prendre en compte concernant ce qui est révélé ou non sur la place. En raison de la menace qu’ils pourraient constituer sur le fragile équilibre du groupe, le passé des individus et celui des lieux sont les grands absents des échanges qui ont cours durant le rassemblement (chapitre 3). Ainsi, se retrouver permet de faire face ensemble à des inquiétudes, tant que celles-ci sont circonscrites au présent. La dimension publique de ce premier rassemblement tient alors dans un maillage lâche : c’est parce que les modalités de reconnaissance mutuelle entre individus sont à la fois multiples et fluctuantes qu’une telle configuration perdure.

  • 1 Sur ces questions, voir notamment Wu Fengshi, Chan Kin-man, « Contrôle gradué : l’évolution des rel (...)

3Le second rassemblement, objet de la seconde partie de l’ouvrage, a été étudié à partir de janvier 2011 en combinant des entretiens avec certains de ses membres, des observations de réunions et d’activités ainsi que le dépouillement d’archives et la lecture des publications de l’équipe de volontaires. Il se distingue du premier rassemblement par de nombreux aspects. Connu pour avoir donné lieu à ce qui a été appelé le « modèle de Tianjin » en termes de protection du patrimoine, soit un dispositif dans lequel « le gouvernement dirige, les experts conseillent, le public participe » (p. 240), ce groupe agrège des membres partageant une visée commune et atteste d’une présence prégnante du récit d’expériences passées. Montée en 2006, l’équipe de volontaires dispose de modes d’action variés : veille autour des chantiers pour voir s’il n’y a pas une avancée soudaine dans les processus de destruction, tournée des services municipaux, rédaction de rapports. Ces actions donnent lieu à des négociations entre le bureau de gestion des ressources foncières et du logement, celui des biens culturels et l’équipe de volontaires. Totalement nouveau dans le paysage chinois, ce groupe de volontaire a dû élaborer ses actions à partir d’expérimentations. Isabelle Thireau montre ainsi comment ces collectifs émergent, à partir de tâtonnements structurés par trois principes : la visibilité de l’entité, la mise en avant d’acteurs (qu’ils soient « ordinaires » ou reconnus) et la question de l’échelle, nationale ou locale, à laquelle les individus ont gagné leur reconnaissance. Par la description précise et l’analyse d’actions produites autour de négociations permanentes, l’autrice montre comment, dans un tissu social et institutionnel caractérisé par l’incertitude, des stratégies se construisent à bas bruit et permettent des actions fondées sur des savoirs préalables (chapitre 4). Les cheminements administratifs sont eux aussi complexes. Un même lieu peut recevoir divers documents officiels de protection et voir sa destruction quand même mise en œuvre. Des bureaux peuvent ainsi rédiger des documents mais ne rien faire de plus pour que la loi soit respectée. En conséquence, les chemins d’action des volontaires sont tortueux. Comment alors prendre des initiatives, et surtout comment les nommer et les décrire dans l’espace public ? Face à de tels écueils, deux types d’actions sont tour à tour utilisées. Celles – tolérables et acceptables – qui résultent de procédés stabilisés et de savoir-faire que les volontaires ont développé. Il s’agit par exemple de la constitution d’un musée virtuel d’histoire orale qui s’appuie sur des « réunions amicales des habitants » ou encore, de façon plus générale, de la collecte des matériaux tant sur l’histoire patrimoniale de la ville que sur les projets d’urbanisation en cours. Plus illégitimes sont les actions qui doivent souvent s’accompagner d’invisibilité, comme c’est notamment régulièrement le cas dans les négociations faites avec des représentants publics, administrations et Parti. Les échanges avec ces derniers sont en effet réalisés en privé du fait de la confidentialité à laquelle ces individus sont tenus. Des lettres sont ainsi envoyées à des représentants d’instances de la ville, par exemple au secrétaire du Parti de la municipalité de Tianjin en mai 2011 pour lui demander d’accélérer la mise en place de réglementations de protection du patrimoine. L’incertitude des types d’action à mener est par ailleurs renforcée par les formes de soupçon qui irriguent l’équipe des volontaires, que cela soit entre eux ou de l’extérieur, notamment au niveau institutionnel (chapitre 6). On retrouve ici des processus observés auprès d’autres organisations sociales en Chine : du fait de la difficulté de leur inscription légale, beaucoup demeurent dans une zone grise. Elles ont en effet une existence patente – en témoignent les échanges et interactions avec des institutions officielles – sans pour autant avoir fait l’objet d’un enregistrement formel1. Il résulte de tout cela une interrogation qui dépasse les seules situations données à voir dans l’ouvrage : qu’est-ce qui a la légitimité de devenir public aujourd’hui en Chine ?

4À partir de deux rassemblements, Isabelle Thireau interroge donc des processus transversaux qui structurent nombre de situations en Chine. Au titre de ces processus, l’incertitude à propos de la vie quotidienne (sur les questions d’alimentation ou de pollution par exemple), comme en témoigne la première partie de l’ouvrage ; et des incertitudes liées au système institutionnel et en cela, plus politiques, mises en exergue grâce à l’étude du deuxième type de rassemblement. Ainsi, à partir de situations très locales et de la retranscription au plus près des échanges tenus in situ, Isabelle Thireau livre des analyses qui dépassent largement le seul cadre de la place de la Victoire et de la sauvegarde du patrimoine de Tianjin. Elle nous invite à saisir les façons multiples de tenir l’incertitude en Chine, que celle-ci soit politique, économique ou sociale. Les deux rassemblements analysés ont, depuis, disparu. Ainsi que le souligne l’autrice en conclusion, leur émergence autant que leur disparition interrogent néanmoins avec acuité la difficile et fragile existence des corps intermédiaires, des dispositifs de représentativité et de coordination entre citoyens en Chine.

Top of page

Notes

1 Sur ces questions, voir notamment Wu Fengshi, Chan Kin-man, « Contrôle gradué : l’évolution des relations entre gouvernement et Organisations non gouvernementales », Perspectives chinoises, n° 2012/3, 2012, p. 9-18, et Spires Anthony J., « Contingent Symbiosis and Civil Society in an Authoritarian State : Understanding the Survival of China’s Grassroots NGOs », American Journal of Sociology, n° 117, 2011, p. 1-45.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Bellot, « Isabelle Thireau, Des lieux en commun. Une ethnographie des rassemblements publics en Chine », Lectures [Online], Reviews, Online since 13 January 2021, connection on 20 January 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46657 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46657

Top of page

About the author

Marie Bellot

Postdoctorante en sociologie à l’université de Shanghai, spécialiste des rapports ordinaires au politique et des processus de politisation de jeunes diplômés en Chine.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search