Navigation – Plan du site

Maryse Esterle-Hedibel, Les élèves transparents. Les arrêts de scolarité avant 16 ans

Muriel Epstein
Les élèves transparents
Maryse Esterle-Hedibel, Les élèves transparents. Les arrêts de scolarité avant 16 ans, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Métiers de la formation », 2007, 309 p., EAN : 9782859399733.
Haut de page

Texte intégral

1Dès l'ouverture du livre, Maryse Esterle-Hédibel en annonce par une image la thématique. L'image, c'est celle des trois petits singes : celui qui ne voit rien, celui qui n'entend rien et celui qui ne dit rien. Ce que l'on ne voit pas ? les élèves transparents, l'institution fonctionne sans eux, les éjecte s'ils se montrent trop... Ce que l'on n'entend pas ? Leur souffrance, leur histoire, les raisons de leur échec... Ce qu'on ne dit pas ? Ce qu'il aurait été possible de faire pour eux.

2Après une première partie destinée à positionner la problématique, à savoir : qu'est-ce que le décrochage scolaire, comment le compter, en quoi cela paraît socialement dangereux, l'auteure décrit avec minutie six cas de décrochage scolaire avant seize ans, dans trois collèges différents de Roubaix. A chaque fois, elle a pu rencontrer les familles (ce qui se résume dans plusieurs cas à rencontrer la mère), les enseignants et analyser les structures du décrochage. La troisième partie, la plus novatrice probablement, cherche à « changer de regard » sur cette problématique en proposant des solutions, en montrant des cas de « non-décrochages », en observant les réussites « inattendues ».

3La première partie, similaire en cela à de nombreux autres travaux en sociologie (voir notamment Ruptures scolaires de M. Millet et D. Thin ou Le décrochage scolaire : une question sociale et institutionnelle de D. Glasman), est l'occasion de rappeler que le décrochage scolaire est relatif à une institution, qu'il peut être simplement une version moderne de « l'école buissonnière » et surtout qu'il est multi-forme dans sa façon de se dérouler (on peut être présent et décrocher des enseignements). Comme elle le dit en page 41, « (...) la préoccupation affichée de prévention et de sanction de l'absentéisme, y compris de la déscolarisation, rejoint celle du contrôle d'une classe d'âge supposée toujours prompte à se rebeller contre les autorités. Il s'agit aussi de faire porter aux parents la réponsabilité de la non scolarisation des enfants ». Le décrochage scolaire est, dans le comptage qu'en fait l'institution, une extension de l'absentéisme : il est signalé à partir d'un seuil d'absences déterminé. Pour les cas présentés en second partie, Maryse Esterle-Hédibel se consacre à ceux qui ont totalement arrêté d'aller en cours avant leur seize ans.

4La seconde partie de l'ouvrage, intitulée « les arrêts de scolarité à Roubaix », commence par expliciter la méthodologie employée pour une enquête de terrain qui nécessite d'avoir à l'esprit que peu d'enquêtes aboutissent à obtenir des informations de « toutes les parties » ; ici, les arrêts de scolarité seront étudiés tant du point de vue de la famille que de l'enfants ou de ses enseignants, généralement à travers les dossiers scolaires mais parfois aussi avec des entretiens approfondis avec d'anciens professeurs des élèves suivis. Ensuite, elle décrit trois collèges et deux parcours s'étant terminés dans chaque collège, soit six cas au total. Le premier est celui de Clint, « chômeur d'école », qui après un incident provoqué sciemment par un professeur disant « vouloir aller au clash », s'est retrouvé exclu de l'établissement et, finalement, jamais repris ailleurs. Le second est celui de Patrick qui refuse catégoriquement l'école et s'engage dans une logique de bandes.

5Fabrice, lui, est déscolarisé car il est considéré comme « présentant un danger pour la communauté scolaire » ; il vient d'une famille très suivie par les éducateurs sociaux et accumule les lacunes sur le fond et les mauvais comportements sur la forme jusqu'à ses 13 ans, âge auquel il est exclu. Le quatrième cas présenté est très différent puisqu'il s'agit d'une jeune fille, Stéphanie, qui ne pose aucun problème de comportement, qui d'ailleurs gardera un « bon souvenir » de sa scolarité après coup et qui semble soudainement, malgré les injonctions du corps professoral, « ne plus vouloir apprendre ». La présence de Stéphanie était souhaitée chez elle, pour aider sa mère et elle n'ira plus à l'école de ce fait.

6Le cinquième cas proposé, Babacar, montre un parcours ponctué par une impossible communication entre une mère ne lisant pas le français et ne comprenant pas le fonctionnement de l'institution et des personnels scolaires qui se retournent exclusivement vers lui, le laissant (en 6ème ) responsable de tous ses actes à défaut de pouvoir en référer à une autre autorité. Il est exclu après des déviances comportementales et s'engage sur une trajectoire délinquante. Pour lui comme pour d'autres, l'idée, selon laquelle « exclure un élève constitue un électrochoc », ne fonctionne pas. Le dernier cas, Jordan est considéré comme « un cas psychiatrique » par l'assistante sociale du collège dont il sera exclu pour déviance comportementale, exclusion assortie d'une incitation à une prise en charge psychologique. Pourtant Jordan, n'a pas commis d'actes délictueux, et n'a pas été l'objet de signalements. Il est vraisemblable que ses parents aient réussi à contre-carrer l'identité déviante promise à leur fils ; ils réussissent également à le faire poursuivre, à titre dérogatoire, un apprentissage.

7En conclusion de cette seconde partie, Maryse Esterle-Hédibel s'interroge ironiquement : « élèves inadaptés ou système à revoir ? ». Elle se demande tour à tour : si c'est une « histoire de pauvres », et effectivement le cas de Jordan laisse entrevoir qu'à tout le moins, les familles ayant plus de ressources, arrivent mieux à réagir ; s'il existe un profil psycho-social de l'élève scolarisé ; si on peut constater une déscolarisation particulière des enfants d'immigrés ? Elle pointe également le replis sur eux-mêmes et sur leur famille (responsables et coupables selon certains) des jeunes déscolarisés, et surtout détaille le passage à la délinquance pour certains, loin d'être automatique, mais si souvent associé à une première déviance.

8Dans la troisième partie, intitulée « changer de regard », l'auteure cherche à rendre constructive son étude qui, loin d'une critique exclusive de l'institution, se veut être une recherche de solutions. Elle met d'abord en évidence l'existence de deux paradigmes éducatifs : le paradigme industriel, qui conduit à rechercher une « rentabilité » éducative et à rejeter les élèves non fonctionnels et le paradigme éducatif existentiel qui prend en compte l'élève dans sa globalité et recherche son épanouissement. Le second est évidemment plus propice à la scolarisation de tous les élèves et s'appuie sur l'idée d'un service public, intégré au sein des quartiers réussissant en partenariat des suivis individualisés. Afin d'appuyer l'existence d'ouvertures et de solutions, Maryse Esterle-Hédibel décrit, en contrepoint des parcours racontés en seconde partie, cinq cas détaillés d'élèves qui « auraient dû décrocher », c'est à dire qui vivaient des situations comparables à celles précédentes mais pour qui le collège a été une issue, notamment par rapport à des problèmes familiaux ou, pour le moins a sû rester présent et proposer des formes d'apprentissage alternatives (notamment une succession de stages proposée à une absentéiste chronique) évitant ainsi une rupture avec l'institution. Deux autres messages forts sont présents dans cette troisième partie : l'un sur le positionnement des familles qui ont souvent des difficultés à comprendre ce qu'on attend d'elles et qui sont régulièrement rendues responsables seules de toutes les difficultés auxquelles elles font face, l'autre sur le positionnement des enseignants également délicat, soit parce qu'il est trop « autonome » par rapport aux autres institutions s'occupant des jeunes, soit parce que le travail est vite jugé par les autres intervenants. Avant de conclure, l'auteure livre un long portrait de celui qui l'a informé pendant toute sa recherche et qu'elle décrit comme « un enseignant engagé ».

9En conclusion, Maryse Esterle-Hédibel revient sur ces élèves qu'on ne voit pas et insiste sur leur nécessaire prise en charge collective, au delà d'une infructueuse recherche de responsabilité qu'elle soit celle des familles ou des enseignants. Au final, Les élèves transparents. Les arrêts de scolarité avant 16 ans. se lit comme un roman bien documenté, et peut permettre de se motiver pour oser entendre, voir et dire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Epstein, « Maryse Esterle-Hedibel, Les élèves transparents. Les arrêts de scolarité avant 16 ans », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 22 octobre 2007, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/468

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page