Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Gilles Mitteau, Tout sur l’économ...

Gilles Mitteau, Tout sur l’économie (ou presque). Pour comprendre vraiment ce qui cloche dans le système

Eric Keslassy
Tout sur l'économie (ou presque)
Gilles Mitteau, Tout sur l'économie (ou presque). Pour comprendre vraiment ce qui cloche dans le système, Paris, Payot, 2020, 352 p., ill. Claire Morel Fatio, ISBN : 978-2-228-92613-3.
Haut de page

Texte intégral

1Il est hautement probable qu’il s’agisse du premier ouvrage rédigé par un youtubeur à être recenser dans les pages de Lectures. En effet, l’auteur est un ancien trader – ayant notamment officié à Wall Street – qui a créé une chaîne numérique « Heu?reka » au contenu (brillant) de vulgarisation des principes économiques et, en particulier, de la finance. Après une lecture très agréable, il apparaît comme évident que Tout sur l’économie (ou presque) trouve parfaitement sa place dans Lectures. Comme la chaîne YouTube de l’auteur, son livre vise à vulgariser l’économie. Tout en étant à la hauteur de son objectif – être compris du plus grand nombre –, cet ouvrage réussit le tour de force de proposer un contenu (presque) toujours rigoureux sur le plan de la théorie économique.

2On l’a compris : la principale qualité de cet objet littéraire hybride – entre manuel et essai – est de rendre simple ce qui peut a priori apparaître comme compliqué. Pour y parvenir, l’auteur use d’un style incroyablement clair. Il crée une complicité avec le lecteur en s’adressant directement à lui et en privilégiant un ton décalé particulièrement jubilatoire. Quand les savoirs exposés précédemment sont utiles pour comprendre les savoirs à venir, il prend toujours le temps de les synthétiser. Et ses schémas sont également particulièrement éclairants, même s’ils apportent nécessairement moins que dans une vidéo YouTube.

3Cet ouvrage s’adresse donc au grand public, et il semble d’ailleurs l’avoir rencontré, si l’on en croit son succès commercial. Par conséquent, il n’apportera pas grand-chose à un lecteur déjà initié à la science économique, si ce n’est la démonstration d’une méthode efficace pour expliciter des concepts à un non-initié. D’autre part, avec cette approche ultra-pédagogique, il n’a pas été possible à l’auteur de développer plus de quatre grands thèmes : la monnaie, la croissance économique, les crises économiques et les marchés financiers. Il y a donc nécessairement des aspects du « système économique » qui ne sont pas suffisamment abordés, comme l’État et les politiques économiques (surtout de long terme), ou encore la mondialisation. Et il y a fort à parier qu’un second tome est en préparation…

4Pour autant, il ne faut pas s’y tromper : ce livre apporte un très grand nombre de connaissances, qui, loin de se limiter à une version théorique, sont toujours reliés à la réalité par de nombreux exemples – ce qui permet d’en avoir une approche concrète. Le chapitre sur la monnaie explique comment ce « carburant » navigue entre les différents agents économiques : ménages, banques, banque centrale, État, etc. L’auteur y précise à juste titre que les banques de second rang – ou banques de dépôt – sont des créateurs de monnaie très importants par le biais des crédits qu’elles accordent. Et il montre également combien les théories monétaires sont généralement peu vérifiées sur le plan empirique. Dans la partie consacrée à la croissance économique, son outil de mesure – le PIB – est lui aussi parfaitement décortiqué. Ses défauts bien connus sont très bien restitués, notamment ceux qui apparaissent nettement lorsque l’on prend en compte la question du développement durable.

  • 1 Issu de Keynes John Maynard, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Pa (...)

5S’agissant du chapitre qui porte sur les crises économiques, il présente une distinction salutaire entre crise de l’offre et crise de la demande. L’auteur y rappelle que les crises de l’offre sont provoquées par l’impossibilité de produire. Avec une telle définition, il peut alors expliquer qu’elles sont peu fréquentes : guerre, manques de ressources… Mais on aurait pu attendre des développements supplémentaires autour de la notion de choc d’offre négatif, un phénomène qui survient plus souvent. Quant aux crises de la demande, elles proviennent d’un recul prononcé de la demande globale (consommation, investissement et exportations), à l’image de celui qui a pu suivre la crise de 1929 ou celle de 2007-2008. L’origine et les conséquences de l’inflation ou de la déflation, son symétrique inverse, sont ainsi décrites dans ce chapitre. Et les crises financières ne sont pas oubliées. De ce fait, on ressort de la lecture en ayant parfaitement saisi ce qu’est une bulle et son éclatement. On touche du doigt combien la spéculation sur les marchés financiers en fait des marchés particuliers, y compris dans la théorie économique. À titre d’exemple, le passage sur le « concours de beauté »1 est très bien commenté, à l’appui d’un encadré. Par ailleurs, la partie sur les marchés financiers détaille les différences qu’il existe entre les différents titres financiers que sont respectivement les actions, les obligations et les produits dérivés. On y comprend comment fonctionne le système financier et les places boursières, mais aussi combien les flux financiers servent (ou desservent) l’économie réelle.

6Au cours de son ouvrage, l’auteur remet en cause trois grandes idées très répandues. Tout d’abord, cela n’a selon lui aucun sens de comparer la dette d’un État à celle d’un ménage, notamment parce que l’État n’a pas de limite temporelle ; aussi ne faut-il pas toujours chercher à limiter l’accroissement de la dette publique, par exemple par de l’austérité budgétaire. Ensuite, contrairement à ce qu’avancent les monétaristes, Gilles Mitteau montre que la hausse de la monétaire ne se traduit pas mécaniquement par une hausse du niveau général des prix, ou du moins que cela n’a jamais été démontré empiriquement. Enfin, il pointe que l’impact de la variation des taux d’intérêt directeurs sur la croissance économique ne semble exister qu’en temps de crise : en temps normal, l’action de la banque centrale est beaucoup plus complexe à analyser.

7Les youtubeurs sont très nombreux à publier des livres, et force est de constater que cette production s’avère assez consternante. Tout sur l’économie (ou presque) sauve l’honneur. Cet ouvrage est non seulement intéressant, mais aussi instructif pour tous ceux qui souhaitent comprendre les mécanismes économiques qui les rebutent habituellement.

Haut de page

Notes

1 Issu de Keynes John Maynard, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot, 1988 [1936].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Gilles Mitteau, Tout sur l’économie (ou presque). Pour comprendre vraiment ce qui cloche dans le système », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 janvier 2020, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46846 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46846

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search