Navigation – Plan du site

Bernard Lahire, L'esprit sociologique

Cédric Frétigné
L'esprit sociologique
Bernard Lahire, L'esprit sociologique, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2007, 434 p., EAN : 9782707152350.
Haut de page

Texte intégral

1De quel genre relève L'esprit sociologique s'interroge Bernard Lahire ? Recueil d'articles révisés et de textes de conférences inédits, cet ouvrage s'inscrit, suivant l'auteur, dans la lignée des anti-manuels. En butte à l'esprit œcuménique qui anime les rédacteurs des ouvrages de synthèse, généralement soucieux de présenter, à parité, des approches sociologiques de qualité (théorique, méthodologique et empirique) pourtant fort inégale, Bernard Lahire assume des choix sociologiques, c'est-à-dire qu'il soutient comme il égratigne certaines « postures de recherche » présentes au sein de la bien fantasmatique « communauté » des sociologues. Qu'elles contribuent à améliorer l'imagination sociologique constitue le principal vecteur d'appréciation. Qu'elles participent à la fragilisation du raisonnement sociologique positionne le spectre des détestations. Comment s'établit la ligne de partage ? Sur quels critères l'auteur entreprend-il de cliver les pratiques se revendiquant toutes, au demeurant, de la sociologie ? Et son argumentation est-elle convaincante ?

2Prenant appui sur le triptyque énoncé par Bernard Lahire, il s'agirait alors d'évaluer la « persuasion argumentative » en présentant les éléments à charge et à décharge, de contrôler le respect d'une « exigence méthodologique » dans l'ordre de l'exposition des thèses en concurrence et de s'assurer de la soumission à une « sévérité empirique » (p.18) dans toutes les phases où des « données » sont avancées en soutien des développements sociologiques. De fait, et bien que le lecteur souscrive également à la nécessité de conduire cette triple critique, théorique, méthodologique et empirique, il est ici proposer de se prêter à un autre exercice. L'intention sera de chercher, dans la sociologie de Bernard Lahire elle-même, les éléments utiles pour « compléter » l'épistémologie promue dans L'esprit sociologique.

  • 1 Au demeurant, il en va de même dans la sphère académique. Objectiver les angles d'attaque adoptés d (...)

3Quatorze chapitres permettent de donner corps aux orientations sociologiques que Bernard Lahire fait travailler en cherchant systématiquement à repérer ce qu'elles ont dans le « coffre » (pour souvent, en conclusion, leur faire rendre gorge). Se positionnant lui-même dans une filiation critique par rapport à Pierre Bourdieu, Bernard Lahire défend un programme de recherche qu'il qualifie de « dispositionnaliste et contextualiste ». « Il s'agit fondamentalement, précise-t-il, d'une sociologie de la socialisation qui étudie les traces dispositionnelles laissées par les expériences sociales et la manière dont ces dispositions à sentir, à croire et à agir sont déclenchées (ou mises en veille) dans des contextes d'action variés » (p.315). Ces prémices rendent intelligibles les raisons pour lesquelles les grilles de lecture atomistes du social et les conceptions naturalistes réduisant les effets de la socialisation à la portion congrue font l'objet de développements analytiques particulièrement sévères. Elles éclairent également les motifs qui aboutissent à âprement délégitimer dans leurs prétentions heuristiques tant l'« épistémologie » relativiste qui conduit à faire du propos sociologique un discours parmi d'autres que l'offre théorique de haute volée conceptuelle introduisant une systématicité des réponses sociologiques à des problématiques de l'action différenciées (selon les lieux d'exécution, les moments d'activation et les partenaires de l'action). Si le « cas » Elizabeth Teissier est emblématique d'une série de « dysfonctionnements » de la « communauté » sociologique, l'auteur procède au fond à une critique en règle des sociologues « ne possédant pas le métier ». Se dégagent alors des règles de la méthode sociologique que l'on trouve exprimées au fil des différents chapitres. Des règles de la description contrôlée, de l'interprétation raisonnée et de l'objectivation assumée, on peut retenir, entre autres formulations, ces leitmotive : décrire les pratiques et ne pas s'en tenir aux discours sur les « valeurs », « préférences », « opinions » ; ne pas se satisfaire des approches phénoménologiques mais également proscrire les montées en généralité hâtives - en somme, s'attacher à tenir un juste milieu entre sous et sur-interprétation ; sans tomber dans le travers de la disqualification qui permet, apparemment, de délégitimer à moindre frais des pratiques de la vie quotidienne jugées « indignes » ou « viles » par le chercheur lui-même, il importe d'objectiver (c'est-à-dire livrer une analyse à la fois contextuelle et dispositionnelle) la présence (ou l'absence) desdites pratiques ordinaires1.

4La discussion portera essentiellement sur le niveau d'analyse adopté par Bernard Lahire dans son entreprise de définition de ce qu'est l'esprit sociologique. Non que je veuille réintroduire par la bande une conception relativiste qu'avec l'auteur j'ai plus haut déniée. Mais il m'apparaît que la prudence épistémologique dont son cadre analytique est empreint tranche avec les systématisations qui organisent la définition des règles de la méthode sociologique qu'il pose en principes intangibles. Or, puisque Bernard Lahire milite pour des approches attentives aux variations qu'introduit la multiplication des échelles d'observation, il ne paraît pas incongru de les mobiliser pour l'étude des pratiques ayant cours dans l'espace académique.

  • 2 Les sociologues n'échappent pas à la normativité lorsqu'ils enseignent, corrigent des copies, encad (...)
  • 3 Seule une commodité de langage justifie l'usage de ces termes qui prolifèrent en sociologie. Cf. C. (...)

5Qu'est-ce à dire ? Tirant les enseignements de sa pratique réflexive de la sociologie (en sa qualité d'enseignant, de chercheur, de membre du Comité national des universités, etc.), l'auteur extrait les règles qui devraient gouverner le métier de sociologue. Son propos se fait alors régulièrement normatif, le verbe « devoir » fleurissant plus qu'à l'accoutumée dans un ouvrage de sociologie. Pour estimable et réaliste qu'elle soit2, cette position est porteuse d'un effet d'imposition auquel il n'est pas interdit de vouloir résister. En la circonstance, le plus important (sinon le plus urgent, admettons-le) est peut-être, pour parfaire l'intelligence sociologique de l'univers académique et dans la voie tracée par Bernard Lahire lui-même, de procéder à une lecture contextualiste et dispositionnaliste des conditions de production, de diffusion et de réception des produits définis par leurs auteurs comme sociologiques. Si l'on pouvait ainsi établir quelques principes explicatifs de ces pratiques qui dérogent si fréquemment au modèle de scientificité esquissé par l'auteur, il serait possible de substituer aux étonnements et énervements peu productifs des éléments d'analyse susceptibles de féconder les projets de réforme du fonctionnement de l'espace académique. Une solution sociologiquement porteuse est peut-être alors, avec toute la saine naïveté et la bonne dose de croyance en les vertus de sa discipline qu'engage le sociologue, de mettre à l'épreuve, sur ce terrain, les grilles d'analyse que développe Bernard Lahire dans ses différents travaux sur les pratiques culturelles : comment s'acquièrent effectivement les dispositions « scientifiques » des sociologues ? Dans quels contextes sont-elles activées ou mises en sommeil ? Comment - pour reprendre le vocabulaire3 de Bernard Lahire - s'établissent les « appétences » et les « compétences » du sociologue pour l'enquête de terrain, la conceptualisation sur fonds de résultats empiriques, la théorie adossée à des données méthodiquement construites, etc. ?

6Nul doute que l'on gagnerait en connaissances à « transférer » de manière raisonnée les problématisations sociologiques de Bernard Lahire d'un terrain d'enquête (les pratiques culturelles des individus « ordinaires ») à un autre (les pratiques scientifiques des individus « sociologues »).

Haut de page

Notes

1 Au demeurant, il en va de même dans la sphère académique. Objectiver les angles d'attaque adoptés dans le cadre de querelles sociologiques ne doit pas conduire à disqualifier les opposants au motif que leur critique serait « intéressée ». Démarche qui ne dédouane pas, rappelle Bernard Lahire, de répondre méthodiquement aux arguments énoncés.

2 Les sociologues n'échappent pas à la normativité lorsqu'ils enseignent, corrigent des copies, encadrent des mémoires, siègent dans les commissions de spécialistes, procèdent à l'évaluation de dossiers au CNU, expertisent les projets de recherche dans des instances ministérielles, etc.

3 Seule une commodité de langage justifie l'usage de ces termes qui prolifèrent en sociologie. Cf. C. Frétigné, L'appétence pour la formation. Une entreprise de rationalisation du flou, Paris, Michel Houdiard éditeur, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Bernard Lahire, L'esprit sociologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 13 septembre 2007, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/469

Haut de page

Rédacteur

Cédric Frétigné

Cédric Frétigné est maître de conférences en sciences de l'éducation à l'Université Paris-XII Val-de-Marne, et membre du laboratoire Genre, Travail et Mobilités (Université Paris-X Nanterre).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page