Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Olivier Martin, L’empire des chif...

Olivier Martin, L’empire des chiffres

Arthur Jatteau
L'empire des chiffres
Olivier Martin, L'empire des chiffres. Une sociologie de la quantification, Malakoff, Armand Colin, 2020, 297 p., ISBN : 978-2-200-62571-9.
Haut de page

Texte intégral

1La question de la production et de l’usage des chiffres dans nos sociétés contemporaines connaît depuis plusieurs années un regain d’intérêt. Que l’on considère les big data, le quantified self ou encore le benchmarking, les pratiques de quantification se font aujourd’hui de plus en présentes, voire pressantes. Ceci étant, la quantification n’en est pas moins ancienne, avec une histoire souvent peu ou mal connue.

2Les chercheurs en sciences sociales se penchent depuis plusieurs décennies sur la quantification. Les travaux d’Alain Desrosières, autant historien que sociologue, constituent une référence importante en la matière. Mais il n’est pas le seul, et de nombreux travaux ont été produits depuis plusieurs décennies afin de décrire l’élaboration et l’utilisation des chiffres en société. Comment se situe et qu’apporte donc l’ouvrage d’Olivier Martin dans le champ des sciences sociales de la quantification ? Il apporte, selon nous, des éléments décisifs sur au moins deux aspects importants.

3Le premier est qu’il n’existe pas à l’heure où l’on écrit ces lignes, en langue française, de véritable ouvrage de synthèse sur la sociologie de la quantification. Sur ce point, le livre d’Olivier Martin joue un rôle important, en proposant un bilan érudit et convaincant des travaux des sciences sociales de la quantification. Loin de se limiter aux études sociologiques, il accorde une place bienvenue à des ouvrages plus spécifiquement historiques.

4Le second apport majeur du livre d’Olivier Martin repose sur la définition extensive de la quantification qu’il retient, et donc sur son traitement large de la question. Là où beaucoup de travaux de sociologie de la quantification se bornent à étudier les statistiques et les indicateurs économiques et sociaux, l’auteur a la bonne et courageuse idée d’étendre son étude aux chiffres comme le temps, les poids, les tailles, etc. Ces derniers aspects, pour quantitatifs qu’ils soient, sont pourtant souvent mis de côté par les sociologues.

5L’ouvrage se décompose en deux parties. La première relate ce que l’auteur nomme les « enquêtes » en matière de quantification, alors que dans la seconde il en tire quelques grands enseignements. Le livre est ainsi composé de dix chapitres, dont nous proposons de rendre compte des traits les plus saillants.

6Dans un premier chapitre qui revient sur les premières traces de chiffres, qui sont antérieures à l’écriture, l’auteur montre que le dénombrement apparaît à des fins comptables et gestionnaires. La visée n’est pas scientifique ; elle est de rendre plus simples les actes ordinaires de la vie sociale. On ne cherche pas à préciser notre connaissance du monde en s’appuyant sur des chiffres. Les chiffres sont vus comme des outils afin de faciliter les activités économiques et sociales.

7Les mesures des marchandises et des ressources comptent ainsi parmi les premières mesures, comme on le voit dans le deuxième chapitre. Elles demeurent pendant longtemps peu unifiées, et le sont pour certaines encore aujourd’hui, à l’instar de la non-adoption du système métrique par les États-Unis. S’il y a bien des systèmes de mesure, ils varient non seulement d’un pays à l’autre, mais également d’une région à l’autre au sein d’un même pays. Ils s’appuient sur des références temporelles (le temps nécessaire pour labourer un terrain par exemple) ou anthropométriques (la taille d’un bras ou d’un pied). Pour que ces mesures aient un sens pour les individus, il était en effet nécessaire qu’elles soient suffisamment « proches » d’eux. Il faudra par conséquent du temps avant que l’abstraction de la mesure, comme le système métrique par exemple, se répande et soit largement acceptée.

8À travers l’histoire, on assiste ainsi à un double mouvement, inachevé à ce jour, d’abstraction et d’uniformisation. Peu à peu, on commence à utiliser des unités abstraites, telles que le mètre ou le kilogramme. Et progressivement, elles sont amenées à mesurer des choses très différentes, comme la surface d’un champ ou la taille d’un filet de pêche, alors que leur comparabilité était pendant longtemps impensable.

9La question du temps est évoquée dans le chapitre 3. Là encore, il apparaît que le besoin de le mesurer est d’abord une question sociale, avant d’être une question scientifique. Jusqu’au Moyen-Âge en effet, les activités humaines ne suivent pas un cycle temporel précis : elles dépendent d’éléments relatifs aux saisons, de la durée des jours, etc. Le besoin de les mesurer précisément ne se fait pas encore sentir. Les horloges et leurs cloches, à cette époque, ne visent donc pas à indiquer le temps qu’il est, mais à signaler les moments importants. En d’autres termes, quand la sonne cloche, il ne s’agit pas de dire qu’il est quatre heures, et que c’est l’heure de la prière, mais que l’heure qu’il est, c’est celle de la prière. Il faut attendre des évolutions économiques liées à la révolution industrielle pour que la mesure du temps se fasse plus précise, avec notamment le développement des communications et des transports, en particulier le chemin de fer. C’est d’ailleurs en raison de cette nécessité sociale de mesure du temps que s’est développée l’horlogerie.

10Le chapitre 4 porte sur la « mise en statistique des sociétés », que les travaux de Desrosières ont largement contribué à éclairer. Les premières activités de quantification de la société, comme les recensements, avaient toujours des visées pratiques d’exercice du pouvoir : conscription, gestion des terres, levée des impôts… La statistique est d’abord, historiquement, une science de la gestion de l’État.

11Le chapitre 5 se penche sur la quantification dans les sciences. Son principal apport est de battre en brèche l’idée reçue selon laquelle la science supposerait nécessairement la quantification, d’après une épistémologie naïve pourtant répandue aujourd’hui, que ce soit dans les sciences expérimentales ou dans les sciences sociales, en particulier l’économie. Olivier Martin note ainsi qu’il faut attendre les XVIe et XVIIe siècles pour que la volonté de mesurer apparaisse véritablement dans le domaine scientifique. Il souligne qu’en science, d’un point de vue historique, l’expérimentation a précédé la quantification – cette dernière devant bien ici être distinguée de la mathématisation.

12La seconde partie vise à tirer des enseignements de toutes les enquêtes présentées dans la première. Au lecteur pressé, on signalera un excellent résumé par l’auteur lui-même des grands apports de l’histoire de la quantification (p. 172). Si l’on y adjoint la sociologie de la quantification, que peut-on effectivement en conclure ?

13Tout d’abord, et même si cela n’étonnera guère les sociologues, il est important de rappeler, comme le fait Olivier Martin dans le chapitre 8, la chose suivante : que l’on parle des statistiques, du poids, ou du temps, la quantification est un fait social. L’universalité actuelle de certains systèmes de mesure n’a rien de naturel. Les formes que prend la quantification varient suivant les cultures, les époques, les milieux sociaux, et elles résultent de choix plus ou moins explicites. Selon la célèbre formule d’Alain Desrosières : « quantifier, c’est convenir puis mesurer ». En ce qu’elle est précédée d’un travail de convention d’équivalence, la quantification n’est pas un acte de pure mesure. Il s’agit de se mettre d’accord pour considérer telles ou telles situations comme équivalentes, et pouvoir ensuite les quantifier.

14Le chapitre 9 dresse le bilan des raisons qui poussent à quantifier : connaître, gouverner, se coordonner, établir la confiance… On en retiendra la dimension éminemment politique de la quantification. Comme on l’a dit, c’est d’abord pour gouverner la cité qu’on a, pour la première fois dans l’histoire, quantifié des populations. La mise en exergue de ce rôle politique des chiffres est importante, sachant qu’une des vertus de la quantification est précisément de participer à une objectivation fantasmée du monde social. On entend souvent que les chiffres parlent d’eux-mêmes, comme s’ils étaient par essence détachés de tout arbitraire.

15Le chapitre 10 revient sur les effets de la quantification. Loin de se borner à décrire le monde économique et social, la quantification participe en même temps à le transformer, elle « performe ». Le classement (quantitatif) de Shanghai, qui hiérarchise les universités du monde entier, ne fait pas que les décrire telles qu’elles sont. Il participe de fait à leur transformation, comme en témoigne la fusion de nombreuses universités françaises, avec comme objectif de « monter » dans ce classement.

16Olivier Martin signe un livre important, qui manquait à la littérature française des études sur la quantification. Aussi, il nous faut souligner la remarquable bibliographie sur laquelle il s’appuie, notamment de langue anglaise. Son abondance et la diversité des sujets couverts sont particulièrement appréciables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Jatteau, « Olivier Martin, L’empire des chiffres », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 janvier 2021, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46950

Haut de page

Rédacteur

Arthur Jatteau

Maître de conférences en économie et en sociologie à l’Université de Lille.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search