Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Armelle Faure, Révolution et sorc...

Armelle Faure, Révolution et sorcellerie. Une ethnologue au Burkina Faso

Isabelle Gobatto
Révolution et sorcellerie
Armelle Faure, Révolution et sorcellerie. Une ethnologue au Burkina Faso, Bordeaux, Elytis, coll. « Grands voyageurs », 2020, 224 p., postf. Lazare Ki-Zerbo, ISBN : 978-2-35639-300-5.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage d’Armelle Faure nous plonge dans le récit biographique de son voyage en Haute-Volta et, en un même mouvement, dans la révolution burkinabè de Thomas Sankara, que l’auteure expose et raconte à partir de son vécu. Le voyage auquel nous sommes conviés débute à l’automne 1982 alors qu’Armelle Faure accompagne des amis chercheurs, tout en s’attachant à définir son propre terrain de recherche afin de réaliser une thèse de doctorat en ethnologie. Arrivée en pays bissa, qui va constituer le cœur de ses émotions de jeune chercheure et le cadre de sa réflexion anthropologique, nous suivons l’auteure dans ses premiers pas d’ethnologue faisant le choix d’investir longuement un terrain pour étayer son travail doctoral, qui aboutira à la soutenance d’une thèse à l’EHESS en 1990. Nous l’accompagnons lorsqu’elle choisit un village, Balaré, pour y situer ses enquêtes, puis un premier sujet d’étude, les systèmes divinatoires, tout en apprenant la langue de ses hôtes. Le récit proposé rend compte de la vie de tous les jours dans ce village et ses alentours, il expose tout autant le travail de terrain que la vie quotidienne de la jeune ethnologue au sein du village et au-delà. Armelle Faure relate aussi son expérience de quatre années en tant que chef de mission au sein de l’ONG Action internationale contre la faim, qui la conduit à coordonner la réalisation de travaux d’envergure (forages, écoles etc.) parallèlement à son parcours de doctorante, travaux qu’elle poursuivra ultérieurement en tant que consultante pour des organisations internationales, dont la Banque mondiale. Enfin, et plus fondamentalement, la révolution burkinabè est au cœur du récit ; elle est abordée au prisme de l’expérience qu’en fait l’auteure, dont les séjours en pays bissa entre 1982 et 1987 constituent les soubassements du récit de la révolution, dans une Haute-Volta qui sera renommée Burkina Faso sous la présidence de Thomas Sankara. Ces trois prismes, imbriqués, produisent dès lors un témoignage intéressant à différents niveaux.

2Tout d’abord, l’ouvrage n’est pas délibérément tourné vers la production d’une connaissance anthropologique du monde culturel des Bissa. Cependant les situations relatées nous apprennent beaucoup sur la vie quotidienne en pays bissa, en particulier s’agissant des rapports à la terre et au territoire, des relations hommes-femmes, de la gestion sociale d’événements qui scandent des vies de la naissance à la mort, du rôle des devins, des génies ou encore de la place de la sorcellerie dans les relations sociales. Nous saisissons ces éléments depuis le vécu d’Armelle Faure, pétri d’expériences inscrites dans de riches et complexes relations dont l’auteure rend compte. Nous l’accompagnons dans ses attachements envers les personnes et les lieux qu’elle découvre, mais aussi dans ses tiraillements, ses hésitations pour conduire son terrain ethnographique. Nous suivons ses rencontres, programmées ou inattendues et nous en comprenons le caractère central dans son parcours : celle d’Hortense, dans un taxi-brousse, alors qu’elle vient passer des fêtes de Noël dans le village de Balaré où réside sa famille, celle du chasseur Baiongo ou du magicien-réparateur de radios Maya-Maya. La nécessité du temps long se dévoile dans ses effets souvent extraordinairement heuristiques pour la démarche ethnographique, parfois plus dangereux lorsque cela conduit l’ethnologue « très loin de l’autre côté du miroir » (p. 181).

3L’ouvrage présente aussi un intérêt certain pour des étudiants et des jeunes chercheurs dans leur réflexion et leur positionnement envers ce « terrain » au cœur de la fabrique de la connaissance en anthropologie. Car il témoigne de tâtonnements entre un sujet et un autre, de désillusions, toujours momentanées, face à des réalités de terrain parfois moins stimulantes qu’on le voudrait. Il expose des craintes, telle que celle de rater un événement que l’on suppose a priori essentiel à ethnographier. Il dévoile quelques lointains espoirs de « découvertes » qui installeraient dans une « filiation confortable parmi les ethnologues des études africaines qui ont recueilli les mythes et les cosmogonies de différentes ethnies en Afrique de l’Ouest » (p. 14). Dès lors, et parce qu’il illustre un parcours qui parfois jongle avec les marges des formations académiques classiques, cet ouvrage constitue une ressource méthodologique intéressante pour des étudiants et des jeunes chercheurs en quête de leur propre perspective sur la discipline anthropologique et sur leur métier d’ethnologue. L’un des points forts de l’ouvrage est qu’il offre des matériaux réflexifs pour interroger ce que peut être un terrain de recherche, quelle place peuvent y prendre les affects, les convictions, les engagements de l’ethnologue. À ce titre, le récit d’Armelle Faure peut constituer un outil didactique prenant place dans une réflexion collective, aujourd’hui légitime et même revendiquée, sur les questions de distance, de réflexivité mais aussi de subjectivité et d’implication de l’ethnologue à différents temps de la réalisation d’une recherche puis de sa restitution.

4Enfin, dans une perspective d’anthropologie politique, il faut souligner l’apport de cet ouvrage documentant la richesse de la culture politique du Burkina Faso qui se déploie dans les institutions comme dans la rue. À travers le récit de l’événement que fut la révolution burkinabè, et sans effacer son admiration pour le capitaine Thomas Sankara, Armelle Faure expose une multitude de situations qui s’ancrent dans le déroulé de vies quotidiennes (des procès, des rumeurs, des affrontements, des morts, des prises de position de jeunes membres des Comités de défense de la révolution, des espoirs d’échapper au poids de certaines traditions…). Ces réalités sont de nouveau relatées par la focale du vécu de l’auteure, de ses observations, de ses interactions quotidiennes comme de ses convictions de militante, de sorte que le lecteur est emporté par la vitalité révolutionnaire dans laquelle Armelle Faure se plonge corps et âme. Ce faisant, nous apprenons beaucoup sur les espaces, les dynamiques tant rurales qu’urbaines, les médiateurs, les institutions, les réformes, les transgressions au cœur du déroulement de ce mouvement révolutionnaire et du déploiement des forces démocratiques dans et depuis le Burkina Faso, autant que sur les résistances et les registres de contestation. Les aspirations de la jeunesse burkinabè se dévoilent, mais aussi la distribution périlleuse des équilibres entre rôles administratifs et traditionnels dans l’avènement du changement. Nous apprécions aussi « certains aspects du “sankarisme” » (p. 104) et de son idéologie pour ce Burkina Faso révolutionnaire, à travers ses multiples expressions concrètes aux effets saillants dans des vies quotidiennes (changements urbains, projets pour les jeunes, réforme agraire et foncière), ainsi qu’à travers des personnes, dont l’auteure en premier lieu. C’est là incontestablement l’une des originalités de l’ouvrage Révolution et sorcellerie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Gobatto, « Armelle Faure, Révolution et sorcellerie. Une ethnologue au Burkina Faso », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 janvier 2021, consulté le 04 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46951 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46951

Haut de page

Rédacteur

Isabelle Gobatto

Maître de conférences en anthropologie à l’Université de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search