Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Tatiana Kasperski, Les politiques...

Tatiana Kasperski, Les politiques de la radioactivité. Tchernobyl et la mémoire nationale en Biélorussie contemporaine

Marie-Aimée Romieux
Les politiques de la radioactivité
Tatiana Kasperski, Les politiques de la radioactivité. Tchernobyl et la mémoire nationale en Biélorussie contemporaine, Paris, Editions Pétra, coll. « Europes, terrains et sociétés », 2020, 346 p., ISBN : 9782847432657.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Magnard Camille, « La première centrale nucléaire biélorusse stoppée juste après son inauguration » (...)
  • 2 Kasperski Tatiana, La politique de la mémoire d’une catastrophe nucléaire : les usages de l’acciden (...)

1Le 6 novembre 2020, le Président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, inaugurait la première centrale nucléaire de la Biélorussie à Astraviets. Le lendemain, la production d’électricité a dû être arrêtée, le fait suscitant de nombreuses interrogations de la part de la Lituanie, qui partage sa frontière orientale et dont la capitale, Vilnius, se situe à 50 km de là1. Cette inquiétude est justifiée par la mémoire de l’accident nucléaire de Tchernobyl, survenu le 26 avril 1986. C’est cette mémoire encore vivace et disputée que Tatiana Kasperski se propose d’éclairer. Issu d’une thèse en sciences politiques2, son ouvrage est divisé en cinq parties et retrace les politiques mémorielles définies par ses différents acteurs de 1986 à 2011, c'est-à-dire depuis la catastrophe jusqu’à la signature d’un accord sur le nucléaire civil entre la Biélorusse et la Russie. Dans le cas de Tchernobyl, il n’y a de volonté politique ou citoyenne ni d’oublier ni d’effacer une partie des souvenirs de cette catastrophe. S’il existe une multiplicité de mémoires, celle construite et défendue par le pouvoir autoritaire prend cependant le dessus et domine l’espace public. Tatiana Kasperski s’appuie sur une importante enquête de terrain : dépouillement des Archives nationale de Biélorussie, de la presse nationale et locale, observations ethnographiques, interviews de témoins et étude des cérémonies constituent les sources de ce travail scientifique.

2Dans une première partie, l’auteur s’interroge d’abord sur les réactions des pouvoirs en place face à la catastrophe. Dans la nuit du 26 avril 1986, une expérimentation du système de refroidissement de la centrale nucléaire Lénine, dite Tchernobyl, a dérapé. Le réacteur est détruit et un incendie s’est déclaré. Les autorités de l’URSS et de la République socialiste soviétique de Biélorussie ont été très lents à prendre conscience de l’ampleur de l’accident. Pour expliquer cette lenteur, Tatiana Kasperski détaille l’impréparation à l’accident : la construction et l’exploitation de la centrale Tchernobyl avant l’accident ont opéré de multiples entorses aux règles de sécurité, le personnel n’était pas formé pour faire face à des avaries et l’équipement sur place était largement insuffisant, y compris pour les secours sur place. À ces problématiques techniques s’ajoute le poids déterminant de la tradition du secret : le suivi et les potentielles améliorations du fonctionnement n’ont pu être réalisés en raison du manque systémique d’informations. Un autre point important est la communication défaillante des dirigeants soviétiques : les communiqués officiels ont largement minimisé les effets et les conséquences de la catastrophe, notamment sanitaires. Le pouvoir biélorusse s’est trouvé ainsi paralysé par l’absence de décisions claires émanent de Moscou, qui tardait à prendre les mesures nécessaires pour protéger la population. Par exemple, ce n’est que le 3 mai que les autorités soviétiques ont décidé de créer une zone d’exclusion de 30 km autour de la centrale et d’évacuer les habitants de cette zone. À cette gestion désastreuse de la crise s’ajoute la censure et la désinformation : une rhétorique de guerre est utilisée afin d’expliquer la situation comme « l’atome hors de contrôle ». Cette rhétorique fait de l’accident un ennemi venu de l’extérieur. La presse soviétique a ainsi contribué à maintenir l’illusion d’une vie normale. La population n’a donc appris que progressivement le détail de l’explosion, par des réseaux informels d’information ou par les chaînes étrangères. Les habitants ont commencé à prendre au sérieux la catastrophe lorsque les enfants d’une minorité de familles, les mieux informées, ont été éloignés de la zone de l’accident.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à la mobilisation politique et au nationalisme après Tchernobyl. Trois ans après, le mécontentement a émergé, permettant aux témoignages individuels et collectifs de s’exprimer dans l’espace public. Ce mouvement contestataire s’inscrit dans un contexte politique agité, marqué par la mobilisation sociale et les mouvements nationalistes qui ont été un prélude à la chute de l’URSS. De fait, c’est la transformation du régime soviétique qui favorisait cette explosion de revendications : avec la glasnost, politique de libre circulation de l’information mise en place par Gorbatchev à partir de 1986, commencent les débats sur la responsabilité des dirigeants soviétiques dans la gestion de la crise. C’est l’occasion pour les nationalismes biélorusses de se distinguer du pouvoir soviétique. Par ailleurs, les groupes informels biélorusses, voués à l’étude de l’histoire et de la culture nationale, ont été reconnus sous le régime de la pérestroïka, même s’ils sont traités avec méfiance par les autorités soviétiques. Le Front populaire biélorusse, qui rassemble un certain nombre de ces groupes informels, est devenu le principal opposant politique au Parti communiste.

4Tatiana Kasperski présente ensuite les mémoires biélorusses de Tchernobyl telles que les rituels, les monuments et les chemins de commémoration, dans leur dimension spatiale et leurs liens avec les revendications politiques. Les premières cérémonies commémoratives de la catastrophe ont été organisées trois ans après l’accident par le mouvement nationaliste représenté par le Front populaire biélorusse. Un premier monument a été par exemple dressé à Bragin en l’honneur du pompier Vasilij Ignatenko, originaire de ce village faisant partie des premiers mobilisés pour éteindre le feu de la centrale. Dans toutes les cérémonies, les souvenirs de la catastrophe sont confisqués soit par l’État soit par ses opposants politiques, l’un comme les autres inscrivant ses souvenirs dans leurs récits respectifs du passé. Il s’agit sans aucun doute de la partie la plus captivante de l’ouvrage, en particulier si le lecteur est capable d’établir une comparaison avec d’autres phénomènes mémoriels et leurs ancrages dans l’espace. En effet, grâce aux exemples variées et finement analysés, on comprend rapidement que la fonction politique des cérémonies opère au détriment de leur fonction commémorative. Par exemple, le cortège appelé « Chemin de Tchernobyl » organisé pour la première fois en 1989 à Minsk, commémoration contestataire ayant rassemblé 10 000 personnes, a rapidement aboutit à un rituel politique de l’opposition. Organisée tous les ans, cette commémoration de la catastrophe a permis d’exprimer publiquement pour la première fois des revendications concernant la protection de la population contre la radioactivité ou encore concernant la sanction des hommes politiques et autres responsables de la dissimulation des dangers radioactifs. C’est le Front populaire biélorusse qui est à l’origine de cette mobilisation, qui s’est progressivement ancrée dans un contexte politique globale de contestation des républiques de l’URSS puis du pouvoir d’Alexandre Loukachenko. Ce rituel commémoratif à dimension politique a atteint son apogée en 1996, lors du dixième anniversaire de la catastrophe, réunissant jusqu’à 50 000 participants, mais suscitant aussi une dure réaction du pouvoir puisqu’il s’agissait de la première répression violente par les forces de l’ordre après l’arrivée de Loukachenko (200 arrestations, plusieurs dizaines de manifestants sévèrement battus). Par la suite, les commémorations des opposants ont perduré mais ont été détournées par le pouvoir public, qui les ridiculisaient à l’aide des médias officiels : l’usage de la force est mis en scène comme lorsqu’il est réduit au maximum afin de faire passer les manifestants pour des clowns qu’il ne faut pas prendre au sérieux.

5L’auteure s’intéresse finalement à l’impact de la catastrophe sur la vie quotidienne des millions de citoyens affectés par les retombées radioactives. Ces habitants font en effet l’objet de mesures spécifiques en matière de santé, d’agriculture et d’éducation. C’est la politique d’information qui est placée au cœur de la gestion post-accidentelle des régions affectées : Tatiana Kasperski analyse la cartographie de Tchernobyl, principal outil d’information des pouvoirs en place. Elle souligne que ces cartes sont trop souvent imprécises : d’abord marquées par la rétention d’informations, elles sont aussi créées à partir de données incomplètes et peu systématiques, et elles montrent assez peu de variations notamment concernant la répartition des radionucléides à l’intérieur des régions concernées. Entre la volonté de contrôle du pouvoir en place et le manque de rigueur scientifique, les cartes sont représentatives de la mémoire officielle. Un point est également consacré à la radioactivité dans les manuels scolaires dont l’interprétation de la catastrophe est biaisée. Celle-ci est décrite soit de manière très technique, soit de manière peu compréhensible : une façon de noyer le poisson concernant son impact sanitaire et quotidien sur les populations contaminées. Enfin, les individus sont responsabilisés par l’État, notamment à travers la prescription de normes alimentaires souvent détaillées dans de nombreux documents et prospectus qui expliquent, par exemple, ce qu’il faut consommer et la façon de cuire les aliments. Ces instructions ont finalement tendance à effacer l’initiative, la créativité et les traditions culinaires liées aux identités ethniques ou familiales, sans que cela ne se justifie d’un point de vue scientifique.

6Nous avons ici une étude sur les politiques mémorielles qui peut servir de modèle, tant pour la méthodologie adoptée que pour le panel des thématiques analysées : de la catastrophe à sa gestion, des commémorations aux rituels, de l’État à l’individu, tout est présenté de façon accessible et replacé dans un contexte régional, national et international. On apprécie tout particulièrement les liens avec l’histoire de l’URSS et des identités nationalistes biélorusses : ce grand moment de l’histoire contemporaine et ses relations avec l’actualité sont présentés de manière différente. Enfin, la compréhension des politiques mémorielles de la plus importante catastrophe nucléaire qu’offre l’ouvrage apparaît indispensable pour saisir les enjeux et les défis du nucléaire dans le monde.

Haut de page

Notes

1 Magnard Camille, « La première centrale nucléaire biélorusse stoppée juste après son inauguration », France Culture, 12 novembre 2020, disponible en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/la-revue-de-presse-internationale-emission-du-jeudi-12-novembre-2020.

2 Kasperski Tatiana, La politique de la mémoire d’une catastrophe nucléaire : les usages de l’accident de Tchernobyl en Biélorussie (1986-2008), thèse de doctorat sous la direction de Dominique Colas, Sciences Po Paris, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aimée Romieux, « Tatiana Kasperski, Les politiques de la radioactivité. Tchernobyl et la mémoire nationale en Biélorussie contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 janvier 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/46961 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.46961

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search