Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Nicole Le Garrec, Plogoff. Des pi...

Nicole Le Garrec, Plogoff. Des pierres contre des fusils

Claire Cosquer
Plogoff
Nicole Le Garrec, Plogoff. Des pierres contre des fusils, Paris, Les Mutins de Pangée, Bretagne Films, 2020, 1er version 1980, EAN : 3770001117645.
Haut de page

Texte intégral

1En 1974, alors que sort Gardarem lo Larzac – film sinon jumeau du moins en étroit dialogue avec celui de Nicole Le Garrec –, la petite commune finistérienne de Plogoff est choisie comme site possible d’implantation d’une centrale atomique, dans le cadre de l’accélération du programme nucléaire français suite à la crise pétrolière de 1973. Dès décembre, des comités d’information nucléaire voient le jour. La lutte anti-nucléaire grandit au cours des années suivantes et culmine entre janvier et mars 1980, pendant la durée de l’enquête d’utilité publique. Le projet sera abandonné définitivement avec l’élection de François Mitterrand, et cette victoire célébrée lors d’une mémorable fête organisée à la baie des Trépassés. C’est cette lutte, dont on ne sait pas encore qu’elle sera victorieuse puisque le film date de 1980, que raconte Nicole Le Garrec dans Plogoff : des pierres contre des fusils.

2Lors de sa première projection au festival de cinéma de Douarnenez, le film fit salle comble. Pour faire entrer les spectateurs malheureux restés à la porte, l’équipe du festival décida d’organiser une deuxième projection, puis une troisième, commencée alors qu’il était plus de quatre heures du matin. Le succès du film, loin de se limiter à la région du Cap Sizun ou même à la Bretagne, s’étendit à la France entière : 80 000 entrées furent enregistrées le mois de sa sortie, en novembre 1980, à la grande surprise des professionnels du secteur. Film « d’émotion populaire », comme le souligne Françoise Audé dans le livret accompagnant le DVD, Plogoff constitue un témoignage précieux sur l’histoire des mouvements sociaux, des luttes anti-nucléaires et du mouvement breton.

3Restauré en 2019 par la fille de la réalisatrice, Pascale Le Garrec, à partir d’un scan du négatif original, le film a été sélectionné au festival de Cannes – Cannes Classics. Le DVD inclut en bonus une interview de la réalisatrice, Nicole Le Garrec, et de son conjoint et chef-opérateur, Félix Le Garrec (Entretien avec Nicole et Félix Le Garrec, 2020, 23 minutes), un documentaire sur la vie du couple (Nicole et Félix, Philippe Guilloux, 2014, 55 minutes), ainsi que trois films : Ar Brezhoneg – La langue bretonne (Nicole et Félix Le Garrec, 1976, 25 minutes), Mazoutés aujourd’hui… (Nicole Le Garrec, 1978, 29 minutes), Santik Du (Félix Le Garrec, 1979, 12  minutes). Il s’y ajoute un livret, Plogoff par Nicole Le Garrec, réunissant 120 pages de textes et photographies qui retracent l’histoire du film – de son tournage à sa réédition en passant par son montage – et celle de la lutte plogoffiste contre ce que l’on nommerait aujourd’hui un grand projet inutile et imposé. L’ensemble du coffret restitue la carrière du couple Le Garrec, sa pratique cinématographique et photographique, son ancrage têtu dans le village de Plonéour-Lanvern, au cœur du pays bigouden, son engagement dans le mouvement breton et ses liens complices avec le réalisateur René Vautier. Il permet aussi de replacer la lutte plogoffiste dans le contexte social breton, déjà meurtri par des catastrophes écologiques singulièrement mal gérées par les pouvoirs publics (Mazoutés aujourd’hui…, sur la marée noire de l’Amoco Cadiz), caractérisé par son identité culturelle forte et sa résistance à l’écrasement linguistique français (Ar Brezhoneg) et, enfin, par une économie de la pêche (Santik Du) menacée par la pollution et les risques industriels.

4Plogoff, le film phare de cette carrière, aurait pourtant pu ne jamais voir le jour : la réalisatrice, dût d’abord convaincre son époux et chef opérateur. Dans le film de Philippe Guilloux, on la voit relater le pragmatisme prudent de son conjoint : « Félix disait, si y a pas d’argent, y a pas de film. » Malicieux, celui-ci retourne un stéréotype local et commente : « En bon bigouden ! ». Nicole et Félix se rendent donc en simples voisins à Plogoff le jour de l’ouverture de l’enquête d’utilité publique, rejoignant les rangs des habitants du village qui boycottent une enquête promise à n’être que mascarade. Choqué par la présence militaire massive, Félix retourne à sa voiture en silence et revient caméra à l’épaule : le tournage est lancé. Dès ce jour et pendant les six semaines suivantes, Nicole et Félix, accompagnés de leur ingénieur du son Jacques Bernard, se rendent quotidiennement à Plogoff, parfois hébergés par des habitants. Le budget du film – tourné en 16 mm – restera très modeste (200 000 francs) et Nicole raconte pudiquement avoir dû convaincre les banques ; on comprend en fait que le couple a pris la décision d’hypothéquer sa maison pour financer Plogoff.

5La prise de risque des Le Garrec est à l’image de la détermination qu’ils filment chez les habitants de Plogoff, attachés à la lande de la pointe du Raz depuis souvent plusieurs générations et presque unanimement opposés à la centrale. « Plogoff lutte pour la vie », lit-on dans les champs et sur les pancartes, et l’équation de la mobilisation villageoise semble à peu près aussi simple : certains disent, sans bravacherie, qu’ils auraient été prêts à mourir en s’opposant à la centrale. La caméra des Le Garrec enregistre au plus près la ténacité des habitants pendant ces six semaines qui s’apparentent à un véritable siège. Les militaires envoyés pour protéger la conduite de l’enquête d’utilité publique sont perçus comme des « envahisseurs » et traités comme une armée d’occupation. Face à un tel déploiement de force – des parachutistes stationnés au Liban sont appelés pour suppléer les gendarmes mobiles –, la victoire plogoffiste n’avait rien de certain. La grande force du film est de montrer ce qui fit de Plogoff une lutte victorieuse ; son visionnage reste précieux à l’heure où tant de mobilisations se heurtent à l’inflexibilité des décideurs.

6Le film dévoile la construction progressive d’un consensus autour de l’usage de la violence : les barricades, les jets de pierres, plus tard les cocktails molotov, répondent à la brutalité policière (grenades, matraquages, personnes menottées passées à tabac, doigts tordus et coincés dans les portières des véhicules…). Les habitants les plus pacifiques sont indignés par les comportements des forces de l’ordre – on voit inscrit, sur une grenade lacrymogène prête à être lancée, « pour une sale gueule de breton » – et adoptent à leur tour la violence physique ou la justifient. On voit les manifestants défiler à Quimper ou à Pont-Croix, lance-pierre ostensiblement arboré au cou ou brandi au-dessus de la tête. Dans une des scènes les plus célèbres du film, tournée dans un intérieur typiquement breton, une dame âgée explique à un jeune enfant – peut-être son petit-fils – le bon fonctionnement de son lance-pierre.

7La lutte ne s’enferre pourtant jamais dans la seule violence. Aux manifestations massives s’ajoutent des grèves d’audience dans les tribunaux, des festoù-noz et des matchs de foot levant des fonds pour venir en aide aux militants incarcérés. L’investissement collectif dans un groupement foncier agricole permet la création d’une bergerie sur le modèle du Larzac. Les militants circulent : ceux du Larzac se rendent à Plogoff, les habitants de Plogoff partent en car vers le plateau du Larzac, échangeant solidarité et bons procédés. Le film décrit d’ailleurs comment se cimente, après une méfiance initiale, la mobilisation commune des habitants et des militants extérieurs, rompus à l’action politique. Cette entente est d’autant plus remarquable que les anciens militaires et marins de la marchande sont nombreux parmi les Plogoffistes : « des gens qui ont dit oui toute leur vie », remarque une habitante, et que rien ne prédestinait à affronter d’autres militaires aux côtés de militants de la gauche radicale. La mobilisation est aussi profondément intergénérationnelle, comme en témoignent les discussions autour des goûters café crêpes où les plus vieux s’inquiètent pour les plus jeunes de leur avenir « au pays », quand les plus jeunes enragent des violences policières qui visent même les plus vieux. Des lieux de vie, de réflexion et de décision communes jouent un rôle décisif dans le succès de la lutte, dont le café « chez Céline » où l’on discute du retour de pêche comme de la dernière embuscade. C’est dans ce café que Nicole et Félix projetteront leurs rushs, associant directement les Plogoffistes au travail cinématographique en train de se faire. Les femmes occupent, enfin, une place centrale dans la mobilisation : elles harcèlent sans relâche les forces de l’ordre jusqu’à faire pleurer les soldats moins expérimentés. Nicole Le Garrec rappelle la particularité des rapports de genre dans les mondes populaires de la pêche, structurés autour des longues absences des hommes : les femmes y ont davantage l’habitude de prendre des décisions engageant la cellule familiale sans en référer à leur conjoint. La mobilisation plogoffiste est d’ailleurs menée par une jeune femme de 36 ans, Annie Carval, qui remplace en décembre 1979 le maire de Plogoff à la tête du Comité de défense. C’est une femme que l’on entend crier, devant le village réuni, ce mot d’ordre qui lancera les nuits de barricade : « que Plogoff devienne une île ! ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Cosquer, « Nicole Le Garrec, Plogoff. Des pierres contre des fusils », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 29 janvier 2021, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47096 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47096

Haut de page

Rédacteur

Claire Cosquer

Chargée d’études postdoctorale, Institut convergences migrations, Institut national des études démographiques.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search