Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Nicole Péruisset-Fache, Les enfan...

Nicole Péruisset-Fache, Les enfants sous la coupe de l’économie

Marion Clerc
Les enfants sous la coupe de l'économie
Nicole Péruisset-Fache, Les enfants sous la coupe de l'économie, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2020, 128 p., ISBN : 978-2-14-016222-0.
Haut de page

Texte intégral

1Tenant davantage du pamphlet que de l’essai, l’ouvrage de Nicole Péruisset-Fache constitue un mélange détonnant de critique du capitalisme et d’éloge des valeurs traditionnelles. La thèse principale est que, si les enfants ont été impliqués dans l’économie des sociétés traditionnelles en participant à la production au sein de leur communauté, la Révolution industrielle au XIXe siècle a généralisé l’emprise de l’économie sur les enfants, d’abord comme producteurs puis, depuis les années 1960, comme consommateurs, et enfin comme produits.

  • 1 Becchi Egle et Julia Dominique (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, tomes 1 et 2, Paris, Seui (...)
  • 2 Bril Blandine et Lehalle Henri, Le développement psychologique est-il universel ?, Paris, PUF, coll (...)

2La première partie du livre retrace à grands traits l’évolution des représentations sociales de l’enfant et les mutations des systèmes économiques, avant d’envisager sur le temps long l’histoire du travail des enfants. L’argumentation s’appuie en large part sur l’ouvrage de référence de Egle Becchi et Dominique Julia1. Dans les sociétés traditionnelles, les enfants participaient davantage aux activités réputées utiles à la communauté. Selon l’autrice, qui cite Blandine Bril et Henri Lehalle2, cela conduisait les enfants à développer des dispositions à la responsabilité et à la coopération. À l’aube de la Révolution industrielle, des enfants pauvres ont été mis au travail au sein de workhouses, au motif que l’oisiveté aurait conséquences délétères. Cela a préfiguré la généralisation du travail des enfants dans les fabriques ou dans les mines lors de la Révolution industrielle.

  • 3 Pour paraphraser Jean Bodin, Les Six Livres de la République, Paris, Jacques du Puys, 1576.

3En parallèle, depuis le XVIIIe siècle, l’enfant aurait progressivement pris une valeur marchande. Ce n’est pas qu’il aurait fait l’objet d’une valorisation ou d’un échange marchand, comme le choix du terme pourrait le laisser croire ; bien plutôt, il serait devenu « producteur de richesses » (conformément à l’adage selon lequel il n’y aurait de richesses que d’hommes3), et garant de la force militaire de l’État, en tant que futur soldat pour les jeunes garçons, ou future mère de militaires pour les filles. L’autrice note aussi l’évolution de la perception sociale de l’enfant, qui a pris une place de plus en plus centrale au sein des familles, tandis que les couples tentaient de limiter les naissances. Sa perte étant devenue irremplaçable, l’enfant serait désormais « le plus précieux des biens » (p. 55).

4L’autrice développe alors une analyse du « besoin d’enfant », selon elle « égoïste et irrationnel » (p. 55), quand on considère le nombre d’enfants qui souffrent de la pauvreté dans certaines régions du globe, les conséquences de la surpopulation sur le réchauffement climatique ou encore l’existence du chômage de masse et la menace nucléaire. Plus encore, le désir d’enfant serait l’effet d’une manipulation publicitaire (p. 59). Cela donne le ton de la suite de l’ouvrage. Ainsi, dans un développement inspiré de Guy Debord et Jean Baudrillard, on lit que l’exposition des enfants aux écrans « les inscrit d’emblée dans l’univers factice et frustrant d’avoir des désirs sans fin » (p. 68). À l’enfant consommateur s’ajoute l’enfant « consommable » ou « monnayable ». Cette expression désigne les enfants valorisés et échangés comme des actifs, à l’instar des jeunes footballeur·ses, ou encore des enfants dont le corps fait l’objet d’une marchandisation, tel·les les mineur·es prostitué·es (p. 72-75).

5Enfin, l’autrice déplore que le mal-être des enfants et des jeunes, auquel ne serait pas étrangère la moindre disponibilité des parents à leur égard, en raison du temps consacré aux écrans et des mutations de la famille. Le travail des mères– il n’est pas question des pères –, donc le recours à des modes de garde extérieurs au foyer, bouleverserait les rythmes biologiques de l’enfant et participerait à sa « robotis[ation] » (p. 95). Le divorce est qualifié de « destruction de la famille originelle », et les familles mono- ou homoparentales ne font pas l’objet de meilleures appréciations (p. 96).

  • 4 Par exemple, Zelizer Viviana (1985), Pricing the Priceless Child: The Changing Social Value of Chil (...)

6Au-delà des affinités politiques que l’on peut ou non entretenir avec les thèses défendues par l’autrice, il faut noter le manque de rigueur de l’argumentation, qui rend l’ensemble fragile. La synthèse de la littérature, qui constitue le cœur de l’ouvrage, apparait déjà datée tant la bibliographie sur laquelle elle repose est ancienne. La moitié des références citées ont plus de vingt ans, trois quarts ont plus de dix ans, et la période 1997-2002 constitue à elle seule un quart des références. Très généraliste, la bibliographie va de de Thomas Piketty à Arlette Farge en passant par Yánis Varoufákis ou encore Johann Chapoutot. En revanche, Viviana Zelizer, qu’on imagine incontournable sur un tel sujet, en est étrangement absente4. Enfin, l’autocitation est non négligeable, puisqu’une référence citée sur dix est signée par l’autrice. Par ailleurs, on pourra remarquer qu’il est fait preuve d’une certaine légèreté à l’égard des bonnes pratiques en matière d’écriture. Des passages de plus de dix lignes ont ainsi été empruntés à des articles de journaux et reproduits sans les guillemets indiquant qu’il s’agit d’une citation (par exemple, p. 63). On mettra cela sur le compte des maladresses typographiques, qui ne sont pas absentes de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Becchi Egle et Julia Dominique (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, tomes 1 et 2, Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 1998.

2 Bril Blandine et Lehalle Henri, Le développement psychologique est-il universel ?, Paris, PUF, coll. « Le psychologue », 1988.

3 Pour paraphraser Jean Bodin, Les Six Livres de la République, Paris, Jacques du Puys, 1576.

4 Par exemple, Zelizer Viviana (1985), Pricing the Priceless Child: The Changing Social Value of Children, Basic Books (édition révisée en 1994, Princeton University Press).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Clerc, « Nicole Péruisset-Fache, Les enfants sous la coupe de l’économie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 février 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47127 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47127

Haut de page

Rédacteur

Marion Clerc

Agrégée de sciences économiques et sociales, doctorante en sciences sociales (IRISSO, Université Paris-Dauphine, Paris Sciences & Lettres).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search