Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Philippe Lombardo, Loup Wolff, Ci...

Philippe Lombardo, Loup Wolff, Cinquante ans de pratiques culturelles en France

Malo de La Blanchardière
Cinquante ans de pratiques culturelles en France
Philippe Lombardo, Loup Wolff, Cinquante ans de pratiques culturelles en France, Paris, Ministère de la Culture - DEPS, coll. « Culture études », 2020, 92 p., ISBN : 9782111399709.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début des années 1970, le Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture réalise tous les dix ans l’enquête « Pratiques culturelles », devenue au fil du temps un instrument central de suivi des comportements des Français dans le domaine de la culture et des médias. Cette publication synthétise les principaux résultats de la sixième édition de cette enquête nationale menée tout au long de l’année 2018, après celles de 1973, 1981, 1988, 1997 et 2008. L’enquête porte sur les différentes formes de participation à la vie culturelle (lecture de livres, écoute de musique, fréquentation des manifestations et des équipements culturels, pratiques en amateur), tout en accordant une large place aux usages des médias traditionnels (télévision, radio, presse) et, depuis l’édition de 2008, aux nouvelles technologies liées au développement du numérique. Cette sixième édition permet d’observer l’évolution des pratiques culturelles depuis la précédente enquête réalisée en 2008 mais aussi depuis la décennie 1970 ; elle offre ainsi un riche panorama historique sur près d’un demi-siècle des pratiques culturelles de la population française.

  • 1 La méthode des quotas est une méthode d’échantillonnage qui consiste à s’assurer de la représentati (...)

2En 2018, la méthodologie de l’enquête s’est enrichie. L’échantillon représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus a été multiplié par deux pour atteindre 9 200 individus interrogés en face à face, à leur domicile. Notamment, fait inédit, le périmètre de l’étude a été élargi aux départements et régions d’outre-mer. Cet échantillon représentatif est stratifié par régions et catégories d’agglomération, suivant ici la méthode d’échantillonnage par quotas1. Pour chaque activité, le taux de pénétration est analysé par génération afin de saisir les évolutions de long terme et les effets d’époque, puis étudié selon les caractéristiques sociodémographiques des individus : revenu et emploi, niveau de diplôme, territoire.

3La première conclusion qui ressort de cette enquête est que la culture, au sens large, occupe une place croissante dans le quotidien des Français. C’est vrai pour tous les âges et tous les milieux sociaux, et ce dans une proportion inattendue. Plus précisément, cette croissance est portée par le succès des consommations audiovisuelles et, ces dix dernières années, du numérique (jouer à des jeux vidéo, écouter de la musique et regarder des vidéos en ligne), qui se combine à un développement de la fréquentation des lieux culturels. Ensuite, les résultats de l’enquête mettent en lumière deux phénomènes majeurs. Le premier est d’ordre démographique et générationnel : la génération, nombreuse, des baby-boomers (nés entre 1945 et 1954) est en train de passer la main ; or c’était elle qui constituait l’essentiel des publics de la culture au sens classique. Ce vieillissement des publics affecte en particulier les formes de la culture légitime (lecture de livres, fréquentation des musées et théâtres, concerts de musique classique) mais aussi la fréquentation du cinéma ou l’écoute de la radio. Facteur structurant du paysage culturel des cinquante dernières années, l’effacement progressif de cette génération menace la fréquentation à venir des équipements culturels dont la multiplication constituait le fer de lance des politiques de démocratisation culturelle. Le second phénomène est d’ordre technologique : la diffusion rapide des pratiques culturelles numériques depuis dix ans a profondément modifié à la fois les modalités et le régime d’accès aux contenus culturels (sous le signe de l’abondance) ainsi que la nature même de ces contenus : 44% des enquêtés déclarent jouer à des jeux vidéo. Cette massification des pratiques audiovisuelles et numériques se traduit notamment par la réduction de certains écarts territoriaux et, dans certains cas, sociaux, bien que les plus diplômés et les catégories socioprofessionnelles supérieures continuent de fréquenter les équipements culturels. De plus, cette montée en puissance des usages numériques redéfinit profondément le paysage culturel des générations les plus récentes : jouer à des jeux vidéo, écouter de la musique et consulter des vidéos en ligne sont désormais des pratiques majoritairement répandues chez les jeunes.

4La concomitance de ces deux phénomènes souligne la dimension générationnelle très forte des pratiques culturelles, chaque génération développant un rapport spécifique à la culture. Devant le genre, le lieu de vie ou le milieu social, la génération constitue ainsi le principal facteur de différenciation des pratiques culturelles. L’analyse par génération montre tout à la fois la singularité des jeunes générations au sein desquelles les pratiques numériques sont devenues majoritaires, au détriment des médias historiques, mais aussi celle de la génération des baby-boomers qui, à tous les âges, a toujours déclaré un engagement fort dans les activités culturelles, que ce soit la lecture, les visites muséales et patrimoniales ou les sorties (cinéma et spectacle). Les auteurs de l’étude proposent alors une typologie des publics en différents groupes, en fonction de leurs pratiques culturelles, afin de souligner la transformation des univers de pratiques depuis cinquante ans. L'essor des écrans fait apparaître un groupe d’« exclusifs numériques » (15% des Français). A contrario, les Français exclusivement tournés vers les formes les plus classiques voit leur nombre régresser. À leur intersection, un groupe social « hybride » émerge, particulièrement jeune, urbain et diplômé, qui cumule toutes les pratiques : du théâtre aux jeux vidéo en passant par le cinéma et la lecture. La logique principale de distinction semble alors être cumulative, entre des personnes qui affichent un grand nombre de pratiques culturelles et celles qui n’en ont guère, voire qu’une seule : la télévision.

5Ce grand dispositif d’enquête décennale confère à cette étude des pratiques culturelles une profondeur de vue unique sur l’évolution du comportement culturel des Français. L’ambition revendiquée du ministère de la Culture est bien d’éclairer les faits culturels par des chiffres et une connaissance documentée, afin de construire des politiques publiques de culture. L’enquête souligne notamment le « caractère daté de la thématique de la démocratisation » (p. 84), opérationnelle dans une France très divisée, entre une population aux activités culturelles réduites et une autre, minoritaire, urbaine voire parisienne, diplômée, particulièrement amatrice de culture, en particulier dans ses formes les plus légitimes (lecture, théâtre, concerts de musique classique). Cette fracture s’atténue sous l’effet de la digitalisation des pratiques et du vieillissement des baby-boomers. Un dernier constat fournit une piste. L’étude souligne en effet un récent essoufflement des pratiques en amateur depuis le début des années 2000, à l’exception de la danse. On observe ainsi un repli de la pratique musicale individuelle ou en groupe. Promouvoir davantage la pratique artistique amateure ne serait-il pas une voie possible pour une démocratisation culturelle renouvelée et adaptée aux mutations récentes des pratiques culturelles ?

Haut de page

Notes

1 La méthode des quotas est une méthode d’échantillonnage qui consiste à s’assurer de la représentativité d’un échantillon en lui affectant une structure similaire à celle de la population de base.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Malo de La Blanchardière, « Philippe Lombardo, Loup Wolff, Cinquante ans de pratiques culturelles en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 février 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47130 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47130

Haut de page

Rédacteur

Malo de La Blanchardière

Élève fonctionnaire stagiaire à l’École normale supérieure de Lyon, agrégé d’histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search