Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sarah Gensburger, Gérôme Truc (di...

Sarah Gensburger, Gérôme Truc (dir.), Les mémoriaux du 13 novembre

Didier Le Saout
Les mémoriaux du 13 novembre
Sarah Gensburger, Gérôme Truc (dir.), Les mémoriaux du 13 novembre, Paris, EHESS, coll. « Représentations », 2020, 279 p., ISBN : 9782713228636.
Haut de page

Texte intégral

1Le 13 novembre 2015 à Paris, en l’espace de quelques heures, une série de fusillades prend pour cible le public présent dans la salle de spectacle du Bataclan et dans plusieurs bars et restaurants des 10e et 11e arrondissements ainsi que des personnes présentes aux abords du Stade de France à Saint-Denis. Au total, 130 personnes sont tuées et plusieurs centaines d’autres blessées, ce qui fait de ces attaques coordonnées l’acte terroriste le plus meurtrier perpétré en France depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui.

2Sur les sites parisiens de ces attentats, mais aussi autour de la statue centrale de la place de la République et sur les parvis des mairies dans d’autres régions françaises, se forment des agrégats pêle-mêle de fleurs, de bougies, de messages écrits à la main ou tapés à l’ordinateur adressés aux victimes, de dessins, pour une grande part œuvres d’enfants, d’images, de photographies, de drapeaux et de divers objets, allant de l’animal en peluche à la bouteille d’alcool en passant par le disque compact. Ces mémoriaux éphémères auxquels s’intéresse l’ouvrage qui sont restés en place durant des mois ont été continûment alimentés par de nouveaux dépôts. Ce phénomène est d’autant plus remarquable que les amas qui s’étaient constitués à Paris devant l’ambassade et le consulat des États-Unis au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, comme devant l’ambassade et le consulat espagnols après les attentats du 11 mars 2004 à Madrid ou encore quelques mois plus tôt à partir de janvier 2015 aux abords du siège de Charlie Hebdo, n’avaient pas pris une telle ampleur.

3Fruit d’une collaboration entre des chercheurs et chercheuses et des archivistes, l’ouvrage offre une analyse du processus ouvert par la « mémorialisation immédiate » des attentats « depuis la rue » qui se prolonge par leur commémoration et leur patrimonialisation. Sarah Gensburger et Gérôme Truc, chercheuse et chercheur en sciences sociales au CNRS, qui ont coordonné la recherche et dirigé ce livre, voient dans ce processus « un rituel de deuil devenu courant dans les sociétés occidentales contemporaines » (p. 11). Les six chapitres qui composent l’ouvrage, précédés d’une introduction et suivis d’une conclusion, écrites conjointement par les deux chercheurs, sont illustrés par une riche collection de plusieurs centaines de photographies et séparés les uns les autres par des portfolios qui rassemblent d’autres photographies, classées thématiquement, et par des encadrés composés de textes courts et d’images qui illustrent, complètent et soutiennent les raisonnements des contributeurs.

4Saisissant les réactions des Parisiens et des personnes venues d’autres régions de France et d’autres pays, touristes étrangers ou non, qui alimentent par leurs contributions ces sites mémoriels, la recherche se donne pour objectif de distinguer les motivations des uns et des autres et de distinguer les sens contenus dans les réactions que suscitent ces attentats. Les chercheurs s’appuient à la fois sur des observations ethnographiques, sur l’analyse des messages, images et objets déposés dans les mémoriaux et collectés par les Archives de Paris et sur le fonds photographique constitué par ce même service des Archives, en parallèle de son travail de préservation du contenu des mémoriaux éphémères. La lecture iconographique des évènements est également enrichie par les photographies réalisées par des participants de la recherche. L’analyse des mémoriaux et des pratiques auxquelles ils ont donné cours est par ailleurs nourrie par les témoignages de professionnels engagés dans la gestion et l’archivage de ces mémoriaux.

5Les différents chapitres s’accordent à aborder le processus de mémorialisation immédiate, patrimonialisation et commémoration non pas comme une succession d’étapes distinctes, mais comme un ensemble de forces suscitées par les émotions des publics qui mettent sous tension la politique mémorielle institutionnelle qui prend forme. Maëlle Bazin, doctorante en sciences de l’information et de la communication, interroge les rapports entre éphémère et durable, spontané et administré, conformiste et pluraliste. Hélène Frouard, historienne et journaliste scientifique, analyse les messages manuscrits laissés sur les registres de condoléances installés à Paris dans la mairie du 11e arrondissement. Pour autant qu’ils paraissent archaïques dans leur forme, elle montre qu’ils s’inscrivent dans des pratiques mémorielles qui permettent pleinement l’expression de l’émotion à l’heure de la communication numérique. Sylvain Antichan, politiste, met en relief la pluralité des sens donnés au dépôt d’un objet dans un mémorial éphémère, suivant que le site est celui d’un attentat ou un lieu plus symbolique comme la place de la République, où ne s’est déroulé aucun acte terroriste. Guillaume Nahon, en charge de la direction des Archives de Paris et qui a organisé l’archivage d’une partie des matériaux déposés dans les mémoriaux éphémères, témoigne du travail de collecte des objets et de l’implication du personnel, lui-même traversé par une émotion plus ou moins contrôlée et devenant, à son insu, acteur de la mémorialisation à l’œuvre. Gérôme Truc qui a bénéficié de l’aide d’étudiants de l’ENS Paris-Saclay et de l’Université Paris Nanterre pour constituer une base de données contenant une cinquantaine de catégories, entreprend quant à lui une analyse de contenu des messages, des écriteaux, des courriers, courts ou longs, des images et des signes divers laissés comme témoignages de l’émotion ressentie par le public. Cette analyse est d’autant plus riche qu’elle repose sur la comparaison avec d’autres enquêtes qu’il a conduites à l’étranger. Prenant comme principal point de référence les messages recueillis sur les sites des attentats commis à Madrid en 2004, il souligne l’expression d’une solidarité avec les victimes plus marquée à Paris que dans le reste du pays. Portant son analyse sur la patrimonialisation, Sarah Gensburger étudie le travail des institutions publiques, musées ou services d’archives qui ont collecté le contenu des mémoriaux éphémères ainsi que les modes opératoires qui ont permis de sélectionner ces matériaux. Elle dessine les scénarios de l’articulation entre l’immédiateté et le temps long, entre mémoriaux éphémères et mémoriaux permanents tels les plaques commémoratives ou les stèles installées dans les squares et dans le cimetière du Père-Lachaise. Elle montre que la mémorialisation immédiate des attentats ne peut être dissociée de celle portée par les politiques publiques qui organisent la mise en patrimoine et la commémoration de ces attentats.

6Résultat de l’association d’une démarche de recherche en sciences sociales et d’une démarche contenue dans l’action publique menée par la Ville de Paris et les archives municipales, ce livre, rendu possible suivant les termes des auteurs par « un regard distancié et réflexif », constitue résolument « un mémorial de papier, participant lui-même à la constitution du 13 novembre en évènement mémorable », à savoir « un mémorial de ces mémoriaux aujourd’hui disparus » (p. 19). Forte de cette objectivation, l’analyse porte à la fois sur le processus de mémorialisation immédiate, patrimonialisation et commémoration et sur la mise en valeur des contenus qui témoignent des actes terroristes et des réactions suscitées, que la recherche inscrit dans le temps long. Les auteurs ne se cantonnent pas à entreprendre une analyse « par le haut » qui limiterait le matériau aux discours officiels, récits ou témoignages produits par des responsables politiques, des services de police et des journalistes. Les « voix anonymes » qui ont exprimé leurs réactions « par le bas », au travers des mémoriaux de rue, démontrent tout l’intérêt pour le chercheur en sciences sociales de recourir conjointement aux méthodes ordinaires de l’observation ethnographique, de l’entretien et de l’analyse de contenu. La pratique de l’observation participante avec des représentants politiques et archivistes aurait néanmoins mérité d’être distinguée en tant que tel pour comprendre les cheminements d’une politique mémorielle en train de se faire sous la tension émotionnelle. L’apport du point de vue épistémologique de l’ouvrage tient surtout au recul de chercheurs et de chercheuses traversés par des émotions elles-mêmes objet central de leur étude. En ayant recueilli à chaud les empreintes fragiles des émotions citoyennes, l’ouvrage distingue finalement trois niveaux d’observation. Publics anonymes, acteurs de l’action publique et auteurs produisent de concert des traces mémorielles dans les sphères privée et publique et œuvrent à la transmission des marques du souvenir dans des flux virtuels de la communication mondialisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Le Saout, « Sarah Gensburger, Gérôme Truc (dir.), Les mémoriaux du 13 novembre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 février 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47140 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47140

Haut de page

Rédacteur

Didier Le Saout

Sociologue, enseignant-chercheur et membre du Ladyss (UMR 7533, CNRS), spécialiste des mouvements sociaux, notamment en Afrique du Nord et en Turquie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search