Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Mark Hunyadi. Au début est la con...

Mark Hunyadi. Au début est la confiance

Jean Bernatchez
Au début est la confiance
Mark Hunyadi, Au début est la confiance, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « La pensée élargie », 2020, 240 p., ISBN : 9782356877406.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mark Hunyadi est professeur de philosophie morale et politique à l’Université catholique de Louvain (...)

1L’objectif de cet ouvrage philosophique savant consiste à proposer et à défendre une théorie unifiée de la confiance. La thèse de l’auteur1 est fondée sur la théorie plus générale de l’action. Celle-ci est guidée par le principe d’une relation pratique au monde, puisqu’être au monde impose d’agir dans et sur le monde. Cet agir suppose de pouvoir compter sur la manière dont se comportent les choses, les personnes et les institutions. C’est un pari et ce pari est nommé confiance. « Toute action – toute – baigne dans un réseau de confiance, quand bien même elle peut à l’occasion être déçue. L’état permanent de méfiance de tous contre tous et de chacun contre chacun est un état littéralement invivable » (p. 11). Le livre est constitué de deux parties. La première, avec deux substantiels chapitres, présente les bases de la théorie unifiée de la confiance élaborée par l’auteur grâce à ce double questionnement : qu’est-ce que la confiance (chapitre I) et qu’est-ce que la confiance n’est pas (chapitre II) ? La deuxième partie prend la forme d’une théorie critique de la société qui vise à repérer ce qui érode la confiance dans le monde actuel, mobilisant ainsi l’oubli nominaliste de la confiance (chapitre III), le mode de vie numérique (chapitre IV) et la confiance dans un contexte numérique (chapitre V).

2Le premier chapitre défend la thèse que la confiance est un lien irréductible et insubstituable à tout autre. Elle constitue le fondement de notre relation au monde. La confiance est un pari sur les attentes de comportement des choses (par exemple, que le sol me supporte lorsque je marche), des personnes (que le conducteur de la voiture que je croise respecte le code de la route) et des institutions (que la monnaie que j’utilise pour mes transactions ait quelque valeur). « Faire confiance, c’est agir, et agir en fonction de comportements attendus. On ne peut pas faire confiance après coup ; on ne peut le faire qu’au présent de son propre agir » (p. 28-29). Mark Hunyadi pose ainsi les bases structurelles de la confiance : il est question d’un agir qui dépend intrinsèquement d’un comportement attendu. La confiance est un concept praxique lié à l’action, même lorsque cette action reste virtuelle. L’auteur utilise le concept de fiance, actualisé puisque la première édition du Dictionnaire de l’Académie française de 1694 le définissait comme « assurance, espérance certaine. [Ce mot] est vieux »2. « La fiance est une forme de confiance sans conscience, antérieure à tout rapport cognitif ou intentionnel aux contextes d’action ; elle exprime le caractère fondamentalement fiduciaire de notre rapport originel au monde, qui n’est pas […] un rapport d’abord cognitif ou de représentation » (p. 41). La fiance est la conscience diffuse, mais assurée, de ce que l’on peut.

3Dans le deuxième chapitre, l’auteur met sa théorie unifiée de la confiance à l’épreuve de celles, formalisées ou non, que l’on retrouve dans l’espace savant et dans l’espace public. Ces théories sont « à la fois fragmentées et discontinuistes, majoritairement organisées autour de la conception nominaliste d’un individu calculant des risques » (p. 73). Mark Hunyadi s’étonne que la notion de confiance, pourtant mobilisée dans la plupart des activités humaines, soit si peu définie, même par les grands théoriciens de la société qui accordent une importance appréciable à ce concept.

4Le modèle humien (David Hume, 1711-1776) de la confiance est d’abord analysé, lui qui suppose que le genre humain soit généreux par nature, contrairement à l’idée évoquée un siècle plus tôt par Thomas Hobbes (1588-1679) pour qui « l’homme est un loup pour l’homme ». Avec les théories cognitivistes, la confiance est le résultat d’un calcul prévisionnel où sont évaluées les probabilités d’un comportement futur. Les travaux de Niklas Luhmann (1927-1998) sont évoqués, pour qui la confiance se présente comme une réduction de la complexité. Sont évoqués aussi les écrits de Russell Hardin (1940-2017) sur la théorie des intérêts enchâssés, une théorie inspirée du modèle du choix rationnel (public choice) où priment l’individualisme méthodologique et l’action intentionnelle. Ce dernier modèle est en phase avec la logique néolibérale : la confiance est dans ce contexte de nature strictement cognitive. La théorie économique moderne est d’ailleurs héritière du nominalisme, croit Hunyadi, « avec lequel elle partage les prémisses individualistes d’un rationalisme centré sur le calcul, la maximisation des intérêts et la réduction d’incertitude » (p. 101). La théorie économique moderne fait fi de la notion de confiance pour lui substituer celle de l’agir rationnel. Le modèle de la vulnérabilité, associé à Annette Baier (1929-2012), philosophe féministe et pionnière de la théorie du care, envisage plutôt la confiance sous cet angle de la vulnérabilité : « nous avons nécessairement besoin des autres pour accomplir, favoriser ou protéger ce à quoi nous tenons […] le fait de compter ainsi sur autrui pour la réalisation d’un bien quelconque nous met en position de vulnérabilité, puisqu’autrui peut user du pouvoir qui lui est ainsi conféré à nos dépends » (p. 114). Le philosophe poursuit sa démonstration de ce que n’est pas la confiance avec l’analyse de plusieurs concepts affiliés qui occupent un large champ sémantique : la foi, la fiabilité, la crédibilité, la fidélité, la loyauté, la promesse, etc.

5Dans la deuxième partie de son ouvrage (chapitres III, IV et V), Mark Hunyadi propose trois textes plus courts orientés vers la critique de ce qui affecte la confiance dans le monde contemporain. Il soumet entre autres l’idée que « le paradigme de l’individu animé par l’opportunisme marchand s’est imposé à la modernité en même temps que s’imposait inexorablement au monde celui de la rationalité économique comme modèle de la libre raison » (p. 158). L’auteur revient aussi sur le concept pivot d’un ouvrage précédent, les modes de vie : ils ne décrivent pas ce que les individus font, mais ce qui est attendu d’eux, sous forme d’attentes de comportements durables et peu flexibles. « Ainsi, depuis le dernier quart du XXe siècle, nous subissons comme un destin le déploiement du consumérisme généralisé, de la mise en concurrence permanente, de la dictature du chiffre, de la bureaucratisation de tous les aspects de l’existence, de l’évaluation permanente ou de l’extension tous azimuts de la contractualisation et de la propriété privée » (p. 171). Enfin, sa critique de l’essor du numérique est sans appel, considérant le numérique comme « le plus puissant prescripteur d’attentes de comportement de notre civilisation » (p. 216) et comme « [la] cage invisible d’un immense théâtre humain » (p. 219). Le numérique permet d’éviter d’avoir recours à la confiance, donc de contourner la confiance. L’individu préfère ainsi la sécurité assurancielle au pari de la confiance. « La toile a remplacé les étoiles, et le calcul la confiance » (p. 223), décrète Mark Hunyadi.

  • 3 Op. cit.

6Dans cet ouvrage, l’ambition de l’auteur est grande : proposer et défendre une théorie unifiée de la confiance. Selon cette théorie, la confiance, principe premier, serait un agir qui dépend essentiellement des attentes de comportement des choses, des personnes et des institutions. La confiance se présenterait alors comme un pari. À défaut de pouvoir convaincre tous ses collègues philosophes qui pratiquent le doute sceptique ou le doute méthodique comme un art et une science, l’auteur aura néanmoins relevé avec brio le défi d’intéresser les personnes lectrices à son argumentaire. Il saura convaincre plusieurs d’entre elles de la pertinence de ses propos, notamment ceux qui s’inscrivent dans la mouvance de son ouvrage de 2015, La tyrannie des modes de vie3, en ce qui concerne plus particulièrement ici le mode de vie numérique. De plus, la crise sanitaire vécue depuis 2020 à l’échelle du monde contribue à une forte mobilisation du concept de confiance, une confiance à l’endroit des gouvernements, des institutions (de la santé, de la science, notamment) et des personnes expertes. Dans ce contexte, ce livre est d’une chaude actualité. Il est très bien écrit, avec un vocabulaire riche et avec juste ce qu’il faut de rappels dans le texte pour bien suivre le raisonnement de l’auteur. Pour bien comprendre l’argumentaire, il est utile toutefois d’être déjà familier avec les ouvrages philosophiques fondamentaux.

Haut de page

Notes

1 Mark Hunyadi est professeur de philosophie morale et politique à l’Université catholique de Louvain en Belgique. Son œuvre est articulée autour d’une théorie critique de la société. Son ouvrage le plus connu est sans doute : Mark Hunyadi, La tyrannie des modes de vie. Sur le paradoxe moral de notre temps, Lormond, Le Bord de l’eau, 2014 ; compte rendu d’Olivier Cléach pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.18010.

2 Les neuf éditions du Dictionnaire de l’Académie française sont accessibles universellement et gratuitement en ligne.

3 Op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Mark Hunyadi. Au début est la confiance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 février 2021, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47235 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47235

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search