Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Christian Jetté et Catherine Lenz...

Christian Jetté et Catherine Lenzi (dir.), Les territoires de l’intervention à domicile. Regards croisés France-Québec

Louis Braverman et Mélanie Levasseur
Les territoires de l'intervention à domicile
Christian Jetté, Catherine Lenzi (dir.), Les territoires de l'intervention à domicile. Regards croisés France-Québec, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2020, 264 p., préf. Richard Wittorski, ISBN : 978-2-343-20943-2.
Haut de page

Texte intégral

1Comment les pouvoirs publics, les acteurs des milieux associatifs et ceux de l’économie sociale et solidaire (ESS) répondent-ils aux défis de l’intervention à domicile en France et au Québec ? Quelles évolutions professionnelles et organisationnelles peuvent-elles être observées dans les champs de la gérontologie et de l’accompagnement des personnes en situation de handicap ? Comment mieux comprendre les interactions entre une pluralité d’acteurs et les différentes logiques d’action qui interviennent dans la construction de la relation d’aide à domicile ? Ces questions sont au cœur de l’ouvrage dirigé par Christian Jetté et Catherine Lenzi, aboutissement d’un important programme de recherche conduit des deux côtés de l’Atlantique.

2Les sociologues ou les chercheurs en travail social qui ont participé à l’ouvrage s’appuient sur la théorisation ancrée (grounded theory) et des méthodes qualitatives : monographies de dispositifs, observations directes d’interventions à domicile et de réunions d’équipes, focus groups et entretiens semi-directifs auprès de professionnels, d’usagers et de proches. Plutôt qu’une comparaison entre le Québec et la France au sens strict du terme, les différents auteurs privilégient l’adoption de « regards croisés », c’est-à-dire de mises en perspective entre les différents territoires. Une telle approche permet de souligner des points communs et des divergences selon les contextes nationaux, mais aussi de soutenir une analyse critique et réflexive du cadre politique, des organisations offrant des soins et des services à domicile, ou encore des pratiques professionnelles. Pour rendre compte de la multidimensionnalité des territoires de l’intervention à domicile, l’ouvrage est organisé en trois parties qui renvoient à trois échelles d’analyse : macro, meso et micro.

  • 1 La nouvelle gestion publique, ou New Public Management, vise à importer dans le secteur public des (...)

3La première partie de l’ouvrage adopte une perspective macro et s’intéresse à la construction des politiques publiques de soutien à domicile. L’évolution de ces politiques apparaît marquée, en France comme au Québec, notamment par la nouvelle gestion publique1 ainsi que par une forte dynamique de désinstitutionalisation impliquant le développement d’accompagnements « hors les murs ». Le parallèle réalisé entre les deux sociétés amène toutefois à préciser les contextes.

4Dans un premier chapitre, Maryse Bresson et Yves Vaillancourt soulignent que la France a connu, à partir des lois de 1982-1983, quinze années de décentralisation auxquelles ont succédé quinze autres années de recentralisation. Le mouvement de recentralisation au cours de la période récente a toutefois connu un impact plus limité dans le champ du vieillissement, secteur au sein duquel les associations, mais aussi les entreprises marchandes, occupent une place importante. Au Québec, les années 1980, et surtout 1990, sont également caractérisées par un mouvement de décentralisation qui renforce la juridiction des collectivités territoriales dans l’accompagnement des aînés et des personnes en situation de handicap. À partir des années 2000, un mouvement de recentralisation et de dérégionalisation touche la province du Canada de manière plus prononcée qu’en France. Or, le freinage de la décentralisation apparaît, principalement au Québec, comme un facteur défavorable à la co-construction des politiques publiques, c’est-à-dire à la participation des acteurs non étatiques (associations ou représentants de l’ESS) dans la mise en œuvre de services à domicile.

5Dans le deuxième chapitre, Christian Jetté revient sur les évolutions majeures qui ont redéfinies la place des secteurs associatifs et de l’ESS dans la production de services de soutien à domicile auprès des personnes âgées. Il dresse cinq constats qui, au-delà des différences institutionnelles entre la France et le Québec, permettent de mesurer la proximité de ces territoires : 1) il existe un sous-financement important des services par rapports aux besoins ; 2) les milieux associatifs et de l’ESS œuvrant au soutien à domicile bénéficient d’un faible poids politique ; 3) les acteurs non étatiques sont toujours à la recherche de stratégies devant permettre de rééquilibrer les rapports de force avec les pouvoirs publics ; 4) l’investissement des différents acteurs aux côtés de l’État n’est garantie qu’à condition que leur originalité tout comme leur pouvoir d’innovation soient reconnus et respectés ; 5) les rapports qu’entretiennent l’ESS et les associations avec l’État sont le produits d’enjeux davantage sociopolitiques qu’économiques et budgétaires.

  • 2 Voir Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

6La deuxième partie de l’ouvrage propose une analyse des professions engagées dans l’intervention à domicile à l’échelle meso. L’approche retenue accorde ainsi une place importante à l’influence du cadre organisationnel sur la définition des groupes professionnels et de leurs activités. Catherine Lenzi ouvre cette partie en mettant en reliefs les « ressorts d’action »2 propres au travail du care à domicile. Elle montre que les interventions à domicile se caractérisent, de manière particulièrement prononcée, par un travail à la fois adaptatif, relationnel et émotionnel qui s’inscrit en décalage par rapport aux normes professionnelles prescrites. Ces ressorts de l’action, largement informels et subjectifs, apparaissent comme le support indispensable de la relation d’aide, et ce sans qu’ils soient pour autant reconnus par les instances professionnelles et les collectifs de travail.

7Le quatrième chapitre prolonge l’observation selon laquelle les ressorts expérientiels des intervenants à domicile font l’objet d’un déficit de reconnaissance, voire d’un discrédit, de la part des organisations qui recrutent les aides à domicile en France et les préposés d’aide à domicile au Québec. Catherine Lenzi et Christian Jetté révèlent notamment comment le personnel d’encadrement contrôle le travail émotionnel et relationnel réalisé par l’intervenant (imposition d’un roulement de professionnels pour éviter les situations d’attachement émotionnel, interdiction d’inscrire des informations relatives aux émotions de la personne accompagnée ou à sa famille dans les relevés d’activité, etc.).

8La dernière partie de l’ouvrage est dédiée à l’analyse micro de la relation d’aide à domicile. Les interactions et l’expérience des usagers font l’objet d’une attention particulière. Tout au long du chapitre 5, David Grand rend compte d’une tension propre à l’intervention à domicile. D’un côté, le travail des conseillers en économie sociale et familiale, des éducateurs spécialisés, des assistants sociaux ou des aides à domicile se caractérise par une intrusion dans la vie privée des personnes en situation de vulnérabilité. Les intervenants peuvent appliquer, voire imposer de nouvelles règles, normes, temporalités ou dispositifs techniques dans l’espace privé, de manière telle que le pouvoir assujettissant de l’institution franchit les frontières de ses murs. D’un autre côté, la relation d’aide gagne à être appréhendée comme « une condition et non une entrave à l’autonomie » (p. 174). Le travail social comme le travail du care à domicile visent le pouvoir d’agir (empowerment) des personnes accompagnées et sont souvent des leviers indispensables au maintien de liens sociaux et des capabilités.

  • 3 Voir Pierre Vidal-Naquet, « Le travail de care : tact, ruse et fiction », in Axelle Brodiez-Dolino, (...)
  • 4 Voir notamment les dossiers « La place des aidants profanes dans les politiques sociales, entre lib (...)

9Le dernier chapitre revient sur le pouvoir d’agir des usagers des soins et services à domicile. Lucie Dumais distingue différentes figures de l’usager, dont les ressorts d’action reposent sur une pluralité de facteurs. Par exemple, certaines personnes ayant des incapacités physiques ou cognitives adoptent une posture d’autorité et s’appuient sur leur statut d’employeur de manière explicite ou implicite, soit par la « maîtrise des lieux » grâce au contrôle strict du décor, soit par l’usage de « ruses »3, soit encore par la valorisation de leur statut social ou de leur appartenance de genre. Les figures de « l’usager brisé, mais pragmatique » (p. 193) renvoient quant à elles aux situations où les aînés et les personnes en situation de handicap sont particulièrement éprouvés par les fragilités qu’ils rencontrent, sans qu’ils soient pour autant totalement dominés. En effet, les usagers disposent toujours de prises, même infimes, sur leur monde, tout comme ils peuvent s’appuyer notamment sur les intervenants pivots. Enfin, la présence (ou l’absence) de la famille et de proches aidants apparaît également comme un facteur déterminant dans l’activation (ou non) de ressorts d’action, ce constat étant appuyé par de nombreux travaux récents4.

10La conclusion de l’ouvrage synthétise les résultats avancés par les auteurs tout en insistant sur un des atouts principaux de l’ouvrage : le regard croisé France-Québec. La mise en parallèle de deux contextes distincts se révèle être une force puisqu’elle nous invite au décentrement, mais aussi à questionner ce qui nous semble parfois aller de soi dans les politiques sociales du vieillissement et du handicap, tout comme dans les pratiques professionnelles des acteurs du soutien à domicile. Pour le caractère stimulant du dialogue entre la France et le Québec, mais aussi pour toutes les pistes de réflexion qu’il ouvre, nous recommandons fortement la lecture de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 La nouvelle gestion publique, ou New Public Management, vise à importer dans le secteur public des modes de gestion du secteur privé. Ce paradigme connaît une influence grandissante à partir des années 1980 et s’inscrit dans un contexte de contraction budgétaire.

2 Voir Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

3 Voir Pierre Vidal-Naquet, « Le travail de care : tact, ruse et fiction », in Axelle Brodiez-Dolino, Isabelle Von Bueltzingsloewen, Benoît Eyraud, Christian Laval, Bertrand Ravon (dir.), Vulnérabilités sanitaires et sociales. De l’histoire à la sociologie, Rennes, PUR, 2014, p. 137-152.

4 Voir notamment les dossiers « La place des aidants profanes dans les politiques sociales, entre libre choix, enrôlement et revendication », Revue française des affaires sociales, n° 1, 2019 et « Les proches aidants : reconnaissances, engagements et expérience », Gérontologie et société, vol. 42, n° 161, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Braverman et Mélanie Levasseur, « Christian Jetté et Catherine Lenzi (dir.), Les territoires de l’intervention à domicile. Regards croisés France-Québec  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 février 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47257 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47257

Haut de page

Rédacteurs

Louis Braverman

ATER et post-doctorant, IRIS, Université Sorbonne Paris Nord.

Articles du même rédacteur

Mélanie Levasseur

Professeure titulaire, École de réadaptation, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search