Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Nicolas Nova, Smartphones

Nicolas Nova, Smartphones

Arnaud Taillefer
Smartphones
Nicolas Nova, Smartphones. Une enquête anthropologique, Genève, Métis Presses, 2020, 371 p., préface de Dominique Cardon, ISBN : 978-2-940563-67-8.
Haut de page

Texte intégral

1Professeur associé à la Haute École d’Art et de Design de Genève, Nicolas Nova nous propose dans cet ouvrage issu de sa thèse une « enquête » socio-anthropologique des modes d’usage du smartphone. Une version augmentée de l’ouvrage est disponible en ligne, afin d’enrichir l’expérience de lecture par l’accès à des ressources supplémentaires liées à des points précis du texte. Chaque partie, relativement indépendante des autres, est construite de la même manière : un utile état de l’art, mis en regard avec les retours issus du terrain, et une conclusion reprenant ces deux aspects.

2L’enquête se déroule principalement dans trois métropoles (Los Angeles, Genève, Tokyo) entre 2015 et 2018. Afin de bien cerner cet objet sociotechnique complexe, l’auteur utilise six métaphores pour en inventorier les principaux modes d’agentivité, soit les modes d’existence et d’usage : la « laisse », la « prothèse », le « miroir », la « baguette magique », le « cocon », la « coquille vide », auxquelles correspondent six segments dans l’ouvrage et autant de cahiers photographiques. La population étudiée se compose d’utilisateurs et utilisatrices de smartphones, et est issue de pays riches ayant de forts taux d’équipement individuel technologique. Les informateurs vont de 18 ans pour le plus jeune à 65 ans pour le plus âgé, et représentent un large échantillon de la population : chômeur, cadre bancaire, étudiant, serveuse, universitaire, pilote d’avion, etc.

3La question principale qui structure l’enquête est la manière de caractériser et de définir l’objet smartphone face à la multiplication exponentielle de ses possibilités techniques et de ses usages. Pour ce faire, l’auteur mobilise une approche comparatiste des textes et des concepts issus de la sociologie de l’innovation et des usages, de l’histoire des sciences et des techniques mais aussi du design, et de l’anthropologie des techniques. L’idée générale du livre repose sur poly-conceptualité de l’objet, dans la mesure où le smartphone contient une multitude de fonctions utilisées successivement (GPS, calculatrice, portefeuille, etc.), qui se combinent sans s’opposer.

4Les six métaphores dégagées peuvent se ranger en deux grandes catégories : celles qui ont trait à la matérialité physique du dispositif (la prothèse, la laisse, la coquille vide) et celles qui ont trait à sa dimension virtuelle (la baguette magique, le miroir, le cocon).

  • 1 Leroi-Gourhan André, Le geste et la parole, tome 1  : Technique et langage et Le geste et la parole (...)

5Au sein de la première catégorie, une question majeure se pose, celle de la nature du l’appareil. Est-il objet ou organe ? Face à cette antienne de l’anthropologie des techniques, déjà présente chez Leroi-Gourhan1, N. Nova tranche ici en faveur de la « dimension prothétique du smartphone » (p. 107). Le smartphone est « artefact cognitif » (p. 100) qui aide à la mémorisation au même titre que le crayon et le carnet, mais qui devient de plus en plus le support d’une transition vers une « extension mnésique distribuée » et une « exoperception » (p. 326). Selon l’auteur, il serait donc une prolongation et une extension du processus d’externalisation cognitive entamé avec l’hominisation, et non une extension de l’organisme dans un sens biologique du terme, ce qui renvoie au concept de « cognition distribuée » (p. 103).

  • 2 Cet aspect est développé dans une sous-partie que nous recommandons particulièrement (p. 61 à 73).

6La dimension matérielle du dispositif est une composante majeure de sa facilité à capter l’attention, et donc à tenir « en laisse » d’une certaine manière. Cette forte attractivité est issue « de[s] caractéristiques profondément humaines […] et du design matériel2 et logiciel de l’appareil » (p. 326) et concourt à créer un sentiment d’inféodation envers ce dernier. Devenu objet incontournable de la vie quotidienne le smartphone (im)pose ainsi la question de la « domestication » d’un usage irréfrénable de la « connexion permanente », dans les « régimes d’usage » mais aussi de « servitude » (p. 52) qui sont les siens. Il ressort des entretiens que bien peu de domaines de la vie quotidienne sont épargnés aujourd’hui par l’intrusion des smartphones. Leurs nombreuses fonctionnalités leur ont en effet permis de remplacer nombre d’appareils, restreignant fortement l’autonomie d’action des usagers (p. 211).

  • 3 Se rapporter à l’ouvrage d’Illich Ivan, La convivialité, Paris, Points, 1973.

7Cette matérialité contient également la question de la panne et de son régime : c’est la métaphore de la « coquille vide » qui désigne le téléphone désormais inactivé, un état qui suscite des « stratégies des utilisateurs pour prolonger la durée de vie de leur appareil » (p. 327). L’idée qui préside aux méthodes de réparation est celle d’un bricolage qui ne respecte pas exactement les règles de l’art, par rétro-ingénierie (activité qui consiste à étudier un objet pour en déterminer le fonctionnement interne ou la méthode de fabrication, après sa production) et par l’apprentissage empirique informel, selon une pratique de hacking. Néanmoins, de par la complexité de l’objet, les capacités de réparation des smartphones ne sont pas également réparties au sein de la population de ses usagers. Cela va contre l’idée d’une technologie conviviale au sens illichien3 du terme (p. 301), où chacun serait en mesure de réparer soi-même son appareil, et ne serait pas captif des technologies, outils et composants possédés uniquement par les grandes entreprises. Il y a également une claire partition dans le choix de réparer ou de racheter un nouvel appareil, selon que l’on soit dans un pays occidental ou non. La distinction entre « cassé » et « en état de marche » s’est estompée (p. 289) au profit de considérations sur l’aspect esthétique, la réactivité, la marque, ainsi que de l’obsolescence sociale, avant même d’être technique, de l’objet. Différents « régimes de maintenances » (p. 307) apparaissent : il est parfois moins coûteux d’en changer que de le réparer.

8Le second ensemble de catégories proposées par l’auteur (la baguette magique, le miroir, le cocon) concerne la composante virtuelle du smartphone, c’est-à-dire l’insertion de ce dernier dans un écosystème regroupant les données collectées, les applications utilisées et l’influence que cela a sur les comportements des usagers. Cet angle implique aussi ce qui fonctionne en relation avec le smartphone : les objets et services connectés.

  • 4 Tel que défini dans l’ouvrage d’Agamben Giorgio, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages, coll (...)

9La « baguette magique » est ainsi la description que les informateurs ont pu donner du smartphone comme interface majeure d’interaction avec l’environnement dans de nombreux domaines de la vie quotidienne. Cette partie très intéressante développe l’idée d’une magie de l’artefact et d’une « opacité », issues de la complexité de son fonctionnement (p. 181). La prothèse « cognitive » s’accompagne d’un écosystème d’objets connectés (p. 191) et des applications correspondantes. L’usager ne perçoit donc pas les immenses « infrastructures sociotechniques » (p. 207) dans lequel s’insère le terminal qu’il tient dans sa main. L’aspect et le design volontairement indéfinis de l’objet, où la fonction propre n’est pas clairement indiquée contrairement à un briquet ou un stylo par exemple, jouent également un rôle dans cette perception vague. L’usage de cette baguette s’accompagne de rituels corporels censés en augmenter la réussite (p. 194). Dans ces rituels, le « miroir » tient un rôle important. Outre la simple contemplation de soi, il devient un reflet chiffré et personnalisé selon les données collectées. Cet usage se développe avec les technologies du quantified self et du self tracking (p. 137), aidées par la concentration des mesures et la visualisation des données dans une logique « tableautiste », qui permet aux individus d’avoir l’impression d’une meilleure maîtrise de soi (p. 141). Malgré les risques impliqués par l’acquisition d’aussi grandes quantités de données, certains usagers perçoivent dans la personnalisation des propositions et des fonctions, un aspect plus humain, plus individuel, et une forme de gouvernement de soi par la responsabilisation (p. 155) On passe donc d’une « réflexivité » à une « assistance » (p. 163) qui se rapproche fortement du dispositif agambenien4 de gouvernement des conduites.

10Outre la contemplation de soi, le smartphone tient également le rôle de « cocon », par une « dialectique d’ouverture et de fermeture liée à l’usage constant » (p. 327) du dispositif comme « amplificateur de la socialisation » ou au contraire comme « bouclier contre les sollicitations hors-ligne ou en ligne » (ibid.). Ceci ranime une autre antienne dans l’analyse des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication) : sont-elles des accélérateurs ou des freins à la socialisation ? La question ici n’est pas tranchée par l’auteur, qui soulève toutefois un point intéressant : la considération des communications virtuelles comme étant inauthentiques repose sur un jugement arbitraire, car elles appartiennent de facto aux rituels de socialisation, et sont fondamentalement en lien avec le monde physique, sans qu’une substituabilité totale soit possible (p. 231). Néanmoins, la posture universellement reconnaissable de l’usage d’un smartphone montre la capacité d’absorption immédiate et omniprésente de l’attention de l’usager, dans un retrait par rapport à l’environnement social et physique. Il y a donc une double bulle : une bulle de retrait sur soi, volontaire et positionnelle ; et une bulle informationnelle, involontaire et virtuelle, issue de l’enfermement algorithmique, qui ne présente que des informations allant dans le sens de l’usager.

11L’ouvrage apporte une contribution utile à l’analyse de l’objet smartphone, notamment par le croisement de différentes approches. Les états de l’art développés au début de chaque chapitre permettent de situer utilement la perspective de l’auteur et offrent des ressources intéressantes, tant historiques que contemporaines, sur la question. On pourra néanmoins lui reprocher une certaine tendance à l’accumulation conceptuelle dans la construction de l’objet, qui tend, en reprenant la même structure d’écriture dans chaque segment, à donner à l’ouvrage un aspect d’inventaire et aboutit à un certain relativisme conclusif. Le découpage par métaphore ne permet pas une progression dans l’analyse, qui se retrouve malheureusement cantonnée dans la conclusion. Celle-ci hérite donc de perspectives très riches qui auraient gagné à être intégrées dans le corps de l’ouvrage. De plus, l’analyse quasi-exclusive des usages du smartphone au détriment du contenu propre, par exemple le rôle du vecteur « image » dans l’usage et la communication via les dispositifs, restreint les possibilités d’approfondissement qui auraient pu notamment s’ouvrir avec l’aide de l’anthropologie visuelle.

Haut de page

Notes

1 Leroi-Gourhan André, Le geste et la parole, tome 1  : Technique et langage et Le geste et la parole, tome 2 : La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 1964-1965.

2 Cet aspect est développé dans une sous-partie que nous recommandons particulièrement (p. 61 à 73).

3 Se rapporter à l’ouvrage d’Illich Ivan, La convivialité, Paris, Points, 1973.

4 Tel que défini dans l’ouvrage d’Agamben Giorgio, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages, coll. « Petite Bibliothèque », 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Taillefer, « Nicolas Nova, Smartphones », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 février 2021, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47530 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47530

Haut de page

Rédacteur

Arnaud Taillefer

Étudiant en philosophie, prépare actuellement un projet doctoral sur les dispositifs, notamment les smartphones, dans une perspective généalogique, sous le régime du capitalisme attentionnel, influencée par M. Foucault, G. Agamben, Y. Citton et l’italian theory.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search