Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Alex Alber, Joël Cabalion et Valé...

Alex Alber, Joël Cabalion et Valérie Cohen, Un impossible travail de déradicalisation

Benjamin Ducol
Un impossible travail de déradicalisation
Alex Alber, Joël Cabalion, Valérie Cohen, Un impossible travail de déradicalisation, Toulouse, Erès, coll. « Clinique du travail », 2020, 249 p., ISBN : 978-2-7492-6782-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On pense notamment à l’ouvrage de Romain Sèze, Prévenir la violence djihadiste. Les paradoxes d'un (...)

1Si les attentats de 2015 ont donné lieu à un afflux des travaux de recherche sur la radicalisation (violente), peu nombreux sont les chercheurs qui ont porté leur attention sur les politiques et les dispositifs institutionnels mis en œuvre pour répondre à ce défi1. Un impossible travail de déradicalisation constitue par conséquent une contribution opportune qui permet de mieux saisir comment s’est érigé, dans le contexte hexagonal, un pan clé de l’action publique en matière de lutte contre la radicalisation. Prenant pour point focal le projet pilote du Centre de prévention et d’insertion à la citoyenneté (CPIC), ouvert en septembre 2016 et fermé en juillet 2017, moins d’une année après son lancement, l’ouvrage éclaire les ressorts multiples de cette expérimentation emblématique qui a cristallisé tout à la fois attention médiatique et méfiance populaire.

2L’intérêt du travail d’Alex Alber, Joël Cabalion et Valérie Cohen réside dans une démarche d’enquête de terrain qui vise à saisir « par le bas » cette pièce maîtresse de la réponse gouvernementale de lutte contre la radicalisation dans le contexte post-attentats de 2015. Si l’ouvrage ne vise pas une analyse exhaustive de l’action publique des autorités françaises, il propose d’y revenir à travers l’étude de cas singulière du médiatique Centre de déradicalisation de Pontourny, au-delà des simplifications caricaturales qui ont parfois pu être véhiculées dans les médias et certains discours savants. Comme le soulignent les auteur·e·s : « Paradoxalement, si l’échec a été retentissant, bien peu a été dit sur le contenu même de l’expérimentation conduite au CPIC » (p. 14).

3Divisé en trois sections, l’ouvrage dévoile donc cette « histoire méconnue » (p. 14) du CPIC en l’inscrivant dans un double niveau d’analyse. Au niveau macro, le CPIC est exploré comme un formidable révélateur des ambiguïtés, des questionnements et des défis qui traversent l’action publique des autorités françaises au lendemain de la vague d’attentats de 2015. À l’échelle micro, l’observation du centre révèle des frictions qui émaillent la difficile mise en œuvre, au sein d’un dispositif institutionnel inédit, d’un travail de « déradicalisation » mené par des intervenants et des encadrants provenant d’univers professionnels et mentaux, parfois concurrents, voire irréconciliables.

  • 2 Erik Neveu, Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin, 2015.
  • 3 Benjamin Ducol et Alex Wood, « Terror’s New Clothes? Extremist Violence on French Soil in the Wake (...)
  • 4 Clément Beunas, « Du “radical” au “radicalisé”. Les usages médiatiques et politiques de la notion d (...)

4La première partie du livre éclaire ainsi les conditions entourant la mise en place du CPIC, matérialisation d’une réponse publique pensée dans l’urgence post-attentats et marquée par le flottement persistant entourant le cadrage de la notion de « radicalisation ». Un premier chapitre revient sur ce flou de sens, consubstantiel aux prémices de la construction de la radicalisation comme « problème public »2 dans le contexte français. Contrairement à ses voisins européens (Grande-Bretagne, Pays-Bas, Allemagne), la France tarde à mettre la lutte contre la radicalisation à son agenda politique, ce qui s’explique notamment par une réticence des autorités françaises à opérer un cadrage opportun de l’action publique. L’irruption de la radicalisation comme paradigme s’effectue en France au lendemain des attentats de 2015, comme un besoin impérieux des autorités de proposer une réponse alternative à une logique antiterroriste traditionnelle ayant démontré ses limites3. Cette situation ne s’accompagne toutefois pas d’une fixité dans le sens à attribuer à cette nouvelle terminologie qu’est la radicalisation : elle donne au contraire lieu à une forte concurrence entre les interprétations portées par différentes figures médiatiques et universitaires4. La naissance du CIPC s’inscrit dans ce foisonnement des cadrages interprétatifs de la radicalisation, qui circulent au sein de la sphère publique française, « un sol très meuble, dépourvu de tout socle de certitudes » qui, comme le notent les auteur·e·s, va d’autant plus complexifier « la transformation du concept analytique de “radicalisation” en catégorie administrative » (p. 41).

5À cette trame de fond, s’ajoute la conjoncture singulière qui inaugure les fondements institutionnels du CPIC. À la faveur d’une opportunité politique, les autorités françaises ont inscrit cette expérience pilote dans le prolongement de la fermeture et de la reconversion d’un centre éducatif et de formation (CEFP) à Beaumont-en-Véron. Les auteur·e·s décrivent dans un second chapitre comment, face à la difficulté pour les autorités de trouver un lieu d’accueil pour le projet, « le choix du site de Pontourny permettait de faire coup double, sauvegarder l’emploi en l’échange de l’acceptation, par les élus locaux, d’un projet dont personne ne voulait sur son territoire » (p. 61). Cette configuration donne lieu à la genèse d’une équipe de travail provenant d’univers professionnels contrastés. Aux anciens employés du CEFP qui ont accepté de s’engager dans le projet de reconversion qui leur est proposé, et qui s’inscrivent, pour la plupart, dans l’univers de l’éducation spécialisée et du monde médico-social, se greffe une direction issue d’un autre univers professionnel, celui des « centres éducatifs fermés ». Comme le résument les auteur·e·s, le CPIC naît au « [au] carrefour des engagements [...] de personnels très divers et porteurs de conceptions du travail assez différentes, qui doivent appliquer un programme ambitieux mêlant diverses approches parfois antagonistes » (p. 78).

6Si la première partie de l’ouvrage illustre les conditions périlleuses de structuration du CPIC, la seconde se concentre sur les ambiguïtés et les tensions qui s’expriment au sein de cette institution dans la mise en œuvre concrète d’un travail de « déradicalisation ». Alors que plusieurs facteurs externes (défiance des riverains, pression médiatique, problématiques de financement, valse-hésitation des orientations ministérielles, etc.) contribuent à fragiliser l’assise du CPIC, l’absence de consensus sur les objectifs et les modalités du projet apparaît comme l’obstacle central à son bon fonctionnement.

  • 5 Dans le champ de l’antiterrorisme français, la terminologie de « bas du spectre » renvoie aux indiv (...)

7Le troisième chapitre aborde ainsi les incohérences qui ont très vite marqué les premiers pas du CPIC. Destiné à accueillir des pensionnaires considérées comme en voie de radicalisation, relevant du « bas du spectre »5, n’étant pas sous main de justice et acceptant de participer sur une base volontaire, le CPIC pâtit, dès le départ, de ces critères limitatifs. En ne ciblant qu’une frange très limitée du bassin d’individus potentiellement engagés dans des trajectoires de radicalisation qui peuvent conduire à la violence extrémiste, ou des profils souvent plus teintés par des problématiques psychiatriques que de radicalité, le recrutement des pensionnaires du CPIC se traduit finalement comme « un ensemble très hétérogène bien difficile à caractériser, déclinant des formes diverses de radicalités et partageant bien peu de points communs » (p. 87).

8Ces profils variés ouvrent la porte à une série de tensions dans les modalités concrètes de prise en charge des pensionnaires par les intervenants. Le peu d’informations transmises par les autorités à propos des dossiers individuels contribue à créer un climat de méfiance généralisée dans lequel se déploie difficilement le travail des éducateurs. Le quatrième chapitre illustre bien comment le cadrage anxiogène de la radicalisation, tel qu’il prévaut à l’époque dans les hautes sphères de l’État et plus largement dans la société française, infuse le CPIC. Les auteur·e·s évoquent notamment les formations proposées par l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT), qui contribuent à façonner une hypervigilance chez les personnels du CPIC, et ce en contradiction de leurs habitus professionnels et des pratiques traditionnellement mise en œuvre en éducation spécialisée ou en travail social : « On imagine les conditions de travail des éducateurs, tenus d’accompagner des jeunes en ignorant tout ou presque de leurs parcours, tout en se gardant de transmettre quoi que ce soit au sujet du leur, autant d’éléments très anxiogènes qui contrariaient toute possibilité de, simplement, se rencontrer et construire une relation » (p. 110).

  • 6 À plusieurs égards, le débat surmédiatisé entre Gilles Kepel et Olivier Roy sur l’opposition entre (...)

9Ce dilemme entre injonctions sécuritaires et exigences d’accompagnement éducatif se double de l’épineuse question de la reconnaissance ou non du fait religieux dans la prise en charge des pensionnaires du CPIC. Le cinquième chapitre aborde ainsi la difficile inclusion du prisme religieux dans l’approche développée par l’institution. À l’image des débats sur la dimension intrinsèquement religieuse ou non de la radicalité jihadiste qui traversent la sphère publique hexagonale6, le positionnement des équipes du CPIC apparaît lui aussi déchiré entre déni ou accommodement à l’égard de la croyance religieuse. Les auteur·e·s illustrent bien comment le fait religieux pose un double défi, à la fois pour des éducateurs, peu habitués à le considérer, et pour l’institution, infusée des grands principes de laïcité, qui doit composer avec les demandes religieuses des pensionnaires. Occultée dans la démarche initiale du CPIC, la question religieuse est finalement visibilisée par l’implication progressive d’un aumônier musulman dans le dispositif institutionnel. Le sixième et dernier chapitre de la seconde section de l’ouvrage revient finalement sur la centralité de la symbolique et des rites républicains (port de l’uniforme, cérémonie de levée des couleurs, emploi du temps cadré, etc.) dans la démarche mise en œuvre au sein du CPIC. Directement inspiré du modèle des établissements pour l’insertion dans l’emploi (EPIDE) par lesquels sont passés les membres de la direction, le CPIC a fondé son cadre d’intervention sur l’hypothèse d’une nécessité de faire renouer les pensionnaires avec des valeurs républicaines à travers un cadre structurant d’inspiration patriotique et militaire. Ici encore, les auteur·e·s éclairent bien le décalage qui existe entre les ambitions énoncées et la réalité des besoins de prise en charge des pensionnaires. Au final, la seconde section de l’ouvrage trace le portrait des ambiguïtés et des lignes de fracture d’un « impossible travail de déradicalisation » au sein du CPIC, qui a fini par exacerber les tensions entre la direction et les intervenants.

10La troisième partie porte plus directement sur cette « guerre de positions » à l’intérieur du CPIC. Elle s’inscrit davantage dans une sociologie des habitus professionnels et propose un questionnement plus large sur les effets de mise en tension que produit le domaine de la prise en charge de la radicalisation, entre conceptions professionnelles issues du champ éducatif et celles portées par un prisme plus sécuritaire. Les trois chapitres qui composent cette dernière section portent ainsi successivement sur la gestion autoritaire de la direction (chapitre 7), sur la disqualification progressive des personnels éducatifs (chapitre 8) et sur la polarisation croissante interne au CPIC, aboutissant à la multiplication des souffrances professionnelles pour les intervenants et au final à l’échec du projet institutionnel (chapitre 9).

11La conclusion de l’ouvrage ouvre des pistes de réflexion stimulantes sur ce que révèle le cas particulier du Centre de prévention et d’insertion à la citoyenneté (CPIC) au regard du traitement plus large de la radicalisation en France. Qu’il s’agisse des difficultés des autorités à théoriser clairement les contours de la radicalisation (violente) ou des ambiguïtés du traitement du religieux dans un cadre républicain et laïc, l’expérience du CIPC éclaire les grandes lignes de l’action publique française dans le domaine.

  • 7 Francesco Ragazzi, « Countering terrorism and radicalisation: Securitising social policy? », Critic (...)
  • 8 Marc Hecker, « Djihadistes un jour, djihadistes toujours ? Un programme de déradicalisation vu de l (...)

12L’intérêt de l’ouvrage de Alex Alber, Joël Cabalion et Valérie Cohen se situe dans sa capacité à ne pas simplifier la compréhension de cette « entreprise de déradicalisation » dans le strict cadrage théorique d’une sécurisation croissante du social7, mais à la réinscrire dans une trame de questionnements sociologique plus large : place du religieux dans le travail social, tension croissante entre perspective éducative et attentes sécuritaires, etc. En dépit de certaines limites méthodologiques dûment explicitées par les auteur·e·s, il ne fait nul doute que Un impossible travail de déradicalisation représente une contribution de premier plan à la littérature sur les dispositifs et les politiques de lutte contre la radicalisation. Peu d’ouvrages ont jusqu’ici proposé une analyse aussi fine des logiques de « bricolage » et des tensions qui animent ce type de dispositifs, en France comme à l’international. Au final, cet ouvrage permet d’illustrer rétrospectivement les tâtonnements d’une action publique marquée par l’urgence, des injonctions politiques changeantes et une série d’impensés fondamentaux. Si la prise en charge de la radicalisation a connu en France une évolution depuis 20168, il n’en demeure pas moins que l’expérience du Centre de prévention et d’insertion à la citoyenneté (CPIC) s’avère essentielle pour en comprendre le développement global et les ramifications plus singulières.

Haut de page

Notes

1 On pense notamment à l’ouvrage de Romain Sèze, Prévenir la violence djihadiste. Les paradoxes d'un modèle sécuritaire, Paris, Seuil, 2019 (compte rendu de Paul Cormier pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.34903) et plus indirectement à David Puaud, Le spectre de la radicalisation. L'administration sociale en temps de menace terroriste, Rennes, EHESP, col. « Controverses », 2018 (compte rendu de Loïc Le Pape pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.29968) et Laurent Bonelli et Fabien Carrié, La Fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français, Paris, Seuil, 2018 (compte rendu d’Eric Keslassy pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.28673).

2 Erik Neveu, Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin, 2015.

3 Benjamin Ducol et Alex Wood, « Terror’s New Clothes? Extremist Violence on French Soil in the Wake of the Charlie Hebdo Attacks: Social Reactions and the New Lines of Public Action », in Martine Herzog-Evans et Massil Benbouriche (dir.), Evidence-Based Work with Violent Extremists. International Implications of French Terrorists Attacks and Responses, London, Lexington Books, 2019, p. 125-155.

4 Clément Beunas, « Du “radical” au “radicalisé”. Les usages médiatiques et politiques de la notion de “déradicalisation” en France (2014-2017) », Déviance et Société, n° 43, 2019.

5 Dans le champ de l’antiterrorisme français, la terminologie de « bas du spectre » renvoie aux individus en situation de radicalisation, mais qui ne semblent pas indiquer de passage imminent dans l’action violente.

6 À plusieurs égards, le débat surmédiatisé entre Gilles Kepel et Olivier Roy sur l’opposition entre « radicalisation de l'islam » et « islamisation de la radicalité » est illustratif de ce cadrage simpliste autour des composantes religieuses de la radicalité jihadiste.

7 Francesco Ragazzi, « Countering terrorism and radicalisation: Securitising social policy? », Critical Social Policy, vol. 37, n° 2, 2017.

8 Marc Hecker, « Djihadistes un jour, djihadistes toujours ? Un programme de déradicalisation vu de l'intérieur », Focus Stratégique, n° 102, février 2021, en ligne : https://www.ifri.org/fr/publications/etudes-de-lifri/focus-strategique/djihadistes-un-jour-djihadistes-toujours-un-programme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Ducol, « Alex Alber, Joël Cabalion et Valérie Cohen, Un impossible travail de déradicalisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 février 2021, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47623 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47623

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Ducol

Chercheur associé, Centre international de criminologie comparée (CICC), Université de Montréal.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search