Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Jonathan Thomas, La propagande pa...

Jonathan Thomas, La propagande par le disque. Jean-Marie Le Pen, éditeur phonographique

Jean-Christophe Sevin
La propagande par le disque
Jonathan Thomas, La propagande par le disque. Jean-Marie Le Pen, éditeur phonographique, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2020, 253 p., ISBN : 9782713228520.
Haut de page

Texte intégral

1En 1962, Jean-Louis Tixier Vignancour enregistre clandestinement la plaidoirie qu’il prononce pour la défense du général Salan, chef de l’OAS. Plusieurs milliers de disques tirés de cet enregistrement sont écoulés avec succès dans les milieux pro-Algérie française. En février 1963, Jean-Marie Le Pen vient de créer avec deux autres associés une société de relation publique, la Serp (Société d’études et de relations publiques), et comprend un peu tard qu’avec son passé d’engagement politiques et militaires, cette entreprise n’a pas d’avenir. Le succès de cet enregistrement pirate constitue alors une opportunité pour reconvertir la Serp dans l’édition phonographique, transformant le « handicap que constitue une appartenance politique marginalisante » (p. 15) en l’exploitation d’une niche commerciale et politique. La Serp rachète le stock des disques du procès Salan et produit son premier disque, Plaidoirie pour la défense, destiné au même public et tiré lui aussi de l’enregistrement pirate d’une plaidoirie de Tixier-Vignancour pour la défense d’un autre partisan de l’Algérie française.

  • 1 Pierre Milza, « Le Front national crée-t-il une culture politique ? », Vingtième siècle. Revue d’hi (...)

2La Serp, dans laquelle Jean-Marie Le Pen joue un rôle central, a ensuite élargi son catalogue pour s’adresser aux nostalgiques « de l’Indochine, du nazisme, du fascisme, du pétainisme et de la collaboration, ainsi qu’aux catholiques traditionalistes, aux royalistes ou aux nationalistes passionnés par la chose militaire » (p. 26). L’activité de la Serp est alors conçue pour en faire une plateforme de rassemblement culturel d’une extrême droite éparpillée. Ce terrain idéologique et religieux fragmenté est la « cible d’un projet politique proposant sa fédération » qui « préfigure avant sa création en 1972, ce que sera le FN : un projet fédératif dont la force réside en l’agrégation d’une “contre société” »1. Sur le créneau du disque historique où elle n’est pas pionnière, mais qui se trouve délaissé, cette entreprise éditoriale forme « certainement le plus vaste panorama de voix de l’extrême droite française et européenne jamais rendu disponible en disque » (p. 10-11). Son catalogue est structuré en deux grandes collections : « Hommes et faits du XXe siècle » et « Musiques et chants ».

  • 2 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Pari (...)

3Jonathan Thomas aborde dans cet ouvrage les liens entre pratiques politiques et édition phonographique, les usages d’enregistrements musicaux et historiques par une entreprise politique et commerciale pour entretenir et élargir ce que l’auteur nomme, après Benedict Anderson, différentes « communautés imaginées »2 de l’extrême droite. Un second axe de réflexion qui traverse l’ouvrage concerne la stratégie éditoriale de la Serp, qui évolue entre radicalité et tactique de rééquilibrage thématique afin de poursuivre une pratique éditoriale qui dissimule sous le discours de l’objectivisme des sources son investissement du terrain de l’histoire et de la culture.

  • 3 Jonathan Sterne, Histoire de la modernité sonore, Paris, Éditions La Découverte ; Philharmonie de P (...)

4La promotion d’une authenticité et d’une objectivité des documents sonores accompagne tout le développement de l’industrie du disque, comme l’a montré Jonathan Sterne3. Les discours promotionnels de la Serp sur la fidélité à une réalité historique et musicale s’inscrivent dans cette doxa fondatrice. Les publications valorisent la puissance d’évocation des discours, des voix et des chants, dans une circularité « où l’authenticité de l’émotion et l’effet de réel du document se confirment mutuellement » (p. 192). La mise à disposition des sons de l’histoire est opérée à travers une pratique politique qui s’appuie ainsi sur les « prétentions émotionnelle et véritative » de cette « vulgate historiophonique » (p. 194).

  • 4 Sur ce point, on peut consulter une première élaboration de ce travail sous forme d'article dans le (...)

5Jonathan Thomas aborde la manière insidieuse dont la Serp, sous couvert d’objectivité et d’authenticité du document historique, manipule l’histoire. En 1965, la publication du disque « Le troisième Reich. I - Voix et chants de la révolution allemande », suscite un procès pour apologie de crimes de guerre et une condamnation en 1968, confirmée en Cour de cassation le 14 janvier 1971. L’accusation met en lumière le fait que « l’organisation signifiante du disque » (p. 136) est conçue pour tromper. Le jugement s’appuie sur un ensemble de considérations qui mettent en cause non seulement le texte de la pochette, du fait de ses lacunes historiographiques et mensonges par omission, mais également « un effet de résonnance » (p. 143) entre le texte, la photo qui l’illustre et les chants à la gloire du parti nazi4. Désigné alors comme éditeur notoire de disques nazis, la Serp amorce à partir de 1968 un équilibrage de sa ligne éditoriale, avec une dizaine de publications aux thématiques marquées à gauche (anarchisme, Front populaire, discours de Lénine, de Léon Blum…). Poursuivie avec des disques de discours politiques de divers horizons, cette stratégie permet à la Serp de persévérer dans l’édition de disques « sensibles sur les plans politiques et mémoriels, avec l’assurance de pouvoir user de l’argument défensif du pluralisme si jamais sa dignité devait être mise en cause » (p. 28). L’auteur met ainsi en lumière ce qu’il appelle un régime d’écriture de l’histoire qui prend appui sur la vulgate historiophonique et manipule « les notions d’objectivité et de vérité » en usant du discours historique comme « un moyen de faire de la politique » (p. 152). Sollicitant, pour les textes des pochettes, des témoins des histoires qu’ils racontent, dont l’expérience (en général un engagement à l’extrême droite) est censée garantir l’autorité, la société d’édition affiche une pseudo-objectivité des sources sonores ou discursives afin de camoufler une écriture militante qui vise à diffuser des contre-histoires de l’extrême droite dans un monde où l’historiographie les dévalorise, relayant un discours martyrologique et de défense de la liberté.

  • 5 Paul Gilroy, Mélancholie postcoloniale, Paris, B42, 2020.

6Objet patrimonial, le disque est un moyen d’ancrer la mobilisation politique dans un passé ayant valeur d’explication du présent et de motivation pour le combattre. Il est ici conçu comme un « lieu de mémoire » alimentant une communication politique qui vise à entretenir « des mémoires positives d’extrême droite » (p. 177). Il en va de même de la réactualisation d’affrontements anciens et perdus, au moyen de l’écoute, mise au service d’une politique du sentiment, qui fait écho à ce que Paul Gilroy a théorisé comme une mélancholie postcoloniale5, consécutive de la perte de l’Empire qui imprègne encore de nos jours la psyché politique des anciennes puissances coloniales. Les premiers acteurs de la Serp, issus des milieux pro-Algérie française, font des sentiments d’honneur perdu et de trahison des instruments de mobilisation politique. Même si la Serp élargit ensuite son catalogue à d’autres nostalgies, comme celle d’une France royaliste, celle du maréchal Pétain ou celle de la liturgie catholique traditionnelle, l’ensemble de ses publications cultivent une politique du ressentiment, destinée à être transformée en adhésion au projet politique du Front national.

  • 6 Denis-Constant Martin, « “Le temps des cerises” : comment analyser les rapports entre musique et po (...)
  • 7 L’auteur se réfère ici aux travaux de l’anthropologue Georgina Born et à son concept de « communaut (...)

7Le discours de la Serp sur la musique fait de cette dernière l’expression d’une essence nationale. Jonathan Thomas montre que les enregistrements musicaux, dont la référentialité limitée doit être construite par le recours à que l’on pourrait qualifier de codage politique6, afin d’implémenter un pouvoir d’évocation. Les textes de pochette ne cessent alors « d’affirmer l’univocité du matériau musical, le caractère implacable de l’émotion » ressentie à son écoute (p. 199), ainsi que l’écrit par exemple Le Pen en 1967 à propos d’une anthologie de musique militaire française : « peu de gens échappent à l’émotion intense et inexplicable qui nait de la musique d’un défilé militaire. […] La musique permet alors la communion avec le passé et les forces obscures qui lient les peuples et les races à leur histoire » (cité p. 200). Ce sens univoque est le garant du lien communautaire qui unit les auditeurs. Qu’il s’agisse de chansons politiques du Docteur Merlin ou de liturgie catholique traditionnaliste, la musique est communautarisée, érigée en signe identitaire et pourvoyeur d’émotions, apte « à faire naître et à recueillir un imaginaire constituant communautaire »7 (p. 25).

8Au cours des années 1990, alors que la Serp est dirigée par Marie-Caroline Le Pen, la fille aînée de Jean-Marie, le rock identitaire français (RIF) fait son entrée au catalogue. Pour le FN, c’est un moyen de recruter des jeunes militants tandis que, pour la Serp, c’est un moyen de gagner de l’argent sur une niche commerciale peu structurée. L’arrivée du rock, autrefois dénoncé par son père comme une colonisation culturelle, témoigne chez Marie-Caroline Le Pen d’un rapport différent à la culture de son temps. Mais si l’inclusion de la Serp dans la communication politique du FN monte en puissance sous sa présidence, la scission provoquée par Bruno Mégret en 1998 entraine la fin de la Serp. Marie-Caroline rejoint en effet le Mouvement national républicain fondé par Mégret. À l’issue du procès que Jean-Marie Le Pen initie contre sa fille, la Serp est mise en liquidation judiciaire en 2000.

9On pourra regretter que les activités la Serp ne soient pas resituées dans un espace d’opération plus large, où elles gagneraient en intelligibilité, mais c’est là une des limites de l’approche monographique. De même, il est dommage que la question de la réception de ces disques ne soit abordée que brièvement, dans la conclusion. Néanmoins, l’ouvrage de Jonathan Thomas offre une étude de grande qualité qui fait travailler ensemble des domaines de recherche habituellement cloisonnés, en croisant approches médiatique, philosophique, historique et anthropologique de l’objet disque qui donnent lieu à des analyses fines et détaillées sur l’usage politique des sons musicaux et historiques et de leurs supports médiatiques.

Haut de page

Notes

1 Pierre Milza, « Le Front national crée-t-il une culture politique ? », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 44, 1994, p. 39. Cité par Jonathan Thomas, p. 26.

2 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, Éditions La Découverte, 2002.

3 Jonathan Sterne, Histoire de la modernité sonore, Paris, Éditions La Découverte ; Philharmonie de Paris, 2015.

4 Sur ce point, on peut consulter une première élaboration de ce travail sous forme d'article dans lequel cette pochette est visible. Cf. Jonathan Thomas, « Jean-Marie Le Pen et la SERP : le disque de musique au service d’une pratique politique », vol. 14, n° 1, 2017, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/volume/5370.

5 Paul Gilroy, Mélancholie postcoloniale, Paris, B42, 2020.

6 Denis-Constant Martin, « “Le temps des cerises” : comment analyser les rapports entre musique et politique ? », in Denis-Constant Martin, Plus que la musique, Guichen, Éditions Mélanie Seteun, 2020.

7 L’auteur se réfère ici aux travaux de l’anthropologue Georgina Born et à son concept de « communauté musicalement imaginée ». Cf. Georgina Born, « Afterword. Music Policy, Aesthetic and Social Difference », in Tony Bennett et al. (dir.), Rock and Popular Music. Politics, Policies, Institutions, Londres, Routledge, 1993, p. 266-292.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Sevin, « Jonathan Thomas, La propagande par le disque. Jean-Marie Le Pen, éditeur phonographique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47660 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47660

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search