Navigation – Plan du site

François Dubet, L'expérience sociologique

Frédérique Giraud
L'expérience sociologique
François Dubet, L'expérience sociologique, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2007, 120 p., EAN : 9782707153531.
Haut de page

Texte intégral

1Une fois n'est pas coutume, ce nouveau « Repères », le 500ème de la fameuse collection, vise à une recension par l'auteur lui-même de ses propres travaux. La formule est originale et très attrayante pour le lecteur qui dispose ainsi d'une synthèse explicative des travaux de l'auteur par ce dernier. L'ouvrage suit un principe chronologique, puisque les cinq chapitres correspondent à cinq moments successifs de la sociologie élaborée par F. Dubet. C'est donc à revivre son parcours de sociologue qu'il nous invite.

2Nous commençons ce parcours avec François Dubet par un premier chapitre consacré aux mouvements sociaux, dans lequel il reconstruit le paysage intellectuel de la sociologie post-68, alors dominée par « la bande des quatre » : Boudon, Bourdieu, Crozier, Touraine. Dubet, alors étudiant, rencontre Touraine en 1975 en suivant son séminaire à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Touraine a alors en tête un vaste programme de recherche sur les nouveaux mouvements sociaux, ce qui permet à Dubet de décrypter l'enjeu qu'il y avait à les qualifier ainsi de « nouveaux », et comment leur analyse le conduisit, avec Z Hegedus et M Wieviorka, à développer la méthode de l'intervention sociologique.

3Le second chapitre se concentre sur l'étude de la banlieue. Quelques semaines après l'élection de Mitterrand, des émeutes urbaines éclatent dans le quartier des Minguettes à Vénissieux. Ces événements ont tout du défi intellectuel pour Dubet. Sa thèse de troisième cycle portait sur les jeunes des quartiers populaires et de l'immigration, or les responsables des « événements » s'en éloignaient fortement, la sociologie française des bandes et de la délinquance est en retard par rapport à la sociologie américaine. Cet intérêt pour ces mouvements sera à l'origine de La Galère (1987), ouvrage auquel Dubet ici plusieurs pages, pour se livrer ensuite à une analyse rétrospective de l'ouvrage dans un paragraphe intitulé « Vingt ans après ».

  • 1 Bourdieu, Passeron, La Reproduction, Paris, Minuit, 1970 et Boudon, L'inégalité des chances. La mob (...)

4Après la publication de La Galère, il importe à Dubet de changer de terrain pour ne pas apparaître comme « monsieur banlieue et marginalité juvénile », il se tourne alors vers l'école. Les lycéens paraît en 1991. C'est par rapport aux analyses de Bourdieu et de Boudon sur l'école1 qu'il entreprend ses recherches : pour lui, la sociologie de l'école telle qu'elle s'était développée avait oublié les élèves et c'est dans l'objectif de « partir des élèves » que Dubet s'intéresse à ce nouvel objet, lui que ne fut, c'est du moins ce qu'il écrit ici, ni héritier, ni boursier, mais « porté par la conjoncture exceptionnelle de l'ouverture de l'école ». Parallèlement Dubet entreprend de regarder de l'autre côté de l'expérience scolaire en étudiant la relation pédagogique de l'intérieur. Il se fait nommer professeur d'histoire géographie dans un collège de banlieue. Il y découvre un métier difficile où l'objet du professeur est bien souvent de faire naître les conditions propices au cours plus parfois que le cours lui-même. Les enseignants sont obligés de construire la relation pédagogique, celle-ci n'allant plus de soi. Ils ne peuvent plus être définis par leur rôle, mais doivent le définir à leur image. Cette mutation du sens d'une relation autrefois vécue comme vocation et qui n'avait pas à construire son sens mais existait d'elle-même s'intégrait à ce que Dubet a analysé dans Le Déclin de l'institution (2002) comme « le programme institutionnel ». Comme il le montre dans cet ouvrage, le déclin du programme institutionnel qu'il analyse d'abord à l'école concerne aussi d'autres institutions.

  • 2 Dubet, Caillé, Mélo et Rault, Injustice. L'expérience des inégalités au travail, Seuil, 2006

5Dans L'école des chances, paru en 2004, Dubet déplace et élargit ensuite le problème de l'école à celui de la justice sociale. C'est l'objet du quatrième chapitre de l'ouvrage et plus particulièrement des pages 70 à 73. Dubet poursuit l'étude de l'injustice hors de l'école, au sein du travail, dans un ouvrage collectif2.

6Le dernier chapitre intitulé « L'expérience sociale » revient de façon plus théorique sur la conception du travail sociologique que François Dubet s'est efforcé ainsi, au long de cette œuvre, de défendre. Pour lui, il y a deux manières de faire de la sociologie. L'une académique part de la théorie et des œuvres pour construire ses propres cadres. La seconde, celle qu'il a faite sienne, part des problèmes empiriques, de l'« expérience sociale » des acteurs dont il a essayé de faire l'analyse à la fois empirique et théorique.

7Si Dubet tente de se préserver selon ses propres mots de «la tentation autobiographique », l'ouvrage a au total un allant bien particulier. Il y écrit à la première personne du singulier et raconte par bribes des moments de sa vie, ce qui donne à ce Repères une tonalité détonante. Il a de fait plus l'allure d'un essai que d'un ouvrage universitaire, l'un de ses intérêts manifestes étant, ce faisant, de raconter une histoire autobiographique des idées particulièrement stimulante. Nous insistons sur le terme de « raconter » : Dubet explique l'émergence de ses intérêts sociologiques en les replaçant dans son parcours biographique, rompant de fait avec l'habitude sociologique de la rupture épistémologique. A la fin de l'introduction, Dubet définit son projet comme celui de faire de façon « subjective la sociologie de la sociologie ». Cette tonalité subjective se ressent constamment, l'épilogue donne une touche finale sentimentale à l'ouvrage et on le referme avec l'impression d'avoir lu, ausis, une sorte de manifeste très personnel.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu, Passeron, La Reproduction, Paris, Minuit, 1970 et Boudon, L'inégalité des chances. La mobilité sociale dans les sociétés industrielles, Paris, Armand Colin, 1973

2 Dubet, Caillé, Mélo et Rault, Injustice. L'expérience des inégalités au travail, Seuil, 2006

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « François Dubet, L'expérience sociologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 12 novembre 2007, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/477

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page