Navigation – Plan du site

AccueilLireLes notes critiques2021De la fragilité heuristique des s...

De la fragilité heuristique des sciences sociales face aux certitudes dénonciatrices de Wiktor Stoczkowski

Á propos de : Wiktor Stoczkowski, La science sociale comme vision du monde. Émile Durkheim et le mirage du salut, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2019.
Philippe Corcuff
La science sociale comme vision du monde
Wiktor Stoczkowski, La science sociale comme vision du monde. Émile Durkheim et le mirage du salut, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2019, 629 p., ISBN : 9782070128457.

À lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Deux chercheurs en sciences sociales se sont proposés de rédiger une note critique de l’ouvrage de Wiktor Stoczkowski. L’un et l’autre s’inscrivant dans des horizons épistémologiques bien différents, voire opposés, nous avons accepté ces deux offres, dans l’idée que ces deux lectures du même ouvrage pourront éclairer celui-ci de façon complémentaire. La note de Marc Joly a été publiée en novembre 2020 et celle de Philippe Corcuff en février 2021.

Texte intégral

  • 1 Je remercie Lilian Mathieu et François de Singly pour leurs lectures suggestives d’une version anté (...)
  • 2 Sophie Maunier, « Wiktor Stoczkowski, La science sociale comme vision du monde », Lectures, 13 janv (...)

1Avec La science sociale comme vision du monde. Émile Durkheim et le mirage du salut, Wiktor Stoczkowski, anthropologue et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, nous offre une somme de plus de 600 pages pleine d’érudition, marquant un travail au long cours précisément documenté et argumenté1. Une recherche de telle ampleur ne peut simplement être balayée d’un geste de la main. Et pourtant, un chercheur en sciences sociales peut difficilement accepter telle quelle sa tendance à l’invalidation généralisée de la scientificité de l’œuvre sociologique fondatrice d’Émile Durkheim (par exemple, « le leurre durkheimien », p. 19, ou « la manipulation et le toilettage des données disponibles étaient chez lui systématiques », p. 178) et, à partir de là, des sciences sociales en général (« le rôle des faits empiriques reste si souvent subalterne dans les travaux des sciences sociales », p. 494). Comme si Stoczkowski achevait ainsi une boucle : démontrer la vanité des sciences sociales actuelles en détruisant une de leurs figures inaugurales passées les plus attachées à leur caractère scientifique. Comme si, dans un pied de nez ironique, l’anthropologue transformait son institution universitaire de rattachement en École… de la fin des sciences sociales, du moins jusqu’à… la publication de son livre, puisque « la fondation des sciences sociales n’est pas derrière nous : elle est devant nous », conclut-il dans son épilogue (p. 503). Ouf, tout ne serait pas perdu grâce au nouvel homme providentiel de sciences sociales, renaissant sur d’autres bases plus saines ! Laissons aux sociologues et aux historiens des milieux académiques l’analyse de ce geste prophétique destructeur-reconstructeur, notamment en le réinsérant dans l’histoire des espaces universitaires et de leurs micro-révolutions de palais. Ne nous attardons pas, non plus, sur la dimension provocatrice de la préface, relevée par Sophie Maunier dans un compte rendu pourtant bien peu critique2, en ce que ce préambule met en scène avec grandiloquence le combat supposé héroïque de l’auteur contre un Durkheim aux « idées banales » (p. 15), qui aurait été trop longtemps surestimé et, au-delà, contre la « claustration intellectuelle » propre aux sciences sociales qu’il aurait initiée et qui perdurerait jusqu’à nos jours (p. 17). Se focaliser sur de telles formes exacerbées de narcissisme académique pourrait nous faire oublier les modalités plus ordinaires qui nous affectent nous-mêmes.

  • 3 Jean-Claude Passeron écrit à partir de la question spécifique de l’extension analogique de la notio (...)
  • 4 « Les services d’un mot inadéquat », ibid., p. 551.
  • 5 Passeron écrit : « il faut se servir de cette même analogie pour formuler par défaut et par différe (...)
  • 6 Voir Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation(...)
  • 7 Max Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et les politiques sociales » [1904] (...)

2Situons plutôt notre critique sur le terrain épistémologique, en équilibrant le décryptage de certaines lacunes et de certains impensés par un effort de compréhension des apports du livre. Il serait dommage qu’une telle masse de connaissances soit perdue pour l’autoréflexivité des sciences sociales. Ce qui suppose de s’émanciper de la tentation de se contenter de dénigrer le livre de Stoczkowski, comme il tend à dénigrer l’œuvre de Durkheim et les sciences sociales. Dans cette perspective, inverser une formule de l’épistémologie pluraliste et libertaire de Jean-Claude Passeron s’avère utile : explorer ce que peut nous dire l’ouvrage de Stoczkowski sur quelques-unes des caractéristiques épistémologiques des sciences sociales « par ses inadéquations comme par ses adéquations » aux formes de rigueur qu’elles ont ouvertes et dessinées avec hésitations, tâtonnements et erreurs (erreurs qui n’épargnent pas Durkheim lui-même)3. On pourrait alors parler, en paraphrasant encore Passeron, des « services d’un ouvrage inadéquat »4, ce qui permettrait de « formuler par défaut et par différence les hypothèses épistémologiques que l’insuffisance de l’ouvrage et son échec suggèrent »5. Les fragilités épistémologiques des sciences sociales et le retour réflexif sur elles les doteraient alors d’une solidité scientifique propre dans un processus infini d’inachèvement autocorrecteur, où les cumuls de connaissances ne seraient que partiels et sectoriels, avec de nouvelles embûches, des oublis ou l’emprunt d’autoroutes trop usitées délaissant des sentiers heuristiques, empêchant une cumulativité générale6. Gardons à l’esprit la remarque de Max Weber sur la perpétuelle « jeunesse » des sciences sociales en tant que « disciplines historiques […] à qui le flux éternellement mouvant de la civilisation procure sans cesse de nouveaux problèmes »7.

Les fragilités des sciences sociales contre Stoczkowski

3En prenant appui sur quels cadres disciplinaires l’interrogation de Stoczkowski est-elle menée ? De quoi le « regard neuf sur la démarche des sciences sociales » qu’il propose (p. 31) est-il fabriqué épistémologiquement et théoriquement ? Les ressources principales seraient celles de l’anthropologie, en tant qu’étude de « la subculture spécifique qui s’est sédimentée dans le domaine des sciences sociales » (p. 26). C’est ainsi que l’œuvre de Durkheim serait analysée « comme porteuse d’une grande vision du monde, soutenue par un système de savoirs implicites » (p. 24). Cette « grande vision du monde » ou « cosmologie » (p. 27) associerait « une axiologie, c’est-à-dire une théorie des valeurs », « une ontologie, c’est-à-dire une théorie de l’être » et « une étiologie, c’est-à-dire une théorie des origines » (p. 25). Ces trois dimensions axiologique, ontologique et étiologique ne seraient pas justifiées principalement par « une assise empirique » mais « souvent adoptées a priori, par un acte de foi » (p. 26). Car elles seraient arrimées à une « finalité sotériologique » (p. 29). Qu’est-ce à dire ? « Les projets d’une transformation méliorative de la chose humaine comportent souvent la promesse de l’abolition d’un mal substantiel, tenu pour cause première de toutes les imperfections déplorables qui sont censées affecter la vie collective des humains. En cherchant à établir le diagnostic de ce mal primaire, et en proposant les moyens de son abrogation, les théories des sciences sociales acquièrent une dimension qu’il n’est pas excessif de qualifier de sotériologique. […] La sotériologie est une doctrine du salut ; est sotériologique tout ce qui s’y rapporte. La question du salut occupe une place centrale dans le vocabulaire théologique du christianisme, étroitement associée aux idées du péché originel, de la grâce et de la rédemption » (p. 29). Dans la double « quête » – « une impasse » pour Stoczkowski (p. 483) – associant « connaissance positive du monde humain » et « réfection salvatrice du monde », Durkheim, puis les sciences sociales se nourriraient surtout de ressources théologiques et philosophiques méconnues comme telles (p. 483-484).

  • 8 Salvador Juan, « Retourner le stigmate », Archives des sciences sociales des religions, n° 192, oct (...)

4En quoi cependant l’anthropologie de Stoczkowski, pourtant branche des sciences sociales décriées par lui, échapperait-elle à leurs travers ? « Durkheim n’a eu de cesse de présenter sa sociologie comme scientifique. Mais est-ce vraiment de la science ? », demande Stoczkowski (p. 158). Et d’accumuler les notations du type : « il est certain que Durkheim reprenait à son compte un large éventail d’idées reçues » (p. 215), à rebours de son « prestige scientifique » (p. 216), jusqu’à s’en prendre à ses qualités personnelles en abîmant dans le soupçon « l’image d’un savant sincère, scrupuleux et intègre » (p. 305). Mais les propos de La science sociale comme vision du monde relèvent-ils eux-mêmes de la science et de quelle science ? On ne le saura pas. Et quand Stoczkowski invite rétrospectivement Durkheim à « se méfier un tant soit peu de ses propres certitudes » (p. 228) dans ses démonstrations, cela n’apparaît pas comme un conseil que l’anthropologue s’applique à lui-même, tant ses certitudes tendent à se déployer sans anicroches, troubles ou doutes dans son ouvrage. Ce qui le conduit à une lecture cavalière des textes, comme l’a précisément établi Salvador Juan à propos du Suicide [1re éd. 1897] et des Formes élémentaires de la vie religieuse [1re éd. 1912]8. Par moments, peut-être saisi par la peur du vide de celui qui se rend compte qu’il est en train de scier la branche sur laquelle il est assis, Stoczkowski émet des formulations de plus prudentes et nuancées : « Celles-ci [les sciences sociales] ont beau être des sciences, elles sont parfois autre chose et plus que des sciences. » (p. 31) Le manque de retour réflexif du livre de Stoczkowski sur sa propre démarche commence à nous renseigner, par défaut, sur la place de la réflexivité sociologique comme outil imparfait, individuel et surtout collectif, d’amélioration de la rigueur des concepts, des méthodes et de leurs usages, à chaque fois contextualisés dans le cours de la production fragile des savoirs partiels et provisoires en sciences sociales, sous les contrôles croisés des discussions et des controverses scientifiques, auxquelles participe l’ouvrage de Stoczkowski.

  • 9 Wiktor Stoczkowski, Anthropologies rédemptrices. Le monde selon Lévi-Strauss, Paris, Hermann, 2008.
  • 10 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, op. cit., notamment p. 227-228, p. 564-568, p.  (...)

5Cependant le référent disciplinaire revendiqué par Stoczkowski, l’anthropologie, n’est pas le seul actif dans sa démarche. De manière non consciente, une histoire traditionnelle des idées sous la domination des prétentions surplombantes d’une posture philosophique classique travaille des pans importants de l’argumentation. Cette approche fait dériver de manière idéaliste les pratiques des idées, alors que nombre de travaux des sciences sociales contemporaines réinsèrent les idées dans des cours de pratiques sociales historiquement et situationnellement situées, sans pour autant verser dans un réductionnisme matérialiste. Stoczkowski va jusqu’à renverser, au profit de l’idéalisme, une expression récurrente des formes mécanistes de matérialisme portées par les approches marxistes les plus dogmatiques : l’« infrastructure cosmologique » (p. 381). Sa démarche ressemble alors à un emboîtement de poupées russes. Les idées et les pratiques sociologiques de Durkheim dériveraient d’idées qui exprimeraient en particulier des « racines chrétiennes » (p. 449). Le sociologue ferait ainsi du christianisme « la matrice à la fois de la vie sociale, de sa sociologie et de sa vision du monde » (p. 458). Cette « matrice » chrétienne perdurerait dans les sciences sociales contemporaines (pp. 495, 497 et 500). Cela passerait ensuite par de « grands théoriciens », dont Stoczkowski ne retient que trois noms : Claude Lévi-Strauss (auquel il a consacré un livre précédent9), Pierre Bourdieu et Bruno Latour (tous deux traités sur le mode de l’évidence dans un style télégraphique). Puis cela ruissellerait sur « les modestes artisans de la science normale » et les « chercheurs ordinaires », qui demeureraient « redevables des grandes théories qui leur fournissent des éléments de langage pour parler du monde, ainsi que des formules toutes faites pour expliquer le monde » (p. 491). Partant, « les travaux de grands théoriciens constituent à cet égard un modèle pour le reste de la communauté académique : les artisans de la science normale sont fiers d’en reproduire les procédés, sans en mesurer toujours les conséquences » (p. 494). Cette pente idéaliste, associée à une indifférence vaguement méprisante pour les artisans des sciences sociales que nous tentons d’être, constitue un tuyau rhétorique pour des généralisations abusives à propos des travaux de Durkheim comme de l’ensemble des sciences sociales. Or, la persistance d’un idéalisme philosophique en surplomb dans la grille d’analyse de Stoczkowski apparaît nettement en décalage avec une part importante des pratiques sociologiques et de leurs repères épistémologiques, quant à la place des idées dans le travail sociologique en particulier, et dans les activités sociales en général. D’autre part, l’induction rampante dont cet idéalisme est le véhicule se heurte de manière davantage localisée à l’épistémologie sociologique plus modeste d’un Jean-Claude Passeron, posant une tension irréductible dans le raisonnement sociologique entre la contextualisation historique et la généralisation conceptuelle10.

  • 11 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 32.
  • 12 Ibid., p. 36.

6La tendance à l’idéalisme philosophique de La science sociale comme vision du monde apparaît renforcée par les impensés d’une histoire traditionnelle des idées présupposant la nécessaire cohérence des « œuvres » et des « auteurs ». C’est ce que Michel Foucault a appelé des « synthèses toutes faites »11 et des « continuités irréfléchies par lesquelles on organise, par avance, le discours qu’on entend analyser »12. C’est ainsi que l’œuvre de Durkheim est perçue comme relevant d’une totale cohérence organisée autour d’axes principaux continus. Le livre est balisé par des formulations qui tirent à l’envi cette cohérence du registre de l’évidence plus que d’une démonstration précise et documentée : « je vais m’attacher à analyser son œuvre comme porteuse d’une grande vision du monde, soutenue par un système de savoirs implicites » (p. 24) ; « ce [que Durkheim] ambitionnait, ce n’était pas tant de connaître la société que de la guérir » (p. 40) ; il s’agit de « mettre en relief les buts ultimes, parfois implicites, dont il poursuivait la réalisation avec une conséquence implacable » (p. 44) ; « la question du mal est omniprésente dans la pensée de Durkheim » (p. 46) ; « l’interrogation sur le mal […] est un fil qui permet de dévider l’écheveau de chaque argumentation de Durkheim » (p. 47) ; « le thème de la crise morale revient avec une constance remarquable dans tous les travaux de Durkheim » (p. 54) ; « la majeure partie des travaux de Durkheim est réservée à déterminer les attributs essentiels de ces deux êtres interdépendants [« la Société » et « l’Individu »] » (p. 63) ; Durkheim « dévoile sans ambages les présupposés de sa vision du monde » (p. 75) ; « cette explication centrale porte sur l’origine et les ressorts des catégories morales » et « l’interrogation sur la “valeur morale” des faits sociaux constitue le fil directeur des travaux de Durkheim » (p. 76) ; il y aurait chez Durkheim une « articulation étroite entre la nature des choses, le récit étiologique, la question du mal et l’espoir d’un salut » (p. 85) ; « la question posée par Durkheim révèle l’un des axiomes fondateurs de sa propre vision du monde » (p. 90) ; « pour que l’histoire imaginée par Durkheim laisse deviner toute sa cohérence, il faut attendre qu’elle atteigne le XVIIIe siècle. L’effet d’unité est alors saisissant : jusque-là disjointes les pièces du puzzle s’agencent, dévoilant un tableau organisé selon une logique déterministe dont les ressorts animent la totalité du processus historique » (p. 107-108) ; « deux lois universelles […] se lisent en filigrane dans tous les travaux de Durkheim » (p. 122) ; « Durkheim s’est livré à une vaste opération sémantique dont le but est de redéfinir, successivement, la notion de morale, la notion de religion et la notion de Dieu […] ce tour de force lexical établit la clé de voûte de la cosmologie durkheimienne » (p. 138), etc. Cette cohérence présupposée est présentée à plusieurs reprises comme intentionnelle : « Durkheim voulait être un sociologue d’un genre particulier, dont la principale mission était de proposer une thérapeutique sociale » (p. 115) ; « la crise morale se prolonge ainsi depuis quatre siècles. Le moment est venu de mettre à profit les données scientifiques de la sociologie pour étayer ce diagnostic et indiquer la voie du salut […] c’est en accord avec ce dessein que Durkheim a construit son étiologie historique » (p. 122) ; « ce diagnostic débouchait tout naturellement sur la prescription des remèdes, c’était la finalité même de la sociologie durkheimienne » (p. 125)… Par ailleurs, la cohérence supposée est parfois opposée aux proclamations méthodologiques de Durkheim lui-même, Stoczkowski dévoilant sous les apparences une « véritable » cohérence : « mais ce n’était [la critique de l’évolutionnisme dans Les règles de la méthode sociologique] que des déclarations à l’emporte-pièce dans un traité de méthode ; dans ses travaux plus empiriques, Durkheim n’hésitait pas à se montrer classiquement évolutionniste » (p. 92) ; « le système conceptuel durkheimien est doté d’une cohérence remarquable » alors qu’il « contrevient aux règles déclaratives de la méthode sociologique » (p. 309)…

  • 13 Jean-Claude Chamboredon, « Émile Durkheim : le social, objet de science. Du moral au politique ? », (...)
  • 14 Voir Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 6 (...)

7Un tel encadrement rhétorique de l’enquête vient affaiblir l’argumentation en risquant de rabaisser les propositions issues de la lecture des écrits de Durkheim en simples illustrations de ce qui est présupposé… ce que Stoczkowski reproche justement à Durkheim ! Ce faisant, l’anthropologue reconduit dans la dévalorisation ce que Jean-Claude Chamboredon avait repéré dans les hagiographies de Durkheim : « le rapport sacralisant aux textes qui consiste à transformer des positions théoriques d’un moment, des théorisations partielles […] en théorie générale close qui n’attend que la glose et la ré-exposition systématique »13. À rebours de cette tentation, les écrits et les discours ont pu être réinsérés en sciences sociales, selon des modalités théoriques différentes, dans une variété de contextes (conjonctures historiques, trajets et moments biographiques, positions successives du locuteur dans divers champs sociaux, événements, situations d’interaction, etc.), mettant à distance le préjugé d’unité des textes produits par un même « auteur » et « l’illusion biographique »14 qui lui est fréquemment associée.

  • 15 Voir Philippe Corcuff, La grande confusion. Comment l’extrême droite gagne la bataille des idées, P (...)
  • 16 Voir un panorama plus large de travaux, incluant ceux de Bourdieu et de Giddens, dans Philippe Corc (...)

8L’hypothétique intentionnalité durkheimienne à la source de la mise en cohérence de l’œuvre est souvent appréhendée par Stoczkowski sous l’angle du schéma de la manipulation intentionnelle et malveillante : « il aurait été sage de reconnaître que la sociologie curative avait besoin à la fois de faits avérés et de présupposés cosmologiques adoptés par un acte de foi. Durkheim se refusa à l’admettre. Certainement pas par naïveté ou par ignorance » (p. 45) ; il invoque « l’arrière-pensée » d’une « omission volontaire », « les faux-semblants » et « la dissimulation » de Durkheim (p. 52) ; il met en cause des « circonvolutions rhétoriques qui camouflaient le jugement critique [sur la vision marxiste de la lutte des classes] dans sa thèse de doctorat » (p. 53) ; il affirme encore que l’« on ne saurait être dupe de ces manœuvres contournées » de Durkheim quant aux rapports de la morale et de la religion (p. 140) ; il accuse Durkheim d’avoir sciemment « éliminé » des « données gênantes » dans Le suicide (p. 208) ; il parle de « stratagème » (p. 225), de « manipulation sémantique » (p. 226) et de « prétexte » (p. 230) ; pour caractériser la démarche d’ensemble de Durkheim, il recourt à la métaphore d’une partie d’échecs au cours de laquelle « la logique précise se révèle au terme de la partie, lorsque [des] manœuvres en apparence disjointes dévoilent le dessein sous-jacent, dès le début médité mais dissimulé, qui les fait converger toutes vers un imparable échec et mat » (p. 244) ; il ne croit pas aux « incohérences apparentes [qui] dissimulent donc un dessein caché » (p. 246) et préfère dévoiler « subterfuge » (p. 271) et « simulacre » (p. 293) ; « les libertés que Durkheim s’octroyait dans le maniement des données factuelles sont donc trop systématiques pour être dues au hasard » (p. 304), etc. Il est beaucoup plus rare que Stoczkowski envisage de dédouaner Durkheim d’une intentionnalité louche, comme ici : « il se peut que le paradoxe soit involontaire, apparu incidemment à l’intersection de deux lignes distinctes de raisonnement » (p. 311). L’insistance sur une prétendue constante manipulatrice de Durkheim, comme forme volontairement cachée de maîtrise de « l’œuvre », baignant explicitement dans la malhonnêteté intellectuelle, a quelques accointances non intentionnelles avec des composantes du contexte idéologique actuel, où un hypercriticisme conspirationniste a le vent en poupe et tend à prendre la place, sur Internet et les réseaux sociaux, de la critique sociale structurelle attentive à des mécanismes plus impersonnels, largement portée par les secteurs critiques des sciences sociales. Comme l’écrit justement Stoczkowski, « les sciences sociales sont elles-mêmes le produit d’une société, d’une culture et d’une histoire » (p. 501), et donc l’anthropologie de Stoczkowski également. Seulement, dans une position d’outsider critique par rapport au mainstream des sciences sociales, une part de ses analyses révèle des parentés discursives et cognitives, sans en mesurer vraisemblablement le sens et la portée globaux, avec des schémas complotistes actifs dans l’époque et en concurrence avec ceux des sciences sociales15. Car, tout en intégrant selon des modalités variables les composantes conscientes et volontaires des processus sociaux, la grande majorité des travaux actuels en sciences sociales mettent à distance l’hypothèse d’une prédominance de ces composantes, à une échelle individuelle ou collective, en privilégiant des dynamiques involontaires dans des logiques théoriques diverses, par exemple l’« orchestration sans chef d’orchestre » chez Pierre Bourdieu ou les « conséquences non intentionnelles de l’action » chez Anthony Giddens16.

Contributions de Stoczkowski à l’autoréflexivité des sciences sociales

9Les « inadéquations » de l’ouvrage de Stoczkowski quant à l’œuvre de Durkheim et aux sciences sociales contemporaines nous ont déjà permis, « par défaut et par différence », de nourrir notre épistémologie sociologique. Mais il y a aussi des « adéquations » dans le livre de l’anthropologue susceptibles de remplir une fonction analogue. Les défenseurs des sciences sociales contre les attaques brutales de Stoczkowski ne doivent pas l’oublier, sous peine de s’inscrire dans une invalidation généralisée analogue à celle utilisée dans La science sociale comme vision du monde.

  • 17 Louis Pinto, « L’école des philosophes. La dissertation de philosophie au baccalauréat », Actes de (...)

10Le chapitre VII sur « Les formes élémentaires de la pensée normalienne » (p. 309-360) se présente comme une pépite pour la réflexivité sociologique, mais risque de passer inaperçu au milieu des onze chapitres de l’ouvrage. Or, c’est sans doute là que « l’ethnologie historique de la culture académique française à l’époque moderne » (p. 17), revendiquée par Stoczkowski, est davantage mise en œuvre avec des gains d’intelligibilité significatifs. Stoczkowski y montre, documents et mise en perspective historique à l’appui, comment le schème ternaire « thèse-antithèse-synthèse », qui a laissé une empreinte dans les écrits de Durkheim, est issu de sa formation acquise à l’École normale supérieure, en particulier de l’apprentissage de l’art de la dissertation en vue du concours d’agrégation de philosophie. Il parle alors de « la formation normalienne » (p. 331) qui conduit à l’acquisition d’un « habitus dialectique » (p. 337). Ce type d’étude des schèmes scolaires et de leur intériorisation sous la forme de dispositions dans les métiers intellectuels n’est toutefois pas nouveau. Par exemple, Louis Pinto a mené une enquête éclairante sur la dissertation de philosophie au baccalauréat et sur ce que cet exercice pédagogique nous dit de l’apprentissage de routines rhétoriques et cognitives dans le métier de professeur de philosophie en France17.

  • 18 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien [manuscrit inachevé écrit vers 1941-1943 (...)

11Malheureusement, ce chapitre fort suggestif est affecté par les travers rhétoriques analysés précédemment. Il présente ainsi les routines intellectuelles normaliennes comme « les véritables règles de la méthode » (titre de la troisième partie) de Durkheim, celles explicitement formulées par le sociologue étant « souvent lettre morte » (p. 309). « La persistance de l’habitus dissertatif » serait même au cœur de son œuvre, contribuant à lui donner sa cohérence : « la quasi-totalité des thèmes constitutifs de sa sociologie, et aussi de sa cosmologie, appartiennent au répertoire rebattu des thèmes de la dissertation de philosophie » (p. 346). Pourquoi ne pas l’appréhender comme un des fils importants travaillant l’œuvre, en tension avec d’autres fils, dont celui des Règles de la méthode sociologique codifiées en 1895 ? Pourquoi n’en voir que l’aspect négatif (à travers un lexique dévalorisant : « déformation », p. 333, « subterfuge » et « astuce », p. 345, « dont l’usage emprisonne fatalement l’esprit dans un champ de possible étriqué », p. 354, et opère « la réduction de chaque problème », p. 357…) ? Limitant la pensée, ce cadre discursif et cognitif est aussi un appui ; il est tout à la fois aveuglant et producteur d’intelligibilités. Et n’est-il pas déplacé dans le processus d’autonomisation d’une nouvelle science, la sociologie, avec l’apparition de nouveaux usages et de nouveaux sens dans de nouvelles pratiques ? Stoczkowski tend à céder ici à ce que l’historien Marc Bloch a appelé « l’idole des origines » : « Dans le vocabulaire courant, les origines sont un commencement qui explique. Pis encore : qui suffit à expliquer. Là est l’ambiguïté, là est le danger »18. Et « les origines » explicatives dans l’ouvrage de l’anthropologue sont souvent de facture idéaliste.

12La piste sotériologique apparaît également originale et stimulante… comme piste. Est alors pointée la présence d’un héritage religieux dans la sociologie rationaliste de Durkheim et, par-delà, dans les sciences sociales actuelles. Cette présence permet de mettre en cause le scientisme, comme illusion de sciences sociales totalement indépendantes et sans présupposés. Mais en quoi cela remet-il en cause « l’autonomie » des sciences sociales, comme l’avance imprudemment Stoczkowski (p. 500), acquis fragile d’un processus d’autonomisation ? La présence de présupposés n’écrase pas la dynamique de pratiques réglées de production de savoirs. Elle contribue seulement à préorienter partiellement cette dynamique. La réflexivité sociologique, à laquelle l’ouvrage de Stoczkowski participe dans sa double étude du fil normalien et du fil sotériologique, rend ensuite possible une meilleure délimitation du domaine de validité des énoncés ainsi produits et, partant, une consolidation de leur rigueur.

13Toutefois, la piste sotériologique devrait elle-même être reformulée. Dans son introduction, l’anthropologue est hésitant tout en demeurant finalement prudent : « Le choix de désigner par un même vocable deux phénomènes qui n’ont en apparence rien de commun (le salut transcendant et la réforme radicale immanente) ne conduit nullement à effacer les différences indéniables qui les distinguent. Bien au contraire, ce choix permet de comparer les deux phénomènes et d’appréhender leurs différences, sans exclure pour autant d’éventuelles analogies et filiations » (p. 31). Et il met bien en évidence les déplacements chez Durkheim d’une pensée religieuse du salut vers une pensée laïque de la réforme des maux sociaux. Cependant, il tend à plusieurs reprises à aplatir les déplacements et les différences en traitant les deux pôles comme s’il y avait une identité entre eux. Ainsi la théorie durkheimienne « en revêtant les oripeaux de la science dissimulait » sa « dimension sotériologique » et ses « racines chrétiennes » (p. 449). Continuerait alors à se manifester jusque chez les sociologues contemporains « la persistance de la visée rédemptrice » (p. 497) en tant que « matrice […] dont [les sciences sociales] sont issues » (p. 500). Travailler les analogies entre conceptions chrétiennes du salut et réforme des maux sociaux, dans leurs « adéquations » et leurs « inadéquations », pour suivre encore une fois Passeron, en évitant ainsi la tentation de l’assimilation, aurait appelé d’autres développements, là aussi en rupture avec « l’idole des origines ».

14L’ouvrage de Stoczkowski est bien susceptible, par certains côtés, d’alimenter en positif l’autoréflexivité des sciences sociales. Cependant les dérèglements rhétoriques qui le travaillent aussi et les généralisations abusives qu’ils portent pourraient le rapprocher de la situation de l’albatros de Charles Baudelaire : « Ses ailes de géant l’empêchent de marcher »…

Implicites conservateurs d’une déconstruction actuelle de la portée politique des sciences sociales

  • 19 Albert O. Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard, coll. « L’espace du p (...)
  • 20 Ibid., p. 22.
  • 21 Ibid., p. 78.
  • 22 Voir Philippe Corcuff, La grande confusion, op. cit., chapitre 3, « Le couple critique sociale-éman (...)

15La présence d’un fil sotériologique transformé chez Durkheim, puis dans l’ensemble des sciences sociales, tel qu’elle est décryptée et grossie exagérément par Stoczkowski, est plutôt connotée négativement à travers une partie du lexique utilisé : il est question d’un « mirage du salut » (voir le point ainsi intitulé, p. 466-474, expression reprise dans le sous-titre du livre, la dotant d’un signification globale pour l’auteur), de « la croyance que la mise du monde en dehors du mal […] est possible » et de la pérennité des « thèmes de la Chute et du Salut » sous « des formes laïcisées et, en apparence, rationnelles » (p. 480). Partant, c’est l’accrochage même entre une sociologie de la réalité sociale et une transformation politique de cette réalité (« réparer le monde humain défaillant », p. 18, « une transformation méliorative de la chose humaine », p. 29, « la réforme radicale immanente », p. 31…), sous la forme d’« une socio-thérapeutique » (p. 40) ou « sociologie curative » (p. 76), qui est présenté comme « un mirage » ou « une impasse » (p. 483). Cette prise de position a une portée politique, même si elle ne se réduit pas à elle, en manifestant des affinités avec une des figures rhétoriques historiques de la pensée « réactionnaire », en tant que série de « réactions » aux mouvements « progressistes » à partir de la Révolution française, étudiées par Albert Hirschman19. Il s’agit de « la thèse de l’inanité » : « toute tentative de transformation sociale est vaine »20 et « le changement n’est jamais que trompe-l’œil et illusion »21. La portée politique de cet aspect de La science sociale comme vision du monde est renforcée par certains traits du contexte idéologique actuel, où un des piliers intellectuels de ce qui a constitué « la gauche » à partir de la fin du XVIIIe siècle, l’association entre l’émancipation et la critique sociale (dont des secteurs historiquement importants de la critique sociologique, comme Marx et Durkheim), tend à s’affaisser au profit d’une critique ultraconservatrice usant notamment de schémas conspirationnistes22. À un moment, Stoczkowski procède d’ailleurs à une réhabilitation en pointillés de la tradition par rapport aux progressismes : « La persistance des vestiges du passé nous paraît toujours être une anomalie […] notre tradition moderne réside dans la conviction que nous pouvons nous soustraire à toute tradition » (p. 484-485).

  • 23 Albert O. Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, op. cit., p. 229.
  • 24 Ibid., p. 22.
  • 25 Comme chez Raymond Boudon, Effets pervers et ordre social, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1989 [19 (...)
  • 26 Gilles Deleuze, « Á propos des nouveaux philosophes et d’un problème plus général » [mai 1977], rep (...)

16D’autre part, Hirschman note que la thèse de l’inanité et une autre thèse « réactionnaire », « la thèse de l’effet pervers », bien que dotées d’une « incompatibilité logique », « s’attirent réciproquement » sur le plan politique23. La thèse de l’effet pervers « pose que toute action qui vise directement à améliorer un aspect quelconque de l’ordre politique, social ou économique ne sert qu’à aggraver la situation que l’on cherche à corriger »24. Cette thèse ne concerne pas l’hypothèse sociologique d’effets pervers, parmi d’autres logiques possibles, afin de rendre un processus intelligible25, mais une sorte de métaphysique de la nécessité de l’effet pervers supposée marquer toute action réformatrice. Or, certaines formulations de Stoczkowski semblent indiquer qu’il y aurait un lien fort entre projets d’amélioration sociale et effets totalitaires. Il écrit ainsi : « D’où l’ampleur de la violence exterminatrice que les révolutions aryenne et prolétarienne ont déchaînée pour réaliser leurs projets de refonte du monde humain » (p. 469). Il insiste alors sur l’effet pervers du progressisme et de l’humanisme : « Ce fut l’idée non pas des barbares, mais de cette part de la civilisation européenne qui se croyait la plus progressiste et la plus humaniste » (p. 470). Ce qui le conduit à des énoncés outranciers : « elles [« la doctrine nazie » et « la doctrine communiste »] se rejoignaient toutes deux dans leur façon similaire, d’allure étrangement durkheimienne, de concevoir l’individu et ses rapports avec la société » (p. 469), ou « il n’était guère difficile de passer de la morale kantienne à la morale hitlérienne » (p. 470). Kant et Durkheim associés au nazisme, et Durkheim également au Goulag… Cela révèle des parentés avec « les nouveaux philosophes » apparus au milieu des années 1970 (Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann, etc.) et dont Gilles Deleuze critiquait sur le moment les « mélanges grotesques »26.

17Il y a au moins deux livres très différents dans La science sociale comme vision du monde : l’un est une démolition faiblement argumentée des sciences sociales, l’autre est une contribution à l’autoréflexivité de ces mêmes sciences sociales, éclairant certains de leurs impensés (avec des formulations nuancées très minoritaires dans l’ensemble de l’ouvrage telles que : « Les sciences sociales furent une innovation incontestable, dont les XIXe et XXe siècles peuvent s’enorgueillir à juste titre […] On ne saura comprendre ces sciences sans saisir à la fois leur nouveauté et les liens qui les rattachent au passé », p. 31). Malheureusement, le premier livre tend à asphyxier rhétoriquement le second. Toutefois, si l’on recourt à la méthode de lecture d’inspiration passeronienne des inadéquations et adéquations, les deux livres peuvent nous dire des choses clarifiantes sur certains traits des sciences sociales contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Lilian Mathieu et François de Singly pour leurs lectures suggestives d’une version antérieure de cette note critique.

2 Sophie Maunier, « Wiktor Stoczkowski, La science sociale comme vision du monde », Lectures, 13 janvier 2020, en ligne : https://doi.org/10.4000/lectures.40123.

3 Jean-Claude Passeron écrit à partir de la question spécifique de l’extension analogique de la notion d’« inflation » en sociologie de l’éducation : « le chercheur gagnerait sans doute à être moins regardant sur la nationalité disciplinaire ou théorique des mots qui arment son interrogation et plus attentif aux tâches de description que lui impose, par ses adéquations comme par ses inadéquations, le caractère nécessairement analogique des conceptualisations les plus générales du langage sociologique », dans « L’inflation des diplômes. Remarques sur l’usage de quelques concepts analogiques en sociologie », Revue française de sociologie, vol. XXIII, n° 4, octobre-décembre 1982, p. 551-552, https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1982_num_23_4_3604. La méthode de lecture par les adéquations et les inadéquations peut être élargie ici aux rapports du livre de Stoczkowski avec les sciences sociales en général et avec l’œuvre de Durkheim en particulier, en commençant toutefois par les inadéquations auxquelles un artisan en sciences sociales attaché aux rigueurs propres de son métier apparait d’emblée sensible.

4 « Les services d’un mot inadéquat », ibid., p. 551.

5 Passeron écrit : « il faut se servir de cette même analogie pour formuler par défaut et par différence les hypothèses théoriques que son insuffisance et son échec suggèrent », ibid., p. 574.

6 Voir Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation, nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Albin Michel, coll. Bibliothèque de « L’Évolution de l’humanité », 2006 [1991], p. 89-98, p. 117-118 et p. 551-554.

7 Max Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et les politiques sociales » [1904], repris dans Essais sur la théorie de la science, introduction et traduction de Julien Freund, Paris, Plon, 1965, p. 202.

8 Salvador Juan, « Retourner le stigmate », Archives des sciences sociales des religions, n° 192, octobre-décembre 2020, p. 41-49, https://www.cairn.info/revue-archives-de-sciences-sociales-des-religions-2020-5-page-41.htm.

9 Wiktor Stoczkowski, Anthropologies rédemptrices. Le monde selon Lévi-Strauss, Paris, Hermann, 2008.

10 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, op. cit., notamment p. 227-228, p. 564-568, p. 570-573 et p. 576-591.

11 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 32.

12 Ibid., p. 36.

13 Jean-Claude Chamboredon, « Émile Durkheim : le social, objet de science. Du moral au politique ? », Critique, n° 445-446, juin-juillet 1984, p. 462.

14 Voir Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, juin 1986, p. 69-72, https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1986_num_62_1_2317.

15 Voir Philippe Corcuff, La grande confusion. Comment l’extrême droite gagne la bataille des idées, Paris, Textuel, coll. « Petite encyclopédie critique », 2021, chapitre 5, « Critique de l’hypercriticisme conspirationniste », p. 267-307.

16 Voir un panorama plus large de travaux, incluant ceux de Bourdieu et de Giddens, dans Philippe Corcuff, Théories sociologiques contemporaines. France, 1980-2020, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2019.

17 Louis Pinto, « L’école des philosophes. La dissertation de philosophie au baccalauréat », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 47-48, juin 1983, p. 21-36, https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1983_num_47_1_2185.

18 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien [manuscrit inachevé écrit vers 1941-1943], Paris, Armand Colin, coll. « U », 1974, p. 25-26.

19 Albert O. Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard, coll. « L’espace du politique », 1991.

20 Ibid., p. 22.

21 Ibid., p. 78.

22 Voir Philippe Corcuff, La grande confusion, op. cit., chapitre 3, « Le couple critique sociale-émancipation et la gauche resitués dans l’histoire », p. 181-205.

23 Albert O. Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, op. cit., p. 229.

24 Ibid., p. 22.

25 Comme chez Raymond Boudon, Effets pervers et ordre social, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1989 [1977].

26 Gilles Deleuze, « Á propos des nouveaux philosophes et d’un problème plus général » [mai 1977], repris dans Deux régimes de fous. Textes et entretiens 1975-1995, édition préparée par David Lapoujade, Paris, Minuit, 2003, p. 127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Corcuff, « De la fragilité heuristique des sciences sociales face aux certitudes dénonciatrices de Wiktor Stoczkowski », Lectures [En ligne], Les notes critiques, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47728 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47728

Haut de page

Rédacteur

Philippe Corcuff

Maître de conférences HDR de science politique à l’Institut d’études politiques de Lyon, membre du laboratoire CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux, UMR 8070 du CNRS, Université de Paris et Université Sorbonne nouvelle).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search