Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Jean-Yves Mollier, Interdiction d...

Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier ! La censure d’hier à aujourd’hui

François Gaudin
Interdiction de publier !
Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier ! La censure d'hier à aujourd'hui, Joinville-le-Pont, Double ponctuation, coll. « Point d'exclamation », 2020, 174 p., ISBN : 978-2-490855-04-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Yves Mollier, La mise au pas des écrivains. L'impossible mission de l'abbé Bethléem au XXe siè (...)

1Spécialiste de l’histoire de l’édition, signataire de nombreux ouvrages de référence, Jean-Yves Mollier a déjà consacré une somme à la censure en se faisant le biographe de l’abbé Bethléem, croisé de l’ordre moral qui officia au tournant des XIXe et XXe siècles1. Dans ce nouvel opus, il propose une synthèse des diverses formes de censure de l’écrit à travers le temps et l’espace. D’une telle ambition pourrait résulter un pavé austère ; le lecteur découvre un essai concis, très documenté et au style alerte. La réalisation éditoriale se caractérise par le choix d’un interlignage aéré, un découpage en six brefs chapitres que ponctuent de nombreux documents et illustrations. L’objet qui en résulte est d’une compagnie fort agréable.

2De nombreux lecteurs connaissent, au moins de nom, le fameux Index librorum prohibitorum que l’Église catholique publia pour guider ses ouailles de 1564 à... 1966 ! Flaubert, Stendhal ou Zola se retrouvèrent dans cet enfer… Lorsqu’il disparut, l’Opus dei prit la relève en tant que guide moral du lectorat. C’est dire si Anastasie, figure aux origines mystérieuses, imprègne notre culture. Mais ce qui frappe à la lecture de l’ouvrage de Jean-Yves Mollier, c’est le caractère universel de la censure dont les formes et les modalités se déclinent diversement selon les périodes et les lieux. L’intolérance fait écho à la fermeture des esprits, les inquisitions renvoient à la violence, la surveillance s’unit à la répression dans un voyage au pays de la barbarie d’autant plus vertigineux qu’il est rapide. Le lecteur en ressort édifié, secoué et, espérons-le, plus vigilant.

3Religieuse et politique, la censure fut aussi morale et le XIXe siècle fut sans doute son Siècle d’or. Paris se libéralisa plus vite que Londres ou Washington, et Oscar Wilde ou Henry Miller purent y publier leurs œuvres. Il faut dire que des éditeurs militants acceptaient de défier le pouvoir et d’être traduits en justice. La montée en puissance du capitalisme d’édition a réduit le champ des possibles de ces combats. La raréfaction des librairies dans le monde a accompagné cette mutation décisive.

4Cette haine des écrits et de la liberté de pensée qu’ils favorisent n’épargna aucun continent. Au Brésil, l’esprit des Lumières pénétra et suscita une répression sanglante au XVIIIe siècle. Et au XXIe siècle – le 31 mars 2019 précisément –, des prêtres polonais brûlèrent des livres suspects, dont les très sulfureux... Harry Potter !

5Les censeurs n’eurent pas le livre pour seul objet du désir ; le développement de l’industrie du cinéma attira leur attention : le code Hays rassembla leurs règles. De 1930 à 1965, toute la création du secteur fut soumise aux pesées d’un absurde trébuchet : on interdisait les baisers de plus de trente secondes ( !), ou la représentation de la « miscégénation ». De leur côté, les catholiques inquiétèrent plus tard aussi bien Jean-Pierre Mocky que Martin Scorsese ou Mel Gibson.

6Depuis, les censeurs vétilleux ont trouvé un nouveau terrain de jeu, le « politiquement correct » qui autorise la réécriture d’œuvres aussi dangereuses que le Journal d’Anne Franck, les romans de Mark Twain, de Salinger ou du prix Nobel Toni Morrison. L’homosexualité est pourchassée dans les écrits au sein du monde arabe ; et au-delà, dans toute la zone d’influence de la religion musulmane, le travail des éditeurs libéraux est contrarié, ce qui conforte le retard de ces régions, déjà chiches en activité éditoriale. Mais quels pouvoirs y recherchent-ils les moyens de l’émancipation de leurs peuples ? L’écrivain Salman Rushdie symbolise depuis trente ans la censure religieuse : sa tête a été mise à prix 3,3 millions de dollars en 2012. Autre prix Nobel, Naguib Mahfouz réchappa à un attentat et dut finir sa vie protégé. Les hommes ne sont pas les seuls à souffrir de cette intolérance armée : les inestimables trésors intellectuels de Tombouctou furent réduits en poussière par des ignorants détruisant leur propre patrimoine.

7L’auteur aborde la question du blasphème qui a suscité des débats sans fin et cristallisé des oppositions radicales. Comment concilier les leçons du Traité de la tolérance de Voltaire avec l’adoption par 57 États d’une Déclaration islamique universelle des droits de l’homme qui proclame « les droits de l’homme ordonnés par la Loi divine »2 ? Mais le XXIe siècle voit se dessiner en un front uni les obscurantismes et les intolérances de toutes sortes, qui peuvent s’affronter mais se rejoignent dans leurs moyens et leurs argumentaires. Même le vandalisme connaît une nouvelle jeunesse et le révisionnisme abat des statues qui ne sont plus métaphoriques : défigurer le passé et mutiler le présent procèdent des mêmes pulsions sinon des mêmes motivations.

8Un chapitre est consacré à la censure proprement politique. Les régimes dictatoriaux s’y consacrent depuis toujours et ils ne font pas partie des espèces en voie d’extinction. Parmi leurs victimes, Mollier cite l’écrivain nigérian Ken Saro-Wiwa, et le camerounais Mungo Béti qui fit partie des auteurs censurés – par la France – en exil. Dans de nombreux pays, la censure, souvent intériorisée, s’exerce au grand jour, comme c’était le cas avec les censeurs royaux de l’Ancien Régime. L’auteur souligne avec justesse que, si la littérature est poursuivie et expurgée, la recherche en sciences humaines et sociales en souffre aussi vivement – l’accès même aux archives étant étroitement surveillé. La diffusion des travaux qui peuvent être publiés est difficultueuse, les éditeurs de certains pays courageux connaissant souvent la paille des cachots. En Amérique du sud, les dictatures les firent disparaître sans autre forme de procès. Et l’ère Bolsonaro démontre que la marche vers la démocratie n’est pas un chemin pavé de livres ouverts. Ailleurs, c’est la complainte des communautarismes qui justifie de multiples replis sur des identités absolutisées au sein de sociétés parcellisées en bastions. Et chacun de défendre ses pratiques sexuelles, religieuses, alimentaires, d’exalter sa race et son passé, de privatiser ses douleurs, ses martyrs et ses bourreaux. Il en découle un bizness de la réécriture, pendant de la censure des auteurs déjà évoquée. Cette révolution culturelle d’une nouveau genre n’épargne ni Le Petit Chaperon rouge ni La Belle au bois dormant… L’éducation n’est pas oubliée non plus, le Texas Board of Education luttant pour le révisionnisme en matière d’esclavage. Le multiculturalisme sert souvent de paravent au nouvel ordre moral. Chacun veut voir ses convictions respectées, et si elles sont contraires à Galilée ou à Darwin, peu lui chaut.

9Cette dérive inquiétante s’inscrit dans la judiciarisation des rapports sociaux qui fait la loi et l’arbitre ultime en matière de littérature, rendant l’intolérance profitable. Quel que soit le pays, la censure tend à s’intérioriser, ce qui revient à prendre un pli fâcheux car elle menace la liberté de conscience elle-même.

10Restauration des valeurs traditionnelles et retour de l’ordre moral : les politiques documentaires en témoignent dans de nombreux pays. À l’heure où Internet permet aux plus menacés de ruser avec les pouvoirs autoritaires, des professionnels de l’éducation et de la documentation peuvent expurger leurs bibliothèques, voire, en Chine en 2019, pratiquer des autodafés d’amateurs – n’est pas Goebbels qui veut ! Mollier nous rappelle que le gouvernement de François Hollande céda aux familles rétrogrades en retirant un ABCD de l’égalité. Auprès de qui craignait-il de se déconsidérer ? Aurait-il autorisé le manuel Papa coud et Maman lit (paru en 1979) ? Le danger était réel puisque même les Scouts attaquaient avec férocité l’École des loisirs pour son laxisme. Monde cruel…

11S’il offre des bulles d’air dans certains pays autoritaires, Internet ne constitue pas un allié sûr car les Gafam veillent au grain. Amazon interdit le blasphème – qu’il se réserve le droit de définir ! L’auteur raconte qu’il fut impossible, dans un premier temps, de lire le titre Tchoupi part en pique-nique, du fait d’un défaut de l’analyseur linguistique automatique qui pilote la censure d’Apple : dans pique-nique, il n’y a pas le verbe niquer ! Mais c’est à la main que fut signée la pétition qui conduisit à éliminer du marché un autre livre pour les jeunes, On a chopé la puberté, des éditions Milan – guère subversives et propriété des Augustins de l'Assomption.

  • 3 Alain Deneault, Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique, Paris, Écosociété, 2008

12Plus largement, la concentration des capitaux dans le monde de la communication emprisonne les organes dans une logique de marché où l’initiative et le courage voient leurs parts réduites par une logique r le poids d’une financiarisation omniprésente et délétère. De nos jours, la censure économique se développe avec la financiarisation du secteur ; Marcel Dassault, François Pinault ou Nicolas Sarkozy disposèrent des moyens de tuer des livres qui les concernaient. La puissance de feu des propriétaires leur permet aussi d’assécher le marché, en publiant des hagiographies qui invisibilisent les ouvrages gênants. Et quand les professionnels se groupent pour résister, leur poids peut se révéler insuffisant, comme l’a montré l’exemple de Noir Canada : pillage, corruption et criminalité en Afrique3, ouvrage jugé dangereux par Barrick Gold, géant mondial de l’extraction d'or, qui parvint à en obtenir le retrait. Sous cette même influence, les marchés trop étroits sont phagocytés par des groupes internationaux. Ceci explique l’efflorescence des « petits » éditeurs fonctionnant de façon alternative, pour un lectorat plus réduit mais plus éclairé, au moins dans ses choix.

  • 4 Jean-Yves Mollier, L’Âge d’or de la corruption parlementaire. 1930-1980, Paris, Perrin, 2018.

13Poursuivant le propos d’un livre précédent4, l’auteur évoque pour terminer le poids des mafias et les formes diverses de cette corruption qui, gangrenant la vie publique, s’infiltre dans de nombreuses sphères du pouvoir. Les coupables cherchent par tous les moyens à faire taire les serviteurs de la vérité quels que soient les médias.

14Ce livre passionnant laisse le lecteur sonné par le nombre de coups assenés à la liberté de penser et d’écrire, et quelque peu dubitatif sur l’avenir de l’expression publique des pensées minoritaires. Il propose en annexe une présentation des organes luttant contre la censure, dont le combat n’est pas près de cesser, on l’aura compris.

Haut de page

Notes

1 Jean-Yves Mollier, La mise au pas des écrivains. L'impossible mission de l'abbé Bethléem au XXe siècle, Paris, Fayard, 2014.

2 https://fr.wikisource.org/wiki/D%C3%A9claration_islamique_universelle_des_droits_de_l%E2%80%99homme_de_1981. Consulté le 30 décembre 2020.

3 Alain Deneault, Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique, Paris, Écosociété, 2008.

4 Jean-Yves Mollier, L’Âge d’or de la corruption parlementaire. 1930-1980, Paris, Perrin, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Gaudin, « Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier ! La censure d’hier à aujourd’hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47758

Haut de page

Rédacteur

François Gaudin

Professeur en sciences du langage, Université de Rouen, laboratoires LT2D (EA 7518) et DYLIS (EA 7474).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search