Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Camille Fauroux, Produire la guer...

Camille Fauroux, Produire la guerre, produire le genre. Des françaises au travail dans l’Allemagne nationale-socialiste (1940-1945)

Amélie Puche
Produire la guerre, produire le genre
Camille Fauroux, Produire la guerre, produire le genre. Des Françaises au travail dans l'Allemagne nationale-socialiste (1940-1945), Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2020, 306 p., ISBN : 978-2-7132-2860-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Camille Fauroux, Les travailleuses civiles de France : des femmes dans la production de guerre de l (...)

1Les recherches de Camille Fauroux portent sur les femmes des classes populaires au XXe siècle, se concentrant sur leur travail et leurs sexualités, sujets qui constituent le cœur de cet ouvrage tiré sa thèse soutenue en 20161. S’appuyant sur un corpus de sources très important, composé notamment de dossiers individuels de travailleuses, de rapports d’entreprises et de sources judiciaires, l’auteure se penche sur une figure oubliée de notre histoire, celle des femmes parties travailler en Allemagne sans subir de contrainte, durant la Seconde Guerre mondiale. Au travers de sept chapitres, l’ouvrage s’intéresse « aux politiques et à la trajectoire des travailleuses civiles de France afin de saisir comment leur intégration dans l’économie de guerre nationale-socialiste transforme le rapport entre travail et famille » (p. 17).

2Le livre s’ouvre sur le constat que la mémoire nationale n’a pas conservé le souvenir de ces Françaises qui ont travaillé en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. L’auteure se heurte alors à deux problèmes pour faire ressurgir la mémoire de ces femmes : le manque de sources privées et le refus des protagonistes de raconter leur propre histoire. Camille Fauroux explique ceci par les pesanteurs de la mémoire nationale, qui s’est construite en effaçant la participation des françaises au travail national-socialiste par « un contrat tacite entre l’État et ces femmes autour de l’oubli de cet épisode » (p. 51). Un pacte se conclut en 1945 lors du retour des travailleuses civile, retour dont les modalités font l’objet du dernier chapitre de l’ouvrage. Durant cette année charnière, l’administration française définit des catégories des rapatriés, introduisant celle de « travailleur volontaire ». Considérés comme traîtres à leur patrie, ceux-ci sont régulièrement la cible de violences populaires. Ils refusent alors ce qualificatif auprès de l’administration, qui ajoute des sous-catégories plus ou moins infâmantes. Ainsi, les femmes parties rejoindre leur mari prisonnier de guerre en Allemagne obtiennent de n’être plus considérées comme « volontaires ». En partie pour construire le mythe d’une France entièrement résistante, l’État choisit de ne pas poursuivre les travailleurs civils devant la justice. En leur évitant la publicité d’un procès, il laisse à ces hommes et ces femmes « la possibilité de se faire oublier » (p. 277). Le livre accomplit avec cette thématique une révolution, s’ouvrant et se fermant sur l’effacement des travailleuses civiles, après les avoir mises en lumière dans les cinq autres chapitres.

  • 2 Service du travail obligatoire.
  • 3 Celui-ci est calculé sur le montant du salaire moyen du département dont part la travailleuse.

3Les chapitres 2 et 3 s’intéressent au contexte économique et social des recrutements opérés par les Allemands en France, ainsi qu’à celui des travailleuses. Grâce au dépouillement de 1009 dossiers individuels de travailleuses civiles, Camille Fauroux détermine que le pic des départs vers l’Allemagne a lieu en octobre 1942, moment où la campagne nationale-socialiste pour le recrutement de main d’œuvre s’intensifie. Le régime de Vichy, promoteur d’une politique de préservation de la famille traditionnelle, limite le STO2 aux seuls hommes alors que l’Allemagne l’avait imposé aux deux sexes. L’objectif outre-Rhin est de préserver les forces reproductives des Allemandes en les cantonnant à la sphère du foyer. Les Allemands mettent alors en place des mesures pour inciter les Françaises à venir travailler de l’autre côté du Rhin : des salaires avantageux, une prime de départ de 1 000 francs et un demi-salaire versé à la famille tout le temps du contrat de la travailleuse3. Car ce sont bien des raisons économiques qui poussent la majorité des femmes à partir, 10 % seulement le faisant par conviction politique (p. 84). Le vivier de cette main d’œuvre est jeune, 66 % ayant moins de 30 ans, et provient des classes populaires : 30 % à 40 % sont sans emploi, les autres sont principalement ouvrières non spécialisées et employées (dont 60 % de domestiques). Les départs sont aussi le reflet d’un « individualisme populaire et féminin qui remet en cause les relations d’autorité dans la famille » (p. 279).

4Les chapitres 4, 5 et 6 s’intéressent à la vie des travailleuses en Allemagne. 80 % d’entre-elles travaillent dans l’industrie d’armement, concentrée principalement à Berlin. Durant leur contrat, elles ne peuvent ni changer d’entreprise, ni quitter l’Allemagne mais elles sont libres de circuler à leur guise dans Berlin. La discipline dans les entreprises est stricte, assortie de mesures coercitives, ce qui n’empêche pas les rebellions, notamment après décembre 1942, en réaction à la prolongation des contrats jusqu’à la fin de la guerre. Les salaires des travailleuses ne leur assurant à Berlin qu’un faible niveau de vie , certaines recourent à la prostitution pour augmenter leurs revenus. Toutefois, il reste difficile de tromper la vigilance nocturne des surveillantes, car les ouvrières vivent dans des camps, non mixtes, regroupées par nationalité. Si ces camps n’autorisent aucune intimité, des petits groupes d’amies se créent cependant, essentiels entre autres pour réinventer les sexualités. L’Allemagne nationale socialiste réprime très fortement l’homosexualité et une attention importante est portée à ce phénomène dans les camps de travailleuses, où les sentiments naissent du contact quotidien : « le camp favorise l’amour tout en réprimant la sexualité. » (p. 182) Malgré l’incertitude des temporalités et l’impossibilité de contracter un mariage, les femmes continuent de concevoir la sexualité dans le cadre d’un couple. Les relations semblent même inversées avec les prisonniers de guerre, puisque ce sont les amantes, libres de leurs mouvements, qui décident seules des moments passés ensemble. De plus, les travailleuses sont souvent porteuses de messages et de colis pour plusieurs prisonniers, ayant sur eux un pouvoir que ces derniers ont pu vouloir effacer lors du retour « à la normale » en 1945. Ces liaisons peuvent être source de grossesses. Ne pouvant se marier, les travailleuses françaises sont tentées de recourir à l’avortement. Mais elles se situent suffisamment haut dans la hiérarchie raciale allemande pour tomber sous le coup de la loi qui s’applique aux mères allemandes : l’IVG leur est interdit et cet acte est fortement surveillé dans les camps. La marge de manœuvre des travailleuses est alors réduite ; elles doivent compter sur les solidarités amicales ou profiter d’un voyage en France pour échapper aux deux justices autant qu’à la présence de témoins. Jusqu’à la fin 1942, les travailleuses enceintes sont renvoyées dans leur pays, ce qui permet aux entreprises qui les embauchent d’économiser le logement et la nourriture de ces femmes devenues improductives. Après cette date, la politique change : les femmes enceintes restent au sein de l’entreprise et leurs enfants sont généralement pris en charge dans des pouponnières d’usine. Mais les mères sont ensuite graduellement éloignées de leurs enfants.

5L’ouvrage de Camille Fauroux se révèle très utile. On apprécie sa bibliographie bien construite et relativement conséquente, ses annexes bien choisies mais aussi la présentation des sources utilisées, mises en relief dans un encadré grisé au début de chaque chapitre. La lecture en est agréable et vivante. Le livre éclaire tout un pan oublié de la Seconde Guerre mondiale, celui des travailleuses volontaires. L’auteure a parfaitement rempli l’objectif qu’elle s’était fixée.

Haut de page

Notes

1 Camille Fauroux, Les travailleuses civiles de France : des femmes dans la production de guerre de l'Allemagne national-socialiste (1940-1945), thèse de doctorat sous la direction de Laura Lee Downs, EHESS, 2016.

2 Service du travail obligatoire.

3 Celui-ci est calculé sur le montant du salaire moyen du département dont part la travailleuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Puche, « Camille Fauroux, Produire la guerre, produire le genre. Des françaises au travail dans l’Allemagne nationale-socialiste (1940-1945) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 février 2021, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47768 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47768

Haut de page

Rédacteur

Amélie Puche

Docteure en histoire contemporaine, membre associé du laboratoire CREHS (Université d’Artois), ainsi que de l’Institut des humanités en médecine (Université de Lausanne).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search