Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Ludivine Bantigny, Déborah Cohen ...

Ludivine Bantigny, Déborah Cohen et Boris Gobille (dir.), « La chair du politique », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n° 7, 2020

Julie Métais
La chair du politique
Ludivine Bantigny, Déborah Cohen, Boris Gobille (dir.), « La chair du politique », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n° 7, 2020, 176 p., Paris, CNL, Anamosa, ISBN : 979-10-95772-79-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dewey John, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010 [Traduction de l’anglais par Joëlle (...)

1Quel est le terrain politique des sensibilités et comment les sciences sociales du politique s’emparent-elles du sensible ? Le dossier aborde ces questions en convoquant différentes disciplines afin de s’attacher, à la suite de John Dewey1, à l’exploration des liens entre le politique, le sensible et l’expérience.

  • 2 Rancière Jacques, Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique Éditions, 200 (...)

2Ludivine Bantigny, Déborah Cohen et Boris Gobille rappellent dans leur introduction combien les logiques émotionnelles du politique ont longtemps été peu considérées voire disqualifiées au profit d’une attention accrue aux stratégies raisonnées. Ils soulignent dès lors la place importante que les émotions prennent en politique, qu’il s’agisse de la colère, de l’enthousiasme, de la joie ou du dépit, et précisent qu’elles ne relèvent pas de seules expressions éphémères, explosives, individuelles ; de ce fait, elles gagnent à être analysées aussi comme des productions sociales – et politiques – inscrites dans le temps. Cette approche est d’autant plus efficace pour renouveler l’approche du politique qu’elle est susceptible de s’attacher au « partage du sensible » proposé par Jacques Rancière, « ce système d’évidences sensibles qui donne à voir en même temps l’existence d’un commun et les découpages qui y définissent les places et les parts respectives2 ». Et justement, cette introduction ainsi qu’une partie des contributions du numéro ont privilégié une acception émotionnelle, subjective du sensible, sans toujours ouvrir aux possibles de l’exploration des expériences sensorielles, physiques et corporelles du politique.

3Une partie des contributions s’attèle au programme défini en opérant des déplacements inédits s’agissant du traitement de l’articulation entre le sensible et le politique. Par exemple, Alban Jacquemart s’intéresse non pas à la question classique de la mobilisation des émotions pour susciter l’adhésion en politique mais plutôt à la manière dont, depuis 1970, les sentiments des hommes, entendus comme des émotions durables (ici la souffrance), sont devenus un enjeu politique féministe. Quant à Ludivine Bantigny, elle scrute l’extension sensible et subversive du domaine du politique mise en œuvre par des « groupes femmes » à Paris dans les années 1970 au regard de la place importante des affects unissant les militantes, de la manière dont elles ont mêlé le ludique et le politique. Elles l’ont fait notamment à l’occasion des « foires » durant lesquelles la solidarité et la sororité trouvaient à s’exprimer au travers de la fête et des chants. La contribution de Julie Pagis analyse la prégnance des registres émotionnels dans le rapport au politique d’un groupe social doublement original (pour cet objet de recherche) : les enfants, d’origine populaire. Stéphanie Dechézelles s’attache quant à elle à un point aveugle de l’étude des sensibilités politiques : les affects au sein de groupes politiques d’extrême-droite, ici ceux des néofascistes italiens, dont l’ethnographie révèle les lieux et les temporalités spécifiques. La politiste met par exemple en évidence les modalités routinières d’apprentissage et d’intériorisation des manières d’être néofascistes, que ce soit à l’occasion des nombreuses cérémonies d’hommage ou au quotidien dans la sphère familiale.

  • 3 Reddy William, La traversée des sentiments. Un cadre pour l’histoire des émotions (1700-1850), Dijo (...)

4Autre déplacement heuristique, celui de visiter ou de revisiter des archives sous un angle nouveau ; c’est le cas de la contribution de Piroska Nagy qui sonde la question des usages politiques des émotions collectives au sein du mouvement contestataire milanais patarien du XIe siècle. Emmanuel Fureix, quant à lui, rend compte d’une archive singulière, une lettre, œuvre d’un scripteur du XIXe siècle mandaté par un groupe d’ouvriers d’un chantier de terrassement. Le document met en lien deux événements sensibles a priori fort éloignés, l’expérience révolutionnaire de 1848 et la rencontre des ouvriers avec des restes humains, or cette opération permet d’appréhender des formes ouvrières de partage du sensible propres à cette année révolutionnaire. Sur une modalité dialogique, au sein de la rubrique « Dispute », Sophie Wahnich opère un retour réflexif sur deux approches historiographiques des émotions durant la Révolution française, la sienne et celle de l’États-unien William Reddy3. Elle discute, au travers de leurs deux analyses différenciées du « régime émotif » thermidorien, le rôle possible des émotions dans la constitution du lien social. Tandis que les travaux de William Reddy renvoient à une acception centrée sur l’individu, ceux de l’historienne française invoquent combien l’expérience collective des émotions est au contraire constitutive du social.

  • 4 C’est le titre du dossier.
  • 5 Stoller Paul, Sensuous Scholarship, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1997.

5Ces contributions relèvent d’acceptions théoriques et disciplinaires distinctes du « sensible » ; cependant, la plupart l’ont défini à l’aune des émotions – plus ou moins durables, plus ou moins collectives. Cet axe privilégié suscite un questionnement sur les contours du « sensible », son double statut d’objet de la recherche et de modalité de connaissance pour les sciences sociales du politique. Qu’en est-il des corps et des matérialités sensibles, de la « chair du politique4 » ? Du son, du toucher, des odeurs, et plus largement des expériences sensorielles du politique ? Dès lors, que recouvre une prise sensible sur le politique pour la recherche en sciences sociales, qui d’ailleurs mobilise beaucoup les sens pour constituer ses savoirs5 ? Comment rendre compte et donner une intelligence sensible de ces pratiques politiques qui engagent les corps ?

  • 6 Mandel Lisa et Julie Pagis, PréZIZIdentielle, Paris, Casterman, 2017.

6Plusieurs propositions s’attachent, chacune depuis un angle particulier, à ces dernières questions épistémologiques. Elles s’insèrent d’ailleurs dans les deux sections « Expérience » et « Comment ça s’écrit » (les autres sections s’intitulant « Recherche » et « Dispute »). Peut-être est-il dommage, d’ailleurs, de marquer ainsi les frontières entre la « Recherche » et de possibles expérimentations en matière de méthodes et d’écritures. Dans la section « Expérience » de la revue donc, Federico Tarragoni propose une méthode d’analyse des charges émotionnelles dans les récits où la participation à un événement politique (Nuit Debout) est décrite comme une rupture biographique. « À l’écoute du corps de l’autre et de son propre corps » (p. 88), le sociologue se saisit de la manière dont, à l’heure du récit, ses interlocuteurs et lui-même sont traversés par l’émotion. Dans cette même section de la revue, Ludivine Bantigny s’entretient avec Serge D’Ignazio qui a saisi de manière sensible, par la photographie, l’expérience des Gilets jaunes « au plus près des mots, des corps et des gestes » (p. 21). Toujours dans la section « Expérience », le travail de Julie Pagis analyse l’expérience sensible de la politique par les enfants ; le texte est accompagné de planches issues de sa collaboration avec la dessinatrice de bande dessinée Lisa Mandel6, donnant un exemple vraiment réussi de restitution des dimensions non discursives du politique. Comme le souligne Julie Pagis, « retransmettre de manière visuelle des corps d’enfants criant, riant, pleurant, s’ennuyant, voire se battant, tout en parlant de politique constitue un moyen particulièrement heuristique pour dépasser la fausse opposition entre connaissances et émotion » (p. 96). Enfin, la contribution réflexive illustrée d’exemples littéraires de l’écrivaine-poétesse Nathalie Quintane, dans la section « Comment ça s’écrit », aborde d’une façon très stimulante pour les sciences sociales la question de l’écriture poétique et romancée du politique comme travail de retranscription – de coupe, de montage et de déplacement.

7C’est donc un très beau numéro de Sensibilités, qui s’empare de multiples façons du lien entre sensible et politique, qu’il s’agisse des objets de la recherche, de la méthode d’enquête ou des procédés d’écriture. Il ouvre également sur tout le potentiel politique d’une approche sensible des faits sociaux. L’ensemble résonne enfin particulièrement avec la période actuelle pour laquelle la chair du politique est vouée, en grande partie, à une transfiguration virtuelle qui semble ne pouvoir qu’en réduire les expériences et la portée. Cela pose aussi la question des conditions de possibilité, aujourd’hui et à l’avenir, de l’enquête « à distance », « off-site » ou virtuelle sur le politique (qui a tant à faire avec les humeurs).

Haut de page

Notes

1 Dewey John, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010 [Traduction de l’anglais par Joëlle Zask].

2 Rancière Jacques, Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique Éditions, 2000, p. 12.

3 Reddy William, La traversée des sentiments. Un cadre pour l’histoire des émotions (1700-1850), Dijon, Les Presses du réel, 2019 et Wahnich Sophie, « Changement de siècle et changement de régime émotif en thermidor », in Marita Gilli (dir.) Les limites de siècle : champs de forces conservatrices et régressives depuis les temps modernes : actes du colloque international organisé par l’Université de Franche-Comté à l’I.U.F.M., les 27, 28 et 29 mai 1999, vol. 1, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2001, p. 27-38.

4 C’est le titre du dossier.

5 Stoller Paul, Sensuous Scholarship, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1997.

6 Mandel Lisa et Julie Pagis, PréZIZIdentielle, Paris, Casterman, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Métais, « Ludivine Bantigny, Déborah Cohen et Boris Gobille (dir.), « La chair du politique », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n° 7, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 février 2021, consulté le 24 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47770

Haut de page

Rédacteur

Julie Métais

Post-doctorante en anthropologie, Julie Métais (LAMC-ULB/Marie Curie/IIAC-EHESS) travaille sur une approche sensible des conflits au Mexique tels qu’ils s’expriment dans le cadre scolaire et les festivités locales. Elle s’intéresse particulièrement aux potentiels de l’outil sonore pour saisir, analyser et restituer le politique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search