Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Roy Pinker, Fake News & viralité ...

Roy Pinker, Fake News & viralité avant Internet

Benoît Crucifix
Fake news & viralité avant internet
Roy Pinker, Fake news & viralité avant internet. Les lapins du Père-Lachaise et autres légendes médiatiques, Paris, CNRS, 2020, 231 p., ISBN : 978-2-271-13365-6.
Haut de page

Texte intégral

1Signé Roy Pinker, du nom d’un correspondent fictif de l’hebdomadaire Détective1 (1928-1940), Fake News & viralité avant Internet fait suite à une première étude des arcanes de la circulation médiatique, signée du même pseudonyme académique, qui se penchait sur le tapage médiatique autour de l’enlèvement du premier-né Lindbergh2. Consacré à l’étude détaillée de la médiatisation d’un événement, ce deuxième livre multiplie les exemples à travers quinze chapitres qui montrent différentes facettes de la viralité médiatique et, tout particulièrement, de ce qu’on appelle aujourd’hui les fake news. Jouant sur une mystification (au moins en couverture, car le masque tombe dès les premières pages), le pseudonyme de Roy Pinker se révèle en fait une manière de signer collectivement et d’appuyer la dimension collaborative de ce travail d’équipe, qui réunit Pierre-Carl Langlais, Julien Schuh et Marie-Ève Thérenty. Ces partners in crime opèrent ensemble au sein de l’ambitieux projet Numapresse3, qui ambitionne de rénover l’histoire culturelle et littéraire par l’étude de larges corpus de presse numérisés. L’enquête de Roy Pinker s’appuie sur ces gigantesques corpus de journaux et de revues du XIXe et du début du XXe siècle, dont les textes et images sont soumis au « regard machinique » (p. 213) des outils numériques de traitement du langage afin de retracer les chaînes de transmission de fausses nouvelles. Le but n’est cependant pas de procéder à un fact-checking mais plutôt de mieux comprendre ce phénomène médiatique de la viralité dans sa longue histoire culturelle, et d’étudier ces objets qui se caractérisent par la rapidité de leur propagation et leur capacité à être repris, reproduits, adaptés, disséminés de médias en médias, à travers différents canaux d’information.

  • 4 Frederick Burr Opper, « The fin de siècle newspaper proprietor », Puck, 7 mars 1984, disponible en (...)

2Si « devenir viral » est une expression qu’on associe aujourd’hui aux mèmes, buzz, et autres contenus qui prolifèrent sur Internet et les réseaux sociaux, l’ouvrage s’applique à montrer que ce mode de circulation n’est pas neuf en soi et ne forme pas l’apanage de l’Internet mais est bien consubstantiel de l’histoire de la presse, dès ses débuts. L’illustration de couverture reproduit d’ailleurs un détail d’une caricature de 1894 par Frederick Burr Opper4 où apparaissait déjà l’expression fake news dans une satire de la presse sensationnaliste. Mais l’« infox » n’est qu’une des formes spécifiques de « légende médiatique » étudiées par les trois chercheurs, qui s’attachent à distinguer différents objets et pratiques virales. Chaque chapitre part ainsi d’un exemple contemporain pour remonter le cours de l’histoire et en faire l’archéologie médiatique. Légendes urbaines et canards, lolcat et mèmes, mystifications, fausses citations, histoires drôles, hoax, piratage et détournement de réseaux, potins et rumeurs, placements de produit, buzz et puff, images copiées-collées et plagiat, horoscopes, fictions en série et feuilletons : c’est un panorama de la viralité médiatique qui est dépeint, et que le lecteur peut appréhender avec plaisir, guidé par un lexique reprenant les termes clés. L’écriture de Roy Pinker est accessible et didactique, et le plaisir de lecture est redoublé par une iconographie soigneusement choisie. Les exemples sont aussi drôles qu’on le voudrait, les anciens faisant preuve d’une inventivité parodique et mystificatrice. Ainsi, évoquant le mode parodique du Gorafi d’aujourd’hui, le journal Le Bonheur, créé par Aurélien Scholl en 1862, détourne le support journalistique pour annoncer de (fausses) bonnes nouvelles, actualités d’un monde où règne la paix universelle : « Tous les canons viennent d’être fondus pour faire des cloches, des pendules à sujets, et des candélabres rayés » (p. 59).

3Chaque chapitre se base ainsi sur la juxtaposition d’exemples récents et de légendes médiatiques du XIXe et du début du XXe siècle, dont la circulation effrénée est analysée dans le détail de ses occurrences. L’introduction revient ainsi sur un « marronnier » publié à la Toussaint dans différents journaux, faisant état du prélèvement d’une cinquantaine de lapins au Père-Lachaise – information qui a été reprise et amplifiée dès 1882 par différents faits-diversiers se plaisant à rire de la juxtaposition des lapins aux cadavres, pour finalement donner matière à diverses mises en fiction dans les décennies suivantes. L’exemple montre l’étendue des procédés de copier-coller et de reprise, autant dans la forme du marronnier – brève reprise telle quelle de façon saisonnière – que dans son détournement parodique et sa mystification, mais aussi le rythme de leur circulation, qui s’échelonne sur deux décennies. Cet échantillonnage de légendes médiatiques présente également un intérêt théorique puisque chaque cas cristallise des enjeux spécifiques : les horoscopes permettent une réflexion sur l’automatisation de l’écriture ; les fausses citations problématisent l’autorité auctoriale au sein de productions où règne le plagiat et le copier-coller ; le placement de produits soulève la question de l’information du public et de la fraude publicitaire ; etc.

4Au cœur de ces différents objets et pratiques, se trouve in fine moins la question de la véracité de l’information elle-même que celle, plus globale, des mécanismes de la « viralité médiatique », dont les logiques matérielles sont étudiées en détail et qu’il s’agit de comprendre « comme un type de communication particulier » (p. 197). Les deux chapitres conclusifs reviennent sur les enjeux transversaux qui sous-tendent les différentes études de cas pour élaborer une théorie de la viralité médiatique, d’une part, et partager une réflexion historiographique, d’autre part. Les auteurs proposent une « typologie de l’objet viral » (p. 199) comprenant trois traits distinctifs : la simplicité et la concision qui permettent une intelligibilité immédiate ; un fort « potentiel de décontextualisation » qui facilite la reprise et la réappropriation ; enfin un caractère frappant et émouvant qui incite au partage. Ce sont là des logiques stables que les auteurs nous invitent à interpréter dans le contexte de modes de diffusion particuliers, le journal du XIXe siècle étant très différent du Twitter d’aujourd’hui. La viralité reste ainsi à ancrer dans une longue histoire de la modernité, où les transformations technologiques, légales, socio-culturelles et économiques impactent les modes de circulation virale. Dans son ensemble, cette théorie de la communication virale met en exergue les tensions entre la diffusion horizontale et décentralisée qu’implique de telles formes de circulation et les modes de hiérarchisation et de manipulation de l’opinion qui y réintroduisent de la verticalité : l’enjeu réel est celui de l’espace public et d’une économie de l’attention que le numérique refait saillir avec force.

5Fake News & viralité avant Internet plaide ainsi pour un rapport critique à la viralité, à mille lieux de la panique morale : le livre nous invite à reconnaître les « mécanismes exigeants, créatifs et nécessaires » au sein des pratiques virales, en les départageant des tentatives de captation et de manipulation de ces mécanismes. C’est aussi une démonstration en actes qu’offre ce livre puisque l’enquête repose sur l’exploration de larges quantités de textes numérisés et océrisés et sur le recoupement de différentes bases de données en France, aux États-Unis et en Australie. Tout en nous rappelant que la numérisation de la presse implique une profonde transformation de ces documents, les auteurs soulignent des opportunités inédites qu’elle présente pour la recherche, en lui offrant des corpus beaucoup moins hiérarchisés que par le passé : la numérisation permet de se libérer en partie des hiérarchies culturelles qui pesaient sur les priorités de recherche. Le dernier chapitre revient en détail et avec pédagogie sur les méthodes d’indexation et de recherche qui ont permis de retracer les fils de transmission menant d’une légende à l’autre, d’un morceau de texte à un autre, repris et transformé à travers les océans. En déployant de tels outils et savoirs critiques, combinés à un esprit ludique qui correspond à son objet, Roy Pinker nous démontre l’utilité de ces micro-récits, futiles et fondamentaux tout à la fois, pour comprendre nos sociétés.

Haut de page

Notes

1 https://criminocorpus.org/fr/bibliotheque/?advanced=true&q=&author=1650.

2 Pinker Roy, Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au Barnum médiatique, Marseille, Agone, 2017.

3 http://www.numapresse.org/.

4 Frederick Burr Opper, « The fin de siècle newspaper proprietor », Puck, 7 mars 1984, disponible en ligne : https://www.loc.gov/resource/ppmsca.29087/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Crucifix, « Roy Pinker, Fake News & viralité avant Internet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 février 2021, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47780 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47780

Haut de page

Rédacteur

Benoît Crucifix

Chercheur post-doctorant, Université de Gand (ERC « COMICS »).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search