Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Serge Martin, Rythmes amoureux. C...

Serge Martin, Rythmes amoureux. Corps, langage, poème

Tanguy Grannis
Rythmes amoureux
Serge Martin, Rythmes amoureux. Corps, langage, poème, La Fresnaie-Fayel, Editions Otrante, 2020, 411 p., ISBN : 979-10-97279-09-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On citera comme exemples de dualismes ceux qui concernent dans cet ouvrage le même et l’autre, la p (...)
  • 2 Cf. sa reformulation de la notion de rythme dans Meschonnic Henri, Critique du rythme : anthropolog (...)
  • 3 Selon l’expression d’André Breton, une rencontre est capitale lorsqu’elle est subjectivée à l’extrê (...)
  • 4 Voir Meschonnic Henri, Pour la poétique II. Épistémologie de l’écriture poétique de la traduction, (...)

1Comment les poèmes peuvent-ils faire l’amour ? L’ouvrage de Serge Martin nous invite à une écoute de ce que les poèmes font au sujet amoureux, et réciproquement ce qu’un « sujet amoureux fait au langage » (p. 9). On ne trouvera cependant ici nulle trace d’un parcours érudit des représentations amoureuses dans les poèmes, ni une analyse rhétorique de la poésie amoureuse. Bien au contraire, une des propositions fortes de cet ouvrage consiste justement en une critique de la notion de représentation, et en « une critique générale du discours critique traditionnel » (p. 300). Cette critique est appelée par l’attention au « continu » d’un poème, irréductible aux catégorisations dualistes du « discontinu »1, « car ce qui fait un poème, ce n’est pas la représentation, la « copie », mais le « courant continu », la traversée du corps, le continu » (p. 56). C’est ce continu qui fait la relation même, et l’auteur reprend à sa manière un travail initié par le poète et poéticien Henri Meschonnic2, dont on osera dire qu’il constitue pour lui une rencontre capitale3. Ainsi l’ouvrage s’ouvre-t-il sur une épigraphe de Meschonnic : « la poésie est le plus fort système de liens »4 (p. 7).

  • 5 Les livres qui précèdent cet ouvrage sont Martin Serge, L’amour en fragments : Poétique de la relat (...)
  • 6 Les italiques sont du rédacteur du compte rendu, et non de l’auteur du livre.
  • 7 L’étymologie du mot relation est relatio, qui renvoie au récit et à la narration. Écouter ce qui da (...)
  • 8 C’est plus précisément le Spinoza de Meschonnic qui est invoqué (voir Meschonnic Henri, Spinoza : p (...)

2Le lecteur est averti dès la première page : il s’agit d’un ouvrage qui vient « à la suite de » (p. 7)5. Que l’on nous permette seulement de considérer les premiers mots du chapitre liminaire, intitulé « l’amour par les poèmes » : « vers le récitatif amoureux du corps-langage. Cette recherche vise une théorie du langage » (p. 11), et le titre du dernier chapitre, « les poèmes par le sujet amoureux » (p. 339)6. Par, vers, vise : la théorie est toute entière tendue vers la recherche d’un passage, d’une relation7 qui fait, selon l’auteur, l’érotique des poèmes. Pour faire comprendre ce mystérieux syntagme, il postule, avec Spinoza8, qu’il y a du corps dans le langage, et que c’est ce corps-relation qui fait l’intensification maximale d’un poème. Passage, donc, par les poèmes, c’est-à-dire par les discours. Le deuxième chapitre pose en effet les jalons, avec Benveniste, d’une poétique de l’énonciation, levier d’une théorie non-substantialiste du sujet. Le sujet n’est pas ici un agent doué d’une conscience, mais le fonctionnement même du langage quand il (se) fait corps-relation.

  • 9 Voir p. 12 : « une telle progression ne pourra être qu’artificielle puisque les cinq modes d’activi (...)

3Disons-le d’emblée : la traversée des figures de la poésie française des trente dernières années du XXe siècle, au cours de cinq chapitres portant chacun sur un mode d’activité des poèmes – énoncer, incorporer, se rapprocher, correspondre, emmêler – a quelque chose d’artificiel, comme le reconnaît l’auteur9. L’enchaînement même des chapitres fait, selon un terme emprunté à l’ouvrage, un récitatif où les notions – c’est cela qui déjoue nos habitudes de lecture et qu’il coûte d’écouter –, malgré leur séparation formellement artificielle, sont poétiquement liées. Cette démarche d’apparence non méthodique procède par la critique toujours reprise et recommencée des dualismes des sciences de l’homme, comme s’y attachait déjà, là encore, Meschonnic. Il sera donc malaisé pour qui n’est pas habitué à l’écoute du rythme – que l’on appellera plutôt, avec Serge Martin, voix-relation – de saisir dans cette théorisation un système figé, là où il y va d’un bougé. Pire, il serait erroné de vouloir trouver dans ces pages de possibles applications, ce qui serait verser dans le connu des catégories traditionnelles, là où, dans et par le poème, il y va de l’inconnu.

  • 10 Dédicace issue de Meschonnic Henri, Dédicaces proverbes, Paris, Gallimard, 1972, et que Serge Marti (...)

4Prenons l’exemple, paradigmatique d’une pensée de la relation, de la différence des sexes. L’auteur formule-t-il une théorie qui nous apprend quelque chose sur les représentations philosophiques ou sociologiques de la différence sexuelle ? Il n’en est rien, puisque Serge Martin s’attache à déplacer systématiquement les problèmes sur le terrain du langage, et à substituer aux représentations par trop dualistes de la différence sexuelle la pluralité interne de la relation dans et par le langage. La poétique de la relation ne tire pas de conclusions, mais vise au mieux à parvenir à « quelques indications problématiques » (p. 307), en fait à susciter des expériences. L’auteur émet en introduction une proposition remarquable quant à ce qui se joue dans la relation pédagogique. Par la critique de la priorité de la langue sur le discours, de la règle sur l’activité, il suggère que la relation pédagogique n’est pas transmission d’un contenu (message) qui serait proposé avec des règles d’emploi, et ne vise pas la réception d’une idée abstraite d’un contexte relationnel. « Plus par toi que pour toi »10 (p. 299) : l’échange ou le passage des voix n’est pas à penser sur le modèle communicationnel des messages, voire des lettres d’amour qui représenteraient une intention ou une personnalité, mais par analogie avec l’activité épistolaire, de la correspondance relationnelle entre un « je » et un « tu » qui est un rapprochement dialogique des voix.

  • 11 Cette proposition capitale est énoncée dans Benveniste Emile, Problèmes de linguistique générale, 2(...)
  • 12 Où réciproquement, « Aimer » peut se lire comme le pseudonyme de l’auteur, et Ton Nom le titre du r (...)
  • 13 Le blanc intralinéaire – ponctuation rythmique spécifique à l’hébreu biblique – est un procédé que (...)

5La conception reprise à Benveniste de la langue comme interprétant de la société11 ouvre ainsi à une anthropologie radicalement historique du langage, c’est-à-dire à la mise en mouvement et « la recherche d’une voix-relation dans et par le langage qui emporte le tout du corps » (p. 326). Serge Martin fait sien le « principe Connaissance » (p. 68) spino-deleuzien qui pense inséparablement affect et concept, ce qui permet à l’auteur de « poser quelques principes décisifs » d’une grande fécondité, comme le fait que « la structure sexuelle dans la société […] est produite d’abord et avant tout en langue, dans et par langage » (p. 330). Discutant Alain Badiou, l’auteur montre que la déduction transcendantale des sexes visée par le philosophe ne peut se faire qu’en discours, et non pas en langue si on comprend par là une structure antérieure à l’activité du discours, ni en idée, ni en concept. À ce titre, l’amour est une pensée, car ce qui relationne se joue toujours d’abord dans et par le discours d’un sujet-relation. Le dualisme de la différentiation sexuelle, du couple individu/société, ou encore même/autre, fait place à une pluralité interne dans et par l’énonciation d’un sujet qui fait l’amour ou qui fait la relation. Ainsi Jean-Pierre Sintive, qui écrit sous le pseudonyme « Ton Nom » dans son recueil Aimer12, ouvre sur un « je te dirai », promesse d’une déclaration et déclaration d’existence qui désidentifie dans un même mouvement. L’inaccompli de la formule ouvre un infini de sens qui est un infini de l’amour. On pensera à la traduction que propose Meschonnic de l’épisode du Buisson ardent, où Dieu dit : « je serai que je serai »13, et l’on rêvera d’une poétique de la relation touchant au divin.

  • 14 L’auteur rappelle dès le propos liminaire que son ouvrage, comme ceux qui l’ont précédé, ont été en (...)

6Nous ferons finalement remarquer que la difficulté propre de cet ouvrage – notamment en ce qu’il rompt véritablement avec la critique traditionnelle – appelle naturellement à des relectures. Il serait impossible, inadéquat même, d’en faire un compte rendu exhaustif, tant au détour de ses pages se formulent nombre de conceptualisations riches de sens. L’aventure d’une voix est en fait infinie, toujours à recommencer, et c’est sous son pseudonyme « Serge Ritman »14 que le poète termine et ouvre tout à la fois. Dans et par ce poème qui inachève l’ouvrage, le rythme est mis à nu. Le rythme relationne car il y va d’un « enroulement » qui nous rapproche, d’un « envol » qui nous « arrache », d’un murmure – à la Jacques Dupin – qui emmêle les voix : « les traits concentrés dans la couleur / tu répètes et je vois » (p. 402). Pour conclure, l’ouvrage se présente ainsi comme une invitation à découvrir l’œuvre de Serge Martin, et au-delà celle de Meschonnic, dont le rire résonne parmi ces pages.

Haut de page

Notes

1 On citera comme exemples de dualismes ceux qui concernent dans cet ouvrage le même et l’autre, la présence et l’absence, le lyrisme et le formalisme, ou encore la littérature et la vie. Mais cette liste est loin d’être exhaustive.

2 Cf. sa reformulation de la notion de rythme dans Meschonnic Henri, Critique du rythme : anthropologie historique du langage, Verdier, Lagrasse, 1982.

3 Selon l’expression d’André Breton, une rencontre est capitale lorsqu’elle est subjectivée à l’extrême (voir Breton André, L’amour fou, Paris, Gallimard, 1937, p. 29).

4 Voir Meschonnic Henri, Pour la poétique II. Épistémologie de l’écriture poétique de la traduction, Paris, Gallimard, 1973, p. 401.

5 Les livres qui précèdent cet ouvrage sont Martin Serge, L’amour en fragments : Poétique de la relation critique, Arras, Presses de l’Université d’Artois, 2004, et Martin Serge, Langage et relation : Poétique de l’amour, Paris, L’Harmattan, 2005.

6 Les italiques sont du rédacteur du compte rendu, et non de l’auteur du livre.

7 L’étymologie du mot relation est relatio, qui renvoie au récit et à la narration. Écouter ce qui dans un poème relationne, pour Serge Martin, ce sera se rendre attentif à ce qui inséparablement relie et relate.

8 C’est plus précisément le Spinoza de Meschonnic qui est invoqué (voir Meschonnic Henri, Spinoza : poème de la pensée, Paris, Maisonneuve & Larose, 2002).

9 Voir p. 12 : « une telle progression ne pourra être qu’artificielle puisque les cinq modes d’activités retenus seront à considérer dans leur congruence même ».

10 Dédicace issue de Meschonnic Henri, Dédicaces proverbes, Paris, Gallimard, 1972, et que Serge Martin réénonce.

11 Cette proposition capitale est énoncée dans Benveniste Emile, Problèmes de linguistique générale, 2, Paris, Gallimard, 1974, p. 54.

12 Où réciproquement, « Aimer » peut se lire comme le pseudonyme de l’auteur, et Ton Nom le titre du recueil.

13 Le blanc intralinéaire – ponctuation rythmique spécifique à l’hébreu biblique – est un procédé que Meschonnic hérite notamment de l’écriture poétique de Claudel, et du « coup de dés » de Mallarmé.

14 L’auteur rappelle dès le propos liminaire que son ouvrage, comme ceux qui l’ont précédé, ont été engagés avec l’aventure des poèmes, dont les premiers sont rassemblés dans Ritman Serge, Ta résonance, ma retenue, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tanguy Grannis, « Serge Martin, Rythmes amoureux. Corps, langage, poème », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 février 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47799

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search