Navigation – Plan du site

Porter un prénom arabe ou musulman est-il discriminant dans l'enseignement supérieur ?

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller
Porter un prénom arabe ou musulman est-il discriminant dans l'enseignement supérieur ?
Porter un prénom arabe ou musulman est-il discriminant dans l'enseignement supérieur ?, Observatoire Régional des Etudes Supérieures du Pôle Universitaire de Lille, 2007, 41 p..
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : ORES - PUL NPdC

Texte intégral

1L'Observatoire Régional des Etudes Supérieures du Pôle Universitaire Lille Nord-Pas de Calais propose une étude statistique sur l'inégalité des étudiants dans l'enseignement supérieur. La population étudiée concerne les bacheliers 2004 qui se sont inscrits pour la première fois dans l'enseignement supérieur du Nord-Pas de Calais. L'échantillon est composé uniquement des bacheliers ayant la nationalité française soient 149 102 inscrits pour l'année 2004-2005, dont 17 813 portant un prénom arabe ou musulman (prénoms répertoriés et expertisés par Abderrazak Chebira, de l'Association Pour une Interculturalité Citoyenne). Certains prénoms n'ont pas été retenus car ils ont été considérés comme trop proches de prénoms français ou internationaux (par exemple Myriam). D'autres éléments ont été pris en compte : l'origine sociale (modeste ou aisée) et la filière d'étude (IUT, Grandes Ecoles etc.). Après avoir dégagé tous les critères précédemment cités, le nombre de bacheliers s'élevaient à 2059. Le suivi de ces nouveaux entrants dans l'enseignement supérieur est fondé sur trois critères : la sortie (non-réinscription), le redoublement (réinscription en Bac + 1) et le passage en Bac + 2. L'étude se caractérise donc par l'exhaustivité de la population étudiée. D'une part elle se fonde sur un échantillon très précis et d'autre part elle fait une comparaison entre les parcours des étudiants portant un prénom arabe ou musulman et les autres. Les premières limites de l'étude se dessinent et posent plusieurs questions qui renvoient à la place des statistiques en sociologie et aux critères d'évaluation d'une filière. Comment mesurer les discriminations à partir d'un parcours scolaire ? Peut-on hiérarchiser les filières, et si oui sur quels critères ? Quels sont les autres variables qui influencent le cursus des étudiants dans l'enseignement supérieur, quel est leur poids ?

2Après avoir présenté les caractéristiques des nouveaux bacheliers dans une première partie, l'étude, dans une seconde partie, évalue les chances des étudiants, en fonction de leurs prénoms, d'obtenir ou non un baccalauréat général. Dans une troisième partie, l'étude traite et décrit l'influence des autres variables (origine sociale, sexe, série de bac etc.) intervenant dans le parcours des nouveaux bacheliers. Dans la dernière partie enfin, l'étude traite du devenir des bacheliers, un an après leur entrée dans l'enseignement supérieur. Ont-ils redoublé, changés de filière ou réussis leur année ? Au total, il en ressort que les filières ne sont pas constituées de manière équitable selon le sexe, l'origine sociale ou le prénom porté. Mais l'originalité de l'étude réside évidemment dans le croisement de différentes variables avec la variable « prénom », ce qui provoque des effets différents selon le type de bac qui est obtenu. Ainsi la variable du prénom ne constitue pas à elle seule un facteur décisif dans l'orientation des nouveaux bacheliers dans le Nord-Pas de Calais. En mêlant toutes les variables (origine sociale, sexe, prénom etc.) les nouveaux entrants dans l'enseignement supérieur, dans cette région, qui portent un prénom arabe ou musulman, possèdent des caractéristiques sociales propres. Ils sont très souvent plus âgés, donc avec un certain retard au moment où ils passent leur baccalauréat. Ils sont issus souvent de classes sociales défavorisées. Le bac est le plus fréquemment professionnel ou technologique.

3Etant donné le nombre d'études, en sociologie de l'éducation, qui ont démontré l'importance de l'origine sociale ou du sexe dans les orientations par filières, l'analyse ici proposée ajoute un élément intéressant : même si le prénom de l'étudiant joue un rôle plus significatif que d'autres variables prises isolément, il n'est pas forcément plus influent dans certains cas. Par exemple il ne joue qu'un rôle très faible pour les étudiants dans des filières plus sélectives comme les IUT. Enfin les redoublements sont souvent le fait de variables cumulées. La plus importante est celle du type de bac : les étudiants portant un prénom arabe ou musulman et venant d'un bac professionnel ou, dans une moindre mesure d'un bac technologique, redoublent plus souvent. Porter un prénom arabe ou musulman aurait donc bien des effets discriminants sur lebac et sur le devenir des nouveaux bacheliers dans le Nord-Pas de Calais. Mais les discriminations sont également le fruit de conditions sociales de ces étudiants portant un prénom arabe ou musulman : la série de bac, la précocité d'obtention, l'origine sociale et le sexe interviennent plus ou moins au même titre que le prénom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller, « Porter un prénom arabe ou musulman est-il discriminant dans l'enseignement supérieur ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 21 novembre 2007, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/478

Haut de page

Rédacteur

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller

Chargé de recherche CRES, titulaire Master Professionnel anthropologie appliquée au développement, à la santé et à l'interculturel

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page