Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sylvain Doussot, Xavier Pons (dir...

Sylvain Doussot, Xavier Pons (dir.), « La LPPR et la réforme de l’enseignement supérieur : analyses critiques », Revue française de pédagogie, n° 207, 2020

Jordan Gamaire
La LPPR et la réforme de l'enseignement supérieur : analyses critiques
Sylvain Doussot, Xavier Pons (dir.), « La LPPR et la réforme de l'enseignement supérieur : analyses critiques », Revue française de pédagogie, n° 207, 2020, 156 p., Lyon, Institut français de l'Éducation, ENS Éditions, ISBN : 9791036202971.
Haut de page

Notes de la rédaction

Pour des raisons de déontologie, cette recension ne rend pas compte de l’article de Julien Barrier et Emmanuelle Picard, cette dernière étant codirectrice de la revue Lectures.

Texte intégral

  • 1 La liste des revues en lutte et de leurs motions est recensée sur le site Université ouverte : http (...)

1La parution de ce numéro de la Revue française de pédagogie s’inscrit dans le contexte d’une réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) particulièrement contestée par la communauté universitaire. La loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), proposée par la ministre Frédérique Vidal après la publication des rapports préalables en septembre 2019, n’a pas tardé à déclencher une mobilisation inédite par son ampleur et par ses modes d’action, menée dans le contexte plus général de la lutte contre la réforme des retraites puis de la crise sanitaire de 2020. Face à ce projet de loi, plus de 150 revues scientifiques se sont déclarées « en lutte »1 et ont publié des motions expliquant leur position, certaines allant jusqu’à consacrer un numéro spécial à ce sujet. C’est le cas de la Revue française de pédagogie, qui a décidé de solliciter des auteur·e·s pour la rédaction d’un dossier d’analyse critique de la LPPR.

2Dans une perspective de participation à la sensibilisation autour du projet de loi et d’élargissement de la mobilisation, ce dossier offre à différent·es auteur·es la possibilité de faire une analyse de la situation. Il est divisé en trois parties. La première, composée notamment des articles d’Anne Mascret et de Christine Musselin, est destinée à contextualiser le projet, en évoquant les précédentes réformes de l’ESR et la chronologie de celle qui est en cours. La deuxième partie, réunissant les contributions de Camille Noûs, Thibaut Rioufreyt, Philippe Blanchet, Barbara Stiegler et Christophe Pébarthe, constitue une analyse du projet de loi en lui-même, une tentative de définition de son contenu et un éclairage sur la stratégie du gouvernement pour le faire adopter. La dernière, regroupant des articles de Hugo Harari-Kermadec, Mélanie Sargeac, Camille Noûs et François Vatin, permet de pousser la réflexion au-delà du projet de loi en lui-même, en se focalisant sur la nouvelle transformation de l’ESR dont nous sommes témoins, et notamment sur le travail des chercheur·se·s.

3L’article d’Anne Mascret et celui de Christine Musselin contextualisent le projet de loi en tant que réforme contestée, en répondant à la question : pourquoi ce projet qui prévoit d’allouer des moyens supplémentaires à la recherche suscite-t-il une telle mobilisation ? Pour Anne Mascret, ces promesses financières ne suffisent pas à contrer la défiance de la communauté universitaire. La déclaration du directeur du CNRS, Antoine Petit, en novembre 2019, appelant de ses vœux une réforme « inégalitaire » et « darwinienne » a déclenché la polémique. De plus, le lien étroit avec la réforme des retraites, et l’absence de texte sur lequel s’appuyer n’ont pas rassuré la communauté. L'absence de consultation des syndicats au stade de l’élaboration du projet, et le peu de temps qui leur a été laissé pour l’analyser, après qu’il a été rendu public, n’ont pas favorisé leur adhésion. Enfin, le projet semble s’inscrire dans « la philosophie des réformes des quinze dernières années » (p. 35), caractérisée par le fait qu’elles ne remettent pas en question ces politiques ni leurs conséquences. Pour Christine Musselin, c’est là la principale raison de l’opposition à cette loi, malgré les promesses financières. Elle explique que la LPPR va accentuer des dynamiques déjà existantes : la centralisation et la bureaucratisation du fonctionnement des universités ; une polarisation entre les équipes les mieux financées davantage soutenues par les équipes présidentielles de leurs universités car souvent mieux évaluées, et les moins financées, qui seront encore plus pénalisées ; le renforcement d’un pilotage de la recherche au niveau central des établissements ; une orientation contrainte des projets selon la stratégie nationale de la recherche par le biais du cadrage des appels à projets ; et la baisse du nombre de postes ouverts au recrutement. Pour Christine Musselin, cette loi ne s’adresse qu’à une petite partie des établissements du supérieur français, ceux qui adhèrent à la stratégie de devenir des « grandes universités de recherche ». C’est pourquoi elle demande s'il ne serait pas plus pertinent d’accorder des moyens aux établissements en fonction de leur stratégie, au moyen de contrats quinquennaux. Elle observe encore que cette loi, qui introduit de nouveaux statuts de personnels, aurait aussi pu être l’occasion de mener une réflexion de fond sur les carrières des universitaires.

  • 2 Recherche et développement
  • 3 Agence nationale de la recherche.

4L’article de Thibaut Rioufreyt et Camille Noûs est consacré à la définition de la LPPR, à partir principalement des rapports qui ont servi de base au projet. Les deux auteurs comparent les textes initiaux et le projet de loi final pour faire ressortir la « logique générale à l’œuvre derrière le processus d’élaboration de la LPPR » (p. 51). Selon cette analyse, la loi devrait « accroître la politique de pilotage stratégique nationale » dans un système où les financeurs pilotent la recherche grâce aux appels à projets, avec une volonté du ministre Bruno Le Maire de surtout financer la « R&D2 à finalité industrielle » (p. 52). Elle devrait aussi renforcer l’évaluation des personnels de l’ESR, les inégalités de carrières, la dérégulation du statut de fonctionnaire, la création de contrats précaires et les partenariats public-privé. Pour Philippe Blanchet, avec la LPPR, il s’agit pour les réformateurs d’accélérer la transformation néolibérale de la recherche, ce qui équivaut à « courir plus vite vers le précipice » (p. 61). Il montre dans son article que cette loi s’inscrit dans un ensemble de réformes visant à transformer les universités en « entreprises privées à but lucratif qui vendraient des produits dans une concurrence mondialisée » (p. 64). Ainsi, cette loi « poursuit la destruction de la recherche publique en France » (p. 66) en précarisant les chercheur·se·s par des tenures tracks (pré-titularisations conditionnelles) et des CDI de mission (qui sont en fait des CDD), en privatisant progressivement la recherche à travers des mesures qui facilitent la mobilité des chercheur·se·s vers les entreprises, et en maintenant la « suprématie de la course aux financements » (p. 67), le financement sur projet étant privilégié aux financements pérennes. Il termine son article en évoquant les alternatives aux orientations données par la loi, notamment celles proposées par le Conseil économique, social et environnemental : rééquilibrer les financements de la recherche, lui dédier 3% du PIB, revaloriser la rémunération des scientifiques et créer 5 000 à 6 000 emplois par an durant cinq ans. Barbara Stiegler et Christophe Pébarthe entendent expliquer dans leur article comment « la LPPR détruit la recherche en la finançant » (p. 69). Ils mettent en lumière plusieurs problèmes, comme le retard délibéré de la France dans la poursuite de l’objectif fixé dans la stratégie de Lisbonne de consacrer 3% du PIB à la recherche, le caractère chronophage des candidatures auprès de l’ANR3 pour un faible taux d’acceptation, la mise en concurrence croissante entre chercheurs, laboratoires et établissements au sein même de la recherche, ou encore la nécessité de lier de plus en plus la recherche à la valorisation et au transfert technologique.

5Hugo Harari-Kermadec, Mélanie Sargeac et Camille Noûs s’interrogent sur les transformations à l'œuvre dans l’ESR, notamment sur le rôle prépondérant accordé à l’évaluation dans le financement de la recherche. Ils insistent sur la polarisation entre les équipes de recherche les mieux et les moins bien dotées en expliquant que celle-ci pourrait être une conséquence, d’une part, d’un « retournement temporel » (p. 84) dans le financement de la recherche, car celui-ci ne se ferait plus en amont des projets mais a posteriori, selon l’évaluation de leurs résultats, et, d’autre part, d’une stratégie d’attraction des étudiants solvables On assisterait alors à un « phénomène économique d’accumulation primitive, que la LPPR pourrait accélérer » (p. 84).Les établissements les plus attractifs pourraient bénéficier des recettes découlant des droits d’inscription des étudiants pour investir dans une stratégie qui les rendraient encore plus attractifs, et les établissements les mieux dotés financièrement pourraient faire de la recherche mieux évaluée, et donc mieux financée, ce qui risquerait de creuser encore un peu plus l’écart entre les établissements. Dans le dernier article de ce dossier thématique, François Vatin mène une réflexion sur le statut d’enseignant·e-chercheur·se et sur l’association qu’il opère entre mission d’enseignement et mission de recherche. Après une rapide histoire de ce statut, l’auteur justifie l’interdépendance des deux missions dans sa propre pratique. Cependant, il comprend la position de certain·es collègues qui dissocient ces deux activités et attribue cette attitude au décalage entre leurs attentes en matière de transmission des connaissances scientifiques et les attentes d’un public étudiant qui souvent intègre l’université par défaut et n’a pas « le désir de suivre des études universitaire » (p. 93).

6La lecture de ce dossier fait ressortir plusieurs points de consensus entre les auteur·e·s qui résument les objectifs de la loi et les raisons du fort mécontentement et de la mobilisation inédite de la communauté universitaire : cette loi s’inscrit dans la continuité des réformes néolibérales qui touchent l’ensemble des services publics ; elle privilégie le financement par projet au détriment des financements pérennes, ce qui a pour effet néfaste de mettre en jeu l’autonomie de la recherche et de condamner les chercheur·se·s à consacrer une part toujours plus importante de leur temps à la recherche de fonds ; par le détricotage du statut de fonctionnaire et le développement de statuts précaires, elle poursuit l’entreprise de précarisation des personnels de recherche ; enfin, elle vise à mettre de plus en plus la recherche publique au service d’intérêts privés. 

7Si le but principal du dossier est de livrer une analyse critique du projet de loi en donnant aux auteur·e·s sollicité·e·s la liberté d’émettre un avis personnel sur la réforme, les différentes contributions mettent aussi en lumière les évolutions plus larges de l’enseignement supérieur et de la recherche française. Ce numéro s’inscrit donc non seulement dans une mobilisation sectorielle nationale mais aussi dans le champ scientifique ayant pour objet d’étude cette branche du service public qu’est l’ESR.

Haut de page

Notes

1 La liste des revues en lutte et de leurs motions est recensée sur le site Université ouverte : https://universiteouverte.org/2020/01/20/liste-et-motions-des-revues/.

2 Recherche et développement

3 Agence nationale de la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jordan Gamaire, « Sylvain Doussot, Xavier Pons (dir.), « La LPPR et la réforme de l’enseignement supérieur : analyses critiques », Revue française de pédagogie, n° 207, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 février 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47810 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47810

Haut de page

Rédacteur

Jordan Gamaire

Étudiant en master de sociologie à l’Université de Limoges et en master de science politique à l’Université Gustave Eiffel.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search