Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Émeline Dion, Veronika Kushtanina...

Émeline Dion, Veronika Kushtanina, Elsa Lagier, Élise Pape, Constance Perrin-Joly, Juliette Plé, Pierrine Robin, Bérengère Savinel, Régis Schlagdenhauffen (dir.), Parler de soi. Méthodes biographiques en sciences sociales

Sébastien Saetta
Parler de soi
Emeline Dion, Veronika Kushtanina, Elsa Lagier, Elise Pape, Constance Perrin-Joly, Juliette Plé, Pierrine Robin, Bérengère Savinel, Régis Schlagdenhauffen (dir.), Parler de soi. Méthodes biographiques en sciences sociales, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2020, 314 p., ISBN : 978-2-7132-2817-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est le prolongement d’un séminaire de l’EHESS sur l’analyse des discours biographiques, puis d’un colloque organisé en 2016 sur le thème « les sciences humaines et sociales face au foisonnement biographique – innovations méthodologiques et diversité des approches ». Il est coordonné par neuf chercheurs·euses et convoque dix-huit contributeurs·trices, pour la plupart sociologues.

  • 1 Le terme « approche » est préféré à celui de « méthode » dans plusieurs parties et contributions de (...)

2Ce projet, comme l’indique le nom du colloque, se fonde sur le constat d’un « foisonnement biographique » au sein des sociétés contemporaines, foisonnement qui renvoie tant à une multiplication des discours sur soi (sur un mode « expressif » ou « injonctif ») qu’au développement des « approches biographiques »1 dans les sciences sociales. On observe une multiplication des espaces où les individus sont susceptibles de se raconter ainsi qu’une tendance à la « biographisation », lesquelles conduisent à la production de données facilement utilisables et soulèvent également de nombreuses questions. L’objectif de l’ouvrage est alors « de donner un aperçu pluraliste [de ce] foisonnement biographique et de la recherche qui y prend part et d’offrir des pistes de réflexion sur les méthodes mobilisables pour recueillir et analyser les données biographiques » (p. 14). Il y procède de façon originale, en s’intéressant à « la cuisine » et aux coulisses de la recherche, et en donnant à lire des récits (d’expériences de terrains et de parcours) de jeunes et de moins jeunes chercheurs·euses, au cours desquels sont interrogés tant les dimensions méthodologiques et épistémologiques, que les aspects éthiques et politiques des pratiques de recherche.

3L’ouvrage est organisé autour de quatre parties : une première intitulée « l’approche biographique : rétrospectives et enjeux », une seconde portant sur les « apports méthodologiques pour saisir la complexité du social », une troisième dénommée « engagement éthique et parole inaudible », et une quatrième intitulée « silences et cacophonies biographiques ».

4Les quatre contributions de la première partie portent sur les contextes institutionnels dans lesquels ont été développées les approches biographiques. Elles invitent à sortir du contexte hexagonal, qui se serait d’ailleurs montré particulièrement hostile à l’introduction de ces approches, si on le compare par exemple au contexte allemand (voir la contribution d’Elisa Pape). Elles permettent en effet de constater que les approches biographiques ont été développées de façon concomitante dans différents pays, et dans le cadre d’interactions entre des chercheurs·euses de différents continents (voir la contribution de Lena Inowlocki sur « l’internationalité de la recherche biographique », ainsi que celle de Daniel Bertaux, qui explique que son ancrage au sein du réseau international Biography and Society lui a permis de résister au processus d’ostracisation dont il était l’objet au CNRS). Veronika Kushtanina et Constance Perrin-Joly entérinent cette défiance dont les histoires de vie – soupçonnées d’être singulières et reconstruites rétrospectivement – ont fait l’objet au sein de la sociologie française. Elles désamorcent cette double critique en commençant par énoncer les conditions d’objectivation des récits de vie : travail d’interprétation permettant de passer du sens commun au savoir sociologique ; construction d’un échantillon sociologiquement raisonné ; inscription de l’enquête dans la durée ; multiplication des entretiens et des focales. Elles soutiennent ensuite que la subjectivité qu’implique leur développement constitue moins un obstacle qu’une chance pour la sociologie, permettant de comprendre, en creux, les rapports de force concernant des individus habitué·e·s et/ou et enjoint·e·s de se raconter.

5Dotée de quatre contributions, la seconde partie porte sur des questions de méthode. Claire Bidart et Sandrine Nicourd proposent des pistes méthodologiques permettant, pour la première, d’envisager la pluralité des temporalités et des échelles d’analyse afin de saisir la complexité des parcours, pour la seconde, d’articuler le biographique d’ordre diachronique et le relationnel d’ordre synchronique dans l’étude des trajectoires. Les autres contributions portent sur le recours à différentes méthodes : observation, entretien, questionnaire, recueil des discours sur les réseaux sociaux. Si leur multiplication donne à voir des décalages, en particulier entre ce que les individus disent et font, ou entre ce qu’ils disent dans un contexte et taisent dans l’autre, ceux-ci sont appréhendés moins comme le moyen de « corriger » ce qui est dit, que comme l’occasion de saisir les processus de construction de l’identité et la façon dont elle est négociée dans les rapports sociaux. Julie Landour, qui s’intéresse aux « Mompreneurs », c’est-à-dire aux femmes qui, lors de l’arrivée d’un enfant, créent leur entreprise, montre par exemple que les discours sur Facebook lui ont permis de voir que les activités domestiques, peu dévoilées par ces femmes lors des entretiens au profit des activités professionnelles, occupaient une part importante de leur quotidien, ce décalage témoignant d’une « quête de respectabilité » au sein d’un milieu social acquis à la norme égalitaire et où s’avère difficilement avouable le repli sur la sphère domestique.

6Intitulée « Engagement éthique et parole inaudible », la troisième partie permet de remarquer que la méthode biographique, en particulier lorsqu’elle concerne des « acteurs faibles » et/ou des personnes étiquetées déviantes, soulève plus immédiatement que d’autres méthodes des enjeux éthiques et politiques. Les contributions de cette partie portent notamment sur la tension entre la dimension de contrainte et la dimension émancipatrice du récit, comme la contribution de Jean-Paul Payet sur la responsabilité du sociologue dans le processus de reconnaissance des voix faibles. Elles ont également pour objet la nature de la relation susceptible de se nouer durant une enquête (contribution de Sylvie Monchatre), les bénéfices symboliques, matériels et/ou psychologiques que retirent les personnes à se livrer à un·e chercheur·euse, ainsi que le fait que les chercheurs·euses ne sont pas nécessairement formé·e·s à écouter des récits difficiles à entendre, comme des récits de sévices (contribution de Marie Loison-Leruste). Les contributions de Julie Ancian et de Mathieu Trachman se détachent des autres dans la mesure où elles portent spécifiquement sur le récit de pratiques déviantes. Julie Ancian montre que « l’indicible pour les femmes auteures de néonaticide renvoie à ce qui est inaudible pour la cour d’assise [à savoir] que maîtriser sa fécondité […] requiert de pouvoir surmonter différentes contraintes » (p. 190). Elle oppose au récit judiciaire un récit sociologique, donnant à entendre et à voir la parole des femmes et leurs parcours reproductifs. Mathieu Trachman, qui a interrogé des hommes regroupés dans une association autour de la pratique de la fessée, montre que ces derniers se sont moins attelés dans les entretiens à répondre à la question posée par le chercheur sur l’origine de leurs fantasmes, qu’à érotiser des récits originels et à s’y constituer en objet de désir.

7Les contributions de la quatrième et dernière partie, au nombre de cinq, ont en commun de questionner tant les silences que le phénomène de « cacophonie » lié, en partie, à la multiplication des discours sur soi. Plutôt que d’être appréhendés comme des obstacles, ces silences et cette cacophonie sont analysés en vue de saisir les normes implicites de présentation de soi, et ce, de trois manières. Michel Anteby et Cécile Thomé s’attachent d’abord à faire parler les silences : tandis qu’il analyse les dénis des ouvriers d’usine, l’obstruction d’anatomistes cliniciens, et le silence d’enseignant·e·s chercheurs·euses, elle montre que les oublis relatifs au récit du parcours sexuel répondent à des normes de genre et de génération. Antoine Querrec analyse, lui, une voix à la marge et un cas de décrochage scolaire et d’éloignement, qui a produit une forme de trou et de parenthèse biographique. La contribution de Josselin Tricou et celle d’Axel Pohn-Weidinger et Fabien Deshayes confrontent pour leur part plusieurs voix sur la même histoire. Pour ce faire, le premier s’appuie sur la mise en scène de soi de prêtres sur internet, et les seconds multiplient les sources afin de rendre justice à l’épaisseur du vécu et de ne pas « réduire les individus à une ou deux variables » (p. 270).

  • 2 En témoigne son imposante bibliographie de trente-trois pages.
  • 3 Lewis Oscar, Les enfants de Sánchez. Autobiographie d’une famille mexicaine, Paris, Gallimard, 1963 (...)

8Bien que ne soit là ni son intérêt principal, ni l’objectif visé par ses auteurs·trices, cet ouvrage offre d’abord un état des lieux pertinent et lui-même foisonnant des réflexions sur le sujet2 et ce, dans différents contextes nationaux. Il permet de se familiariser aux approches biographiques, et de prendre connaissance tant de leurs contextes d’émergence que des enjeux méthodologiques, épistémologiques ou éthiques qu’elles soulèvent, et des principaux travaux sur le sujet, en particulier de travaux pionniers3. Son intérêt est cependant ailleurs, et réside dans le fait de donner à voir la recherche et les méthodes biographiques en train de se faire, et ce à travers un grand nombre de contributions, portant sur des sujets et des publics extrêmement variés. Cet ouvrage est ainsi incontestablement original et précieux dans le paysage de la littérature sur les méthodes biographiques.

  • 4 Voir à ce sujet Laé Jean-François, Madec Annick et Murard Numa (dir.), « Sociologie narrative : le (...)
  • 5 Voir par exemple Mercier Lucie et Rhéaume Jacques (dir.), Récits de vie et sociologie clinique, Qué (...)
  • 6 Laé Jean-François et Kempeneers Marianne, « Présentation : écritures et documents personnels, une s (...)

9Il laisse toutefois dans l’ombre des domaines importants, qui permettraient d’enrichir et d’approfondir des questionnements qu’il soulève : on pense à la sociologie narrative4, qui, tout en incluant la thématique des récits de vie, aborde plus globalement la place de la narration dans les sociétés contemporaines ; à la sociologie clinique, qui mobilise les récits de vie et prête une attention privilégiée à leur dimension subjective et existentielle5 ; ou à la sociologie des écrits, en particulier la sociologie des documents personnels, qui élargit la notion d’archive en sociologie6. Ces perspectives invitent notamment au décloisonnement et au dialogue entre les disciplines, qui reste timide dans cet ouvrage et plus globalement dans le cadre des approches biographiques en sciences sociales. Pourtant, comme cela est souligné dans l’ouvrage, le développement de ces approches concerne de nombreuses disciplines. Il peut ainsi constituer l’occasion de développer ou renforcer l’interdisciplinarité entre la sociologie, les sciences du langage (en particulier la narratologie), l’histoire, la psychologie et la démographie, ce qui n’est pas sans soulever de nouveaux enjeux épistémologiques et méthodologiques.

Haut de page

Notes

1 Le terme « approche » est préféré à celui de « méthode » dans plusieurs parties et contributions de l’ouvrage, car l’intérêt pour les données biographiques est lié à des courants de pensée et ne se résume pas au recours à une méthode.

2 En témoigne son imposante bibliographie de trente-trois pages.

3 Lewis Oscar, Les enfants de Sánchez. Autobiographie d’une famille mexicaine, Paris, Gallimard, 1963 [1961] ; Catani Maurizio et Mazé Suzanne, Tante Suzanne. Une histoire de vie sociale, Paris, Méridiens, 1982 ; Thomas William et Znaniecki Florian, The Polish Peasant in Europe and America, Boston, Gorham Press, 1918.

4 Voir à ce sujet Laé Jean-François, Madec Annick et Murard Numa (dir.), « Sociologie narrative : le pouvoir du récit », Sociologie et sociétés, vol. 48, n° 2, 2016.

5 Voir par exemple Mercier Lucie et Rhéaume Jacques (dir.), Récits de vie et sociologie clinique, Québec, Presses de l’Université de Laval, 2007 ; ou De Gaulejac Vincent et Legrand Michel, Intervenir par le récit de vie. Entre histoire collective et histoire individuelle, Toulouse, Érès, 2008.

6 Laé Jean-François et Kempeneers Marianne, « Présentation : écritures et documents personnels, une source sociologique ? », Sociologie et sociétés, vol. 40, n° 2, 2008, p. 9-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Saetta, « Émeline Dion, Veronika Kushtanina, Elsa Lagier, Élise Pape, Constance Perrin-Joly, Juliette Plé, Pierrine Robin, Bérengère Savinel, Régis Schlagdenhauffen (dir.), Parler de soi. Méthodes biographiques en sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 février 2021, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47853 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47853

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Saetta

Sociologue, il a réalisé une thèse sur l’expertise psychiatrique pénale. Il est aujourd’hui ingénieur de recherche contractuel dans une association de recherche (Plateforme de Recherche sur la Santé Mentale et le Handicap Psychique), et consacre désormais ses recherches aux transformations de l’institution psychiatrique. Il est membre de l’UMR 6051 Arènes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search