Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Ségolène Darly, Véronique Fouraul...

Ségolène Darly, Véronique Fourault-Cauët, Richard Raymond (dir.), Marginalisations, résistances et innovations dans les franges périurbaines

Zoé Ginter
Marginalisations, résistances et innovations dans les franges périurbaines
Ségolène Darly, Véronique Fourault-Cauët, Richard Raymond (dir.), Marginalisations, résistances et innovations dans les franges périurbaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », 2020, 148 p., ISBN : 9782753579781.
Haut de page

Texte intégral

1« Se met-on à l’écart dans les franges pour y trouver des réponses à la crise urbaine ? » (p. 14) : c’est la question à laquelle se propose de répondre l’ouvrage collectif dirigé par les géographes Ségolène Darly, Véronique Fourault-Cauët et Richard Raymond. Paru dans la collection « Géographie sociale » des Presses universitaires de Rennes, le volume présente une partie des travaux réalisés dans le cadre du projet de recherche « Paysage des franges périurbaines : représentations, indicateurs, outils ». Sept études de cas offrent chacune à leur manière une lecture de ces franges périurbaines, dont les configurations sociales et spatiales sont plutôt hétéroclites. Les matériaux mobilisés sont essentiellement qualitatifs : entretiens semi-directifs, observations, tables rondes… La cartographie et l’analyse spatiale viennent parfois en complément. Par la synthèse qu’il apporte, mais aussi la part belle qui est faite aux études de cas, l’ouvrage peut intéresser un public averti comme non-initié. Le format est réduit, mais les thématiques variées, ce qui en fait une bonne introduction à l’analyse des multiples facettes de ces espaces lisières.

2L’introduction, généreuse, permet de contextualiser l’émergence des travaux portant sur les espaces périurbains. Les auteurs reviennent sur les traits du « fait urbain », dont la déqualification des franges périurbaines est révélatrice. Face à l’urbanisation, à la spécialisation fonctionnelle des espaces et à la polarisation des flux, la marge apparaît souvent comme un lieu de relégation, une situation subie ou imposée. À ce titre, on se représente les territoires marginaux comme reculés, en déprise, dépendants, dominés… Ils seraient vulnérables, ou traduiraient un dysfonctionnement du système territorial. L’ouvrage montre, au contraire, que ces franges sont aussi le lieu d’inventions, de compromis nouveaux et d’arts de faire. Les auteurs nous invitent à envisager ces espaces intermédiaires comme « des espaces de relative liberté » (p. 19), notamment en l’absence d’un cadre aussi normé que dans les centres urbains. La définition proposée de ces franges comme « espaces de démarcation entre la ville et son environnement immédiat » (p. 7) est relativement sommaire de prime abord. Pour autant, elle ne doit pas masquer la diversité des configurations qu’on rencontre dans ces espaces lisières. Les contributions de l’ouvrage décrivent des franges aussi bien plurielles au regard de leur physionomie que des populations qui les occupent et des pratiques qui s’y déploient. Prenons quelques illustrations des multiples facettes de ces franges abordées dans les différents cas d’étude.

3On notera tout d’abord une hétérogénéité des espaces géographiques. Les différentes recherches ont par exemple été menées en région parisienne, lyonnaise, mais aussi aux bords de Loire, ou encore en périphéries de Toulouse et Bayonne. Ces espaces de marges peuvent être des lieux d’articulation entre le bâti et les espaces naturels, comme dans le cas des franges du littoral landais et de son entre-deux ville/forêt analysé par Christine Bouisset et Isabelle Degrémont. Ils peuvent également être au cœur des centres urbains, tel que le parc de Vincennes investi par les sans domicile fixe, qu’Étienne Grésillon, Jean-Paul Amat et Océane Kneur apparentent à un espace de reconstruction. Ces franges ont la particularité d’être des espaces à l’écart, qui permettent dans une certaine mesure d’échapper à la logique d’uniformisation qui peut caractériser la ville dense.

4Les contributions montrent ensuite que ces zones sont investies selon différents modes d’appropriation de l’espace, ceci via des catégories plurielles d’acteurs : populations précaires, marginalisées, classes moyennes, « rurbains »… Dans ces franges à l’écart, tantôt subies, tantôt revendiquées, les modes d’habiter expriment un droit à la différence. L’enquête menée par Bertrand Sajaloli dans les zones inondables du Val d’Orléans montre que ces dernières deviennent un refuge pour des populations marginalisées qui, au gré d’arrangements réglementaires, revendiquent un cadre de vie sauvage et naturel. Ces appropriations de l’espace contribuent de fait à la fabrique du paysage, comme dans le cas des Ecossolies étudiées par Valérie Billaudeau et Arnaud de Lajarte. À Nantes, ce réseau d’acteurs de l’économie sociale et solidaire propose une nouvelle esthétique du paysage entre solidarité et normalisation.

5Ces franges sont aussi le lieu où se déploient des pratiques à part, interprétées comme des résistances individuelles ou des désirs d’ancrage local. Les habitants profitent alors « de la faiblesse relative des normes urbaines qui les régissent pour établir des formes de territorialités et des modes d’habiter originaux, marqués à la fois par des processus de mise à l’écart ou de marginalisation, mais aussi par des formes de résistances et d’innovations » (p. 22-23). Perrine Michon et Céline Loudier-Malgouyres montrent ainsi comment les nouveaux rapports à l’espace qui s’y manifestent et les nouvelles sociabilités qui s’y révèlent participent de la co-construction de ces espaces, tout comme du rapport à la ville. Les pratiques observées dans les études de cas diffèrent dans leur temporalité, leur ancrage ou encore leur prise sur l’espace public. Les habitants peuvent ainsi exprimer une résistance, certes discrète, à la ville et ses normes, ceci sous la forme d’une « infra-politique », mise en évidence par Guillaume Faburel et Mathilde Girault. Cette politisation au quotidien se lit par exemple dans les pratiques alimentaires, les formes de solidarité et de territorialité renouvelées, ou encore les rapports à la mobilité. Propices au retrait ou à la dissimulation, ces franges peuvent être le lieu de pratiques non-conformes à « l’ordre urbain », mais aussi de pratiques d’auto-organisation. Cette autorégulation est par exemple mise en lumière par Richard Raymond, Blandine Noël, Véronique Fourault-Cauët et Ségolène Darly dans leur analyse des pratiques des habitants des franges périurbaines d’Île-de-France.

  • 1 Cf. Christophe Guilluy, La France périphérique: Comment on a sacrifié les classes populaires, Paris (...)

6Les franges examinées au fil de l’ouvrage, successivement comme ressources, refuges, tiers-lieux innovants ou « fronts urbain », attirent l’attention du lecteur sur la diversité et la complexité de ces formes d’organisation spatiales et sociales. Pour autant, parmi les multiples facettes de la marge (et des processus afférents), c’est essentiellement sous l’angle de la mise à distance de la norme que ces tiers-espaces sont ici examinées. Un des apports principaux de l’ouvrage est de donner à voir des franges périurbaines non pas nécessairement extérieures, mais correspondant à des espaces de l’autre où s’établissent des rapports économiques, sociaux et culturels différents. Les études de cas illustrent par conséquent les limites du traditionnel couple centre/périphérie, qui ne permet pas de saisir pleinement ce qui se joue dans ces franges. Finalement, davantage qu’à des espaces dépendants, les analyses proposées renvoient à des alternatives et à l’idée de « faire autrement » face aux normes urbaines. Les auteurs réhabilitent ainsi le périurbain face aux représentations parfois irrévérentes, souvent caricaturales, de cette « France périphérique »1.

Haut de page

Notes

1 Cf. Christophe Guilluy, La France périphérique: Comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zoé Ginter, « Ségolène Darly, Véronique Fourault-Cauët, Richard Raymond (dir.), Marginalisations, résistances et innovations dans les franges périurbaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 février 2021, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47868

Haut de page

Rédacteur

Zoé Ginter

Doctorante en géographie, Université Bordeaux Montaigne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search