Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Michel Porret, Le sang des lilas....

Michel Porret, Le sang des lilas. Une mère mélancolique égorge ses quatre enfants

Samuel Lézé
Le sang des lilas
Michel Porret, Le sang des lilas. Une mère mélancolique égorge ses quatre enfants en mai 1885 à Genève, Chêne-Bourg, Editeur Georg, 2019, 395 p., ISBN : 978-2-8257-1143-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Max Gluckman, Politics, Law and Ritual in Tribal Africa, Oxford, Basil Blackwell, 1965

1La folie criminelle au XIXème siècle est un thème de recherche important pour questionner les rapports entre la psychiatrie et la justice : d’une part, quelles sont les conditions sociales de formation et de fonctionnement d’une nouvelle interface à partir de cet objet frontière ? D’autre part, quelles sont les conséquences institutionnelles réciproques sur l’autorité des aliénistes et la responsabilité pénale ? Avant même de chercher une réponse à ces questions, il faut garder à l’esprit que les interactions du couple « juge vs expert » manifestent un cadre social spécifique. Celui-ci offre aux acteurs des contraintes et des ressources selon une hiérarchie de normes et de valeurs, comme l’a établi l’anthropologie juridique1. De ce fait, la transaction sociale entre le droit, les coutumes et les conventions est une dimension analytique importante pour expliquer la formation des jugements de déviance.

  • 2 Cette substance toxique extraite de la racine de Belladone est utilisée comme médicament dans les c (...)

2Ainsi, l’objectif de Michel Porret, professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève, est de réaliser une monographie sur les effets sociaux d’un crime commis en Suisse à la fin du XIXème siècle. Dans la nuit du 1er mai 1885, Jeanne Lombardi égorge ses quatre enfants avec un rasoir. Elle fleurit les cadavres en les recouvrant d’un drap, puis tente de se suicider à l’atropine2. Il y a un survivant, Joseph Emile, 5 ans, qui devient aphone. L’effet principal de cet événement est de provoquer « un débat général sur la folie et la responsabilité en justice » (p. 13), aboutissant, en 1887, à une modification de la jurisprudence de « l’état d’aliénation mentale » (p. 19). La portée historique de cet événement ne vient pas uniquement de son aspect dramatique, mais de la transformation du crime de Constance en « cas Lombardi » (p. 19).

  • 3 Marc Renneville. « Aliénisme », in : Dominique Lecourt. Dictionnaire d'histoire de la pensée médica (...)

3La méthode de recueil des données aux Archives d’État de Genève montre bien une « monographie écrite au plus près des sources » (p. 271) : elle réunit 13 annexes (p. 283-351) et un riche dossier iconographique en couleur (p. 354-375) avec des pièces judiciaires et de nombreux extraits de presse. L’ensemble des documents indique ainsi l’intervention d’un réseau d’acteurs importants : le grand public, 91 témoins, 15 médecins aliénistes avec plus de 200 pages de dossiers, et un manuscrit de 100 feuillets autobiographiques de Jeanne Lombardi, rédigé lors de son internement en 1885-86. Par contraste, la méthode d’analyse est fort succincte. Dans ce corpus, la « convergence des discours » est censée révéler comment se « réverbère » le « positivisme médico-légal » d’après 1850, transformant l’aliéné en « sujet de droit » (p. 18). Comme la catégorie, au demeurant anachronique, « d’aliénisme » 3(p. 255), le « positivisme médico-légal » est une étiquette classificatoire qui n’est pas contextualisée ni expliquée plus avant. De cet arrangement, il résulte 6 chapitres.

4Le chapitre 1 croise trois regards sur les faits : (i) celui des hygiénistes et urbanistes, qui dresse l’état moral du quartier de Genève où se déroule les faits en montrant la dangerosité du Faubourg confortant l’insalubrité morale et physique du Faubourg (p. 28) ; (ii) celui du « drame familial » (p. 29-39), à partir de l’autobiographie de l’auteur des faits qui se décrit comme victime de son mari Joseph, brute alcoolique, et de la « fatalité » ; (iii) enfin, la « topographie judiciaire » (p. 58-60) objectivise « les lieux du crime » et la « scène criminelle » à partir de l’examen minutieux des indices matériels pour comprendre le « mobile » du meurtre.

5Le chapitre 2 se focalise sur la scène funéraire de l’enterrement catholique qui attire la foule agitée par les interprétations possibles de l’acte de la « patiente délirante » (p. 79) car désormais son destin implique de trancher entre deux décisions relevant d’une bifurcation simple : crime ou folie, responsabilité ou irresponsabilité, prison ou asile. Le nœud de la discussion porte sur la « préméditation », car c’est un indice de libre-arbitre, de conscience et de responsabilité. La « physionomie » de la malade (p. 85-86) est décrite. Les premières interprétations psychiatriques de l’acte de Jeanne Lombardi ont une diffusion médiatique intense dans la presse locale, nationale et internationale. Le thème de la peur de la contagion morale domine les représentations sociales (p. 100).

6Le chapitre 3 porte sur l’instruction, qui débute à la morgue avec un examen médico-légal et l’autopsie. Puis il analyse comment les interrogatoires d’une cinquantaine de témoins (p. 123) font appel au répertoire du drame et de la tragédie : « le récit polyphonique forge la dramaturgie sociale » (p. 131). En fait, c’est l’ensemble de la monographie qui illustre ce postulat, sans expliquer le critère de sélection d’un trait plutôt qu’un autre. Serait-ce le « positivisme » qui sélectionne les informations ? La rhétorique du drame ? Ou bien la mémoire collective, selon un filtre moral encore à découvrir ? Ou bien encore une transaction subtile entre les deux ?

7Le chapitre 4 s’intéresse au rapport d’expertise qui triomphe parmi dix autres entre 1885 et 1886 (p. 142). Selon ce document, l’impulsion (qui est une contrainte psychologique automatique) n’altère en rien les « facultés intellectuelles » (comme la mémoire, la raison et la décision) (p. 168). L’observation des « indices d’aliénation », au-delà des signes manifestes, permet l’établissement du diagnostic de folie morale : une « dépression mélancolique ». La raison a suspendu la morale par un mécanisme relevant d’une « anesthésie psychique » (p. 170). Par ailleurs, dans ce chapitre, il faut remarquer qu’il est très plaisant de lire un extrait aussi long de la retranscription, par le psychiatre, de l’entretien psychiatrique de la prévenue (p. 171-177).

8Le chapitre 5 est consacré au procès qui a lieu en 1886, une année après les faits. Il s’agit de reconstituer le « théâtre judiciaire » avec la « déposition des témoins » (une centaine, p. 194) à charge ou à décharge. Le rapport d’expertise pèse et fait prononcer le verdict de l’internement pour « l’aliéné criminel », même si le crime est prémédité (p. 210-218). Dans ce flux, on repère des séquences qui pouvaient éclairer des mécanismes de formation du jugement moral, mais le lecteur a surtout l’impression d’une suite de glissements contingents.

9Le chapitre 6 relate l’internement de l’auteure des faits, alors affublée d’un pseudonyme (Jeanne Moral, p. 233) pour ne pas « agiter » les malades (p. 239). Le dossier de son suivi clinique montre que l’interne est sceptique face à l’aliénation mentale de la patiente (p. 246), qu’il caractérise plutôt comme atteinte de déficit du « sens moral » car elle serait finalement bien lucide. Le psychiatre Auguste Forel la déclare bientôt guérie malgré un certain degré de « dégénérescence mentale ». C’est lors de cet internement que le crime devient le « cas Lombardi », attestant, selon l’auteur, de la « déconstruction médico-légale de la culpabilité » (p. 256). Son « aliénation morale » (la mélancolie homicide) devient alors une matrice pathologique du suicide élargi (p. 259) susceptible désormais de figurer dans les manuels de médecine légale.

  • 4 Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991.

10Au terme de la lecture de cet ouvrage documenté, la question de la méthode d’analyse du corpus ne peut que revenir. En effet, la quantité et la qualité des sources ne peuvent à eux seuls faire ressortir l’ordre local spécifique des normes et des valeurs. La transaction sociale entre le droit, les coutumes et les conventions est intelligible si et seulement si l’analyse tente d’identifier les critères de formation des jugements et le sens de la peine. Plus largement, il est étonnant de ne pas avoir exploré plus avant les effets de genre au-delà de la question de « l’amour maternel » sur la polyphonie des interprétations possibles, au-delà de l’écho médiatique et du répertoire rhétorique. La théorie implicite de cette analyse semble ainsi s’attacher uniquement aux mécanismes de transformations des cadres de l’expérience d’une déviance4.

  • 5 Médée est un personnage mythologique (figure de l’infanticide) et le « complexe de Médée » désigne (...)

11De ce fait, l’événement est successivement : un « crime » ; une « tragédie familiale » ; un « fait divers » au registre tragique (mobilisant le répertoire antique de la « Médée5 genevoise »), relevant du « drame » (variant selon la « couleur » de la presse locale et internationale) ; une incarnation du « mal du Faubourg » de Saint-Gervais (incitant aux « visites » de lieux « mal famés ») ; le portrait d’un « monstre moral » ou d’une « malade » ; un exemple de « transgression » (comment une mère peut-elle tuer ses propres enfants, quid du fameux « amour maternel » ? ) ; « l’affaire Lombardi » instruite par la Justice pendant dix mois ; un « cas » d’expertise (illustrant une « dépression mélancolique et affection délirante fixe ») ; un « procès mémorable » aux Assises (du 31 mai au 1er juillet 1886) ; un acquittement pour « aliénation » qui l’amène à être internée pendant 8 ans le 10 mai 1894 à l’Asile des Vernets. Enfin : un « cas » d’école traité dans les manuels de psychiatrie médico-légale.

  • 6 Luc Boltanski et al. (dir.). Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, S (...)

12Les effets de variation et de transformation du cadrage de l’expérience montrent donc, après bien d’autres études sur la forme « affaire »6, que la folie criminelle fait l’objet d’un travail de dé-singularisation et de montée en généralité. Mais le format « monographie historique » n’est-il pas un cadrage de plus, plus totalisant encore ? En effet, d’une part, l’unité d’analyse récapitule le multiple (les perspectives et les circonstances) en « recontextualisant » la complexité avec l’exactitude paradoxalement toute positiviste des documents d’archives. D’autre part, l’analyse monographique livre aussi une « étude de cas » historique qui illustre un processus social général : la transformation des aliénés en « sujet de droit » sous l’action du « positivisme médico-légal » d’après 1850. Cependant, pour rendre plus intelligible encore la spécificité historique de ce cadrage c’est la formation du jugement clinique et les décisions du « positivisme médico-légal » qu’il convient d’explorer plus avant car le droit romain a transformé de longue date le criminel atteint de mentis alienatio en sujet de droit.

Haut de page

Notes

1 Max Gluckman, Politics, Law and Ritual in Tribal Africa, Oxford, Basil Blackwell, 1965

2 Cette substance toxique extraite de la racine de Belladone est utilisée comme médicament dans les cas de « perte de connaissance ». Curieusement cette monographie ne donne aucun détail sur ses usages au XIXème siècle.

3 Marc Renneville. « Aliénisme », in : Dominique Lecourt. Dictionnaire d'histoire de la pensée médicale, Presses universitaires de France, 2004, pp.26-29. Le néologisme français d’aliénation est curieusement daté de 1811 (p.19) et non de septembre 1800, s’il faut le situer dans l’édition, par Philippe Pinel (1745-1826), du Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale ou la manie.

4 Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991.

5 Médée est un personnage mythologique (figure de l’infanticide) et le « complexe de Médée » désigne une femme souhaitant punir son mari.

6 Luc Boltanski et al. (dir.). Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Lézé, « Michel Porret, Le sang des lilas. Une mère mélancolique égorge ses quatre enfants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 mars 2021, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47884

Haut de page

Rédacteur

Samuel Lézé

Maître de conférences HDR en anthropologie médicale et histoire épistémologique au département des Sciences Humaines de l’École Normale Supérieure de Lyon. Chercheur à l’UMR 5317 – Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), responsable de l’équipe « Dire la Santé Mentale » (DSM).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search