Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Larissa Zakharova, De Moscou aux ...

Larissa Zakharova, De Moscou aux terres les plus lointaines. Communications, politique et société en URSS

Sylvain Dufraisse
De Moscou aux terres les plus lointaines
Larissa Zakharova, De Moscou aux terres les plus lointaines. Communications, politique et société en URSS, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2020, 327 p., édition établie par Grégory Dufaud, ISBN : 9782713228513.
Haut de page

Texte intégral

1Les cartes postales soviétiques, célébrant les fêtes socialistes, connaissent aujourd’hui un intérêt renouvelé sur les sites de revente en ligne ou dans les brocantes russes. Larissa Zakharova achève son ouvrage en montrant combien l’usage de la carte postale se diffuse à partir des années 1950 en URSS. Paradoxalement, cela indique une appropriation du discours officiel et finalement atteste de la cohésion de la société soviétique. Cet exemple s’insère dans une plus large histoire des liens sociaux, de leurs textures, des moyens et des pratiques de communication tout au long du XXème siècle. Il témoigne aussi de l’ambition générale du livre, de ses choix d’écriture et de son inventivité. L’ouvrage mêle avec brio histoire sociale, histoire des techniques et histoire des subjectivations. Ce n’est pas sa seule qualité : il constitue un état des lieux clair des principaux débats historiographiques qui ont touché l’histoire de l’Union soviétique depuis le début des années 1990 (opposition entre néo-traditionnalistes et tenants de la modernité, étude des subjectivités, étude des modalités de contrôle social…). Ce livre examine les processus qui lient les Soviétiques, et non ceux qui les catégorisent, les divisent et les violentent, et montrent comment l’accès aux communications a uni et hiérarchisé la société soviétique.

2Cet ouvrage est issu d’un mémoire d’habilitation à diriger les recherches qui n’a pas pu être soutenu. Larissa Zakharova est décédée en mars 2019 après l’achèvement du manuscrit, finalement édité par Grégory Dufaud. Le livre s’intéresse à la communication interpersonnelle à distance, ainsi qu’aux infrastructures et aux instruments (téléphone, télégraphe, poste) qui la rendent possible, à leurs usages politiques et sociaux et aux pratiques qui en découlent. En cela, il combine un regard sur les techniques employées, les formes d’encadrement de celles-ci et la manière dont les Soviétiques s’en emparent. À un deuxième niveau, il vise à contribuer au débat sur la modernité soviétique. En introduction, l’auteure rappelle que jusqu’aujourd’hui la modernité a été pensée pour le cas de l’URSS par le prisme de l’État et par ses actions d’ingénierie sociale. L’auteure souhaite changer de perspective en inscrivant l’étude de la modernité dans des textures temporelles variables en fonction des lieux, en se situant à l’intersection entre l’État et les individus qui utilisent les dispositifs produits par l’État. L’auteure entend analyser des « modernités incarnées produites par les mélanges créatifs qui ne sont jamais finis » (p. 16).

3En examinant la construction des réseaux et leurs formes (l’émergence d’un réseau radial), Larissa Zakharova souligne dans le premier chapitre combien, pour les bolcheviks, la communication est un enjeu de pouvoir. En contrôlant la poste, le télégraphe ou le téléphone, il s’agit de maîtriser le territoire. L’auteure montre cependant que ce processus suscite des négociations avec les autres forces en présence. Les bolcheviks s’appuient sur des infrastructures construites lors de la période tsariste par des compagnies étrangères avec lesquelles ils sont obligés de composer. Enfin, l’usage souhaité des techniques se heurte à la capacité effective des infrastructures, nécessitant une formalisation et une hiérarchisation des utilisations. Ce chapitre témoigne à la fois des difficultés à diffuser ces techniques innovantes sur le vaste territoire soviétique et de conceptions divergentes de l’action publique en matière de développement des communications (faut-il s’appuyer sur une gestion et un entretien des réseaux téléphoniques par les collectivités locales ou sur une démarche centralisée, une distribution des ressources matérielles et un accès, décidés de Moscou ?). Larissa Zakharova montre que ces projets d’innovation s’accompagnent du développement d’une technostructure, enquêtant sur les usages des réseaux, leur efficacité, leur rentabilité, leur saturation, et comment les enjeux de l’économie en viennent à déterminer la forme des réseaux, plus que les flux réels des échanges.

4Le deuxième chapitre aborde la question du perfectionnement des techniques en URSS. L’auteure montre que les innovations techniques procèdent d’une rencontre entre des priorités politiques que les chercheurs et les ingénieurs utilisent pour soutenir des solutions qui leur semblent les plus appropriées. Larissa Zakharova change alors d’échelle et compare la situation soviétique avec celle des autres grandes puissances pour mettre en avant ses singularités : les purges, le choix de l’industrie lourde et les injonctions du pouvoir stalinien ont pu stériliser les recherches qui visaient à moderniser les réseaux. La Seconde Guerre mondiale n’a pas joué un rôle de catalyseur dans l’essor des techniques de l’information et des communications. Les Soviétiques ont finalement utilisé les techniques étrangères et ont mené des activités de rétro-ingénierie dès le lendemain du conflit pour rattraper le retard vis-à-vis de l’Occident. Larissa Zakharova souligne enfin le rôle important de la coopération technique et industrielle en matière de télécommunication à partir des années 1960. L’organisation d’un système d’assistance technologique entre les pays du bloc permet l’homogénéisation des techniques, la coordination de programmes de recherches communs bilatéraux ou multilatéraux avec les démocraties populaires. L’auteure étudie, dans le troisième chapitre, comment les documents secrets circulent et quelles en sont les conditions administratives et techniques. Elle révèle alors la sophistication des procédures (classement selon des degrés de confidentialité, critères de reproduction et destruction, traçabilité des documents secrets) et le développement d’une administration du secret (dactylographes, coursiers, encodeurs) hautement sélectionnée. Dans ce domaine si sensible, les rapports soulignent les dysfonctionnements pour mieux les corriger et éclairent le rôle des agents ordinaires qui se distancient des règles prescrites (les assistants chargés de classer les documents secrets peuvent ainsi réaliser avec retard et de manière superficielle les fiches nécessaires pour suivre leur parcours).

5La deuxième partie propose une analyse du rôle des réseaux dans la structuration des relations sociales. L’éclatement imposé des familles ou des réseaux amicaux par les déportations, l’exode rural, les transferts d’usines durant la Seconde Guerre mondiale, l’envoi des soldats sur les fronts, puis par la répartition pansoviétique des emplois, parfois sur des chantiers éloignés, pousse les parents à développer les sociabilités à distance et fait naître cette demande. Larissa Zakharova montre que l’accès aux réseaux de communication est cependant différencié selon deux principes : d’une part, la couverture spatiale inégale entre républiques, entre régions urbaines et rurales (les habitants des littoraux du Kamtchatka reçoivent leur correspondance deux à trois fois par an) ; d’autre part, la position sociale. Les téléphones étant des biens rares, ils sont alloués, à l’appréciation des employés des ministères, en fonction de l’utilité sociale et du statut professionnel. Si la sociabilité téléphonique demeure distinctive, l’alphabétisation croissante de la population permet les échanges épistolaires. Le courrier jusqu’à la fin des années 1970 demeure le mode de communication dominant. Les lettres sont cependant très surveillées. Les agents de la censure, de plus en plus nombreux en raison de l’essor des communications, exercent deux types de contrôle : la perlustration (vérification aléatoire du courrier), pour cerner l’opinion des habitants ; le contrôle des correspondances avec l’étranger et de groupes ciblés. L’auteure rappelle que ces pratiques ne sont pas uniquement soviétiques et que la population s’est adaptée à la censure, élaborant des canaux parallèles de distribution (par le biais des employés des chemins de fer), contournant la censure (usage du courrier diplomatique d’États étrangers pour contacter des parents hors des frontières soviétiques) ou en modérant ses propos.

6La troisième partie de l’ouvrage se focalise sur les échanges épistolaires. Elle explique que l’idéologie ne s’est pas imposée à la société mais qu’elle est produite par les individus et qu’elle est un vecteur d’inclusion sociale. Selon l’auteure, ceci est décelable dans les lettres dont la présence et la densité témoignent de la confiance qu’une large partie des Soviétiques accorde au régime dans lequel ils vivent. Après avoir souligné la diversité des lettres et des intentions variées (échanges amicaux, courriers à des administrations, suppliques) qui justifient les actes d’écriture, Larissa Zakharova montre que le « parler bolchevique » est variable et évolutif et qu’il dépend des contextes sociaux, des lieux de rédaction et d’envoi, comme des périodes. Enfin, dans le dernier chapitre qui aborde la « nouvelle hiérarchie des valeurs », l’auteure prouve que les liens horizontaux entre Soviétiques qui se renforcent à partir de la fin des années 1950 contribuent à une évolution du rapport à l’idéologie. Les épistoliers se sentent soviétiques, sont parfois critiques, mais demeurent loyaux à un régime qui insiste sur le développement harmonieux des habitants et se soucie désormais d’une partie de leurs aspirations matérielles.

7Cet ouvrage subtil et densément documenté propose un éclairage neuf sur la société soviétique. L’auteure est parvenue à mettre en avant la nécessité d’étudier la manière dont les individus communiquent pour appréhender comment le gouvernement des hommes se construit et agit et comment les actes et les réseaux de communications contribuent à définir des hiérarchies sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Dufraisse, « Larissa Zakharova, De Moscou aux terres les plus lointaines. Communications, politique et société en URSS », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 mars 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47981 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47981

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Dufraisse

Agrégé d’histoire et docteur en histoire contemporaine de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Sylvain Dufraisse est actuellement maître de conférences à l’université de Nantes et membre de l’UMR CENS. Il a travaillé dans le cadre de son doctorat sur l’histoire sociale, culturelle et politique de l’élite sportive soviétique des années 1930 aux jeux Olympiques de Moscou en 1980. Spécialiste d’histoire sociale et culturelle de l’Union soviétique, il poursuit actuellement ses recherches dans deux directions : les canaux et les modalités de l’internationalisation du sport soviétique et l’histoire des pratiques de loisirs en URSS. Il est l’auteur de l’ouvrage Les héros du sport, une histoire des champions soviétiques (années 1930-années 1980), (Ceyzerieu, Champvallon, 2019).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search