Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Patrick Charaudeau, La langue n’e...

Patrick Charaudeau, La langue n’est pas sexiste. D’une intelligence du discours de féminisation

David Descamps et Agathe Foudi
La langue n’est pas sexiste
Patrick Charaudeau, La langue n’est pas sexiste. D’une intelligence du discours de féminisation, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « clair & net », 2021, 176 p., ISBN : 9782356877536.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Académie française, Mise au point relative à la féminisation des noms de métiers, fonctions, grades (...)

1On se souvient de la vive polémique qui avait émergé en octobre 2014 suite à une altercation à l’Assemblée nationale entre le député UMP Julien Aubert et Sandrine Mazetier. En refusant d’appeler celle-ci « Madame la Présidente », le député avait en effet remis la question de la féminisation des titres, fonctions et noms de métiers sur le devant de la scène politique et médiatique. Dans la foulée, l’Académie française avait publié une mise au point dans laquelle elle faisait prévaloir « l’indifférence juridique et politique au sexe des individus » et concédait simplement que « rien ne s’oppose, à la demande expresse des individus, [que les fonctions] soient mises en accord avec le sexe de ceux qui les portent et soient féminisées ou maintenues au masculin générique selon le cas »1.

  • 2 Académie française, Rapport sur la féminisation des noms de métiers et de fonctions, 28 février 201 (...)

2Depuis, l’institution a quelque peu revu sa copie. Reconnaissant l’existence d’un « nombre croissant de femmes, qui souhaitent voir nommer au féminin la profession ou la charge qu’elles exercent », l’Académie admettait en 2019 qu’« il n’existe aucun obstacle de principe à la féminisation des noms de métiers et de professions » mais faisait valoir néanmoins que, « dès lors que certaines femmes exerçant des fonctions longtemps et, aujourd’hui encore, souvent tenues par des hommes, expriment leur préférence à être désignées dans leur fonction au masculin, aucune raison n’interdit de déférer à ce souhait »2. Autrement dit, en matière de féminisation des fonctions, l’Académie française en appelait à une certaine liberté d’usage ; liberté pour le moins intrigante pour une institution qui se présente comme « gardienne du bon usage de la langue », mais bien compréhensible si l’on admet que le « bon usage » est l’usage des dominants et que la liberté ainsi préconisée constitue objectivement un de leurs privilèges.

3En avançant que, « quand on est attaché au principe de liberté, on laisse chacun agir et parler selon sa conscience » (p. 165), l’ouvrage La langue n’est pas sexiste. D’une intelligence du discours de féminisation se situe assurément dans la continuité de ce libéralisme langagier aujourd’hui prôné par l’Académie en matière de féminisation des noms de métiers et professions. Et, dans la tradition de ceux qui se revendiquent comme étant les garants d’un « bon usage » de la langue, son auteur y défend aussi – et cela explique le sous-titre – que le discours de féminisation devrait se conformer à une certaine intelligence. La liberté défendue par Patrick Charaudeau s’avère ainsi assez largement bornée par le fait qu’il existerait de bonnes et de mauvaises pratiques que l’auteur analyse à l’aune de critères linguistiques. Ainsi, aux « problèmes que pose la féminisation des formes », écrit-il, « [o]n y apportera une réponse linguistique » (p. 57).

4Partant, l’ouvrage est construit autour de sept chapitres qui vont des plus « théoriques » vers les plus « pratico-prescriptifs ». Dans les deux premiers chapitres, l’auteur expose sa conception de la « langue » et de la « grammaire ». Il met ainsi en avant que la langue peut être considérée au travers de trois dimensions : « la langue comme système de signes, la langue comme norme d’usage et la langue comme discours » (p. 18) et justifie alors le titre de son ouvrage en pointant qu’en tant que système de signes, la langue ne peut être sexiste mais qu’elle peut le devenir au travers de l’usage social qui en est fait ou des discours adoptés par les sujets parlants. Patrick Charaudeau s’attache ensuite à montrer qu’une grammaire constitue une description de la langue liée au « système de pensée qui prévaut à une époque donnée » (p. 35) et qu’elle se trouve donc nécessairement soumise à une variabilité temporelle. Ce faisant, l’auteur cherche à rejeter l’idée selon laquelle la grammaire française aurait été construite à des fins exclusives de domination masculine et pointe que ses transformations ont répondu à des objectifs divers, qu’il s’agisse par exemple de « normaliser les usages du monde cultivé » ou « d’expliquer rationnellement les règles de construction du français » (p. 41-42). Dans le chapitre 3, consacré au genre grammatical, Patrick Charaudeau rappelle que « genre grammatical (formel) et genre sexué (la personne) » constituent deux catégories distinctes (p. 55) et soutient qu’au travers de certaines constructions discursives, « le genre peut être neutralisé » (p. 69). C’est sur ce point que l’auteur insiste particulièrement, en soulignant que le locuteur dispose toujours de la possibilité d’abolir la distinction entre masculin et féminin par l’usage de procédures de « neutralisation discursives » (étudiées également au chapitre 4) ou, au contraire, de laisser jouer cette distinction pour « intégrer au discours la donnée sexuelle du référent » (p. 70). Les chapitres 5 et 6 apparaissent quant à eux moins fondamentaux et s’inscrivent surtout dans le débat sur les pratiques qu’il conviendrait d’adopter : le premier d’entre eux est focalisé sur le mot « homme » dont il s’agit de faire ressortir un sens générique distinct de celui qui réfère à l’être masculin tandis que le second propose une critique de l’usage du point médian de l’écriture inclusive (·) au bénéfice d’autres pratiques. En s’appuyant sur de multiples situations concrètes, Patrick Charaudeau en vient, enfin, à défendre (chapitre 7) que la visibilisation du genre féminin en discours et le « bon usage » de la neutralisation discursive ne peuvent procéder d’aucun systématisme mais supposent, au contraire, une adaptation aux spécificités des situations de communication et de l’identité des acteurs concernés, de sorte à éviter les incongruités.

5Si l’ouvrage présente une analyse théorique et pratique très réfléchie sur la question de la féminisation du discours, on peut regretter, en tant que sociologues, son caractère expressément linguistique qui conduit assez largement à occulter la question sociale qui y est attachée et à donner bien peu de poids aux structures sociales dans la production des discours. Même si l’auteur prend bien garde à rappeler que le « sujet parlant est […] un être collectif, contraint par des règles et des normes » (p. 31), concevoir les individus comme des êtres humains dotés d’une « capacité de se construire une pensée personnelle » (p. 160) ou invoquer la « responsabilité du sujet parlant » (p. 33) invite tout de même à faire du discours des individus le produit d’êtres pouvant a priori se dégager des contraintes sociales, très maîtres de l’usage qu’ils font de la langue et à négliger, in fine, qu’au quotidien, le discours des individus est surtout affaire de régularités, d’habitudes, d’usages et de normes ancrés dans le monde social. Quant à défendre qu’« on ne peut imposer aux individus une manière de dire » et qu’il « faut leur laisser la [...] liberté de choisir dénominations et qualificatifs » (p. 111), c’est passer outre que les dénominations et qualificatifs que l’on peut utiliser pour se désigner ou désigner autrui dépendent de la position dont on dispose dans l’espace social et que, dans les relations discursives qu’ils ont avec les dominants, les dominés ne peuvent que se soumettre aux manières de dire que ceux-ci leur imposent.

6Au delà, il nous semble que la principale limite de l’ouvrage réside dans le fait que son auteur n’interroge pas vraiment les effets sociaux de la féminisation du discours et plus précisément son rôle possible dans la lutte contre la domination masculine. Au fond, si pour Patrick Charaudeau, « il est évident qu’il faut éviter toute discrimination dans la façon de parler » (p. 159) parce qu’« on ne peut nier que les façons de parler influent sur les représentations sociales » (p. 161) – position qui justifie la féminisation des noms de métiers et des autres catégories de la langue –, il fait aussi valoir que « l’on n’est jamais assuré qu’une représentation puisse en remplacer une autre » (p. 164-165).

  • 3 Il s’agit de l’hypothèse selon laquelle les manières de penser sont déterminées par les langues.
  • 4 Il est difficile de ne pas considérer la féminisation accrue du discours et des titres associés aux (...)

7Sur cette question précise, face à la position théorique qui consiste actuellement à réduire l’origine de la domination masculine à la seule dimension langagière et à subordonner ainsi la manière dont les individus intériorisent les rapports de domination aux seuls propos qu’ils peuvent entendre – position inscrite dans la logique de l’hypothèse Sapir-Whorf3 –, il convient tout de même de rappeler que les rapports de domination situés dans les représentations trouvent leur origine dans des rapports sociaux objectivement fondés qui se nouent entre les individus et que les usages langagiers ne font, généralement, que retraduire4. Mais si la première de ces positions tend à s’imposer aujourd’hui, c’est certainement qu’il est dans l’intérêt des dominants, quels qu’ils soient, de déplacer l’origine des inégalités et de la domination depuis les structures objectives vers les structures discursives et de faire comme si la domination ne pouvait être que symbolique ; registre à partir duquel ces mêmes dominants peuvent toujours se présenter comme dominés.

Haut de page

Notes

1 Académie française, Mise au point relative à la féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres, 10 octobre 2014, en ligne : http://www.academie-francaise.fr/actualites/la-feminisation-des-noms-de-metiers-fonctions-grades-ou-titres-mise-au-point-de-lacademie.

2 Académie française, Rapport sur la féminisation des noms de métiers et de fonctions, 28 février 2019, en ligne : http://www.academie-francaise.fr/actualites/la-feminisation-des-noms-de-metiers-et-de-fonctions.

3 Il s’agit de l’hypothèse selon laquelle les manières de penser sont déterminées par les langues.

4 Il est difficile de ne pas considérer la féminisation accrue du discours et des titres associés aux positions dominantes comme le produit d’un affaiblissement des inégalités hommes/femmes. Cela confirme d’une certaine manière la position du linguiste Antoine Meillet qui, en durkheimien convaincu, affirmait que « les causes dont dépendent les faits linguistiques doivent être de nature sociale » (« Comment les mots changent de sens », L’année sociologique, neuvième année (1904-1905), p. 1-38, p. 3).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps et Agathe Foudi, « Patrick Charaudeau, La langue n’est pas sexiste. D’une intelligence du discours de féminisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 mars 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47986

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search