Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Alessia Lo Porto-Lefébure, Les ma...

Alessia Lo Porto-Lefébure, Les mandarins 2.0. Une bureaucratie chinoise formée à l’américaine

Emmanuel Kattan
Les mandarins 2.0
Alessia Lo Porto-Lefébure, Les mandarins 2.0. Une bureaucratie chinoise formée à l'américaine, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2020, 256 p., ISBN : 978-2-7246-2575-2.
Haut de page

Texte intégral

1Le « modèle chinois », qui associe une économie socialiste de marché à un régime autoritaire, sous le contrôle d’un État-Parti au pouvoir incontesté, a fait l’objet de nombreuses études. S’il existe, en Chine, aujourd’hui, une intention affichée de modernisation, cette dernière est contrebalancée par un impératif de stabilité politique. Cette tension est perceptible dans toutes les sphères de la société et, tout particulièrement, dans le monde de l’éducation supérieure. C’est cette tension qu’explore avec brio Alessia Lo Porto-Lefébure, directrice adjointe de l’École des hautes études en santé publique, dans son très éclairant ouvrage Les mandarins 2.0. Une bureaucratie chinoise formée à l’américaine, publié aux Presses de Sciences Po.

2Dans une étude remarquablement bien documentée, reposant sur plus d’une centaine d’entretiens menés auprès de multiples acteurs du secteur universitaire chinois, d’administrations centrales et de municipalités, Alessia Lo Porto-Lefébure analyse l’introduction du Master of Public Administration (MPA) en Chine au début des années 2000 et les transformations, tantôt évidentes, tantôt discrètes, qu’il a apportées à l’administration publique chinoise.

3L’ouvrage s’ouvre sur un paradoxe : en mettant sur pied un MPA – diplôme d’importation américaine –, la Chine n’a-t-elle pas invité en son sein un cheval de Troie, ouvrant la voie à un système d’idées, de procédures et de valeurs qui, une fois installé dans l’espace de l’administration chinoise, risquerait d’en saper les fondations ? En vérité, l’adoption du MPA, si elle vise la professionnalisation de la fonction publique chinoise, repose sur un jeu d’équilibre subtil entre un désir de modernisation et une dynamique conservatrice, attachée à perpétuer les pratiques du passé. Il existe bel et bien un décalage entre le modèle étranger du MPA, les normes professionnelles qu’il impose, d’une part, et les pratiques locales, encadrées par une structure administrative dont le but est le maintien de la stabilité politique, de l’autre.

4Un premier chapitre jette les bases historiques qui permettent de comprendre les conditions d’émergence du MPA dans l’espace universitaire chinois. Suit une analyse des « enseignants returnees » et de leur influence sur la montée en compétence des futurs agents de l’administration publique. Alessia Lo Porto-Lefébure montre admirablement bien comment le MPA remplit une fonction légitimatrice, répondant ainsi à une volonté de modernisation contrôlée des institutions. Le MPA, en effet, est un dispositif prisé pour sa structure plutôt que pour son contenu : il permet une montée en gamme des compétences parmi ceux qui se destinent à la fonction publique, sans pour autant laisser pénétrer les idées, les valeurs, la culture du débat et l’esprit critique qu’un MPA s’efforce d’accueillir et d’encourager, dans sa version américaine.

5Dans le troisième chapitre, nous apprenons comment l’utilisation des études de cas, en théorisant les situations et en mettant à distance les faits, ouvre un espace de discussion dans lequel les étudiants peuvent mettre à l’épreuve leurs hypothèses et découvrir de nouvelles perspectives et de nouvelles idées. Comme l’explique l’auteure, « le MPA représenterait en quelque sorte l’espace d’apprentissage et d’expérimentation de la compatibilité entre une pratique administrative internationalement reconnue et la loyauté envers le régime d’État-Parti » (p. 170-171).

6Dans le quatrième et dernier chapitre, consacré au rôle de catalyseur discret du MPA, nous découvrons comment l’expérience du MPA, en créant une nouvelle communauté de savoirs et de valeurs parmi les jeunes administrateurs du pays, jettera peut-être les bases d’une future mutation de l’État. Le MPA, explique Alessia Lo Porto-Lefébure, « pourrait aussi […] être le lieu d’invention et de transmission, le creuset d’une nouvelle culture administrative modernisée en puissance, prête à se déployer ou à se redimensionner en fonction du contexte. » (p. 24) En effet, le MPA se révèle être un outil qui, mis à profit dans le cadre d’une volonté de modernisation des institutions, peut faire progresser une évolution pragmatique et prudente du système de gouvernance chinois.

7Au-delà d’une analyse minutieuse de la formation des cadres et des transformations de l’administration publique en Chine, l’ouvrage d’Alessia Lo Porto-Lefébure ouvre le champ vers une compréhension plus approfondie des processus d’adaptation de l’État chinois lui-même, face aux défis géopolitiques et aux métamorphoses internes auxquels il est confronté. À travers l’expérience du MPA, l’auteure éclaire sous un nouveau jour les mécanismes de modernisation mis en place par l’État chinois et l’équilibre difficile que ses dirigeants cherchent à maintenir entre le besoin d’innovation et l’impératif de stabilité politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Kattan, « Alessia Lo Porto-Lefébure, Les mandarins 2.0. Une bureaucratie chinoise formée à l’américaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 mars 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/47993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.47993

Haut de page

Rédacteur

Emmanuel Kattan

Emmanuel Kattan est professeur associé et directeur du programme Alliance à l’Université Columbia. Il a été directeur du British Council à New York et Conseiller auprès du Secrétaire général du Commonwealth, à Londres. Il est l’auteur de Penser le devoir de mémoire (PUF, 2002), ainsi que de quatre romans, dont L’attrapeur d’âmes (Leméac, 2019).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search