Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Louis Pinto (dir.), La constructi...

Louis Pinto (dir.), La construction d’objet en sociologie. Actualité d’une démarche

Stéphane Olivesi
La construction d'objet en sociologie
Louis Pinto (dir.), La construction d'objet en sociologie. Actualité d'une démarche, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Champ social », 2020, 248 p., ISBN : 9782365122689.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif coordonné par Louis Pinto ne se présente ni comme un manuel de méthodologie supplémentaire, ni comme un énième hommage à l’œuvre de Pierre Bourdieu. Il dessine un chemin intermédiaire, suggestif pour l’apprenti-chercheur comme pour le chercheur confirmé, toujours en apprentissage face à de nouveaux objets. Il regroupe pour cela une série de témoignages de chercheurs s’inspirant des préceptes bourdieusiens, plus précisément de l’ouvrage Le métier de sociologue, qui associait Jean-Claude Passeron et Jean-Claude Chamboredon, et dont on peut saluer (enfin !) la récente réédition aux éditions de l’EHESS.

2Le texte introductif de Louis Pinto rend hommage à cette entreprise éditoriale restée sans équivalent. Rappelant l’importance de ce livre, véritable manifeste, auquel plusieurs générations de chercheurs mais aussi d’enseignants se sont référés pour leur cours de méthodologie et d’épistémologie des sciences sociales, l’auteur explicite ce que recouvre « la construction d’objet ». Il montre que celle-ci vise d’abord à dissoudre les objets préconstruits afin de rendre possible la connaissance, de l’émanciper du sens commun et des jeux d’intérêt qui l’entravent, tendant à la rabattre sur une entreprise de légitimation de ce que l’on croit savoir. Et face à cette nécessité à la fois positive et critique de la construction d’objet, point de boîte à outils méthodologique prête à l’emploi mais la nécessité d’un travail rigoureux, distancié, émancipé des pseudo-évidences, comme y invitaient déjà de manière étrangement convergente Durkheim dans Les règles de la méthode sociologique et Bachelard dans La formation de l’esprit scientifique.

3Les contributions fonctionnent comme des témoignages et des retours d’expérience. Elles montrent que plus qu’à une extension des connaissances existantes ou à une démarche d’un rigorisme exemplaire, la construction d’objet renvoie d’abord à une véritable invention de l’objet lui-même, à une réforme du regard que l’on porte habituellement et routinièrement sur la réalité. Pour cette raison, les propositions engagées dans Le métier de sociologue avaient déjà valeur de manifeste pour les sciences sociales, et le présent retour à ce projet inaugural ravive l’ambition de donner à voir le monde social autrement et, surtout, pour ce qu’il est. Articulant des considérations d’ordre méthodologique sur des positions théoriques syncrétiques, ce travail pionnier invitait déjà à innover, à dépayser le regard, à produire aussi des données nouvelles ou à les réinterpréter, et ce combat pour la connaissance trouve un prolongement dans ce nouvel ouvrage collectif qui vient, un demi-siècle après, en rappeler la nécessité.

4Le livre est structurée en deux parties : la première compte cinq contributions et propose des « parcours de recherche » ; la seconde propose au lecteur six « (dé)constructions d’objets ». Si le lecteur, familier des sciences sociales, connaît déjà les contributeurs et leurs travaux, le retour sur expérience conserve une force suggestive, ne serait-ce que parce que les contributeurs retracent leur cheminement intellectuel, font ressortir les points saillants de leur démarche, leurs hésitations, et leurs difficultés aussi. Ce sont successivement Charles Suaud, Marie-Pierre Souly, Julien Duval, Yvon Lamy et Louis Pinto qui retracent leurs parcours de recherche. Il paraît, de ce fait, bien difficile de rendre compte en quelques mots de la richesse de cette première série de contributions, comme de la seconde d’ailleurs, que l’on peut lire, selon son propre intérêt, en se focalisant davantage sur la démarche de recherche ou sur l’intelligibilité générée à partir de la construction d’objet.

5Charles Suaud propose d’abord un retour réflexif sur sa formation intellectuelle, la manière dont il a suivi la genèse de l’œuvre de Pierre Bourdieu, mais aussi la manière dont cette œuvre a structuré son propre travail de recherche et les questions qu’elle continue à induire. Marie-Pierre Pouly retrace son parcours, plus précisément la manière dont son activité d’enseignante d’anglais l’a conduite à s’orienter progressivement vers la recherche sociologique afin de (se) comprendre (dans) un univers professionnel non sans interroger « l’anglais » comme construction sociale, comme langue enseignée à des fins utilitaires, comme langue de civilisation, comme discipline académique. Julien Duval propose de renouer avec un travail de recherche qu’il a réalisé, il y a déjà plus de trois décennies, sur « le déficit de la Sécurité sociale » et la déconstruction de ce mythe, soulignant la place très singulière de l’ouvrage Le métier de sociologue dans l’œuvre de Pierre Bourdieu. Évoquant son propre travail de recherche, Yvon Lamy scrute la pratique d’un instrument de musique – l’orgue – à l’aide des catégories de l’enquête sociologique afin de montrer qu’elle varie tout comme les représentations qui l’accompagnent et qui traduisent les formes d’investissement et de valorisation de cet instrument. Louis Pinto conclut cette première partie en faisant un retour sur ses travaux les plus récents consacrés à la consommation, objet trivial, objet de nombreux discours et, par conséquent, objet à déconstruire, objet à construire.

  • 1 Cette contribution aurait pu mentionner/discuter les travaux de Jean-Louis Fabiani, qui traitaient (...)

6La deuxième partie de l’ouvrage s’ouvre sur un article de Vincent Dubois consacré à l’action publique, plus précisément à sa redéfinition, émancipée des visions idéalistes ou procédurales qui sous-tendent de nombreuses analyses des politiques publiques. Elle se prolonge par un article de Manuel Schotté consacré à la construction d’analogies raisonnées et par un article de Patrice Pinell consacré à la genèse de la protection de l’enfance au XIXe siècle, qui souligne le caractère coextensif de la construction d’objet à la recherche elle-même. Puis, au travers de la délinquance, Gérard Mauger s’attaque à la « démission empiriste » qui consiste à prendre pour objets de science des objets préconstruits et au renoncement de certains chercheurs sous l’emprise de la doxa, pour qui un tel objet s’impose comme une réalité à analyser. Dans le sillage de ses travaux antérieurs sur le communisme, Bernard Pudal présente le concept de « socio-biocratie » comme mode de construction d’objet progressivement élaboré permettant à la fois de déjouer divers écueils inhérents aux prénotions habituellement utilisées et de renouveler le regard porté sur certains phénomènes jusqu’alors ignorés ou mal interprétés. Enfin, Benoit Gaultier conclut cette deuxième partie par une contribution sur ce que la démarche sociologique telle que la concevait Bourdieu peut apporter à la philosophie1.

7Si l’on prend à présent un peu de distance par rapport aux contributions réunies dans l’ouvrage, on peut considérer que ce dernier témoigne de l’existence d’un réseau relativement étendu de chercheurs qui se reconnaissent dans un héritage scientifique et académique dépassant les seules figures de Bourdieu, Passeron et Chamboredon pour former une tradition de recherche. Cette tradition s’exprime dans les recherches dont témoigne l’ouvrage mais aussi au quotidien dans la formation d’étudiants qui, dès le master, réalisent leur première enquête en s’attachant à suivre quelques-uns des préceptes contenus dans Le métier de sociologue. Mais l’on peut s’interroger : pourquoi ne pas avoir davantage cherché à élargir la perspective à d’autres démarches ou d’autres postures de recherche potentiellement comparables, comme celle de Michel Foucault consistant à « problématiser » ou celle présentée par Howard Becker dans Les ficelles du métier, ne serait-ce que pour expliciter davantage encore la fécondité et la spécificité de « la construction d’objet » telle qu’elle fut théorisée en son temps par le trio Bourdieu, Passeron, Chamboredon ?

Haut de page

Notes

1 Cette contribution aurait pu mentionner/discuter les travaux de Jean-Louis Fabiani, qui traitaient précisément de la construction de l’objet « philosophie » d’un point de vue socio-historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Louis Pinto (dir.), La construction d’objet en sociologie. Actualité d’une démarche », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48011 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48011

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search